Introduction

La variante la plus attendue du cru Zenfone de cette année était sans conteste l’Asus Zenfone 5z, et pour cause : il propose un Snapdragon 845 pour 499 euros environ, voire 449 euros avec certaines offres. Mais encore ?

Ndlr : la partie photo de ce test a été mise à jour suite à la publication d’un correctif par Asus. Il s’agit de la mise à jour 80.11.37.95, déployée actuellement.

Fiche technique

Modèle Asus ZenFone 5Z
Version de l'OS Android 8.0
Interface ZenUI
Taille d'écran 6,2 pouces
Définition 2246 x 1080 pixels
Densité de pixels 402 ppp
SoC Snapdragon 845 à 2,7GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go, 256 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 8 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3300 mAh
Poids 155 grammes
Couleurs Bleu, Argent
Prix 436€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Vous connaissez déjà l’Asus Zenfone 5 ? Le Zenfone 5z est… exactement le même. On retrouve donc sa façade plus que largement prise par son grand écran hélas coupé sur le haut par une encoche de taille supérieure à la moyenne observée sur Android (mais plus fine qu’un iPhone X), mais qui accueille une grille de haut-parleurs conséquente.

Si les bordures latérales sont assez fines, le bas accueille un menton marqué mais pas dérangeant, cette fois-ci plus fin que la moyenne observée sur ses autres compétiteurs. En somme, c’est bien un smartphone « borderless » dans le sens contemporain du terme : à bas autant que faire se peut les bordures, et retour aux arrondis !

L’arrière est ce qui définit le plus le téléphone d’Asus. Il reprend le design « lumière disco » qui aura fait sa gloire sur le PC, une volonté d’ailleurs très clairement affichée par la marque au cours du MWC 2018. Cet effet de stries lumineuses trouve en son centre le scanner d’empreinte, placé un brin trop haut par rapport à là où l’index se repose naturellement.

À sa gauche, on peut trouver le double capteur photo logé dans une excroissance relativement maîtrisée par le constructeur. Celui-ci surplombe le module de flash. Le logo de la marque est apposé légèrement en dessous du scanner d’empreinte, et se marie au coloris général du téléphone (ici, la version bleue). Personnellement, j’aime beaucoup cet effet lumineux qui n’est finalement gâché que par les traces de doigts que prennent naturellement les designs tout en verre de la sorte.

Sur la tranche droite du téléphone, on retrouve les boutons de volume et de verrouillage qui ont un clic très sonore et satisfaisant, mais qui ne sont pas parfaitement scellés en place : leur bougeote ne donne pas la sensation d’un smartphone très bien fini. Un détail toutefois, soyons honnêtes.

Sur la tranche gauche, seule la trappe SIM / micro SD est à noter. De même pour le haut du téléphone qui n’accueille qu’un micro de réduction de bruit. C’est en bas que l’on trouvera toute notre connectique : port jack, prise USB type C et grille de haut-parleurs.

Écran

L’Asus Zenfone 5z profite lui aussi du même écran que le Zenfone 5, à savoir une dalle de 6,2 pouces au ratio 18,7:9 supportant une définition maximale Full HD+. Il s’agit-là toujours d’une dalle IPS LCD, qui recouvre selon le constructeur 90% de la surface avant.

À vue d’oeil, cette dalle est loin de décevoir. L’écran paraît extrêmement lumineux et les couleurs très vives, aussi vives qu’on l’attend souvent sur une dalle AMOLED. Ceci étant, il est aussi visible à l’œil nu qu’Asus a, comme bien d’autres, poussé les bleus au détriment du rouge sur cette dalle. Cela se ressent, avec un rouge bien trop vif et des couleurs très froides.

L’analyse de notre sonde va dans ce sens. La luminosité maximale de la dalle est relevée à 508 cd/m², un très bon score particulièrement sur cette gamme de prix. Le contraste est quant à lui assez bon à 1398:1. La température de couleurs moyenne est estimée à 7300K environ, soit… comme tous les smartphones : froid. LCD oblige, les angles de vision sont excellents.

Notons que pour ceux (comme moi) qui préfèrent les couleurs naturelles, Asus fournit énormément d’outils logiciels afin de régler parfaitement la dalle à ses envies, un très bon point pour lui. Face à cela, on ne peut qu’être heureux de la prestation offerte par Asus sur ce point.

Logiciel

L’aspect logiciel est en tout point similaire à celui de l’Asus Zenfone 5. Nous vous invitons à consulter la partie correspondante de notre test pour plus d’informations.

Performances

Voilà la grande spécificité de l’Asus Zenfone 5z : il est équipé du Snapdragon 845, le dernier SoC haut de gamme de Qualcomm, couplé à 6 Go de RAM LPDDR4.

Au quotidien, la fluidité du téléphone est évidemment parfaite. Avec un tel SoC, il aurait été plus qu’étonnant de voir le moindre souci sur une utilisation classique : ce n’est fort heureusement pas le cas.

