Plus d’un an après avoir empêché ses utilisateurs de déverrouiller le bootloader de leurs smartphones, Huawei va finalement faire marche arrière. Un bon moyen pour permettre aux consommateurs d’installer le Google Play Store et les services mobiles de Google absents sur les Mate 30.

Dans le conflit qui oppose la Chine et les États-Unis, Huawei fait figure de cible privilégiée pour l’administration Trump. Le constructeur ne peut en effet plus faire affaire avec les entreprises américaines à cause d’un moratoire décidé par Washington.

Des API indispensables au fonctionnement de nombreuses applications

Résultat, les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro dévoilés ce jeudi par le constructeur seront dépourvus des services Google. S’ils sont bien dotés d’Android, cette version n’est — comme en Chine — pas équipée du Google Play Store, de Gmail, de YouTube ou de Google Maps, au grand dam du contructeur.

En dehors même de l’absence des principales applications de Google, l’absence de certification des deux smartphones aura pour conséquences des problèmes plus embêtants pour les utilisateurs. Non seulement ils ne pourront pas accéder à la principale boutique d’application sur Android, le Google Play Store, mais même en passant outre grâce à des fichiers APK, leur expérience pourrait être freinée. En effet, de nombreux développeurs utilisent les API de Google — via les Google Mobile Services — pour intégrer certaines fonctionnalités additionnelles à leurs applications. Sans ces Google Mobile Services, de nombreux fichiers APK se trouveraient donc inutilisables.

Des Huawei Mobile Services qui pourraient ne pas être suffisants

Afin de compenser l’absence des services mobiles de Google, Huawei a annoncé lors de sa conférence travailler sur ses propres services, logiquement baptisés Huawei Mobile Services. Néanmoins, même si le constructeur affirme avoir libéré un budget d’un milliard de dollars pour inciter les développeurs à utiliser ses services mobiles, il semble que l’embargo américain empêche les applications américaines elles aussi d’utiliser les services de Huawei.

Afin de rassurer les consommateurs, une solution de Huawei pourrait être de permettre le déverrouillage du bootloader. Empêchée par Huawei depuis mai 2018, cette procédure permettrait pourtant à tout à chacun de modifier le logiciel de son smartphone et d’installer les services mobiles de Google ou un substitut comme ceux du projet microG.

Huawei sans Google mais avec Android : c’est possible !

Le bootloader pourra être déverrouillé sur les Huawei Mate 30

Si Huawei France n’a pas su nous répondre ce jeudi quant à cette possibilité, le président de la division produit du groupe, Richard Yu, l’a quant à lui annoncée. Interrogé par le site spécialisé Anandtech, « il a confirmé que les utilisateurs auraient la possibilité de déverrouiller le bootloader sur les Mate 30 et Mate 30 Pro ».

Une solution qui reste particulièrement complexe pour le grand public, mais que les technophiles utiliseront probablement s’ils veulent à leur tour pouvoir profiter de certaines applications qui ne sont pas disponibles dans la boutique d’application de Huawei, App Gallery. C’est le cas par exemple d’Uber, de Netflix, de Spotify ou de Slack. Reste à voir si Huawei communiquera de façon plus étendue sur cette possibilité, avec un guide simplifié, lors de la sortie des smartphones.

Pour rappel, Huawei France n’a pas encore annoncé de date de sortie pour les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro, mais a annoncé « tout faire pour qu’ils soient disponibles d’ici la fin de l’année », tout en permettant aux consommateurs d’y retrouver leurs applications favorites.

Prise en main du Huawei Mate 30 Pro : un smartphone éblouissant qui nous manque déjà