« C’est une oeuvre d’art » : la réaction de Toyota après voir démonté une Tesla Model Y

 

Si Toyota ne croyait jusqu'alors pas du tout à la voiture 100 % électrique, voilà que la firme a désormais changé son fusil d'épaule. À tel point que l'un de ses porte-paroles a déclaré que le Tesla Model Y est une véritable œuvre d'art. Le constructeur souhaite désormais s'en inspirer pour ses futurs véhicules électriques.

Entre Toyota et l’électrique, la relation a toujours été compliquée. En effet, le constructeur japonais a toujours montré une certaine défiance à l’égard de ce type de motorisation. Son ancien patron, Akio Toyoda, désormais remplaçé par Koji Sato avait même affirmé quelques mois plus tôt que « l’électrique n’est pas la solution à tout ».

Pour lui, « les gens travaillant dans l’industrie automobile font partie d’une majorité silencieuse » et celle-ci « se questionne sur la pertinence de considérer les voitures électriques comme l’unique option« .

Un revirement de situation

Bref, si le constructeur a tout de même décidé de lancer un modèle électrique, le bZ4X, afin de ne pas être trop à la traîne non plus, ses débuts ont été mouvementés. Notamment en raison d’un souci lié aux roues qui se détachaient purement et simplement. Celui-ci est désormais résolu et Toyota souhaite maintenant améliorer son SUV. La firme a également dévoilé une berline, la bZ3 ainsi qu’un pick-up électrique en fin d’année dernière. Mais sans trop y croire, alors que le scientifique en chef avait expliqué les raisons de cette défiance il y a quelques semaines.

Mais alors qu’Akio Toyoda a décidé de laisser les rênes de la marque à son successeur, les choses commencent tout doucement à évoluer. Et cela semble même aller plus vite que prévu. En effet, et comme le relate le site Automotive News, les ingénieurs japonais ont récemment pu découvrir les entrailles du Tesla Model Y lors d’une session de démontage. Une pratique très commune dans l’industrie automobile, qui permet à une marque d’aller voir ce qui se fait chez la concurrence.

Et là, sans que personne ne s’y attende, l’un des cadres du constructeur présent sur place a affirmé que le SUV électrique était une véritable œuvre d’art sous sa carrosserie. Une déclaration pour le moins étonnante, quand on sait à quel point Toyota était jusqu’alors opposé à la voiture électrique, qui ne serait pas beaucoup plus propre que l’hybride. Désormais, le constructeur souhaite développer sa gamme de modèles électriques, comme l’a récemment annoncé Koji Sato.

Et en analysant le SUV américain, les équipes de la marque se sont aperçues qu’elles ont encore beaucoup de travail. En effet, celles-ci ont noté de nombreux atouts chez Tesla, comme les mises à jour à distance, la plateforme dédiée ou encore la batterie optimisée. Sans parler des sites de production uniquement dédiés à l’assemblage de modèles électriques. Tout ce que Toyota ne possède pas.

Une nouvelle plateforme

Mais les ingénieurs de la marque nippone comptent désormais bien rattraper leur retard, alors qu’elle a pour ambition de vendre un million de voitures électriques dans le monde d’ici à 2030 avec Lexus. Cela passera donc d’abord par le développement d’une toute nouvelle plateforme dédiée, qui devrait voir le jour d’ici à 2026. En attendant, c’est l’actuelle e-TNGA qui sera utilisée. Le constructeur devrait également s’inspirer de Tesla, dont les modèles possèdent une conception très simple, qui permet alors de réduire les coûts et d’augmenter les marges.

C’est également pour cette raison que la firme d’Elon Musk a pu opérer une aussi forte baisse de ses prix en janvier dernier sur son SUV électrique et sur la Model 3. Selon Toyota, son rival américain aurait éliminé plusieurs centaines de pièces et près d’une centaine de kilos. Or, on sait que cela a une importance capitale, alors que des câbles trop longs sur le Mustang Mach-E coûtent 300 dollars par voiture à Ford.

Toyota bZ4X // Source : Frandroid

Toyota devra également faire en sorte de réduire le coût des batteries, qui représente environ 40 % du prix total de la voiture et 80 % du total des matériaux. Pour l’heure, la marque utilise un accumulateur utilisant la technologie NCM (nickel-cobalt-manganèse) fournie par Panasonic. La solution serait alors d’adopter des batteries LFP (lithium-fer-phosphate) moins chères, comme se prépare à le faire le groupe Stellantis ainsi que Ford, qui construit une usine aux États-Unis avec le géant chinois CATL.

Si la firme nippone admet ne pas être encore prête à rivaliser avec certains rivaux, comme BYD en termes de coûts de batteries, elle va bientôt annoncer la signature d’un nouveau partenariat avec un fabricant de cellules. En attendant, il se dit que Toyota fait une pause dans le développement de certains véhicules de sa gamme bZ, afin d’avoir plus de temps pour retravailler son approche pour les prochaines années. Une chose est sûre, cette famille ne sera pas abandonnée et devrait donc être encore étoffée.


Chaque matin, WhatsApp s’anime avec les dernières nouvelles tech. Rejoignez notre canal Frandroid pour ne rien manquer !