MacBook Air, MacBook Pro, M1… quel MacBook choisir ?

Savoir à quelle pomme se vouer

 

Auparavant assez simple, l'offre de MacBook s'est complexifiée avec l'arrivée du processeur M1. On fait le point pour vous aider à choisir le MacBook qui vous convient le mieux afin de trouver le PC portable Apple qui correspond à vos besoins.

Les meilleurs MacBook en 2021

Taillé pour les pros
Apple MacBook Pro 16 2019
  • Le plus puissant Mac portable
  • La bonne autonomie
  • Un écran et un son fantastiques
La nouvelle référence
9 /10
Apple MacBook Pro 13 2020 M1
  • Les performances de l'Apple M1
  • L'énorme autonomie
  • Le très bon écran
Le plus nomade
8 /10
Apple MacBook Air 2020 M1
  • Le M1 toujours aussi puissant
  • L'autonomie solide
  • Zéro ventilateur !

S’ils ont toujours compté parmi les meilleurs ordinateurs portables du marché, les MacBook ont connu une révolution avec l’arrivée récente des processeurs M1. 15 ans après le premier Mac doté d’un processeur Intel, la marque à la pomme a de nouveau décidé de changer de crèmerie. Et comme on n’est jamais mieux servis que par soi-même, c’est désormais en interne qu’Apple se fournit.

Directement dérivé des puces développées pour l’iPhone, le processeur M1 s’est révélé particulièrement bluffant, offrant une puissance remarquable pour une consommation très faible. Reste que cette nouvelle puce n’est pas encore utilisée sur toute la gamme, certains 13 pouces utilisent toujours des puces Intel tandis que le modèle 16 pouces n’a pas encore eu droit au traitement ARM. En parallèle, l’iPad Pro M1 brouille toujours un peu plus les frontières, avec un clavier, un processeur M1 et un iPadOS de plus en plus poussé vers la productivité. On vous en dit plus dans notre comparatif des meilleurs iPad.

On fait donc le point sur les différents MacBook pour vous aider à choisir le plus adapté pour vous.

Et si vous voulez avoir une vision un peu plus large du marché, nous avons un guide des meilleurs PC portables du moment, toutes marques confondues. Apple oblige, la connectique est pour le moins minimaliste (USB-C et Thunderbolt à tous les étages) et un hub USB-C sera donc indispensable.

  • Les performances de l'Apple M1
  • L'énorme autonomie
  • Le très bon écran
Disponible à 1 349 € sur Amazon

Pour cette première génération de MacBook ARM, Apple ne donne pas dans l’originalité et reprend le même châssis que l’an dernier. On retrouve donc une finition impeccable, un clavier au toucher agréable et un grand touchpad. La Touch Bar est désormais obligatoire et la connectique se limite à une paire de prises USB 4.

L’écran n’évolue pas lui non plus ; on retrouve donc une dalle haute définition de 13,3 pouces parfaitement calibrée. Elle est en prime plus lumineuse que celle utilisée par le MacBook Air. En revanche, le tactile est toujours absent, un point d’autant plus ennuyeux que les apps iPad sont désormais prises en charge…

Apple MacBook Pro M1

Apple MacBook Pro M1 // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Disons-le clairement : avec sa carte-mère à peine plus grosse que celle d’un téléphone, l’Apple M1 redéfinit le niveau d’intégration des ordinateurs portables. En contrepartie, absolument tout est soudé et aucune mise à jour n’est possible. Pas vraiment une surprise vu qu’Apple applique cette politique depuis maintenant des années sur ses PC portables.

Mais c’est surtout les performances qui impressionnent. C’est simple : le M1 pulvérise absolument tous les ultraportables du marché, tant pour les performances CPU que GPU. Seules des machines bien plus imposantes et chères arrivent difficilement à rivaliser, et encore elles perdent dans certains scénarios comme l’encodage vidéo. Et si le MacBook Pro embarque bien un ventilateur, ce dernier ne se fait jamais entendre, et ce alors que la machine reste fraîche même après de longues heures de fonctionnement.

Et cette puissance incroyable n’est pas atteinte au détriment de l’autonomie, bien au contraire ! L’engin a tenu plus de 10 heures dans nos tests et est capable de dépasser les 20 heures dans certaines conditions. C’est tout simplement le laptop le plus autonome du marché.

