Introduction

Le Honor 9X espère devenir l’incontournable des smartphones à moins de 250 euros de cette fin d’année 2019. Après plusieurs semaines d’utilisation, retrouvez notre verdict dans notre test complet.

Honor 9X

Honor 9X

La gamme X des smartphones Honor a longtemps été une référence pour le milieu de gamme. Avec un design moins sophistiqué que les appareils premium, mais qui s’en inspire, et des specs alléchantes pour un prix compétitif, ces produits ont gagné le cœur de nombreux consommateurs. Kirin 710F, 4 Go de RAM, triple module photo, batterie de 4 000 mAh… pour 2019, le Honor 9X ne semble pas changer sa recette gagnante. Rassurons-nous dès à présent : oui, il débarque bien avec — alléluia — le Play Store de Google. Avant de nous lancer à proprement parlé dans le test de celui-ci, jetons un rapide coup d’œil à sa fiche technique.

Fiche Technique

Modèle Honor 9X
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Emotion UI
Taille d'écran 6.59 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 391 ppp
Technologie LCD
SoC Kirin 710F
Puce Graphique (GPU) ARM Mali G51 MP4
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 16 Mpx
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4000 mAh
Dimensions 77.2 x 163.1 x 8.8mm
Poids 206 grammes
Couleurs Noir, Bleu
Prix 249€
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un Honor 9X prêté par la marque.

Un smartphone grand format

Le smartphone paraît assez classique au premier coup d’œil. Et pourtant, il renferme une petite particularité que nous n’attendions pas : sa caméra avant profite d’un système de pop-up. C’est la même astuce que nous trouvons déjà sur le OnePlus 7T Pro et d’autres. Ça fait toujours son petit effet et ça permet d’étendre toujours plus la surface de l’écran. Cela n’en reste pas moins un véritable nid à poussière dont la solidité pose toujours question. Son ouverture est assez rapide, mais bruyante.

Honor 9X - Caméra pop-up

Honor 9X – Caméra pop-up

Avec son grand écran de 6,59 pouces, le 9X ne s’encombre ni d’encoche, ni de larges bordures et ni, malheureusement, de voyant de notifications. Une regrettable absence. Malgré un boîtier peu imposant par rapport à la diagonale de la dalle, le smartphone tient difficilement dans une seule main. Cependant, même avec de petites mains, le pouce tombe assez facilement sur le bouton de déverrouillage et les touches pour le volume audio sur la tranche droite. Aux côtés d’un premier tiroir renfermant la caméra frontale sur le dessus de l’appareil, un second abrite un lecteur de cartes SIM et microSD.

Le bord inférieur accueille un micro, une prise jack, une grille de haut-parleurs et, c’est une nouveauté pour 2019, un port USB Type-C. C’était l’un des rares défauts du Honor 8X qui devait compter encore sur du micro USB, pour un temps de recharge vraiment long.

À l’arrière, nous trouvons un triple module photo à la verticale dans le coin supérieur gauche. Ce dernier n’a pas trop de relief, un excellent point qui offre une bonne stabilité à l’appareil quand celui-ci est couché le dos contre une table. Un capteur d’empreintes digital traditionnel de forme arrondie a été placé au centre du dos. Un placement idéal, que l’index attrape du premier coup. Nous avons testé la version noire du 9X, un peu plus discrète que la bleue aux multiples reflets. Le style ne manque pas d’élégance, mais attention aux traces de doigts !

Honor 9X - Dos

Honor 9X – Dos

Lumineux, mais peu réaliste

Honor a choisi une dalle IPS LCD de 6,59 pouces affichant une définition Full HD+ (2 340 x 1 080) pour une résolution de 391 ppp. La première chose que nous remarquons sur l’écran de ce 9X, c’est sa luminosité élevée qui lui garantit une bonne lisibilité, même sous le soleil. Notre sonde confirme cette impression, puisqu’elle a mesuré un maximum très correct de 431 cd/m². Le taux de contraste atteint lui aussi confortablement les 1425:1, ce qui est dans la norme désormais pour les écrans LCD. Côté température, les résultats font déjà moins l’unanimité. Avec le profil colorimétrique par défaut, l’écran affiche 8 845 K, pour un résultat très froid. Le mieux que vous puissiez en tirer, c’est 7 748 K en paramétrant sur couleurs vives et température chaude, loin des 6500 K qui correspondent au point blanc idéal. Quoi qu’il en soit, les couleurs sont froides et le blanc a tendance à tirer sur le bleu. Cela se voit à l’œil à nu.

