Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme

Smartphones • 2020

Points positifs du Vivo Y70
  • Un dos poli agréable au toucher
  • L’écran OLED aux contrastes infinis
  • Bonne interface logicielle
  • Excellente autonomie et charge rapide
  • (prise jack, double SIM, MicroSD)
Points négatifs du Vivo Y70
  • Des photos perfectibles et un mode 48 Mpx inutile
  • Oubliez le gaming avec sa puissance
  • (pas d’étanchéité)
 

Introduction

Pour son lancement européen en octobre 2020, Vivo a dégainé un lot de smartphones positionnés sur diverses gammes, parmi lesquels le Vivo Y70, milieu de gamme au rapport qualité/prix prometteur. Nous l’avons testé, voici notre verdict.

Vivo Y70

Test du Vivo Y70, notre verdict ! // Source : Frandroid

Longtemps absente du marché européen, la marque chinoise Vivo s’est finalement lancée sur le Vieux Continent en octobre 2020. Avec une idée forte en tête : toucher le plus large public possible au travers d’appareils mobiles aussi bien en entrée que milieu et haut de gamme. Pour cette deuxième catégorie de produits, le Vivo Y70 en est le porte-étendard.

Ici, la promesse de Vivo semble claire : proposer un terminal au rapport qualité/prix intéressant, sans pour autant révolutionner le secteur. Sur le papier, le produit a des atouts à faire valoir. Nous l’avons testé pour en avoir le cœur net.

Fiche technique du Vivo Y70

Modèle Vivo Y70
Version de l'OS Android 10 Q
Interface constructeur Funtouch OS
Taille d'écran 6.44 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 409 ppp
Technologie AMOLED
SoC Snapdragon 665
Puce Graphique (GPU) Adreno 610
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 2 Mpx
Capteur 3 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 16 Mpx
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
5G Non
NFC Oui
Capteur d'empreintes Sous l'écran
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4100 mAh
Dimensions 74,08 x 161 x 7,83 mm
Poids 171 grammes
Couleurs Noir, Bleu
Prix 199 €
Fiche produit

Ce test a été effectué à partir d’un exemplaire prêté par Vivo.

Un design simple et efficace

Pour le design de son Y70, Vivo ne s’est pas mouillé et a repris les principaux codes esthétiques du millésime 2020, sans aucune prise de risque particulière. Vous retrouverez à l’avant une dalle de 6,44 pouces composée d’un écran plat malheureusement entouré de bordures assez épaisses. Le menton, lui, l’est encore plus, alors qu’une encoche en goutte d’eau accueille le seul capteur frontal de l’appareil.

Dans les faits, les bordures n’entraînent pas de gêne, et notre regard s’habitue rapidement au style global. L’arrière arbore quant à lui un revêtement en plastique qui ne respire certes pas le haut de gamme comparé à un dos en verre, mais qui a l’avantage de tempérer le poids du téléphone. Dans tous les cas, le Vivo Y70 cherche avant tout à se positionner sur le milieu de gamme. Jusqu’ici, tout est donc normal.

Vivo Y70

Cette façade arrière profite d’un effet brillant bicolore : la partie inférieure tend vers le bleu, lorsque la partie supérieure tire vers l’argent. D’une manière totalement subjective, j’apprécie cet effet de style, au même titre que la texture polie très agréable au toucher. L’apparition de traces de doigts ternit légèrement la note, sans que cela ne soit pour autant rédhibitoire.

Au dos, le module photo profite d’une forme rectangulaire agrémentée de bords arrondis : trois capteurs s’y logent aux côtés d’un flash. Cet élément crée une légère protubérance, rendant le téléphone bancal — une fois posé à plat — lorsque l’on appuie sur la partie supérieure gauche de l’écran. En revanche, le Vivo Y70 affiche une très bonne stabilité si vous tapotez sur toute la partie inférieure de la dalle.

Notons les efforts du constructeur chinois pour peaufiner les finitions de son produit : l’écran et la structure arrière du terminal sont en effet séparés par des tranches qui bénéficient d’un traitement différent. Cet effet « verre » apporte de la matière et de l’harmonie au design final. En parlant de tranches, celles-ci accueillent logiquement toute la connectique de l’appareil mobile.

Vivo Y70

La face arrière brillante du Vivo Y70 // Source : Frandroid

La tranche inférieure a le droit à une prise jack 3,5 mm qui ravira les utilisateurs de casques et écouteurs filaires, complétée par une prise USB-C et l’unique grille de haut-parleur. Sur la tranche latérale droite se trouvent les boutons de volume et d’alimentation (qui tombent bien sous le pouce), alors que la tranche supérieure héberge l’emplacement de la double SIM et d’une carte microSD capable d’étendre le stockage interne. Un bon point.

