Superchargeurs : comment fait Tesla pour proposer un prix de recharge aussi faible

Une belle maîtrise du coût de production

 

La bataille de la charge rapide fait rage dans le monde des véhicules électriques. D'un côté, nous retrouvons Tesla avec ses Superchargeurs, et de l'autre, l'ensemble des acteurs comme Ionity, Fastned ou Totalenergies. Comment fait Tesla pour réussir à construire autant de bornes à un prix plus bas que le reste de l'industrie ? Voyons cela ensemble.

En France, en Europe et dans le monde, deux entités s’affrontent sur le plan de la charge rapide des véhicules électriques. D’un côté se trouve Tesla, et de l’autre se trouvent… tous les autres acteurs. En effet, que ce soit en terme de lieux d’implantation de bornes, de méthode de paiement ou encore de nombre de bornes par station, Tesla fait figure d’exception face aux autres.

Nous sommes déjà revenus en détail sur l’avancée des Superchargeurs Tesla en France, leur ouverture aux autres marques, ou encore les différences entre ce réseau et les autres présents en France.

Dans ce dossier, nous allons revenir sur les différences en termes de coûts d’implantation pour les bornes de recharge rapide, et tenterons de voir pourquoi Tesla a une longueur d’avance sur le reste de l’industrie. Enfin, nous verrons si ceux qui construisent en minimisant les coûts arrivent tout de même à obtenir un réseau fiable et nécessitant peu de maintenance.

Les Superchargeurs Tesla sont plus simples que le reste des bornes de recharge

Si vous êtes déjà passé à proximité d’un Superchargeur Tesla, vous avez sans doute remarqué que le minimalisme caractéristique de l’intérieur des véhicules de la marque se retrouve également sur ses stations de recharge rapide.

Contrairement à la quasi-totalité des autres acteurs de la mobilité électrique, les bornes d’un Superchargeur Tesla sont dénuées d’écran et de terminal de paiement.

Un Superchargeur Tesla // Source : Frandroid

Pour les propriétaires de Tesla, c’est une excellente expérience : on branche, on charge. Pour les autres, maintenant que certains Superchargeurs sont ouverts à tous, il est nécessaire de passer par l’application Tesla afin de démarrer une recharge.

Cette absence d’écran et de système d’authentification matériel permet à Tesla d’économiser un montant non négligeable sur chaque borne implantée. Lorsque les nouvelles installations comportent 16, 20, parfois 28 bornes, cela commence à chiffrer.

De plus, comme nous allons le voir, Tesla contrôle la chaîne d’approvisionnement mieux que quiconque, lui permettant de tirer les coûts vers le bas et de limiter les intermédiaires.

Une intégration verticale, la clé pour minimiser les coûts

Les usines de Tesla

ne sont pas là uniquement pour fabriquer des voitures électriques. En effet, si l’on prend le cas de la gigafactory de Buffalo, à New York, elle n’en fabrique même aucune.

À la place, ce sont des Superchargeurs (ainsi que des panneaux solaires, des tuiles pour le toit solaire, des Powerwalls et Powerpacks) qui sortent des lignes de production, permettant à la firme américaine d’optimiser ses coûts.

En effet, en ne sous-traitant pas la fabrication des bornes de recharge à d’autres industriels du secteur, Tesla s’assure d’une part d’avoir un produit répondant parfaitement à ses besoins, et d’autre part d’une maitrise des coûts impossible autrement.

Au second semestre 2021, un complexe de 5 000 m² a également été érigé à la gigafactory de Shanghai, dans le but de produire 10 000 bornes de Superchargeurs par an. Si l’on en croit la forte croissance des implantations de Superchargeurs en Asie et en Europe depuis, l’usine tourne effectivement à plein régime. Les économies d’échelle réalisées sur de tels volumes sont sans aucun doute très élevées.

Enfin, et c’est l’une des différences entre Tesla et les autres acteurs, le choix des sites d’implantation de Superchargeurs en dehors des autoroute a sans aucun doute un fort impact financier. Il y a fort à parier que 20 à 30 places de stationnement pour recharger sont moins onéreuses en dehors des grands axes, permettant de baisser le coût moyen d’installation d’une borne.

Lors du Tesla Investor Day le premier mars 2023, le constructeur a partagé quelques informations sur le déploiement de ses Superchargeurs, expliquant un peu plus comment il arrive à tirer les coûts vers le bas. Une image valant mieux que 1 000 mots, regardez plutôt comment arrive une nouvelle installation de Superchargeurs sur le site final.

En sortie d’usine, les Superchargeurs sont quasiment prêts à être implantés, déjà disposés sur leur socle en bêton. Pour Tesla, cela équivaut à des semaines de travail sur place qui sont économisées, et donc à des coûts de mise en place drastiquement réduits. D’ailleurs, la firme américaine ne s’est pas cachée d’avoir des coûts de déploiements bien plus bas que la concurrence, comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous.

Sur le plan matériel et sur les coûts liés à l’installation, Tesla se vante d’arriver à être jusqu’à 75 % moins cher que la concurrence lorsqu’il s’agit de stations de charge rapide (-35 % en Australie, – 55 % en Californie, – 75 % dans l’état de New York). En outre, sur le prix des bornes de recharge à domicile, l’Europe est un excellent marché pour la firme d’Elon Musk qui annonce réussir à baisser les coûts du matériel de moitié par rapport à ses concurrents. La wallbox de Tesla, avec son câble attaché, est d’ailleurs en vente à 500 euros, là où de nombreuses bornes coûtent bien plus cher en France, et qui sont dénuées de câble.