Honor 9X - Écran

Honor 9X – Écran

L’écran couvre 120 % du spectre sRGB, 81 % du spectre DCI-P3 et enfin, 54 % du spectre BT.2020. À ce prix, on n’attendait pas beaucoup mieux, mais ça montre que la fidélité de l’écran n’a pas été la priorité d’Honor ici. Le Delta E quant à lui, avec les réglages optimisés mentionnés un peu plus haut, grimpe à 4,75 (l’idéal se situe en dessous de 3). Pour résumer, le 9X a des difficulté pour retranscrire des couleurs naturelles.

Android et EMUI

Côté logiciel, le Honor 9X tourne sous Android 9 Pie et l’interface du constructeur EMUI 9.1.0. Même si visuellement cette dernière se remarque, elle respecte assez bien la logique de l’OS de Google. Par exemple, vous pouvez activer le tiroir d’applications, mais uniquement par le biais d’un bouton. Un certain nombre d’éléments de personnalisation vient compléter l’expérience proposée par Android comme la calibration de l’écran, la navigation par gestes, l’organisation de l’écran d’accueil, etc.

Dommage, EMUI ne propose toujours pas de mode sombre, une fonctionnalité qui commence à se populariser sur les autres marques de smartphones. Comme d’habitude avec les mobiles de Honor et Huawei, certains logiciels préinstallés font doublons, notamment avec ceux de Google. La plupart peut heureusement être désinstallée.

Enfin, EMUI, c’est aussi une question de goût et d’habitude ! Certain·es préfèrent la sobriété d’Android Stock, d’autres apprécient le style et les possibilités offertes par une interface constructeur. Nous vous laissons juges.

Le correctif de sécurité Android remonte au 1er août 2019. Nous sommes actuellement au début du mois de novembre, il serait temps pour Honor d’effectuer quelques mises à jour !

Toujours dans la course ?

Le Honor 9X embarque pour sa version européenne un Kirin 710F que nous trouvions déjà dans le P smart Z de Huawei. Mauvaise surprise, puisque le modèle vendu en dehors de l’Europe bénéficie lui du tout nouveau Kirin 810. Le 710F n’est pas un mauvais SoC, mais ce choix reste un peu décevant. Il est épaulé par 4 Go de RAM et la mémoire interne se limite à 128 Go. Avec une micro SD, l’espace de stockage peut s’étendre à 512 Go. Les benchmarks nous dévoilent ce que l’on craignait déjà : il bat en retraite face à l’impressionnant Redmi Note 8 Pro. La concurrence ne lui fait pas de cadeau !

  Honor 9X Huawei P smart Z Redmi Note 8 Pro Xiaomi Mi 9 Lite Samsung Galaxy A40
SoC Kirin 710F Kirin 710F MediaTek Helio G90T Snapdragon 710 Exynos 7885
AnTuTu 7.x 172 361 points 131 676 points 226 322 points 173 858 points 106 129 points
PCMark 2.0 5 948 points 5 920 points 10037 points 6 676 points nc
3DMark Sling Shot Extreme 867 points 814 points 2 377 points 1 834 points nc
3DMark Slingshot Extreme Graphics 734 points 685 points 2 213 points 1 692 points nc
3DMark Slingshot Extreme Physics 2 385 points 2 390 points 3 213 points 2 597 points nc
GFXBench Aztec Vulkan High 3,2 / 2,1 FPS 3,2 / 2,2 FPS 6,5 FPS / 9,9 FPS 6,8 / 4,6 FPS nc
GFX Bench Car Chase (onscreen/offscreen) 6,6 / 7,7 FPS 6,5 / 7,7 FPS 15 FPS / 18 FPS 11 / 13 FPS nc
GFX Bench Manhattan (onscreen/offscreen) 19 / 21 FPS 19 / 21 FPS 43 / 48 FPS 27 / 32 FPS nc
Lecture / écriture séquentielle 821 / 192 Mo/s 285 / 184 Mo/s 524 / 192 Mo/s 482 / 237 Mo/s nc
Lecture / écriture aléatoire 39 k / 41 k IOPS 10K / 14K IOPS 38K / 42K IOPS 23K /30K IOPS nc

Si nous mettons de côté ces résultats, le smartphone ne s’en sort pas si mal que cela. La navigation demeure assez fluide, même si nous notons quelques rares ralentissements pendant les animations de fermetures ou d’ouverture d’applis.

