Interrogé par Le Point, le patron de Huawei Ren Zhengfei a précisé la volonté derrière Ark OS, son système d’exploitation alternatif qu’il dit être plus performant qu’Android et iOS. Ce dernier n’a toutefois pas pour but de remplacer Android.

Crédit photo : The Australian

La situation de Huawei s’améliore avec les États-Unis, alors que Donald Trump a gracieusement accepté que les entreprises américaines continuent de lui vendre ses produits. Toutefois, l’usage d’Android n’a toujours pas été clarifié.

Pendant cette période de tourmente, nous avons maintes fois entendu parler d’un certain Ark OS, le système d’exploitation alternatif développé par Huawei. Si l’on ne doute pas que l’entreprise continuera d’utiliser Android à court terme, les plans pour Ark OS pourraient aller plus loin qu’un simple plan B.

Ark OS de Huawei précise ses fonctionnalités

Ren Zhengfei, grand patron de Huawei, a en effet été interrogé par Le Point. Lors de cette interview, il a clarifié ce qu’était l’OS et quelle était sa philosophie.

Tout d’abord, nous apprenons que ce dernier n’est pas uniquement destiné aux smartphones. En effet, il doit être compatible avec des circuits imprimés, des switchs réseau, des routeurs, ou même des data centers.

Sa plus grande spécificité est qu’il « aura une latence de traitement de moins de 5 millisecondes », ce qui lui permettra d’être optimisé pour l’internet des objets et la conduite autonome. Il serait ainsi « très probablement » plus rapide qu’Android ou même iOS.

Seulement, par rapport à ces grands concurrents, il manque à Ark OS « un bon écosystème d’applications » qui prendra « plusieurs années » à être développé.

Ren Zhengfei tient à rappeler qu’Ark OS n’est pas vraiment un plan B en cas d’impossibilité de travailler avec Google. Il précise qu’il n’est « pour l’instant » pas destiné à remplacer Android. Il n’est même pas encore décidé qu’Ark OS devienne la base d’un nouvel écosystème dans le cas où Google fermerait ses portes à Huawei. L’homme rappelle qu’il est « déjà opérationnel pour certains appareils en Chine » et qu’il n’a pas été « conçu pour être utilisé uniquement sur les téléphones portables ».

Le Fuchsia de Huawei

Ceux qui suivent la tech et les plans de Google ne seront pas étonnés de la description faite par Ren Zhengfei de son OS. Ce dernier n’est pas véritablement un remplaçant d’Android, mais a plutôt à voir avec un autre projet de Google… Fuchsia.

La philosophie derrière Ark OS lui est en effet totalement similaire : réussir à développer un OS pouvant s’adapter à n’importe quelle catégorie de produit afin de favoriser la création d’un écosystème aux interactions facilitées.

Pour un acteur présent sur de nombreuses technologies, de l’équipement réseau aux enceintes connectées, il n’est pas étonnant que de telles ambitions soient affichées.

Fuchsia : qu’est-ce que le nouvel OS de Google et à quoi servira-t-il ?