Introduction

Le Samsung Galaxy A40 fait partie des nombreux représentants de cette gamme de smartphones en 2019. Ce dernier vise un rapport qualité/prix alléchant. Cette quête est-elle aboutie ? Voici notre test complet pour le savoir.

Fiche technique

Modèle Samsung Galaxy A40
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Samsung One UI
Taille d'écran 5.9 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 437 ppp
Technologie Super Amoled
SoC Exynos 7885
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-G71
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 16 MP
Capteur 2 : 5 MP
Appareil photo (frontal) 25 MP
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3100 mAh
Dimensions 69 x 144.3 x 7.5mm
Poids 140 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu, Corail
Prix 222€
Fiche produit

Nous avons acheté ce smartphone sur le marché afin de pouvoir le tester.

Design

Le Samsung Galaxy A40 n’a pas de grandes particularités physiques. À vrai dire, il n’en a aucune. Or cela ne l’empêche pas d’être assez mignon grâce à son format bien proportionné. Nous nous plaignons régulièrement de la disparition des petits smartphones, mais des modèles tels que celui-ci luttent encore et toujours contre cette tendance.

Cela n’est pas sans rappeler le Galaxy S10e (14,2 cm) bien que ce dernier soit un peu plus petit que le Galaxy A40 (14,4 cm). Les utilisateurs qui n’ont pas de grandes pattes au bout des bras seront sans doute ravis de cette observation. Tout dépend de la manière dont chacun prend en main le téléphone, mais personnellement je n’ai rencontré aucune difficulté pour atteindre la bordure du haut avec mon pouce.

Les remarques seront assez similaires en ce qui concerne le poids : avec seulement 141,5 grammes sur la balance, le Galaxy A40 se fera tout léger dans votre paume. Au-delà de cela, on notera une encoche discrète sur le front du téléphone très similaire à celle du Galaxy A50. La bordure du bas est bien visible, mais ne choque pas, surtout pas dans cette gamme de prix.

À l’arrière, le dos en plastique avec effet vitré projette de jolis reflets, mais se salit aussi un peu trop rapidement. On y trouve le lecteur d’empreintes et le double appareil photo. Ce dernier est positionné à la verticale dans le coin supérieur gauche. Sur la tranche du bas, on a droit à la prise USB-C et au port jack 3,5 mm.

Les boutons de verrouillage et du volume sont situés sur la droite, à l’opposé du tiroir double nano SIM + microSD.

Écran

Sur ce Galaxy A40, on retrouve un écran AMOLED de 5,9 pouces avec une définition de 2340 x 1080 pixels (Full HD+). La dalle est de belle qualité et offre un contraste profond et une luminosité maximale plutôt élevée que nous avons mesurée à 527 cd/m². Personnellement, je n’ai éprouvé aucun souci particulier à distinguer ce qui était affiché, même en plein soleil. À l’inverse, j’ai trouvé qu’en mode automatique, la luminosité mettait un peu trop de temps à baisser.

En ce qui concerne les couleurs, je les ai trouvées très équilibrées par défaut, ne tombant ni dans des tons trop chauds, ni trop froids. Mais si cela ne vous convient pas, sachez que vous pouvez régler tout cela dans les paramètres du smartphone. Les angles de vision, quant à eux, sont très bons.

Logiciel

La partie logicielle de ce smartphone est portée par l’excellence de l’interface maison One UI, basée sur Android 9.0 Pie. Nous ferons ici les mêmes remarques que sur le Galaxy A50. L’expérience utilisateur peut se résumer en quelques mots : moderne, agréable et personnalisable.

Un mode sombre et disponible ainsi qu’une navigation par gestes à la Samsung — qui ne reprend donc pas la même logique que sur le Pixel Launcher. Sur FrAndroid, nous avons souvent répété à l’envi que One UI était très bien adapté aux grands écrans. Ici, cet avantage est peut-être un peu moins perceptible sur une diagonale de 5,9 pouces, mais ne crachons pas dans la soupe, cela reste bien pratique.

Pour en savoir plus sur la partie logicielle du Galaxy A40, n’hésitez pas à regarder la partie dédiée au logiciel dans notre test du Galaxy A50.

Ici, nous préciserons que le lecteur d’empreintes au dos fonctionne très correctement. S’il aurait pu être un peu plus rapide dans l’exécution, il a le mérite de ne presque jamais se tromper, hormis à de rares occasions.

Quant à la gestion des DRM, ne vous faites pas de souci sur ce point-là. Le Galaxy A40 profite de Widevine L1 pour afficher les contenus des plateformes SVoD en qualité HD. Pour le stockage, on profite de 64 Go que la microSD peut pousser jusqu’à 512 Go.

Audio

Le haut-parleur du Samsung Galaxy A40 est assez mauvais. Il sature vite, compresse beaucoup les sons et n’est pas très puissant. La copie est bien plus séduisante au casque, surtout en filaire. La qualité audio est plus « complète », avec un rendu qui fait mieux profiter du morceau en écoute, même si les basses manquent un petit peu d’amplitude.

