Introduction

En quelques années, Honor a réussi à se forger une très bonne réputation et propose de très bons smartphones à des prix souvent abordables. Le Honor 10 suit cette même logique et vient faire évoluer le modèle de l’année dernière sans en changer son prix. De quoi être ultra compétitif ?

Après un Honor 9 au rapport qualité/prix très agressif, la marque fille de Huawei revient en 2018 avec un modèle qui repousse un peu les bordures et adopte un design à encoche dans l’ère du temps.

Fiche technique

Sans surprise, le Honor 10 reprend en grande partie la fiche technique du Huawei P20.

Modèle Honor 10
Version de l'OS Android 8.1
Interface Emotion UI
Taille d'écran 5,84 pouces
Définition 2280 x 1080 pixels
Densité de pixels 416 ppp
SoC Kirin 970 à 2,36GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-G72 MP12
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:16 Mégapixels, Capteur 2: 24 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 24 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3400 mAh
Dimensions 149,6 x 71,2 x 7,7 mm
Poids 153 grammes
Couleurs Bleu, Noir
Prix 369€
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un smartphone qui nous a été donné par la marque.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Design : l’encoche et le menton

En 2018, bon nombre de constructeurs ont opté pour un design à encoche afin de proposer un design toujours plus borderless et un écran recouvrant la plus grande surface possible. Il faut bien sûr pondérer cela en fonction de l’intégration générale.

Ici, quand on regarde le téléphone de face, on a vraiment l’impression de fixer un smartphone premier prix tant les bordures sont importantes, aussi bien sur les côtés qu’en haut et en bas.  C’est d’autant plus flagrant lorsqu’on décide de cacher l’encoche logiciellement et qu’on se rend compte que l’écran réel n’est pas si grand en comparaison du gabarit du téléphone lui-même.

Pour la coque arrière, on retrouve l’habituelle patte de Honor avec ses 15 fines couches de verres superposées qui permettent d’obtenir un effet iridescent aux multiples reflets. C’était le cas sur les Honor 8 et 9, aucune surprise à retrouver cela aussi sur le Honor 10. Le tout est arrondi sur les bords afin de permettre une prise en main agréable, rappelant un peu le Honor Magic, ce smartphone tout en rondeurs, mais en moins prononcé.

Dans l’ensemble, l’air de parenté avec le Honor 9 ne peut pas être nié et la principale différence se note au niveau de l’appareil photo, désormais protubérant au sein d’un module unifié. Fier de sa technologie, la marque chinoise n’hésite pas non plus à écrire « AI Camera » sur le côté, ce dont on se serait bien passé. Notons cependant qu’en comparaison de son prédécesseur, le Honor 10 semble moins salissant.

Sur les tranches, on retrouve les habituels boutons et ports (y compris un jack 3,5 mm), ainsi qu’un port infra-rouge pour se servir de son smartphone comme d’une télécommande.

 

Un écran correct

La dalle LCD du Honor 10 est en Full HD+ avec une couleur de base ayant une forte tendance à virer au bleu. Le premier réflexe d’un œil avisé sera donc de se rendre dans les paramètres du téléphone pour adopter le profil « couleurs normales » au rendu bien plus naturel que les « couleurs vives ».

Sondé comme ceci, l’écran est cependant loin d’être fantastique. Sa luminosité de 415 cd/m² est « juste » correcte et son contraste de 1 215:1 est bon, mais bien moindre que ce que propose le Zenfone 5 par exemple. Le Honor 10 reste cependant dans les clous et se montre à peine moins bien que le Nokia 7+ sur ce point. De plus, sa température reste au-dessus des 7 200K (contre 6 500K pour la valeur « conseillée »). On peut cependant la régler selon notre convenance à l’aide d’un cercle chromatique complet dans les paramètres du téléphone.