 Zenfone 5zOnePlus 6Xiaomi Mi Mix 2SHuawei P20
SoCS845S845S845Kirin 970
AnTuTu 7.x266 795267 316269 763203 591
PCMark 2.08 0588 2338 3586 999
3DMark Slingshot Extreme4 6684 6683 7073 000
3DMark Slingshot Extreme Graphics5 1695 2044 0613 046
3DMark Slingshot Extreme Physics3 8453 4302 8412 850
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)33 / 35 FPS32 / 35 FPS34 /35 FPS23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)59 / 82 FPS58 / 71 FPS59 / 71 FPS56 / 65 FPS
Lecture / écriture séquentielle696 / 193 Mo/s718 / 154 Mo/s739 / 192 Mo/s833 / 195 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire32,3k / 5,7k IOPS35,9k / 5,6k IOPS35,9k / 23k IOPS37,8k / 41k

Sur Arena of Valor, le jeu réglé aux graphismes maximums avec fréquence d’image débloquée et textures HD téléchargées tourne à la perfection, parfaitement stable à 60 FPS même sur de longues parties et des escarmouches lourdes en effets visuels.

PUBG Mobile a été poussé au maximum de ses capacités graphiques en date (HDR + AA, sans changement dynamique de configuration) sans le moindre souci, et s’affiche vraiment sous son meilleur jour en n’enregistrant aucune chute de framerate. Un pur plaisir.

Pas de doute : le Snapdragon 845 est toujours le monstre de jeu que l’on a l’habitude de voir. À noter qu’Asus propose également d’optimiser les performances du téléphone au lancement d’un titre, grâce à son outil Game Genie facilement accessible à partir de la barre de navigation. Du tout bon qui est légèrement terni par la chauffe de l’appareil, conséquente et quelque peu dérangeante.

Appareil photo

NB : pour rappel, cette partie a été mise à jour suite à la publication de la mise à jour 80.11.37.95.

Double capteur arrière

Sur le papier, l’Asus Zenfone 5z devrait être bon. Il dispose d’un double capteur photo de 12 mégapixels. Le premier dispose d’un objectif 24mm ouvrant en f/1.8 disposant de photosites de 1,4 µm. Il est couplé d’un second capteur photo de 8 mégapixels avec un objectif ouvrant en f/2.0, dont la particularité est d’offrir un grand-angle de 120°. Une intelligence artificielle se charge de régler automatiquement l’image pour trouver le meilleur rendu, mais n’est pas désactivable.

Dans les faits… cet appareil photo est sympathique, mais pourrait mieux faire. En plein soleil, avec des lumières chatoyantes et un beau soleil, des conditions parfaites en somme, l’appareil photo produit de très bonnes photos avec un bon piqué, la dernière mise à jour ayant corrigée le problème de reconnaissance de la balance des blancs qu’avait l’appareil auparavant.

Le grand-angle est assez bon, même si son réglage par défaut donne l’impression de simplement passer les photos au ratio 18:9. De retour en 4:3, on constate bien le changement, même si l’effet « fish eye » est très prononcé sur les captures.

En intérieur, le constat s’est nettement amélioré grâce à la mise à jour. La balance des couleurs est plutôt bonne, bien que les photos soient un peu surcontrastées. Surtout, le Zenfone 5Z sait enfin sur quel pied danser. Cela ne change rien au fait que le bruit apparaisse dans ces conditions, nuisant au piqué de l’image, mais le résultat est enfin utilisable. Malgré tout, il reste dans la moyenne de ce qu’il se fait sur ce tarif.

De nuit, le bruit se fait toujours plus présent nuisant à la qualité générale de l’image. Si les couleurs sont assez bonnes, l’image d’ordre générale n’est pas très plaisante à l’oeil. Ceci étant, elle est tout à fait utilisable, et ce rendu se place là encore dans la moyenne de ce qu’il se fait sur ce tarif. Ni décevant, ni enthousiasmant donc.

Capteur avant

À l’avant, l’Asus Zenfone 5z s’équipe d’un unique capteur photo de 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.0. Celle-ci ne fait pas non plus de miracle : si les photos sont bonnes en pleine lumière, leur arrière-plan est souvent brûlé et elles chutent à la même vitesse que le double capteur arrière dès que les conditions lumineuses se détériorent. Le bruit, toujours plus visible, comme la dynamique de l’image en prennent une nouvelle fois un sacré coup. La mise à jour n’y a hélas rien changé.

 

Réseau et communications

Fort du Snapdragon 845, l’Asus Zenfone 5z est compatible avec l’intégralité des bandes françaises, à savoir la 700, 800, 1800, 2100 et 2600 MHz. Je n’ai jamais pu constater le moindre problème d’accroche réseau sur notre carte Sosh habituelle : le tout était très bon.

