Facebook Gaming : « Les utilisateurs iOS ont une expérience inférieure à Android »

 

Facebook rejoint Microsoft dans son conflit avec Apple concernant la politique de l'App Store et le blocage des services de cloud gaming.

facebook 37 millions utilisateurs france

Crédits : Unsplash / Alex Haney

La pression monte pour Apple. Le géant continue de refuser les services de cloud gaming sur sa plateforme mobile en invoquant des raisons particulièrement ridicules. Une justification qui n’a pas convaincu Microsoft, ouvertement critique de cette politique de la façon dont Apple gère l’App Store, alors que son service de cloud gaming, le Xbox Game Pass, est le dernier en date à en faire les frais.

C’est maintenant au tour de Facebook de réagir, après des problèmes rencontrés avec Apple lors de la publication de son application Facebook Gaming, bridée sur iOS.

Facebook monte au créneau

Le géant du réseau social a en effet mis plusieurs mois à réussir à publier son application Facebook Gaming sur iOS. Cette application permet essentiellement d’accéder au service de streaming concurrent de Twitch et YouTube, et qui a récemment racheté Mixer, mais elle intègre une part d’interactivité sur Android. En effet, pour se différencier, Facebook veut intégrer des mini jeux à son application, mais ne pourra pas le proposer sur la plateforme d’Apple. Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook, l’explique à The Verge :

Malheureusement, nous avons dû supprimer entièrement la fonctionnalité de jeu afin d’obtenir l’approbation d’Apple pour l’application Facebook Gaming — ce qui signifie que les utilisateurs d’iOS ont une expérience inférieure à ceux qui utilisent Android. Nous restons concentrés sur la création de communautés pour les 380 millions de personnes qui jouent sur Facebook chaque mois, qu’Apple l’autorise ou non dans une application autonome.

Pour Apple, l’application telle que proposée originellement par Facebook correspondait à une application dont l’objectif premier était de permettre de jouer à des jeux divers. C’est ainsi que Facebook Gaming enfreignait la politique de publication sur l’App Store d’Apple. C’est sur cette question de l’objectif premier de l’application que Facebook oppose à Apple des statistiques bien réelles : sur Android, 95 % de l’activité des utilisateurs est de regarder des streams. Difficile d’imaginer que l’objectif premier de l’application soit de permettre le jeu si seulement 5 % de son utilisation est de jouer à des jeux.

Apple interdit ce qu’elle a déjà autorisé

Par ailleurs, la marque à la pomme refuse l’intégration de la plateforme Facebook Instant Games dans Facebook Gaming, alors même que cette plateforme est aujourd’hui disponible sur iOS au travers de l’application principale de Facebook. Autrement dit, la firme autorise une fonction sur la première application de l’éditeur, qu’elle interdit sur sa seconde application. Tim Cook avait pourtant affirmé, sous serment, qu’Apple traitait tous les développeurs de la même façon alors que la marque ne semble pas capable de traiter deux cas du même éditeur de la même façon. « C’est une douleur partagée par l’ensemble de l’industrie des jeux, qui finit par nuire aux joueurs et aux développeurs et par paralyser gravement l’innovation sur mobile pour d’autres types de formats, comme le cloud gaming », déplore ainsi Sheryl Sandberg.

On a appris récemment qu’Apple avait à de nombreuses reprises privilégié Amazon aux dépens d’autres éditeurs d’applications, que ce soit pour Kindle ou pour Amazon Prime Video.

 

Apple est actuellement sous le coup d’une enquête visant ses pratiques sur l’AppStore en Europe, soutenu à mi-mot par Microsoft en juin, et une enquête aux États-Unis, qui a valu à la firme d’être comparée à un bandit de grand chemin.

Les derniers articles