Pour autant, l’écran du Honor 10 reste suffisant dans l’absolu et propose par ailleurs d’excellents angles de vision. On notera cependant qu’il manque un bouton permettant de désactiver la luminosité automatique dans les réglages rapides et que le réglage manuel est un peu difficile sachant qu’une grande partie du slider ne change pas grand-chose, mais que les changements deviennent flagrants dans les extrêmes.

Comme dit plus haut, l’écran possède une encoche, qui peut être cachée au besoin, ou automatiquement sur certaines applications (comme YouTube par exemple). Le contenu ne dépasse quant à lui jamais la limite et n’est donc jamais tronqué par l’encoche. D’un côté, c’est une bonne chose, mais de l’autre on se demande quel peut donc être l’intérêt de ce gimmick si ce n’est ressembler un peu à l’iPhone X et afficher un ratio « screen-to-body » de 86 %. L’interface est cependant bien adaptée et n’est pas coupée par les angles en plus de pouvoir être personnalisée afin de supprimer certaines icônes (le nom de l’opérateur par exemple) pour laisser davantage de place aux notifications.

 

Emotion UI, sans surprise

Le Honor 10 embarque nativement EMUI 8.1, basé sur Android 8.1 Oreo, ce qui est une très bonne chose, d’autant que le patch de sécurité est daté du 1er avril à l’heure de la rédaction de ces lignes, ce qui en fait l’un des téléphones les plus à jour du marché actuellement. L’interface est cependant quelque peu vieillissante aujourd’hui, et je cherche par exemple toujours comment changer les icônes…

Cette mouture logicielle n’a désormais plus rien de nouveau puisqu’on l’a déjà aperçue sur la gamme des Huawei P20 par exemple. On retrouve donc tout ce qui fait la force de cette interface, comme la personnalisation du launcher (taille de grille, effets de transition…), des fonctionnalités comme la capture d’écran défilante ou encore quelques contrôles par gestes.

La navigation peut, quant à elle, être effectuée de plusieurs manières. De base, la barre de navigation d’Android est activée, mais on peut changer pour utiliser des mouvements sur le capteur d’empreintes (ce qui est le cas depuis le Huawei P10) ou encore une touche de navigation en bas de l’écran (plus discrète) ou un bouton flottant.

Déverrouiller son téléphone est plus compliqué que sur les modèles précédents

Ayant utilisé la navigation via mouvements sur le capteur pendant un temps avec le P10 Plus, je me suis immédiatement tourné vers cette option afin de récupérer de l’espace utile à l’écran, mais le temps nécessaire pour revenir à l’accueil et les nombreuses erreurs (retour au lieu d’accueil…) m’ont rapidement fait revenir sur la méthode traditionnelle d’Android.

Cela est certainement dû au capteur d’empreintes invisible, situé sous la vitre, globalement moins réactif qu’à l’accoutumé. Déverrouiller son téléphone est d’ailleurs plus compliqué que sur les modèles précédents, et il faut appuyer sur l’emplacement du capteur pour réussir la manipulation et non juste passer son doigt dessus, ce qui le rend globalement moins réactif, même durant l’enregistrement de l’empreinte. Honor propose également un système de reconnaissance faciale, mais ce dernier ne s’est pas montré fiable à 100 % lors de mon utilisation. Il a fallu que j’enregistre mon visage 3 fois avant d’avoir un résultat très réactif, et encore, en fonction des conditions lumineuses.

Notons également la présence de nombreuses applications natives indésirables (jeux Gameloft et Disney, doublons avec les Google Apps, Booking.com…), ainsi que quelques petits ralentissements de temps à autre lors de l’usage quotidien.

Performances

Contrairement au modèle chinois, le Honor 10 européen ne possède que 4 Go de RAM (et non 6). Il est cependant couplé au Kirin 970, un processeur haut de gamme que l’on retrouve sur les meilleurs smartphones de Huawei. Autant dire que l’on peut s’attendre à de très bonnes performances.