Mais au-delà de la partie purement matérielle, on attendait Apple au tournant pour ce qui est du logiciel. Qui dit nouvelle architecture dit incompatibilité avec les applications X86. Et la transition prendra plusieurs années. Pour faciliter celle-ci, Apple a intégré une couche d’émulation nommée Rosetta 2.

Et force est d’avouer que cette dernière est redoutable. Non seulement l’immense majorité des programmes fonctionne sans soucis, mais les performances sont même parfois meilleures qu’en natif avec la génération précédente. Quelques programmes pourront poser des soucis, mais pour la grande majorité des utilisateurs, la transition se fera sans douleur.

Le MacBook Pro 13 avec M1

Le MacBook Pro 13 avec M1 // Source : Apple

Big Sur en profite aussi pour apporter une compatibilité native aux apps iOS. L’idée n’est pas mauvaise, mais en l’absence d’écran tactile l’ergonomie est loin d’être idéale.

Malgré quelques faiblesses comme une connectique limitée ou un maximum de 16 Go de mémoire vive, ce MacBook Pro M1 écrase la concurrence, et ce en étant souvent moins cher ! C’est donc notre ordinateur portable favori à ce jour. On vous recommande vraiment de choisir la version 16 Go de l’ordinateur pour des raisons de performances à long terme.

Seule raison potentielle de prendre un MacBook Pro 13 Intel : vous avez absolument besoin de plus de 16 Go de mémoire vive. Mais dans ce cas, autant passer à la vitesse supérieure et choisir la version 16 pouces.

Vous en apprendrez plus à son sujet en lisant notre test du MacBook Pro M1.

Attention tout de même si vous êtes tentés par un MacBook Pro, tout laisse à penser qu’une version 14 pouces offrant un nouveau design vienne remplacer le modèle actuel d’ici quelques semaines.

  • Le M1 toujours aussi puissant
  • L'autonomie solide
  • Zéro ventilateur !
Disponible à 1 029 € sur Amazon

Impossible de parler Mac sans évoquer le MacBook Air. Le best-seller d’Apple a en effet lui aussi adopté le processeur M1. Sur la forme toutefois, rien ne bouge : on retrouve le même châssis, le même écran et le même clavier.

Sous le capot en revanche, la puce M1 fait des miracles et pulvérise les Core i qui équipaient ses prédécesseurs. C’est simple : les performances sont largement meilleures que ce que propose un MacBook Pro Intel plus de deux fois plus cher. La consommation est également en forte baisse puisque l’on n’a même plus besoin de ventilateur. Le MacBook Air est désormais complètement silencieux. Cela le rend toutefois un peu moins performant que le MacBook Pro M1 dont le ventilateur lui permettra de maintenir des performances optimales plus longtemps. À noter que deux versions du M1 existent, l’une d’entre elles étant castrée d’une unité de calcul GPU.

L’autonomie est de son côté en hausse de 50 % et atteint la quinzaine d’heures sans soucis. Partir toute la journée sans son chargeur est désormais tout à fait envisageable.

Apple marque un très grand coup avec ce MacBook Air M1 qui rend immédiatement obsolète le modèle de l’an passé. D’un point de vue technique, tout est supérieur et le volet logiciel est impeccable. Une vraie réussite.

Comme pour son grand frère le MacBook Pro nous vous conseillons d’investir dans la version 16 Go de mémoire vive pour le garder viable le plus longtemps possible. Vous retrouverez plus de détails dans notre test du MacBook Air M1.

  • Le plus puissant Mac portable
  • La bonne autonomie
  • Un écran et un son fantastiques
Disponible à 2 349 € sur Amazon

Si Apple a passé l’essentiel de sa gamme sous M1, quelques modèles résistent encore : un MacBook Pro 13 manquant singulièrement d’intérêt, mais surtout le MacBook Pro de 16 pouces. Ce dernier est celui qui mérite peut-être le plus le qualificatif « Pro » de la gamme. Taille mise à part, le châssis est identique à celui de son petit frère de 13 pouces. Apple a toutefois profité de la réduction des bords pour faire rentrer une dalle de 16 pouces.

MacBook Air, MacBook Pro, M1… quel MacBook choisir ?