Jeux vidéo

Historiquement, la famille X se distingue par son rapport qualité/prix pertinent et plus encore par ses bonnes performances notamment pour le jeu vidéo. Est-ce toujours le cas ? Oui et non. Disons qu’indépendamment du marché ça pourrait être bon, mais face à la concurrence, il déçoit.

Sur Arena of Valor, l’écran affiche la plupart du temps 29 fps. Les parties conservent une bonne fluidité, mais il faut savoir que le mode IPSE et ses 60 fps n’est pas disponible sur le 9X. Nous avons également essayé Call of Duty Mobile qui nous a convaincu pour sa limpidité mais… impossible de choisir une qualité graphique autre que basse avec le 9X, contrairement à son meilleur ennemi, le Redmi Note 8 Pro de Xiaomi.

Un expérience photo globalement réussie

Pour son équipement photo, le 9X comporte un triple module avec un capteur principal de 48 mégapixels doté d’une ouverture f/1,8. Le deuxième capteur de 8 mégapixels se consacre à l’ultra grand-angle tandis que le dernier et ses 2 mégapixels sert à reproduire un effet de profondeur.

Honor 9X - Appareil photo

Honor 9X – Appareil photo

Avec la caméra principale, le 9X capture des clichés assez satisfaisants : les couleurs sont vives et les contrastes flatteurs. Par contre, si vous zoomez sur une photo, vous vous apercevrez qu’en arrière-plan, les détails ne sont pas légion. Également, en extérieur, certaines zones souffrent de surexposition. Par exemple, le ciel peut présenter une image brûlée. Cela vaut pour quelques scènes c’est vrai, mais dans l’ensemble, reconnaissons que le 9X s’en sort relativement bien. En intérieur et à contre-jour, la scène souffre de sous-exposition.

En basses lumières, on perd un peu en détail, le bruit s’installe et certaines zones sombrent dans la pénombre et en intérieur, une pellicule jaunâtre recouvre les images. Pour cette gamme de prix, cela reste cohérent. Si votre cible est mouvante, la photo risque d’être floue, surtout avec le mode « cliché nocturne ».

L’ultra grand-angle

Avec le deuxième capteur, le 9X réussit à capturer des photos convenables. Alors, même si nous ne pouvons pas fermer l’œil sur les importantes déformations présentes sur les bords de l’image, proche d’un effet « fish eye », la qualité globale de ces clichés restent assez bonne de jour. Les couleurs font preuve de réalisme et la gamme dynamique est respectée. Le mode ultra grand-angle fait maintenant partie des incontournables sur smartphone. Pratique pour prendre un peu de recul sur les scènes comme les monuments historiques si vous jouez aux touristes, ce mode du 9X fait assez bien le job.

De nuit, les photos prises avec l’ultra grand-angle se montrent moins convaincantes. Moins de détails, de couleurs et d’effets pour plus de bruit. Un voile un peu jaunâtre recouvre par ailleurs l’image pour les clichés pris en intérieur. Tout n’est pas exploitable.

Le mode portrait

Le troisième capteur vient reproduire l’effet de flou en profondeur, utile pour les portraits. Le 9X ne produit pas des clichés mémorables, mais compte tenu du segment de prix auquel il appartient, il s’en sort bien. Cela manque un peu de détails et de netteté si on regarde d’assez près les photos, mais l’ensemble satisfait. Le détourage n’est pas parfait, mais ne choque pas non plus : le passage entre le premier et le deuxième plan n’est pas brutal. Par exemple, le bord des oreilles du sujet est certes un peu flou, mais ça ne saute pas à l’œil, c’est progressif. Nous n’avons pas l’impression que l’oreille a été passée à la trappe.

Quand la lumière vient à baisser, la qualité en prend un coup. Certaines parties du visage et mèches de cheveux se fondent dans l’arrière-plan. Les clichés manquent de netteté et de détails. Nous observons l’apparition de bruit également.

Autoportrait

La caméra avant et ses 16 mégapixels suffit à livrer des selfies bons à partager sur les réseaux sociaux. Ces clichés manquent un peu de détails notamment sur la peau du visage un peu trop lissée, mais ils bénéficient de couleurs assez naturelles. Attention par contre si vous activez l’effet bokeh, les mèches de cheveux rebelles risquent d’être mal découpées. En basses lumières, cela reste acceptable même si le nombre de détails baisse par rapport aux photos de jour.

