« Pas l’année prochaine, c’est sûr » : voici ce qu’on sait du speedbike de VanMoof capable de filer à 45 km/h

 

Bonne nouvelle pour les amateurs de speedbikes : le dirigeant Eliott Wertheimer assure à Frandroid dans une interview exclusive que le VanMoof V verra le jour. Toutefois, il ne pointera pas le bout de son nez avant 2 ans.

VanMoof V speedbike vélo électrique
Le futur speedbike VanMoof annoncé en 2022 puis 2023, n’arrivera pas avant 2026. // Source : VanMoof

Suite à la relance des vélos électriques S5 et A5, la marque hollandaise prépare la commercialisation de la trottinette électrique VanMoof. Mais quel autre projet constitue le futur de la marque ? En tous cas, on sait que le speedbike est toujours au programme, grâce à son co-PDG qui nous a accordé une interview exclusive.

Le fait que la page officielle du VanMoof V reste en ligne était un signe. Mais la faillite puis le rachat par McLaren Applied via sa filiale Lavoie ont jeté un doute sur les plans du fabricant. Il faut savoir que l’annonce de ce modèle date… du 12 octobre 2021 pour une sortie fin 2022. Le lancement a ensuite été retardé fin 2023 !

Le VanMoof V pas avant 2026 voire 2027

« C’est toujours dans notre plan produit, on veut absolument le faire un jour », nous assure Eliott Wertheimer. Par contre, ce speedbike n’entrera pas en vente de sitôt. « Pas l’année prochaine c’est sûr, on espère l’année d’après ou la suivante », envisage le dirigeant. Ne comptez donc pas sur un VanMoof V avant 2026.

« On a beaucoup d’autres opérations à mener », nous explique-t-il. En effet, la firme néerlandaise continue la construction d’un réseau de revendeurs et de réparateurs, la relance du VanMoof S5 pays après pays, ainsi que la fin du développement de la trottinette. Un cahier des charges costaud, en somme.

VanMoof « croit fortement » au speedbike

« On adore [le VanMoof V], c’est complètement en phase avec ce que l’on veut faire », poursuit Eliott. « Beaucoup de personnes ont fait un premier acompte [de 20 euros lors de l’annonce] », ajoute le co-PDG, « et encore de nombreux curieux continuent de s’y intéresser et à nous poser des questions, donc on le garde encore en ligne ».

VanMoof V speedbike design
VanMoof pense à son S5 puis à sa trottinette, avant d’optimiser le speedbike. // Source : VanMoof

Mais le marché encore anecdotique du speedbike en France, même si le succès est grandissant en Suisse ou en Allemagne, peut-il freiner son arrivée ? « Non, on y croit fortement » confirme-t-il, « même si c’est un marché de niche avec quelques rares constructeurs dont Stromer, ce n’est pas cela qui nous ralentit. »

Une phase d’optimisation qui « va prendre du temps »

« Il y a des prototypes que j’ai vus et utilisés, c’est une plateforme incroyable », nous confie Eliot. « Il mêle la magie VanMoof avec de superbes performances, c’est très enthousiasmant ». Quelle est donc la raison du retard du VanMoof V ? « Comme pour le VanMoof S5 [ndlr : lancé trop tôt], nous voulons nous assurer qu’il est bien optimisé », précise le Français, qui nous évoque la mise en place d’un processus afin de vérifier « les fonctionnalités, l’esthétique, la qualité de fabrication et les critères de réparabilité ».

« Cela va prendre du temps » conclut-il, avant le lancement du VanMoof V. Patience donc, il est aussi bien trop trop tôt pour parler du prix. Initialement prévu à 3 498 euros, l’actuel montant du S5, le speedbike devrait passer les 4 000 euros, voire tutoyer 5 000 euros à terme. Malgré cette hausse prévisible, il serait encore moins cher qu’un Gazelle N° 1 ou qu’un Stromer ST1 équivalent.

Rappelons qu’un speedbike appartient, légalement parlant, à la catégorie des cyclomoteurs. Il est donc régi par des règles strictes, comme le port d’un casque et de gants homologués, l’obligation d’avoir une assurance et une plaque d’immatriculation et encore l’interdiction de circuler sur des pistes cyclables.