Si vous avez un casque sur les oreilles, pensez à activer l’option Dolby Atmos qui donne plus de corps aux musiques. L’amélioration du confort d’écoute est notable.

Photo

On l’a déjà brièvement dit : c’est un double appareil photo que l’on trouve à l’arrière avec des définitions de 16+5 mégapixels. On se retrouve ainsi avec un capteur principal qui, en fonction de vos envies, peut laisser la place à l’ultra grand-angle. Que donnent les photos ainsi réalisées ?

Ce n’est pas une surprise, dans les bonnes conditions lumineuses, le capteur principal produit des images de bonne qualité avec des couleurs relativement fidèles à la réalité et un rendu plutôt précis. Sur ce point, vous ne serez pas déçu.

En faible, luminosité, c’est malheureusement bien plus juste en termes de précision des détails. Le smartphone éprouve par moment certaines difficultés à gérer les sources de lumière localisées et certaines zones sont un peu trop facilement plongées dans le noir. Dans l’ensemble, cela reste assez convenable pour un appareil à moins de 300 euros, mais on n’est clairement pas sur quelque chose de renversant.

L’ultra grand-angle, lui, permet efficacement de capturer plus d’éléments dans la scène que vous immortalisez. La fonctionnalité est sympathique, mais on observe toujours cette même tendance chez Samsung : ce mode de prise de vue a un penchant pour la saturation des couleurs. Les deux photos ci-dessous le prouvent assez bien, d’un côté la capture classique retranscrit fidèlement les couleurs, tandis que l’ultra grand-angle y applique des tonalités plus chaudes.

Si ce traitement de l’image vous convient alors vous pourrez en profiter pleinement pour varier les prises de vue avec un simple appui sur l’écran. On notera tout de même que de manière générale, le niveau des détails est sensiblement diminué. On perd tout de même beaucoup en précision, mais, en fonction des situations, cela vaudra peut-être le coup. En faible luminosité malheureusement, les limites du capteur se font fortement ressentir.

Même s’il n’y a pas vraiment de capteur dédié à cela, le mode Portrait profite d’un traitement logiciel assez efficace qui sait assez bien rattraper les effets de surexposition en arrière-plan. La précision pourrait être un peu meilleure, mais pour un téléphone comme le Galaxy A40 c’est déjà bien satisfaisant.

Passons au capteur selfie de 25 mégapixels qui permet d’obtenir des images de bonne qualité avec des détails bien préservés, surtout sur les photos en extérieur sous un joli soleil, un peu moins forcément la nuit où le visage est un peu plus lissé, sans abus cela dit.

Le mode Portrait en selfie, lui, ne m’a pas particulièrement convaincu. Il n’est pas mauvais, mais pourrait clairement être plus précis sur le détourage. Il a aussi tendance à trop éclairer le visage, donnant ainsi une mauvaise idée de la carnation de la peau.

La qualité vidéo est plutôt correcte malgré quelques soucis rencontrés avec la mise au point. L’inclination à saturer les couleurs est toujours assez marquée, mais on s’y fait vite. Vous pouvez filmer jusqu’en Full HD au maximum.

Performances

L’Exynos 7885 du Samsung Galaxy A40 est un petit limité en 2019, du moins quand on le compare à la concurrence. Couplé ici à 4 Go de RAM, il saura se montrer efficace sur les tâches les moins complexes. Il conviendra donc à la grande majorité des utilisateurs au quotidien malgré quelques petits bugs d’affichage assez peu fréquents. Mais gardez en tête que l’on est très loin de la puissance que des smartphones dans le même segment de prix savent atteindre.

 Samsung Galaxy A40Samsung Galaxy A50Redmi Note 7Honor 8X
SoCExynos 7885Exynos 9610Snapdragon 660Kirin 710
AnTuTu 7.x106 129144 549144 013139 437

Le Honor 8X et le Redmi Note 7 lui sont ainsi largement supérieurs en termes de puissance théorique brute. Sur un jeu comme Arena of Valor, il ne rencontre pas de gros soucis et réussit à se maintenir aux alentours de 60 images affichées par seconde. Sur un titre plus complexe comme PUBG Mobile, on ressent bien plus les limites de l’appareil.

Les saccades sont assez régulières sur les phases de jeu classiques — quand l’avatar court au milieu d’un champ par exemple. Elles deviennent encore plus marquées sur des scènes difficiles à retranscrire fluidement. Typiquement : lorsqu’il faut agiter la caméra dans tous les sens alors qu’on est à bord d’un bolide lancé à pleine vitesse.

L’expérience de jeu n’est donc pas optimum, mais elle est aussi très loin d’être catastrophique. Elle est simplement un peu trop limitée. Précisons d’ailleurs que PUBG règle automatiquement les paramètres graphiques sur « Moyen ». Pousser le bouchon plus loin éprouvera sérieusement le téléphone.

