Test du Xiaomi Redmi Note 9 Pro : assurément séduisant

Le pro du rapport qualité/prix ?

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro est un smartphone de la famille « Redmi Note 9 » annoncé en avril 2020. Représentant le dernier prix de la gamme, il est équipé d'un écran de 6,67 pouces Full HD+, d'un SoC milieu de gamme Qualcomm Snapdragon 720G épaulé par 4 ou 6 Go de RAM. Il est notamment équipé d'un quadruple capteur photo avec un capteur principal de 64 mégapixels.

 

Introduction

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro veut séduire le marché français avec son très alléchant rapport qualité/prix. L'histoire de cette gamme est pavée de modèle ayant réussi brillamment cette mission, mais qu'en est-il de ce smartphone ? Découvrez notre test complet.

Test du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro // Source : Frandroid

Dans la gamme Redmi, le Xiaomi Redmi Note 9 Pro veut être la version la plus évoluée du début d’année 2020, comme en témoigne son suffixe à trois lettres. L’objectif est toujours le même pour cette catégorie de produits : offrir un rapport qualité/prix en béton pour séduire les consommateurs plus efficacement que les concurrents plus hargneux que jamais dans cette gamme de prix. Notre test complet est là pour voir si cet ambitieux projet est mené à bien.

Notre vidéo du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Fiche technique du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Modèle Xiaomi Redmi Note 9 Pro
Version de l'OS Android 10 Q
Interface constructeur MIUI
Taille d'écran 6.67 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 395 ppp
Technologie LCD
SoC Snapdragon 720G
Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 618
Mémoire vive (RAM) 6 Go, 8 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go, 64 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 64 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 5 Mpx
Capteur 4 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 32 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@30 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 1800 MHz (B3)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 5020 mAh
Dimensions 76.7 x 165.75 x 8.8mm
Poids 209 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu
Prix 269
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un Redmi Note 9 Pro prêté par Xiaomi.

Grand, mais confortable

La tranche supérieure du Xiaomi Redmi Note 9 Pro culmine à 165,75 mm. C’est haut. Très haut. C’était déjà la remarque que nous faisions sur le Redmi Note 9S lancé plus tôt. Et pour cause : les deux téléphones font exactement la même taille. Ainsi, nous pouvons le répéter : ce téléphone n’est pas fait pour les personnes préférant les gabarits contenus.

Le Redmi Note 9 Pro en impose en plus de peser 209 grammes bien sentis. Avant d’acheter ce smartphone, il est important de bien avoir ces informations en tête. Si cela ne constitue par un défaut pour vous, alors vous jouirez d’un appareil aux finitions bien travaillées pour garantir une sensation agréable dans le creux de la main grâce à ces bordures en rondeur, sans lignes agressives.

La face avant est des plus classiques avec son écran plat qui ne goûte pas aux saveurs du borderless : les bordures autour de la zone d’affichage sont donc bien visibles. Comme d’habitude, il ne s’agit pas vraiment d’un défaut pour un appareil à ce prix, même si le menton aurait quand même pu être bien plus fin.

Le capteur photo frontal est quant à lui logé dans l’écran, niché dans une bulle centrée. La circonférence est d’ailleurs assez large, mais ne perturbera pas l’immersion de l’utilisateur. Nous parlions de confort en main, celui-ci est notamment assuré par le recouvrement en verre Gorilla Glass 5 au dos — c’est un verre de la même trempe qu’on trouve en façade et sur le module photo. On notera que le Xiaomi Redmi Note 9 Pro jouit d’un style bi-tons sur son coloris vert bleu que nous testons.

Les deux tiers inférieurs sont d’ailleurs striés par de fines hachures — ce n’est que de la décoration, on ne sent pas de rainures sous les doigts. Notez que les versions grise et blanche du Redmi Note 9 Pro ont un dos uni. Passons au module photo carré positionné sur l’axe central de la surface arrière. La protubérance est marquée et rend l’objet bancal lorsqu’on le pose à plat. Dans ce genre de situations, c’est tout en délicatesse qu’il vous faudra poser le doigt sur les coins supérieurs de l’écran.