 Honor 10Asus Zenfone 5Nokia 7 PlusHuawei P20
SoCKirin 970Snapdragon 636Snapdragon 660Kirin 970
AnTuTu 7.x197 690 points126 081 points140 565 points203 591 points
PCMark 2.07 118 points5 676 points6 132 points6 999 points
3DMark Slingshot Extreme2 908 points950 points1 330 points3000 points
3D Mark SSE (Graphics)2 993 points816 points1 159 points3 046 points
3D Mark SSE (Physics)2 644 points2 239 points2 754 points2 850 points
GFX Bench Car Chase (onscreen / offscreen)22 / 21 FPS6 / 6,3 FPS8,6 / 9,0 FPS23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)49 / 50 FPS15 / 16 FPS21 / 23 FPS56 / 65 FPS
Lecture / écriture séquentielle830 / 197 Mo/s295 / 219 Mo/s277 / 212 Mo/s833 / 195 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire37k / 41,4k IOPS15,4k /17,8k IOPS14,4K / 4,6K IOPS37,8k / 41k IOPS

Dans les benchmarks, cette supériorité se ressent directement en comparaison de la concurrence direct. On a ici un smartphone capable d’obtenir les mêmes scores qu’un appareil haut de gamme.

Dans les faits, la différence est beaucoup moins flagrante. Comme dit plus tôt, l’interface est un peu lourde et n’est pas parfaitement fluide bien que les applications chargent assez rapidement, et les performances en jeu ne sont pas phénoménales. Sur un Arena of Valor par exemple, le Honor 10 fluctue entre 36 et 40 FPS, avec des chutes à 32 FPS lors des gros combats. En outre, il chauffe beaucoup, ce qui risque d’abîmer le téléphone à long terme, mais surtout rend désagréable les longues sessions de jeu.

Il reste cependant l’un des téléphones les plus puissants de sa gamme de prix à l’heure actuelle.

Son

Pas de stéréo pour le Honor 10, il faut se contenter d’un haut-parleur situé sur la tranche inférieure du téléphone. Il a cependant le mérite d’être en hauteur lorsque le téléphone est tenu à l’horizontale, ce qui permet de ne pas le boucher trop facilement pendant les sessions de jeu.

L’enceinte est cependant un peu faiblarde, même à plein volume, et ne permettra pas de profiter du son du smartphone dans des zones un peu bruyantes. L’avantage est qu’il ne souffre pas de grésillements ou de saturations désagréables, même à fond. À l’inverse, il ne souffre pas trop non plus des basses, très peu marquée.

On va donc plutôt se tourner vers un casque, que l’on peut brancher en jack, si l’on veut un peu de puissance et des basses correctes (mais toujours un poil faiblardes). Un moindre mal pour profiter d’un son bien équilibré dans l’ensemble, avec des aiguës et des médiums de qualité.

Les plus pointilleux pourront essayer de bidouiller dans les options de l’appareil en activant les effets sonores Huawei Listen, mais le résultat n’est clairement pas probant, rajoutant des basses au prix d’un son beaucoup plus métallique.

Photos : l’IA un peu trop présente

Le Honor 10 possède un double appareil photo de 24 (monochrome) + 16 mégapixels (RVB), avec une ouverture f/1,8. Le second objectif n’apporte cependant que très peu de plus-value puisque le zoom x2 proposé dans l’interface est numérique. Il sert donc essentiellement à créer le bokeh du mode portrait, ce que certains téléphones (comme les Pixel 2) font avec un simple objectif, et à proposer du monochrome, très situationnel.

Dans l’ensemble, l’appareil photo n’est pas mauvais, on peut même dire qu’il est plutôt bon pour cette gamme de prix. Le piqué est correct dans l’ensemble (sans atteindre la finesse des smartphones premium à longue distance) et donne un bon résultat, et la gestion des couleurs et de la luminosité est au plus juste, pour retranscrire correctement ce que voit l’œil humain, avec ses défauts.