Un smartphone endurant

Avec sa batterie de 4 000 mAh, le 9X tient sur la durée. Notre protocole de test d’autonomie SmartViser a relevé un score de 11 heures et 56 minutes, ce qui le positionne bien derrière le Redmi Note 8 Pro, mais tout de même dans les bons élèves. Dans les faits, l’appareil peut tenir une bonne journée et demie, voire deux jours si vous n’abusez pas trop des contenus gourmands comme les jeux vidéo.

Livré avec un chargeur de 10 W, il récupère plus rapidement que son prédécesseur, mais cela reste encore très long pour une recharge complète. La batterie retrouve 50 % de ses capacités en une heure. Comptez une heure supplémentaire pour atteindre les 100 %.

Réseaux et Communication

Pour ce qui est du réseau, le smartphone de Honor est compatible avec l’ensemble des bandes de fréquences françaises, sauf la B28 (700 MHz) ce qui peut poser problème aux abonnés Free Mobile. Il reçoit la 4G jusqu’à 600 Mbit/s. Le 9X fait l’impasse sur le Bluetooth 5.0 et se rabat sur une connexion 4.2.

Pour le GPS, il faut, avant de se lancer dans un itinéraire, recalibrer un peu la boussole.

Prix et Disponibilité

Le Honor 9X est commercialisé en France à partir du 6 novembre 2019. Pas d’augmentation sur son tarif cette année, le smartphone coûte 249 euros. Il existe en deux coloris : le noir que nous avons testé, et le bleu.

Galerie Photo

Test Honor 9X Le verdict

design
8
Il ne faut pas être fâché avec les grands formats ! Le placement des boutons et du capteur d'empreintes sont ergonomiques. La surface d'occupation de l'écran fait preuve de générosité, ce qui est assez plaisant pour les yeux.
écran
7
La dalle profite d'une bonne luminosité et d'un bon taux de contraste. Par contre, les couleurs sont trop froides et s'éloignent d'un rendu naturel.
logiciel
7
Le 9X bénéficie d'Android 9 Pie et de tous les petits plus qu'apporte l'interface maison EMUI. L'expérience est complète, assez fluide dans l'ensemble même si on observe quelques ralentissements dans certaines animations.
performances
7
Petite déception du côté des performances. Même si l'appareil gère bien la majorité des tâches quotidiennes, il est en retrait sur la partie jeu vidéo. Face à la concurrence, il peine à faire illusion.
caméra
8
Vous serez rarement déçus avec les caméras du 9X quand les conditions se montrent optimales. Pour le prix, vous avez de quoi prendre de bons clichés, qu'il s'agisse du capteur principal ou du second dédié au très grand-angle.
autonomie
8
Le 9X est un smartphone endurant, ce qui en fait un excellent compagnon au quotidien. Cela reste moins impressionnant que la concurrence tout de même.
Note finale du test 8/10
Le Honor 9X est un smartphone bien équilibré. L'expérience photo se montre dans les grandes lignes satisfaisante, le grand écran profite d'une dalle très lumineuse, l'autonomie ne déçoit pas... Pour la plupart des tâches quotidiennes, il se présente comme le compagnon idéal.

Mais Xiaomi est passé par là. Avec le Redmi Note 8 Pro, la marque chinoise a montré qu'on pouvait aller encore plus loin dans la course au meilleur rapport/qualité prix en incorporant une batterie un peu plus endurante et davantage de puissance pour une expérience gaming plus confortable. Dommage pour Honor qui se démarquait justement sur ce point il y a encore quelque temps avec la famille X. Indépendamment du reste du marché le Honor 9X répond à nos besoins. C'est la concurrence qui lui fait de l'ombre.

Mais outre les performances, vous pourriez préférer un écran sans encoche, EMUI plutôt que MIUI, le traitement des photos de Honor par rapport à celui de Xiaomi... C'est un choix qui se respecte.
Points positifs
  • Un bel objet avec une grande surface d'écran
  • Un écran lumineux
  • Une bonne autonomie
  • Photos de jour satisfaisantes
Points négatifs
  • Des performances décevantes en vue de la concurrence, surtout pour les jeux
  • Une colorimétrie loin du naturel
  • Des photos de nuit pas toujours très heureuses