Le lecteur d’empreintes se situe sur le côté droit, accessible assez facilement au pouce, mais aussi à l’index de la main gauche. Les boutons du volume cependant s’élèvent bien trop haut. En utilisation à une main, monter le son de l’appareil peut-être assez inconfortable, dommage.

La prise jack 3,5 mm côtoie le port USB-C en bas et le tiroir double nano SIM + microSD se dessine sur la gauche.

Pas assez lumineux cet écran !

C’est une grande dalle de 6,7 pouces avec un affichage IPS LCD que l’on trouve en façade du Redmi Note 9 Pro. Dans la pratique, j’ai trouvé celui-ci plutôt bon, notamment pour regarder mes séries Netflix confortablement le soir dans mon lit. Toutefois, dès qu’un rayon de soleil frappe l’écran, il peut être assez difficile de distinguer correctement ce qui s’anime dans le rectangle de verre. Et pour cause, la luminosité maximale n’est que de 394 cd/m², ce qui est un peu juste pour assurer une parfaite lisibilité en toutes conditions. Dommage.

Bas du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

La partie basse de l’écran du Xiaomi Redmi Note 9 Pro // Source : Frandroid

Heureusement, le Redmi Note 9 Pro se rattrape avec un contraste très correct de 1236:1. Au-delà de ça, c’est au niveau de la colorimétrie que le téléphone réserve quelques surprises. En fonction du mode d’affichage choisi, le comportement de l’écran change du tout au tout, comme le montrent les mesures de notre sonde et du logiciel CalMan de Portrait Displays.

En effet, il existe un mode saturé qui sublime grandement les couleurs pour les rendre plus agréables à l’œil, quitte à ce qu’elles soient surréalistes. Dans cette configuration, on a droit à une température moyenne de 8840 K — soit des tons qui tirent beaucoup sur le bleu. On se retrouve avec un Delta E moyen à 7,58 : un chiffre élevé qui témoigne d’un blanc très éloigné de celui censé être affiché.

Test écran du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le Delta E moyen mesuré en mode saturé sur l’espace DCI-P3 est de 7,58 // Source : Frandroid

Par contre, si vous basculez sur le mode standard, on obtient une température de 6751 K — qui se rapproche plus de l’idéal visé pour une bonne fidélité à la réalité. Le Delta E moyen avec cette option descend à 3,56. Un indice qui indique un blanc assez réaliste.

Test écran mode standard du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le Delta E moyen sur le DCI-P3 chute à 3,56 en mode standard // Source : Frandroid

En contrepartie, le mode saturé permet aussi de profiter d’une plus grande diversité de couleurs. En témoignent des espaces colorimétriques sRGB et DCI-P3 couverts à 119 % et 79 % respectivement — ce qui n’est déjà pas incroyable — contre seulement 101 % et 68 % en mode standard. Si ces nombres vous assomment, retenez surtout que le Xiaomi Redmi Note 9 Pro ne vous offrira pas une exquise explosion de couleurs.

En ce qui me concerne, j’ai préféré laisser ces réglages sur le mode auto par défaut qui ajuste les couleurs en fonction de la luminosité ambiante, en me contentant d’ajuster le curseur sur une température assez chaude. Cela semble être le meilleur équilibre.

NFC, tiroir d’applications… et publicités

On retrouve l’interface MIUI 11 à l’œuvre sur ce téléphone avec son lot de personnalisations bienvenues comme le très agréable mode sombre ou la navigation par gestes. Bon point, contrairement au Redmi Note 9S, le Redmi Note 9 Pro permet d’activer un tiroir d’applications si vous souhaitez profiter d’une expérience plus fidèle à celle pensée originellement pour Android.

C’est d’ailleurs étrange, car la version MIUI Global du modèle Pro est légèrement plus vieille (11.0.1 contre 11.0.3), mais propose cette fonctionnalité supplémentaire. Preuve en est que la logique des déploiements logiciels chez Xiaomi n’est pas forcément évidente à appréhender.

L’autre avantage du Xiaomi Redmi Note 9 Pro est aussi la présence du NFC, vous pouvez donc valider vos titres de transport si le réseau de votre ville le permet ou utiliser Google Pay à votre guise pour vos paiements par smartphone.