Le Vivo Y70 affiche les dimensions suivantes : 161 x 74,08 x 7,83 mm. Des mensurations somme toute classiques, qui font de lui un smartphone ni trop fin, ni trop épais. Son poids de 171 grammes se place légèrement en dessous de la moyenne située entre 180 et 200 grammes. En main, le smartphone se montre en effet léger, mais demeure tout de même relativement grand pour les petites menottes.

Vivo Y70

La tranche droite du Vivo Y70 // Source : Frandroid

Comme bon nombre de smartphones actuellement disponibles sur le marché, le capteur d’empreintes digitales vient se placer sous l’écran. L’absence d’étanchéité lui fait néanmoins perdre des points, alors que la fiche technique du site officiel et celle envoyée par le constructeur ne mentionnent aucune protection Gorilla Glass. Attention, donc, aux chocs et aux rayures.

OLED d’un côté, 60 Hz de l’autre

Le Vivo Y70 s’arme d’une dalle de 6,44 pouces. Cette dernière profite d’une technologie d’affichage OLED associée à une définition Full HD+ de 2400 x 1080 pixels, le tout dans un ratio de 20:9. La densité de pixels atteint quant à elle les 408 par pouce, lorsque l’écran occupe 90,12 % de la surface du téléphone. Voilà pour les principales informations à retenir.

OLED oblige, l’écran jouit d’un contraste infini, notamment grâce aux pixels noirs éteints. Sa luminosité récolte des résultats convenables, mais pas non plus flamboyants : 570 cd/m², pour une moyenne située autour de 650 pour cette technologie d’affichage. Je n’ai cependant rencontré aucun problème de lisibilité en particulier, bien que le mode automatique semble long à la détente pour s’adapter aux environnements.

Vivo Y70

Avec de l’OLED, les contrastes sont forcément infinis // Source : Frandroid

Par défaut, le Vivo Y70 est réglé sur le mode couleur « Standard » et une température de couleur neutre. Notre sonde et le logiciel CalMan de Portrait Displays ont calculé une température de 7630 K (quand l’idéal se situe à 6500 K) : la dalle a donc tendance à tirer un peu trop vers le bleu, bien que des ajustements puissent être effectués pour équilibrer le tout.

Le téléphone propose une très bonne pluralité des couleurs, puisque l’espace colorimétrique sRGB est couvert à 177 %, lorsque le DCI-P3 — plus vaste et donc plus difficile à gérer — atteint les 118 %. Des résultats plus que satisfaisants pour un smartphone commercialisé à moins de 300 euros.

Un manque de fidélité flagrant au niveau des blancs

Un manque de fidélité flagrant au niveau des blancs // Source : Frandroid

On observe en revanche un Delta E moyen sur le DCI-P3 de 5,12. Traduction : la fidélité des couleurs n’est pas optimale, puisque l’indice de référence tourne plutôt autour du chiffre 3. Cela se ressent notamment au niveau des blancs, du rouge et du vert clair. L’écran du Vivo Y70 n’en reste pas moins bien équilibré avec un contraste parfait et une bonne pluralité des couleurs.

Le seul petit point noir réside dans sa fréquence de rafraîchissement de 60 Hz, qui apporte forcément moins de fluidité qu’un taux de 90 ou 120 Hz. Pour un smartphone milieu de gamme aussi abordable, difficile de lui en tenir rigueur, même si certains modèles concurrents jouissent d’une fréquence de 90 Hz. Des concessions ont été faites, et cet élément permet au moins d’économiser un peu de batterie.

FuntouchOS fait bien le taff

Comme le soulignait déjà mon collègue Omar lors du test du Vivo X51, FuntouchOS a fait l’objet d’une profonde refonte pour s’adapter au public européen grâce à une interface plus simple, intuitive et sobre. Cette dernière se rapproche même de l’expérience proposée par Google sur ses smartphones Pixel.

Et en effet, FuntouchOS répond parfaitement présent avec qui plus est un excellent degré de personnalisations : mode sombre natif disponible dans le panneau de notifications, lui-même très complet et personnalisable, multiples effets dynamiques (icône d’empreinte digitale, animation de reconnaissance faciale, animation de chargement, animation insertion USB), écran scindé, navigation par gestes, mouvements intelligents, mode une main.