Dans des situations plus sombres, le Honor 10 s’en sort également avec les honneurs, avec un peu plus de bruit bien évidemment, mais avec une retranscription des couleurs plutôt fidèle et un piqué excellent pour un appareil de ce tarif.

Dans sa communication, Honor met en avant son intelligence artificielle, qui est même mentionnée sur le dos du téléphone. Celle-ci reconnait 22 types de scènes différentes avec une segmentation sémantique d’image permettant de reconnaître plusieurs scènes sur un même cliché.

Ça, c’est le discours marketing ! Dans les faits, l’intelligence artificielle est… artificielle. VRAIMENT artificielle.


Le rendu est très saturé et ressemble bien plus souvent à un mauvais HDR qu’à une photo savamment corrigée. On se retrouve ainsi avec des tâches oranges sur une main, des plantes vert fluo, des ombres bizarrement placées ou encore du flou rajouté en post-traitement sur des scènes où l’on n’en voudrait pas forcément.


Fort heureusement, il est possible de supprimer l’effet de l’intelligence artificielle en post-traitement, mais cela oblige à passer par l’application de galerie de Honor. À l’inverse, désactiver l’IA avant le cliché empêche de profiter de l’effet en post-traitement.


 

Du côté de l’application photo, on retrouve de nombreux effets (Monochrome, Light Painting, Time-lapse, scan de document…), mais certaines icônes manquent parfois d’explications et on sent un manque d’ergonomie, déjà évoqué dans les tests des Huawei P20.

Enfin, l’appareil à selfie manque de précision, mais il a l’avantage de proposer des photos relativement propres même lorsque les conditions lumineuses sont loin d’être idéales, et ça c’est déjà une excellente chose.

Autonomie

Le Honor 10 est équipé d’une batterie Li-Po de 3 400 mAh, ce qui est dans la moyenne des smartphones actuels. Malheureusement, comme tous les smartphones dotés d’un Kirin 970, notre protocole de test automatisé habituel a rencontré des erreurs, ce qui nous empêche de vous proposer un comparatif précis avec d’autres produits. Il semblerait que l’usage de la mémoire vive soit plus instable lors des changements rapides d’applications, ce qui pénalise le téléphone sur ce genre de tests, mais très peu au quotidien.

Je n’ai d’ailleurs ressenti aucun souci d’autonomie au quotidien avec ce Honor 10 qui s’en sort très bien et semble faire aussi bien que la moyenne des smartphones, à savoir tenir une journée et demie en utilisation normale. Il s’en sort d’ailleurs très bien en veille.

Pour vous donner une idée, en une heure de vidéo sur YouTube (en Wi-Fi) avec l’écran réglé sur 200 cd/m², le Honor 10 n’a perdu que 9 % d’autonomie, ce qui est un bon résultat de nos jours, même si on a déjà vu un peu mieux.

Quant à la recharge, elle est très rapide avec son chargeur d’origine de 22,5 W. Comptez un passage de 0 à 50 % en 25 à 30 minutes environ et une recharge complète en 1h à 1h20 environ.

Réseaux et communications

Le Honor 10 est compatible avec toutes les bandes de fréquence françaises, à l’exception de la bande des 700 MHz, encore très peu utilisée pour le moment, et essentiellement par Free Mobile. Par ailleurs, l’agrégation inter-bandes est désormais présente sur le Honor 10 (contrairement au Honor 9), ce qui lui permet d’atteindre de très bons débits. D’ailleurs, durant toute la durée du test, je n’ai jamais été témoin d’un problème de réseau inhabituel, avec des débits montant à près de 130 Mb/s sans problème.

Il en va de même pour tout ce qui touche au GPS. Les satellites sont fixés très rapidement et avec une précision redoutable. Quant à la boussole, elle pointe la bonne direction, avec une légère marge d’erreur qui s’affine au fil du parcours.

Pour ce qui est des communications, les voix sont intelligibles dans un sens comme dans l’autre et la réduction de bruit est très efficace, permettant de discuter dans une rue bruyante sans assourdir son interlocuteur.