Google Pay sur Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Sur son site, Xiaomi clame haut et fort la compatibilité du Redmi Note 9 Pro avec Google Pay // Source : Capture d’écran

D’ailleurs, en parlant de Google, on observe encore une fois la politique menée par Xiaomi de mettre très en avant les applications de la firme de Mountain View.

Dès la première utilisation, un dossier Google s’affiche sur la page d’accueil et celui-ci regroupe 15 applications, dont Google One, Google Podcasts ou Google Actualités qui ne font pourtant pas partie du package obligatoire des smartphones Android certifiés par le géant américain. Les clients SMS et Téléphone par défaut sont d’ailleurs aussi ceux propulsés par Google. On peut donc le répéter encore une fois : Xiaomi semble ici vouloir marquer sa différence par rapport à son compatriote Huawei qui ne peut jouir de cela en raison de l’embargo américain.

Le Redmi Note 9 Pro offre donc beaucoup d’atouts logiciels. Hélas, il ne se débarrasse pas du très agaçant pseudo antivirus qui scanne les applications téléchargées — même si elles proviennent du Play Store. En réalité, il s’agit surtout d’afficher de la publicité pendant la soi-disant analyse. C’est un défaut vraiment fâcheux que l’interface permet heureusement de désactiver assez facilement.

Enfin, pour vos contenus sur les plateformes SVoD, le Redmi Note 9 Pro peut lire sans problème des vidéos en qualité HD sur Netflix ou Disney+, car il embarque bien le DRM Widevine L1. MUI 11 sur ce téléphone est donc globalement très plaisant, mais il est dommage de voir encore certaines incohérences dans l’interface. On peut ainsi se retrouver avec deux options « Économiseur de batterie » qui ne mènent pas sur la même page. Une confusion peut avoir lieu aussi sur le « mode plein écran » qui concerne l’affichage des applications et l’option « affichage plein écran » qui permet d’opter pour la navigation par gestes.

Les options "Plein écran" du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

La navigation par gestes se cache dans l’option « affichage plein écran »

Par ailleurs, au moment de publier ce test (début juin 2020), le patch de sécurité date d’avril. On espère que les mises à jour de ce côté-là ne seront pas trop espacées dans le temps.

Un haut-parleur des plus classiques

Le haut-parleur présent sur la tranche inférieure est très puissant. En poussant le volume à fond, vous pourrez vous servir du Redmi Note 9 Pro pour animer une soirée en petit comité. Hélas, les tons les plus aigus peuvent souffrir d’une très légère saturation. Dans l’ensemble, la qualité et la clarté du son sont assez bonnes, mais ne brillent pas non plus. C’est finalement très classique.

Rien de particulier à signaler du côté de l’écoute via des écouteurs ou casques branchés sur la prise jack.

Quatre capteurs photo pour une bonne qualité globale

Nous avons affaire à quatre capteurs photo à l’arrière qui se présentent comme suit :

  • capteur principal de 64 mégapixels (f/1,89) ;
  • ultra grand-angle de 8 mégapixels, 108,3 degrés (f/2,2) ;
  • capteur de profondeur de 2 mégapixels (f/2,4) ;
  • capteur avec objectif macro de 5 mégapixels (f/2,4).

Il n’y a plus vraiment de surprise de ce côté-là dans cette gamme de prix, les photos de jour proposées par le Xiaomi Redmi Note 9 Pro sont tout à fait satisfaisantes aussi bien sur le niveau de détails, la gestion de la dynamique — malgré quelques caprices de temps à autre — et dans les couleurs affichées qui sont agréablement contrastées. On ne tombe pas dans l’excès, mais cela se ressent tout de même assez bien.

Cependant, même si l’option est désactivable, je n’ai volontairement pas enlevé le filigrane en bas à gauche des photos pour vous montrer à quel point ce watermark présent par défaut est laid. Je vous conseille vivement de vous en débarrasser, car il n’a aucun intérêt à part de détourner l’attention de la personne qui regarde le cliché.