Autonomie

Le Samsung Galaxy A40 a une batterie de 3100 mAh. À l’usage, je n’ai pas trouvé son autonomie excellente, mais elle est était plutôt satisfaisante. Comme sur le Galaxy A50, je me suis rendu compte que l’ouverture de plusieurs applications en même temps le fatiguait bien plus rapidement que lorsqu’il n’avait qu’une à trois apps à gérer en même temps.

Concrètement, une journée assez active ne réduira pas les réserves d’énergie du téléphone à néant. N’hésitez donc pas à vous lancer dans quelques sessions photo, à surfer sur le web et à regarder des vidéos sur YouTube. En enchaînant rapidement les ouvertures d’applications, vous ne tiendrez pas aussi longtemps.

C’est sans à cause de ce mini-défaut que le smartphone n’a tenu que 8 heures et 43 minutes sur notre protocole de test personnalisé ViSer. Il s’agit là d’un résultat assez faible, mais qui ne reflète pas tout à fait la réalité que j’ai observée pendant mon utilisation. Pour le résumer le plus simplement possible, je dirais que le Galaxy A40 ne compte pas l’autonomie dans ses grandes qualités, mais que cela n’est pas non plus un défaut pour lui.

Pour vous faire une idée, le téléphone perd environ 10 % de batterie sur une vidéo YouTube d’une heure. En 2019, cela représente une performance qui n’est vraiment pas incroyable.

Quant à la recharge, le bloc de 15 W permet de passer de 0 à 40 % en 30 minutes. Pour atteindre les 80 %, il faut compter une demi-heure encore. Au total, il faut moins de 1h30 pour avoir les 100 %.

Réseaux et communication

Le GPS est assez bon, même s’il est arrivé qu’il mette quelques secondes de trop à me géolocaliser au bon endroit. Les appels n’ont pas posé de souci hormis la compression marquée de ma voix. Enfin, j’ai toujours facilement accroché le réseau Orange dans la région parisienne. Notez par ailleurs que la bande B28 (700 MHz) n’est pas prise en charge.

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy A40 est vendu en France au prix conseillé de 259 euros, mais vous pouvez d’ores et déjà le trouver pour des tarifs un peu plus attrayants auprès de certains revendeurs.

Galerie photo

Test Samsung Galaxy A40 Le verdict

design
8
Par son design sobre, léger et efficace, le Samsung Galaxy A40 tient bien dans la main, se montre confortable et représente un bon compromis pour tous les utilisateurs en quête d'un smartphone pas trop grand et pas trop cher. Mis à part les traces de doigts trop vites apparentes sur le dos, on ne peut pas reprocher grand-chose sur ce point.
écran
9
L'écran est très bon et permet de profiter de l'AMOLED à un prix assez doux. Contraste, couleurs et luminosité sont clairement au rendez-vous.
logiciel
10
On le dit, on le répète : One UI est une excellente interface. Le Galaxy A40 a la chance d'en profiter et d'en faire profiter ses utilisateurs. Sur le Galaxy A50 nous regrettions le lecteur d'empreintes trop frustrant qui nuisait un peu à l'expérience utilisateur. Mais le A40, moins audacieux, a lui un capteur plus classique et ne souffre pas de ce souci.
caméra
7
On retrouve cette critique régulièrement dans ce segment de prix : les photos de jour sont agréables à regarder, les clichés de nuit ne le sont pas autant. Le Galaxy A40 n'échappe pas à la règle. On signalera aussi son ultra grand-angle parfois limité, mais satisfaisant dans l'ensemble et la bonne qualité des selfies.
performances
6
En termes de performances, le Galaxy A40 souffre de la comparaison avec la concurrence. Il n'est pas mauvais en soi, mais il est clairement moins bon. Il semble que c'est à ce niveau-là que Samsung a fait quelques économies pour réussir à proposer un smartphone offrant un bon rapport qualité/prix mine de rien. Ainsi, ne vous attendez pas à des parties endiablées sur ce téléphone.
autonomie
8
Pas un champion, mais un bon élève. C'est l'impression que laisse le Galaxy A40 en termes d'autonomie.
Note finale du test 8/10
Le cru 2019 de Samsung semble très porté sur la notion d'équilibre. Au bon écran et au confort de One UI s'opposent des performances limitées et une qualité photo un peu trop juste en faible luminosité. Le tout est enrobé dans un design ultra sobre qui a le gros avantage de ne pas être trop grand et soutenu par une autonomie convaincante.

Le Galaxy A40 est un smartphone convaincant, avec un rapport qualité/prix intéressant même s'il peut sembler moins clinquant que ses adversaires directs des clans Honor et Xiaomi. Si vous ne voulez pas dépenser plus de 300 euros dans un téléphone, il fait partie des choix que vous pouvez sérieusement considérer, à condition de ne pas accorder trop d'importance aux performances.

Par ailleurs, on sait que les produits Samsung voient leurs prix rapidement baisser en général. Celui-ci ne saurait faire exception.
  • Points positifs
    • Confortable en main
    • Bel écran
    • One UI !
    • (prise jack et USB-C)
  • Points négatifs
    • Performances limitées
    • Photos de nuit améliorables