Huawei veut les 150 applications les plus populaires de chaque pays dans sa boutique

L'objectif est de les intégrer d'ici une semaine

 

Huawei compte intégrer dans son AppGallery les 150 applications les plus populaires de chaque pays. Pour ce faire, le groupe chinois affirme avoir redoublé d'efforts et précise que les applications clés seront intégrées dès la fin de l'année, dans une semaine.

Depuis le mois de mai, Huawei ne peut plus intégrer les services mobiles Google à ses nouveaux smartphones. En plus des applications comme Gmail, YouTube, Google Maps ou le Google Play Store, cela signifie que nombre d’applications tierces — qui ont besoin des Google Play Services pour fonctionner — ne peuvent pas être lancées sur les nouveaux smartphones de Huawei.

Néanmoins, la firme chinoise a commencé à travailler avec bon nombre de développeurs pour qu’ils adaptent leurs applications et utilisent, en lieu et place des services Google, ceux spécialement conçus par le groupe chinois. Comme l’a précisé Charles Peng, responsable du marché indien de Huawei et Honor au site ETTSpecial, l’idée est ainsi d’intégrer les 100 à 150 applications les plus populaires de chaque pays dans l’AppGallery, la boutique d’application de Huawei.

Pour rappel, des responsables de Huawei nous avaient promis que le catalogue français d’AppGallery allait s’étoffer et que des applications populaires locales seront plus mises en avant.

Les applications les plus populaires prévues d’ici la fin de l’année

« Nous avons nos propres services mobiles Huawei et nous essayons de bâtir un écosystème mobile. La plupart des applications clés, comme la navigation, le paiement, les jeux et les services de messagerie, seront prêtes d’ici la fin du mois de décembre », a indiqué le responsable indien du groupe Huawei. Rappelons qu’il y a quelques semaines, lors de la sortie du Huawei Mate 30 Pro en France, rares étaient les applications Android les plus populaires à être d’ores et déjà intégrées à la boutique de Huawei.

Néanmoins, selon Charles Peng, le groupe met actuellement les bouchées doubles : « Le siège de Huawei est en contact avec les développeurs chinois et indiens pour nous aider en Inde, et certaines régions comme l’Europe. Dans chaque pays, nous nous appliquons à intégrer les 100-150 meilleures applications aux consommateurs grâce aux services mobiles Huawei ».

Reste néanmoins un défi de taille pour Huawei. Si le groupe chinois peut convaincre les développeurs locaux, comme LeBonCoin, VLC ou Molotov en France, il ne pourra vraisemblablement pas faire de même avec les applications américaines. Netflix, Facebook, Snapchat ou Uber par exemple sont également concernés par l’Entity List et n’ont plus le droit de faire affaire avec Huawei, au même titre que Google. Juridiquement, il semble donc encore impossible que ces entreprises puissent proposer leurs services dans la boutique d’applications de Huawei.

Comment Huawei compte se passer de Google pour ses prochains smartphones

Les derniers articles