Sur les photos de nuit, le smartphone peine très clairement à afficher des détails et le fou est donc très présent sur les images, tout particulièrement sur les scènes où les sources de lumière se font rares ou faibles.

Cela dit, en activant le mode nuit, on récupère bon nombre d’informations et surtout les images deviennent plus éclairées et agréables à regarder. Ça ne corrige pas tout évidemment, mais je vous invite à utiliser cette option.

Sur le mode 64 mégapixels, le téléphone s’en sort avec les honneurs. Cette fonctionnalité permet de profiter de détails sensiblement plus fins quand les conditions lumineuses sont bonnes — la nuit, ce genre de photos plein format sont peu efficaces pour capturer de la lumière.

Ce qui est appréciable, c’est que cette option préserve une certaine cohérence dans le traitement par rapport aux prises de vue classiques. En d’autres termes, le gain de netteté n’est pas contrarié par un défaut et le mode 64 mégapixels a donc le potentiel de se montrer assez pertinent. On est cependant très loin de la killer feature : les avantages de cette option restent encore assez facilement mis à mal.

Mode 64 mégapixels du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le mode 64 mégapixels apporte plus de netteté quand les conditions lumineuses sont bonnes // Source : Frandroid

Concernant l’ultra grand-angle, il n’y a pas grand-chose à signaler. Vous profitez évidemment d’un champ de vision plus large pour immortaliser plus d’éléments dans la scène et ce mode est plutôt efficace sur bien des points, mais il souffre inévitablement d’une perte d’informations : zoomer dans l’image permet de voir que la finesse des détails n’est pas aussi bonne que sur le capteur principal. La nuit, on ne distingue rien avec l’ultra grand-angle.

La bonne surprise du Xiaomi Redmi Note 9 Pro vient de son très bon mode portrait, en intérieur comme en extérieur. Le module se montre très efficace pour délimiter avec précision faire ressortir la personne photographiée par rapport au décor flou, à l’exception de quelques rares mèches de cheveux mal gérées par l’algorithme. Le tout, en sauvegardant les petits détails du visage même si le contraste est un peu trop marqué pour renforcer artificiellement justement cette impression de netteté. C’est tout de même du très bon boulot pour un smartphone à ce prix-là.

Enfin, le mode macro n’est pas mal du tout sur ce téléphone pour faire la mise au point sur des objets très rapprochés, mais reste une fonctionnalité très gadget. Les images ainsi réalisées sont peu définies, ce qui les rend peu pertinentes, et la plupart des utilisateurs vont sans doute faire mumuse avec quelques fois avant de se lasser.

On soulignera aussi que Xiaomi n’a pas implémenté de téléobjectif sur le Redmi Note 9 Pro, le privant ainsi d’un zoom optique, ce qui est toujours dommage quand on se rapproche des 300 euros et surtout pour un téléphone qui se dit « Pro ».

Pour les selfies, c’est un capteur de 32 mégapixels qui nous toise en façade. Celui-ci est efficace avec un niveau de détails convaincant, mais ce n’est pas non plus époustouflant. Dans les grandes lignes, il fait bien son job, malgré quelques difficultés à retranscrire correctement la carnation du visage en fonction des conditions lumineuses. Sur la première série de photos ci-dessous par exemple, j’ai la peau étrangement blanchie.

Côté vidéo, comptez sur des enregistrements allant jusqu’à du 1080 p à 60 fps ou de la 4 K à 30 images par seconde.

De bonnes performances, mais sans plus

Un Snapdragon 720G fait tourner le Redmi Note 9 Pro. Concrètement, sur les tâches classiques du quotidien, le téléphone tient parfaitement la baraque.

Il faut plutôt regarder du côté des jeux vidéo en 3D assez gourmands pour observer de petites lacunes de la part du téléphone. En effet, Fortnite tourne à 30 images par seconde sans souci avec une résolution 3D à 100 %, mais vous n’irez pas au-delà de graphismes réglés sur « Moyen ». Pendant une partie, vous ne souffrirez pas de bugs gênants ni de saccades. On voit juste que ce sont essentiellement les graphismes au loin dans l’arrière-plan qui sont un petit peu sacrifiés sur l’autel de la fluidité.

