Huawei vs États-Unis : la Chine prépare des représailles, Apple et Qualcomm dans le viseur

Sous haute tension

 

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Alors que les États-Unis intensifient les restrictions contre Huawei, les autorités chinoises haussent le ton. Si Donald Trump maintient sa position, la Chine se prépare elle aussi à placer plusieurs entreprises américaines sur liste noire, notamment Apple.

Embargo américain sur Huawei

La Chine prépare des représailles contre les entreprises américaines, dont Apple et Qualcomm

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s’intensifie. Jusqu’à maintenant plutôt conciliantes, les autorités chinoises semblent s’agacer des nouvelles mesures prises contre Huawei par le gouvernement américain.

La semaine dernière, Donald Trump prolongeait les restrictions contre le constructeur jusqu’à mai 2021, estimant qu’il représentait toujours une menace pour la sécurité nationale. Non content d’empêcher Huawei d’accéder aux services Google (avec les conséquences que l’on connaît), le Président américain annonçait de nouvelles mesures visant à lui interdire l’accès aux fonderies de TSMC qui produit les puces Kirin de ses smartphones. La manœuvre de trop ? Sans aucun doute.

La Chine promet des représailles

Ce dimanche 17 mai, le ministère des Affaires étrangères chinois s’est fendu d’un communiqué de presse promettant une riposte de la Chine dans le cas où Donald Trump maintiendrait ses restrictions. Face à cette « répression déraisonnable », le gouvernement chinois « défendra fermement les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises » promettent les autorités, ajoutant que « les mesures américaines détruisent les chaînes mondiales de fabrication, d’approvisionnement et de valeur ».

Selon le Global Times, média proche du pouvoir, la Chine prépare des mesures de représailles. Comme les États-Unis, elle pourrait placer plusieurs entreprises technologiques américaines sur une liste noire des sociétés non fiables, avec les restrictions qui l’accompagnent. Toujours selon Global Times, Cisco, Apple, Qualcomm ou encore Boeing pourraient figurer sur cette liste d’indésirables.

Quel avenir pour la tech ?

Ces tensions entre les États-Unis et la Chine pourraient complètement bouleverser le monde de la tech. Selon le Global Times, la Chine se prépare au scénario d’un « découplage complet avec le secteur high-tech US ». En clair, le secteur serait divisé en deux pôles : d’un côté les produits américains, de l’autre les chinois.

Problème : cette transformation pourrait prendre plusieurs années, le temps pour chaque pôle de s’adapter à une nouvelle économie. Et les États-Unis pourraient être les grands perdants de cette guerre commerciale. D’une part parce que les entreprises chinoises n’ont pas besoin des États-Unis pour croître. Huawei — qui a déjà entamé sa transformation en remplaçant les services Google par les siens — l’a démontré en affichant des résultats encourageants malgré le décret américain.

En revanche, si la Chine prend des mesures restrictives, les conséquences sur les entreprises américaines pourraient être plus inquiétantes. D’abord, elles perdraient un marché de plus d’un milliard de consommateurs. Ajoutons à cela que l’essentiel des usines de production se situent en Chine et que le pays a la main mise sur la majorité des mines de terres rares nécessaires à la fabrication de tous les produits technologiques.

Pour l’heure, le gouvernement américain n’a pas réagi aux menaces des autorités chinoises. Les prochaines déclarations de Donald Trump devraient être déterminantes pour l’avenir des entreprises technologiques.

Le 19 mai 2020, l’embargo américain à l’encontre de Huawei fête son premier anniversaire. L’occasion de faire le point sur cette année très particulière pour la marque dont les smartphones sont privés des services Google…
Lire la suite

Les derniers articles