5G : Orange se dit ouvert à un partage de son réseau avec Free Mobile

Orange + Free = ❤

 

Stéphane Richard, PDG d'Orange a réaffirmé la volonté de l'opérateur de mutualiser son réseau 5G avec Free Mobile afin de mieux couvrir les zones peu denses.

Le 1er octobre dernier s’achevaient les enchères de l’Arcep pour l’attribution des blocs de fréquences 5G aux opérateurs. C’est Orange qui s’en est le mieux tiré avec l’achat de quatre blocs — en plus des cinq blocs de base — tandis que Bouygues Telecom et Free Mobile ont été plus raisonnables avec deux blocs supplémentaires chacun.

Il semble néanmoins que les tractations ne s’arrêtent pas aux seules attributions des fréquences. Stéphane Richard, PDG d’Orange, a invité Free Mobile à un accord de mutualisation des réseaux 5G. Il faut dire que les deux autres opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, ont déjà décidé d’un accord de mutualisation de leurs réseaux mobiles.

Stéphane Richard ouvert à un partenariat avec Free

C’est sur BFM Business que le patron d’Orange a ainsi appelé à un accord avec Free Mobile. Bien qu’il ait rappelé qu’il n’avait « pas de discussion aujourd’hui », il a cependant invité Iliad à la table des discussions : « Je n’ai pas caché le fait que ça faisait partie des options pour nous que de discuter avec Free d’un éventuel accord de partage de réseau ». L’idée derrière ce partage des infrastructures 5G des deux opérateurs serait de mutualiser les antennes. Un moyen pour Orange de parvenir à deux objectifs : partager les investissements et avoir une meilleure couverture dans les zones peu denses :

Ça peut se comprendre assez facilement. Si vous partagez un certain nombre d’antennes, notamment dans les zones peu denses, vous pouvez avoir plus d’antennes, une meilleure couverture, que si vous essayez d’y aller en ordre dispersé.

Une mutualisation qui serait soumise à condition

Néanmoins, pour Orange, qui sort grand vainqueur des enchères sur la 5G, aussi bien sur le nombre de blocs que sur leur positionnement, il ne s’agirait pas de donner accès à Free à toutes ces technologies. « Tout ça est compliqué, il faut en définir les conditions. Parce que nous, on y pose une condition, c’est surtout ça que je voudrais dire ici, c’est que nous voulons garder un avantage sur la compétition en matière de qualité de réseau pour nos clients. C’est pour nous fondamental », a précisé Stéphane Richard.

Ce ne serait pas la première fois qu’Orange et Free s’associent sur le réseau mobile. Il faut dire que Free mobile utilise, depuis 2012, le réseau Orange pour la 3G dans les zones où l’opérateur n’a pas implanté d’antennes. Cet accord, validé par l’Arcep, intègre néanmoins quelques conditions, avec notamment un débit de plus en plus faible à mesure que le temps passe et que Free déploie son propre réseau.

Les derniers articles