Bref, le Vivo Y70 propose quelque chose d’intéressant en termes d’interface logicielle, et n’a même rien à envier à ses concurrents présents en Europe. Bon élève, le constructeur va aussi déployer Android 11 d’ici fin 2020. Quelques applications sont par ailleurs préinstallées sur le téléphone, telles que Instagram, Facebook et TikTok, et toute la suite de Google.

Pour les habitués des vidéos en qualité HD sur les plateformes SVOD comme Netflix ou Disney+, vous serez ravis d’apprendre que le Vivo X51 bénéficie du DRM Widevine L1 (plus haut niveau de sécurité). Regarder des contenus avec des graphismes élevés est donc tout à fait envisageable.

Pour déverrouiller le téléphone, trois options s’offrent à vous : le bon vieux mot de passe, le capteur d’empreintes digitales placé sous l’écran ou la reconnaissance faciale 2D, qui reste donc moins sécurisée que les systèmes 3D d’Apple, de Huawei ou de Google. Majoritairement utilisé, son capteur d’empreintes profite d’une très bonne réactivité et fluidité, et n’a fait l’objet d’aucun bug particulier durant mon utilisation.

Absence de stéréo

Le Vivo Y70 profite d’un seul et unique haut-parleur hébergé dans sa tranche inférieure. En l’absence d’un second haut-parleur, le téléphone ne bénéficie pas d’un son stéréo et de spatialisation sonore. C’est dommage, mais on ne lui jettera pas non plus la pierre au regard de sa grille tarifaire.

Poussé à fond, le volume sonore se montre relativement puissant, mais n’espérez tout de même pas utiliser le téléphone lors d’un rassemblement en petit comité. La qualité reste correcte, sans se montrer excellente. On regrette en revanche le manque de peps au niveau des basses, que l’on a du mal à distinguer sur des sons technos, à titre d’exemple.

Un appareil photo mi-figue, mi-raisin

Le Vivo Y70 embarque un triple capteur photo à l’arrière, épaulé par une seule et unique caméra à l’avant. Voici leurs spécifications :

  • Capteur principal de 48 mégapixels, équivalent 25,47 mm (f/1,8) ;
  • Capteur de profondeur de 2 mégapixels, équivalent 24,97 mm (f/2,4) ;
  • Objectif macro de 2 mégapixels, équivalent 27,99 mm (f/2,4) ;
  • Caméra frontale de 16 mégapixels, équivalent 28 mm (f/2).
Vivo Y70

Le classique, mais élégant module photo du Vivo Y70 // Source : Frandroid

En bonnes conditions, le capteur principal offre de belles photos et parvient à bien gérer la dynamique. La très forte source lumineuse — le soleil en l’occurrence — que l’on aperçoit au milieu des arbres est par ailleurs bien atténuée comparée à son extrême intensité observée dans la réalité. D’une manière générale, on aurait cependant peut-être apprécié un peu plus détails dans les clichés.

Le niveau de saturation est selon moi bien équilibré, sans que d’énormes contrastes ne viennent dénaturer vos images. En clair, les couleurs sont relativement authentiques entre la réalité et le cliché. C’est apprécié. À noter que le téléphone ne possède aucun zoom optique, mais un zoom hybride x2 et un zoom numérique x10.

En revanche, le téléphone s’est montré parfois décevant quant à sa capacité à gérer l’exposition : certaines zones sont extrêmement sombres, quand d’autres sont complètement cramées. Sans raison apparente. Cela m’est arrivé à plusieurs reprises sur des plans à chaque fois différents. Cette anomalie avait d’ailleurs été observée par mon collègue Omar au moment d’essayer le Vivo X51.

De nuit, l’appareil offre des clichés exploitables… mais peine tout de même à convaincre. Le capteur tombe légèrement dans le piège du bruit numérique : le phénomène ne domine pas les images, mais reste un minimum présent. Dans de bonnes conditions lumineuses, les scènes sont correctement éclairées, bien que les lampadaires créent un halo lumineux que l’on aimerait éviter.

Pour pousser l’expérience nocturne un peu plus loin, Vivo a ajouté un mode nuit censé booster la luminosité de votre scène lorsque celle-ci est plongée dans l’obscurité. Dans les faits, le système parvient à correctement effectuer cette tâche en apportant un poil plus de détails, bien que la gestion de la colorimétrie serait à revoir au regard du filtre orangé observé sur les clichés.

Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme
Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme
Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme
Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme

Le mode 48 mégapixels, lui, paraît tout bonnement inutile. En zoomant dans une photo classique et une autre capturée avec ce mode, presque aucune différence notable n’est observable entre les deux images. Alors qu’en temps normal, le niveau de détails est censé augmenter d’une manière considérable.

Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme
Test du Vivo Y70 : une belle entrée en matière sur le milieu de gamme

De son côté, le mode macro a des atouts à faire valoir : ce n’est pas parfait, mais le rendu reste exploitable comparé à d’autres téléphones qui se targuent de proposer un tel mode souvent peu convaincant.

Petit mot également sur le mode portrait géré par le capteur de profondeur de 2 mégapixels : sur un sujet facile, la mise en valeur est bien effectuée grâce à l’effet bokeh en arrière-plan ni trop prononcé, ni trop léger. Notons une petite fausse note sur le bout des doigts (photo n°1), qui reste une erreur tolérable pour un smartphone de cette gamme.

La tâche s’annonce cependant compliquée sur des scènes plus complexes : quelques mèches de cheveux virevoltantes sont floutées sur la photo n°2, lorsque l’appareil n’a tout simplement pas compris le sujet de la photo n°3 avec un flou apposé d’une manière totalement aléatoire. En clair, il ne faut pas trop lui en demander.

Le mode portrait pour les selfies se montre convaincant sur un sujet facile, mais encore unes fois plus capricieux sur une situation plus délicate.

Toujours en façade, le capteur frontal de 16 mégapixels propose des selfies classiques avec un niveau de détails correct, mais forcément moins élevé qu’avec un capteur de 32 mégapixels que l’on retrouve par exemple sur le Vivo X51.

La conclusion de cette thématique doit enfin pointer du doigt l’ergonomie logicielle de l’application appareil photo, qui aurait le mérite d’être simplifiée. Sans trop comprendre pourquoi, une option « Objectif » s’invite à droite des onglets « zoom x1 », à la fois sur le mode photo classique et le mode Portrait. En cliquant dessus, vous avez alors accès à deux sous-option : Super macro, qui ne dispose d’aucun autre emplacement pour être utilisé, et « Flou ».

Ce dernier sert en fait à activer un effet bokeh. Quel est donc son utilité alors qu’un mode Portrait dédié est disponible parmi les options ? Bref, ce n’est pas super intuitif. Un petite mise à jour logicielle ne serait pas de refus pour corriger cette toute petite erreur de parcours.

Le Vivo Y70 est aussi capable de filmer en 4K 30 FPS, et profite d’un mode ralenti.

Performances : Vivo vivote

Entre le Vivo X51 et le Vivo Y70, le constat semble le même en matière de performances : la firme chinoise n’a pas opté pour les meilleurs processeurs de leur gamme respective. Le Vivo Y70 embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 665 légèrement vieillissant — puisque révélé en avril 2019 –, épaulé par une intéressante mémoire vive de 8 Go. Les résultats sont à la hauteur de la puce.

Le groupe aurait par exemple pu se tourner vers le Snapdragon 768G présenté en mai 2020, qui présente sur le papier des performances à la fois plus musclées et tournées vers le gaming. Visiblement, les gamers mobiles ne sont pas le cœur de cible du fabricant. À titre de comparaison, l’un de ses concurrents, le Xiaomi Redmi Note 9 Pro, s’équipe d’un Snapdragon 720G plus récent (janvier 2020), malgré une commercialisation en juin dernier.

Modèle Vivo Y70 Xiaomi Redmi Note 8T Xiaomi Redmi Note 9 Pro Sony Xperia 10 II
AnTuTu 8 168443 N/C 276347 168950
AnTuTu 7 N/C 170227 N/C N/C
AnTuTu CPU 72940 N/C N/C N/C
AnTuTu GPU 35029 N/C N/C N/C
AnTuTu MEM 26130 N/C N/C N/C
AnTuTu UX 34344 N/C N/C N/C
PC Mark 2.0 6387 6687 7704 6336
3DMark Slingshot Extreme 1142 1130 2518 1132
3DMark Slingshot Extreme Graphics 992 979 2371 984
3DMark Slingshot Extreme Physics 2421 2447 3214 1121
3DMark Wild Life 216 N/C N/C N/C
3DMark Wild Life framerate moyen 1.3 FPS N/C N/C N/C
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 61 N/C 10 / 6.7 FPS N/C
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 6.3 / 7.2 FPS 6.3 / 7 FPS 16 / 18 FPS 5.8 / 7.2 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 17 / 20 FPS 17 / 20 FPS 38 / 42 FPS 15 / 19 FPS
Lecture / écriture séquentielle 504 / 221 Mo/s 316 / 174 Mo/s 500 / 205 Mo/s 296 / 176 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 38608 / 42459 IOPS 23000 / 22000 IOPS 34400 / 29000 IOPS 17100 / 15400 IOPS