Prix, date de sortie et alternatives

Le Honor 10 est disponible à partir de 399 euros (449 avec 128 Go de stockage), mais il profite d’une réduction de 30 euros sur le site de Honor qui le fait descendre à 369 euros. Nous vous expliquons tous les détails dans un article dédié.

Il se positionne sur le même tarif que l’Asus Zenfone 5 et le Nokia 7+, tout en reprenant la plupart des caractéristiques du Huawei P20.

Galerie Photo

Test Honor 10 Le verdict

design
9
Le design du Honor 10 est très soigné et l'effet de la coque arrière est particulièrement hypnotisant. En main, il reste agréable grâce à ses bordures arrondies, mais il reste assez classique sur le reste et ses bordures n'ont rien d'impressionnant, notamment à cause de son menton avec capteur d'empreintes intégré.
écran
7
Honor a opté ici pour du LCD, ce qui ne permet pas de cacher son encoche correctement. Il reste correct avec une bonne luminosité, même en plein soleil, un contraste suffisant et de bons angles de vision. Il est cependant nécessaire de régler la colorimétrie à la main et le réglage manuel de la luminosité est un peu difficile à gérer.
logiciel
7
Honor propose une version très à jour d'Android, ce qui est assez rare pour être noté. L'interface Emotion UI, bien que proposant de nombreuses fonctionnalités pratiques, est cependant un peu vieillissante et mériterait quelques ajustements qui nécessitent aujourd'hui de passer par un launcher alternatif.
performances
8
Difficile de noter les performances du Honor 10. Il est certainement le plus puissant des téléphones de sa gamme de prix grâce à son Kirin 970, mais il lui arrive d'avoir quelques ratés dans les situations les plus difficiles. Mention Bien.
caméra
8
L'appareil photo du Honor 10 est tout à fait correct pour sa gamme de prix, sans être à la hauteur d'un P20 par exemple. Dommage que l'IA (à désactiver rapidement) propose des rendus aussi étranges.
autonomie
8
L'autonomie du Honor 10 est plutôt bonne, sans être totalement époustouflante. Comptez une journée et demie sur une utilisation normale. La charge rapide est cependant très efficace.
Note finale du test 7/10
Sur le papier, le Honor 10 a tout d'un Honor View 10 ou d'un Huawei P20, mais une fois en main, la différence de prix s'explique, tout du moins en partie.

Bien que moins bon que ses deux cousins, le Honor 10 reste une valeur sûre, particulièrement agréable en main et loin d'être déplaisant à utiliser. Il reste cependant en retrait sur certains points, notamment en raison d'un processeur qui chauffe un peu lorsqu'on le sollicite un peu trop (en comparaison à un Snapdragon de série 6), un capteur d'empreintes ultra-sonique qui ralentit un peu son utilisation et surtout une intelligence artificielle qui gâche les photos plus qu'elle ne les embellit.

Mais lorsque le prix entre dans l'équation, le Honor 10 se dresse fièrement comme un pilier de sa gamme de prix, aux côtés d'un Zenfone 5. Il reste cependant en retrait du Nokia 7+ sur certains points, ce qui fera certainement réfléchir un certain nombre de consommateurs.

Si cela ne vous dérange pas d'installer un launcher, de vous satisfaire de la luminosité automatique et que cela ne vous dérange pas de vérifier pour chacun de vos clichés si la version "avec IA" apporte un quelconque intérêt sans rendre la photo fluo, il reste cependant un smartphone plus que recommandable, avec de nombreuses qualités.
  • Points positifs
    • Joli design, surtout en bleu
    • Android à jour
    • La prise jack est là
    • Charge très rapide
    • Une bonne gestion de la lumière des 2 APN
  • Points négatifs
    • Encoche peu justifiable
    • Capteur d'empreintes moins rapide
    • L'IA de la photo... aïe