Comme toujours, cette dernière est d’excellente facture : couleurs parfaites, luminosité et contraste à l’avenant, c’est un quasi-sans-faute. Seule la rémanence un peu élevée pourra en gêner certains, mais on n’est pas là en présence d’une machine gaming. La Touch Bar est aussi de la partie, tout comme la nouvelle version du clavier d’Apple. Adieu le clavier papillon peu fiable, on repasse à un mécanisme plus classique et plus solide. Côté connectique, on a droit à 4 ports ThunderBolt 3 et une sortie casque. Autant dire qu’il faudra jongler avec les adaptateurs et autres docks.

Sous le capot on trouve une véritable bête de course, configurable jusqu’à un processeur 8 cœurs, une Radeon 5600M et 64 Go de mémoire vive. Alors certes tout n’est pas idéal : les processeurs Intel ont 2 générations de retard et la carte graphique commence à être un peu datée, mais l’ensemble reste très performant. Il se fait parfois égratigner par les machines M1, mais conserve la couronne de la puissance brute. C’est surtout la quantité de RAM embarquée qui fait la différence. Nombre d’applications pro (3D, musique…) ne fonctionnent tout simplement pas bien avec seulement 16 Go de mémoire vive et les Mac Intel sont pour le moment les seuls à pouvoir aller au-delà de cette limite.

L’autonomie n’est pas en reste, avec près de 14 heures d’utilisation sur une charge, un score particulièrement impressionnant au vu de la configuration. Dernier détail que nous nous devions de saluer : la qualité du son. Le MacBook Pro 16 est de très loin ce que l’on a vu de mieux dans le domaine, avec des haut-parleurs internes qui rivalisent sans soucis avec des enceintes dédiées.

Le MacBook Pro 16 pouces est donc une machine d’exception, aussi puissante que hors de prix. Son coût ne peut d’ailleurs être véritablement justifié que par des besoins professionnels sérieux. Pour la grande majorité des utilisateurs, un MacBook Pro 13 M1 classique toutes options fera mieux pour moins cher.

Comment bien choisir son MacBook ?

X86 ? ARM ? Quésaco ?

Derrière ces termes se cachent les deux grandes architectures majeures des processeurs. Le X86 est utilisé sur immense majorité des ordinateurs fixes ou mobiles. Apple l’a adoptée en 2005.

De son côté, l’architecture ARM est née en 1983 et a véritablement pris son envol dans les années 2000 avec l’explosion des smartphones. Consommant peu, elle est particulièrement adaptée aux produits mobiles. Son efficacité fait qu’elle commence à être adoptée pour des ordinateurs et des serveurs. Apple a été le premier à franchir le pas avec son processeur M1 directement dérivé des puces utilisées sur les smartphones.

La compatibilité avec les apps Intel est-elle assurée ?

Plus que les performances pures c’était du côté du support logiciel qu’Apple était attendu au tournant. Il faut en effet du temps aux développeurs pour adapter leurs logiciels. Une solution de « traduction » des deux architectures devait donc être trouvée dans l’intervalle, une manière pour faciliter la transition.

Rosetta 2 est le résultat de cet effort et on doit bien dire que le résultat est bluffant. L’immense majorité des applications x86 fonctionnent sans le moindre souci, avec en prime des performances proches de celles natives. Des exceptions subsistent, notamment en termes de jeux, mais le pari est réussi.

Combien de temps les Mac Intel seront-ils supportés ?

Le passage aux processeurs ARM veut dire que les deux architectures cohabiteront encore quelque temps dans les étalages, mais cette transition risque d’être assez rapide. Apple a toutefois promis de supporter pendant « des années » la partie logicielle pour les Mac Intel.

Si aucune date précise n’a été donnée, on peut prendre l’exemple de la transition précédente du Power PC vers Intel qui s’est accompagnée par un support logiciel de 4 ans.

Faut-il prendre une garantie AppleCare+ ?

Si les produits Apple sont généralement fiables, ils sont quasi impossibles à réparer par soi-même. En prime, la facture pour la moindre réparation explose très rapidement.

C’est pourquoi on vous recommande chaudement d’investir dans l’extension de garantie AppleCare+. D’une durée de 3 ans, cette dernière vous permet d’effectuer jusqu’à deux réparations (accidentelles ou pas) pour un tarif forfaitaire. Ainsi changer un écran ne coûte que 99 euros pour un écran et 259 euros pour tout autre dégât.

Sa valeur varie entre 199 et 449 euros selon le modèle et elle doit être activée au plus tard 60 jours après l’achat. Un somme certes non négligeable, mais qui se rentabilise très vite si vous utilisez votre MacBook de manière nomade.

Les derniers articles