Dans les faits, comment se comporte le téléphone ? Au quotidien, cela fait largement l’affaire. Le Snapdragon 665 n’est certes pas une bête de course, mais sa puissance suffit pour naviguer sur internet, switcher d’une application à une autre et effectuer du multitâche. Quelques mini ralentissements apparaissent çà et là au cours de l’expérience, mais rien de bien gênant.

En revanche, n’espérez pas vous amuser sur de longues sessions Fortnite. Et le jeu d’Epic Game vous le fait comprendre dès son installation : « Cet appareil n’est pas officiellement compatible avec Fortnite, vous risquez de subir des problèmes de stabilité et de performances réduites », est-il indiqué.

Vivo Y70

Faire tourner Fortnite, c’est compliqué. Mais Among us, aucun problème ! // Source : Frandroid

Puce limitée oblige, le titre règle de lui-même les réglages graphiques : en « moyen » en l’occurrence, le maximum possible avec ce téléphone. J’ai tenté de pousser la résolution 3D à son paroxysme (100 %), mais les parties souffrent d’importantes chutes de FPS, entraînant de nombreuses latences à chaque mouvement un peu brusque. Le jeu a même crashé au bout de quelques minutes.

Avec la résolution 3D à son minimum (46 %), les parties deviennent bien plus stables, mais la texture des graphismes est forcément médiocre et très pixellisée. Malheureusement, l’application a de nouveau planté après trois games consécutives, alors que l’arrière du téléphone commençait à chauffer. Les jeux bien moins gourmands en ressource comme Among Us tournent sans aucune difficulté particulière.

Une surprenante autonomie

Le Vivo Y70 embarque sous son capot une batterie de 4100 mAh : une capacité classique pour un smartphone de 2020, qui garantit généralement une autonomie plus que convenable au quotidien. Convenable ? Cet adjectif sous-estime ici le Vivo Y70, puisque celui-ci peut aisément tenir deux jours avec une utilisation modérée.

Résumons brièvement mon expérience : le téléphone est tombé de 97 à 8 % après 39 h d’utilisation, avec un écran allumé durant 10h20. Pendant ce laps de temps, comptez 3h de YouTube, 3h30 de Netflix, 20 minutes de paramétrages, 1h20 de mise à jour Fortnite, une pléthore d’applications télécharger et 1h de tests Benchmarks m’ayant fait perdre 14 % de batterie.

Vivo Y70

La connectique du Vivo Y70 // Source : Frandroid

L’appareil mobile a également perdu 7 % de batterie après 23 minutes de session Fortnite, soit un résultat très satisfaisant. Avec un usage mixte plus classique, le Vivo Y70 devrait donc logiquement vous accompagner pendant 48 heures. Deux raisons viennent expliquer ce beau résultat : la présence d’un processeur peu énergivore couplé à un taux de rafraîchissement de 60 Hz.

À l’instar du Vivo X51, le Vivo Y70 profite d’un chargeur rapide de 33 W livré dans la boîte. D’après mes mesures basées sur une autonomie restante de 6 %, le terminal grimpe à 50 % en 20 minutes. Comptez 14 minutes supplémentaires pour tutoyer les 80 %, et 20 dernières minutes pour atteindre les 100 %. Au total, il lui a fallu 53 minutes pour une charge complète.

Réseau et communication du Vivo Y70

A contrario du Vivo X51, le Vivo Y70 n’est pas compatible avec le réseau 5G. Le smartphone se contente de toutes les bandes de fréquences 4G françaises, et de deux nano SIM en cas de besoin. Comptez aussi sur une puce NFC toujours pratique pour les paiements sans contact et les titres de transport dématérialisés, ainsi que du Wi-Fi 5 et du Bluetooth 5.0.

Pour les appels, le Vivo Y70 gère bien les échanges téléphoniques. En extérieur, la voix est très légèrement compressée, mais les nuisances sonores sont parfaitement gommées. Seul un klaxon a été entendu par mon collègue, mais rares sont les téléphones à pouvoir atténuer ce type de bruit. Les consonnes fortes sont aussi un peu trop marquées, sans que cela ne soit rédhibitoire. Dans l’ensemble, le résultat est très correct.

