La méthode de Xiaomi pour produire quatre voitures électrique en masse

 

Contrairement aux rumeurs, Xiaomi ne s'associerait finalement pas avec un autre constructeur, mais aura finalement sa propre usine pour produire ses futures voitures électriques.

Concept-car Maven de WM Motor, dessiné par le studio HVST Automobile Design

Alors que les bruits de couloirs évoquaient la signature d’un partenariat entre Xiaomi et le constructeur BAIC pour l’assemblage de sa première voiture électrique, la firme chinoise semble avoir changé ses plans. C’est en effet ce que pense savoir le site chinois Sina Tech citant des sources anonymes.

10 milliards de dollars sur la table

Cela fait depuis 2021 déjà que l’on entend parler du projet de Xiaomi de fabriquer sa propre voiture électrique, alors que son cofondateur, Lei Jun, souhaite diversifier les activités de la marque, spécialisée dans la tech et notamment dans les smartphones. Celle-ci a en effet enregistré sa première baisse de ventes au premier trimestre et ne souhaite donc plus mettre tous ses œufs dans le même panier.

C’est dans ce contexte que ce projet, d’une valeur de 10 milliards de dollars est né. Et si la firme chinoise doit encore faire face à quelques difficultés administratives, alors que le gouvernement tarde à donner son feu vert, celle-ci ne manque toutefois pas d’ambition. Le design serait pris en charge par HVST Automobile Design selon les rumeurs.

300 000 voitures électriques par an

En effet, on apprend que le constructeur prévoirait de construire sa propre usine, afin d’assembler sa première voiture électrique, qui devrait voir le jour en 2024. C’est ainsi à Pékin que ce centre de production devrait être construit, alors que Xiaomi table sur une production annuelle de 300 000 voitures. Un chiffre à comparer aux plus de 500 000 Tesla écoulés au premier semestre 2022, juste devant le géant chinois BYD.

Néanmoins, cet objectif ne sera pas atteint dès le début, puisque la construction de l’usine se fera en deux étapes, la première phase se limitant à 150 000 véhicules par an. Mais ce n’est pas tout, car la marque a également signé un contrat avec le Comité de gestion de la zone de développement économique et technologique de Pékin pour la construction d’un siège social et d’un centre de recherche et développement à Yizhuang.

Vers une autonomie de 1 000 km

Pour l’heure, on en sait encore très peu sur la première voiture de Xiaomi, qui devrait voir le jour dans deux ans. Selon le site chinois 36kr relayé par CnEVpost, celle-ci serait équipée de batteries fournies par CATL et BYD et se déclinerait en deux versions. La plus haut de gamme embarquerait la batterie Qilin de CATL, équipée de la technologie NMC et se distinguant par ses cellules intégrées directement dans le châssis.

Zeekr 001
Zeekr 001

Elle permettrait alors aux véhicules qui en seraient équipés de parcourir jusqu’à 1 000 kilomètres en une seule charge selon le cycle chinois CLTC, plus optimiste que notre WLTP européen. Comme la Zeekr 001 tout récemment dévoilée. Seulement 10 minutes seraient nécessaires pour passer de 10 à 80 %, tandis que la puissance maximale de charge n’est pas connue. Cette technologie permet toutefois de passer de 10 à 80 % en seulement 10 minutes.

Quatre voitures électriques

Trois autres modèles arriveront un peu plus tard, afin de constituer une gamme composée de deux voitures de milieu de gamme, avec des prix tournant entre 21 400 et 28 500 euros environ et deux autos plus premium. Il faudra alors compter entre 28 500 et 42 800 euros selon les médias chinois. Le catalogue serait ainsi complet dans le courant de l’année 2027.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.