La voix de l’interlocuteur est assez bonne, mais le retour n’est pas forcément aussi bon : si les micros de réduction de bruit sont efficaces, notre propre voix paraît cuivrée. Il semble que la réduction soit un peu trop forte et oublie de conserver la chaleur de notre timbre.

L’accroche GPS est excellente, rapide et précise.

Autonomie

Pour s’assurer une bonne autonomie, l’Asus Zenfone 5z s’équipe d’une batterie de 3 300 mAh. Oui, il s’agit-là de la même batterie que l’Asus Zenfone 5 classique, malgré le fait que le SoC utilisé est ici bien plus performant.

À l’utilisation, et malgré cette différence, on retrouve les mêmes défauts que la variante classique, à savoir une autonomie… meh. Sans être catastrophique, il faut bien avouer que le Zenfone 5z finit souvent ses journées… tout pile, comme un coureur qui s’écroulerait à terre une fois la banderole dépassée.

Notre test Viser personnalisé montre que comparativement au Zenfone 5, il perd légèrement en autonomie (8h34 contre 8h45) sans que cela ne soit véritablement impactant au quotidien. On retiendra surtout du téléphone que si son mode veille est excellent, sa consommation sur les grosses applications est très forte.

Au même titre que les téléphones HTC, Asus a tendance à rester serein sur les applications de base et envoyer la sauce sur les jeux et applications 3D, ce qui explique cette autonomie dans la moyenne basse (mais pas catastrophique) des smartphones testés par la rédaction.

Galerie photo

Prix et date de sortie

L’Asus Zenfone 5z est d’ores et déjà disponible en France au prix de 499 euros. Pour son lancement, une ODR de 50 euros était proposée ce qui explique que le prix de 449 euros est parfois mentionné.

Test Asus Zenfone 5z Le verdict

design
7
Asus a réussi à créer un smartphone qui n'est pas dénué de personnalité tout en incorporant les lignes de design propres à l'année 2018. Si l'on regrettera une encoche un peu trop large et un capteur placé un poil trop haut, l'effet de son dos est très séduisant et surtout original.
écran
8
La dalle IPS LCD fournie par Asus sur cette monture est d'excellente facture. Lumineuse et fortement contrastée, elle est en prime réglable avec précision de manière logicielle. Un très bon point.
logiciel
8
L'interface est agréable à utiliser et graphiquement très plaisante. Si l'encoche pourrait être mieux gérée, c'est tout de même un pas dans le bon sens entrepris par Asus dont les précédentes interfaces maison n'étaient pas à la hauteur.
performances
9
Le Snapdragon 845 aussi performant qu'on l'attend au prix le plus bas constaté sur le marché. On ne peut pas cracher dessus, d'autant qu'il est très bien géré par le téléphone qui ne cesse d'impressionner pour ses performances.
caméra
7
La mise à jour a bien amélioré la situation sur le double capteur arrière qui est désormais plutôt bon, mais le capteur photo avant n'est toujours pas exceptionnel.
autonomie
7
L'Asus Zenfone 5z n'a pas un problème d'autonomie. Il est simplement... tout juste. Il vous sera possible de terminer votre journée, mais pas d'espérer survivre sur un imprévu ou sur plusieurs jours.
Note finale du test 7/10
L'Asus Zenfone 5z propose le Qualcomm Snapdragon 845 le moins cher du marché, et le fait très bien : les performances sont véritablement au rendez-vous et le design général du téléphone est assez réussi et original pour le faire sortir du lot. Mais voilà, tout n'est évidemment pas parfait : son autonomie est un peu juste, et ses performances photo le placent seulement dans la moyenne constatée. Son capteur photo avant le ralenti beaucoup sur ce point.

Un bon smartphone sur cette gamme se dégage en proposant un équilibre. Une leçon que connaît pourtant Asus en étant aussi présent sur le marché des ordinateurs, qui connaissent très bien cette philosophie. Ici, l'Asus Zenfone 5z est un peu bancal mais attrayant, faisant qu'il ne sera pas un mauvais compagnon... pour peu que vous puissiez faire avec ses défauts.

Face au OnePlus 6 bien plus équilibré et vendu « seulement » 70 euros plus cher, ne vaudrait-il pas mieux économiser encore un tout petit peu ? Et si ce n'est pas possible, ne vaudrait-il mieux pas aller vers un Huawei P20 ou un Honor 10 plus équilibré ? Le Zenfone 5z s'essouffle sur la dernière ligne droite, mais prouve qu'Asus a encore de l'énergie à revendre sur ce marché.
  • Points positifs
    • Le Snapdragon 845 comme on l'aime
    • Design original
    • Écran de très bonne facture
    • Prise jack toujours présente
  • Points négatifs
    • Le capteur photo avant est limité
    • Autonomie un peu juste
    • Placement du scanner et taille de l'encoche perfectibles