Un déploiement bien différent chez d’autres acteurs

En 2022, Tesla avait partagé un document concernant une installation de Superchargeur au Texas, en indiquant un coût moyen d’installation de 42 000 dollars par borne de recharge. À titre de comparaison, Bloomberg indique que les prix pour une borne de recharge rapide installée par Electrify America aux États-Unis, ou bien Ionity, Fastned, Totalenergies et les autres en Europe s’échelonnent de 100 000 à 250 000 dollars.

Comme nous l’avions précisé plus haut, le fait de n’avoir ni écran, ni terminal de paiement, ni sous-traitant pour la fabrication des bornes contribue grandement à la minimisation des coûts, mais selon Bloomberg, cela peut aller jusqu’à les diviser par 6. En d’autres termes, il est possible qu’une station de Supercharge Tesla de 24 bornes ne soit pas plus coûteuse qu’une station Ionity dotée de 4 bornes seulement.

Qui plus est, si Ionity, Electrify America ou d’autres acteurs de la charge rapide bénéficiaient de crédits gouvernementaux réservés à ceux dont les bornes sont accessibles à tous les véhicules dès le départ, depuis l’ouverture des Superchargeurs Tesla à la concurrence, le constructeur américain peut s’octroyer une part de ce gâteau valorisé à près de 7 milliards d’euros rien qu’aux États-Unis.

Une fiabilité qui met Tesla en avant

Si Tesla tire les coûts vers le bas en ce qui concerne ses Superchargeurs, qu’en est-il de la fiabilité ? Là encore, il est nécessaire de rappeler les différences de taille entre les Superchargeurs Tesla et le reste des chargeurs rapides. Sans écran ni terminal de paiement, les pannes potentielles sont réduites au strict minimum : panne de courant, ou matériel défectueux.

Les récits sur les bornes Ionity ou Electrify America notamment qui sont hors service pullulent sur les forums d’initiés à la voiture branchée. La règle chez Tesla est plutôt que tout est fonctionnel, et l’exception est de trouver une borne (parmi les dizaines à une station) qui est défectueuse.

Preuve en est, le dernier rapport d’impact de Tesla annonçant une disponibilité incroyable de 99,96 % au niveau mondial pour ses Superchargeurs.

Graphique sur la disponibilité des Superchargeurs Tesla entre 2018 et 2021 // Source : Tesla

Ce chiffre est légèrement à modérer puisque la méthodologie sélectionnée est là pour mettre en avant un excellent score. Un Superchargeur est annoncé comme disponible si au moins la moitié des bornes sont opérationnelles. Ainsi, un site ayant une borne hors service sur une vingtaine de bornes disponibles est bel et bien marqué comme étant disponible.

Cependant, ce chiffre exceptionnel de 99,96 % de disponibilité est à mettre en face des dernières statistiques publiées par l’Avere : en France, les points de charge rapide de 150 kW ou plus affichaient un taux de disponibilité de moins de 78 % en janvier 2022. Ceci montre bien que Tesla n’a pas optimisé que les coûts, mais bel et bien la fiabilité de son matériel.

De bonnes idées qui ne sont pas que chez Tesla

Le portrait dressé jusqu’à présent pourrait laisser penser que seul Tesla possède d’excellentes idées. Cela est bien entendu inexact, car il subsiste des différences conséquentes entre les acteurs de la mobilité électrique, et certaines ne mettent pas Tesla en valeur.

Tout d’abord, la partie concernant la localisation des Superchargeurs est quelque chose que l’on ne peut ignorer en 2023. Si quelques années auparavant, Tesla ayant une longueur d’avance sur le déploiement des bornes, il était acceptable d’effectuer un détour pour aller se charger lors des longs trajets, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Cela est devenu un phénomène au sein même de la communauté des conducteurs de Tesla, qui préfèrent parfois utiliser des réseaux tiers afin d’optimiser le temps de trajet et gagner 5 à 10 minutes toutes les deux heures.

Aussi, la simplicité d’utilisation de Tesla n’est plus exclusive. Fastned a déployé le fameux Autocharge, le Plug & Charge arrive petit à petit chez Ionity, et lorsque d’autres acteurs permettront une expérience se résumant à « je me branche, je charge« , Tesla pourrait devenir un choix secondaire pour encore plus de conducteurs.

De plus, si certains Superchargeurs possèdent en effet des toits solaires qui protègent de la pluie ou du soleil, l’écrasante majorité des bornes de recharge Tesla est à ciel ouvert. Contrairement à Fastned une fois de plus, qui en a même fait sa marque de fabrique.

Enfin, pour les propriétaires de véhicules ayant une batterie 800 Volts, les Superchargeurs Tesla ne permettent pas de recharger à une puissance maximale, là où Ionity par exemple propose une puissance allant jusqu’à 350 kW pour ces véhicules.

Les Superchargeurs Tesla regroupent tout de même aujourd’hui l’essentiel : c’est un réseau fiable, dense, et où le nombre de bornes par station est suffisamment important pour ne pas craindre de faire la queue avant de se charger.

En plus de construire des bornes à moindre coût, Tesla se permet depuis peu de baisser drastiquement les prix de la recharge de ses Superchargeurs, les rendant encore plus attractifs pour ceux qui se déplacent et souhaitent minimiser les coûts.

Pour un conducteur de Tesla, ils sont en février 2023 jusqu’à 40 % moins cher que Ionity notamment. Est-ce suffisant pour redonner l’envie de se charger chez Tesla pour ceux qui avaient déserté le réseau après les hausses à répétition ?


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).