Prix et disponibilité du Vivo Y70

Le Vivo Y70 est disponible en France au prix conseillé de 279 euros chez les revendeurs partenaires de la marque (Fnac, Darty, Boulanger, Welcom », Materiel.net, Auchan, Cdiscount, LDLC et Bouygues). Configuration : 128 Go de stockage et 8 Go de mémoire vive. Coloris : Gravity Black et Oxygen Blue.

Notre avis sur Le Vivo Y70

design
8
Si le design du Vivo Y70 n’est pas mauvais, il ne se démarque pas non plus des autres appareils mobiles en reprenant une formule vue et revue, mais tout de même efficace. Les finitions n’en restent pas moins harmonieuses et le dos en plastique agréable au toucher grâce à son effet poli. Autre atout intéressant : son poids de 171 grammes, sa prise jack 3,5 mm, la double SIM et l’emplacement d’une carte MicroSD pour l’extension de stockage. Aucune étanchéité, en revanche.
écran
8
L’écran OLED du Vivo Y70 propose une excellente pluralité des couleurs et des contrastes infinis, même si le calibrage global aurait mérité de petits ajustements au regard de la température tirant un poil trop vers le bleu. Fort heureusement, vous pouvez rééquilibrer le tout à la mano. La luminosité maximale n’atteint pas les sommets, mais remplit suffisamment son rôle au quotidien. Enfin, un taux de rafraîchissement de 90 Hz minimum n’aurait pas été de refus pour ajouter encore plus de fluidité à l’usage. Mais à ce prix-là, ce n’est pas rédhibitoire.
logiciel
8
La version européenne de FuntouchOS s’en tire avec les honneurs : entre le bon niveau de personnalisation, la sobriété de l’interface et son aspect intuitif, l’utilisateur habitué aux systèmes d’exploitation Android retrouvera parfaitement son chemin.
caméra
7
Le triple capteur photo arrière du Vivo Y70 offre des clichés très corrects en bonnes conditions, mais se montre parfois capricieux quant à la gestion de l’exposition. Dans un environnement nocturne, le smartphone ne fait pas de miracle même avec le mode nuit, alors que le mode 48 mégapixels est quant à lui inutile. A contrario du capteur macro qui s’en sort avec les honneurs, et le mode portrait qui parvient à tirer son épingle du jeu sur des sujets simples.
performances
7
Le Vivo Y70 a les armes et la puissance nécessaire pour naviguer sur internet et gérer le multitâche sans anicroche particulière. S’en servir pour un usage classique est donc tout à fait envisageable. Mais du côté des jeux 3D gourmands - Fortnite, à titre d’exemple -, c’est la soupe à la grimace : faible qualité graphique, lag et crash sont au rendez-vous. Si vous cherchez un smartphone gaming abordable, passez donc votre chemin.
autonomie
10
Un sans faute, sans aucune fausse note. Le Vivo Y70 jouit d’une excellente autonomie capable de vous accompagner deux jours durant en usage mixte et modéré. Un compagnon fiable qui ne devrait pas vous laisser tomber au beau milieu de l’après-midi, qui profite en plus de ça d’un chargeur rapide de 33 W. Résultat : comptez 53 minutes pour chatouiller les 100 %.
Note finale du test
8 /10
Pour moins de 300 euros, le Vivo Y70 déballe une panoplie d’atouts séducteurs : de son design agréable en main à son écran OLED aux contrastes infinis en passant par son interface logicielle sobre et son excellente autonomie de deux jours, ce milieu de gamme propose, sur le papier, une partition convaincante.

La note se ternit en revanche du côté du module photo, qui se montre décent sans pour autant faire des miracles. Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro fait par exemple mieux. Sa puissance limitée le cantonnera aussi à une utilisation basique. Pour les amoureux de Fortnite, il faudra repasser.

Pour son lancement en Europe, le constructeur Vivo fait tout de même une belle entrée en matière sur le segment du milieu de gamme, avec un téléphone qui fait certes des concessions assumées sur certains composants, pour un résultat final somme toute concluant.

Points positifs du Vivo Y70

  • Un dos poli agréable au toucher

  • L’écran OLED aux contrastes infinis

  • Bonne interface logicielle

  • Excellente autonomie et charge rapide

  • (prise jack, double SIM, MicroSD)

Points négatifs du Vivo Y70

  • Des photos perfectibles et un mode 48 Mpx inutile

  • Oubliez le gaming avec sa puissance

  • (pas d’étanchéité)

Les derniers articles