La voiture électrique à moins de 20 000 € du plus grand concurrent de Tesla arrive bientôt en Europe

 

Plus d’un an après sa révélation officielle, la nouvelle voiture électrique BYD Seagull ultra-abordable va enfin faire son arrivée en Europe. La citadine électrique chinoise devrait afficher un prix très abordable, situé sous les 20 000 euros pour faire de l’ombre à Renault et Citroën.

Si le prix freine encore de nombreux automobilistes à acheter une voiture électrique, cet argument est de moins en moins pertinent au fil des années. Car ces autos deviennent de plus en plus abordables.

Une nouvelle citadine électrique

Ce n’est pas seulement parce que le lithium coûte moins cher, mais aussi parce que les constructeurs sont nombreux à se lancer sur le marché des petites voitures abordables. Et cela en réduisant la taille de la batterie ou encore les équipements à bord, tout en optant pour une fabrication moins coûteuse. On pense par exemple à la Dacia Spring, mais également à la nouvelle Renault 5 E-Tech, que nous avons pu découvrir quelques mois plus tôt. Sans parler de la nouvelle Citroën ë-C3, et de la future Volkswagen ID.2.

Bref, la concurrence est de plus en plus rude, et c’est encore loin d’être terminé. Car une autre compétitrice s’apprête à entrer dans l’arène. Il s’agit cette fois-ci d’une petite auto venue de Chine, qui n’est autre que la BYD Seagull. Cette dernière, dont le nom signifie « mouette » dans la langue de Shakespeare avait été officiellement dévoilée dans son pays natal en avril 2023. Mais à l’époque, son arrivée chez nous était encore incertaine. Ce n’est qu’en fin d’année dernière que le numéro 2 mondial de l’électrique avait finalement confirmé sa venue.

Une arrivée prochaine encore annoncée il y a quelques jours, alors que le constructeur nous donne quelques nouvelles. Les journalistes du site américain Bloomberg nous annoncent en effet que la citadine électrique chinoise fera bel et bien son arrivée sur le Vieux Continent dès l’année prochaine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle devrait donner des sueurs froides aux constructeurs déjà bien implantés chez nous, en raison notamment de son prix défiant toute concurrence. Ce dernier devrait être affiché à moins de 20 000 euros.

Pour mémoire, la BYD Seagull est vendue dans son pays natal à 9 000 euros environ, mais il faut également ajouter les droits de douane, qui pourraient bientôt augmenter, ainsi que les taxes en tout genre. Sans oublier que la petite voiture ne sera pas éligible au bonus écologique en France, en raison de sa fabrication en Chine. Ce qui pourrait finir par changer, car le constructeur prévoit de produire des autos sur le Vieux Continent, en implantant une usine en Hongrie. Et il risque de faire du mal à ses rivaux.

Elle a tout d’une grande

Car la firme basée à Shenzhen, dans le sud de la Chine ne compte pas laisser la moindre chance à ces derniers, et notamment à Tesla, dont la situation est particulièrement inquiétante en Europe. Et ce alors que BYD annonce une guerre des prix encore plus intense au cours des prochains mois, tandis qu’il a fait chuter le prix de sa citadine dans son pays natal il y a quelques semaines. Cette dernière, qui rivalisera aussi avec la Leapmotor T03 que nous avions pu essayer devrait en plus offrir des prestations intéressantes.

Bloomberg annonce notamment un écran tactile rotatif, un régulateur de vitesse ou encore un chargeur sans fil pour smartphone. Des fonctionnalités très rares sur ce segment, afin justement de garantir des prix bas. De plus, et comme l’indique InsideEVs, une société américaine d’ingénierie a analysé la voiture dans une vidéo et affirmé que cette dernière était très satisfaisante en termes de qualité de fabrication. De quoi donner un nouveau coup de massue à la concurrence, et ne pas plaire à Bruxelles, qui est en guerre contre les constructeurs chinois.

La BYD Seagull devrait profiter de cet accord

Pour mémoire, la BYD Seagull embarque une batterie Blade LFP (lithium – fer – phosphate), dont la capacité est comprise entre 30,08 et 38,88 kWh. De quoi lui permettre d’afficher une autonomie située entre 259 et 344 kilomètres selon le cycle WLTP européen. La citadine peut se recharger de 30 à 80 % en 30 minutes, à une puissance allant jusqu’à 40 kW. Enfin, elle délivre jusqu’à 74 chevaux pour 135 Nm et réalise le 0 à 50 km/h en seulement 4,9 secondes contre 5,8 pour la Dacia Spring. À noter qu’elle est dotée de la conduite autonome de niveau 2 et du freinage régénératif. La concurrente parfaite des nouvelles Citroën ë-C3, Dacia Spring et Renault 5 E-Tech.


Chaque matin, WhatsApp s’anime avec les dernières nouvelles tech. Rejoignez notre canal Frandroid pour ne rien manquer !