  Xiaomi Redmi Note 9 Pro Realme 6 Pro Xiaomi Redmi Note 9S Xiaomi Redmi Note 8 Pro
SoC Snapdragon 720G Snapdragon 720G Snapdragon 720G MediaTek Helio G90T
AnTuTu 8.x 276 347 279 164 272 446 n/c
PCMark 2.0 7 704 10 303 7 847 10 037
3DMark Sling Shot Extreme 2 518 2 523 2 519 2 377
3DMark Slingshot Extreme Graphics 2 371 2 380 2 366 2 213
3DMark Slingshot Extreme Physics 3 214 3 19_ 3 253 3 213
GFXBench Aztec Vulkan High (onscreen / offscreen) 10 / 6,7 FPS 11 / 7 FPS 10 / 6,6 FPS 6,5 / 9,9 FPS
GFX Bench Car Chase (onscreen/offscreen) 16 / 18 FPS 16 / 18 FPS 15 / 17 FPS 15 / 18 FPS
GFX Bench Manhattan (onscreen/offscreen) 38 / 42 FPS 37 / 41 FPS 37 / 40 FPS 43 / 48 FPS
Lecture / écriture séquentielle 500 / 205 Mo/s 513 / 204 Mo/s 489 / 171 Mo/s 524 / 192 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 34,4k / 29k IOPS 40,3k / 31,8k IOPS 31,3k / 29,1k IOPS 38K / 42K IOPS

Les benchmarks le montrent assez bien : le Redmi Note 9 Pro n’enregistre pas de résultats meilleurs que le Redmi Note 9S pourtant sensiblement moins cher, et c’est en cela que l’on pourrait avoir quelques regrets sur ce modèle Pro.

Rappelons aussi que l’on trouve 6 Go de RAM sur ce téléphone qui chauffe assez rapidement lorsqu’il tourne à plein régime, mais jamais assez pour brûler les doigts.

Un smartphone ultra endurant

Si le Xiaomi Redmi Note 9 Pro pèse plus de 200 grammes c’est notamment à cause de sa taille, mais c’est surtout dû à sa grosse batterie de 5020 mAh. Une capacité très loin d’être négligeable qui remplit bien ses promesses. En effet, le téléphone est excellent en termes d’autonomie. Il fait face à toutes les épreuves de la journée sans peine. Vous pouvez aussi compter sur lui pour tenir le lendemain en usage assez classique (navigation web, envoi de mails et de messages instantanés, musique, vidéos, prise de photos…) sans vraiment faire de compromis.

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro

La face avant du Xiaomi Redmi Note 9 Pro // Source : Frandroid

Lors de notre protocole de test personnalisé ViSer, l’appareil a su tenir pendant 14 heures et 47 minutes. C’est un excellent résultat qui le propulse aisément dans le haut du classement en matière d’autonomie. Précisons que cet exercice consiste à lancer assez frénétiquement pléthore d’applications à la suite afin de simuler la consommation d’une utilisation active.

À cela s’ajoute un bloc charge de 33 W capable de recharger le Redmi Note 9 Pro de 8 à 58 % en 30 minutes. Il faut ensuite à peine plus d’une demi-heure supplémentaire pour atteindre les 100 %.

Réseau et communication du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le téléphone est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises. Personnellement, je n’ai rencontré aucun souci particulier avec le réseau d’Orange en région parisienne. Du côté des appels, mon interlocuteur pouvait entendre de temps à autre les bruits alentour les plus sonores (sirène d’ambulance, démarrage d’une moto…), mais globalement le Redmi Note 9 Pro réussit à filtrer assez efficacement la voix pour qu’elle reste bien intelligible.

En ce qui concerne la géolocalisation, le terminal s’est montré très précis pendant mes quelques sorties, notamment dans le bois de Vincennes où j’ai pu trouver le meilleur trajet sans problème sur les petits sentiers entre les arbres.

Prix et disponibilité du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro est vendu à partir du 9 juin 2020 en France au prix de 279,90 euros pour le modèle équipé de 64 Go de stockage interne. La version avec 128 Go s’affiche à 299,90 euros.

Le verdict du Xiaomi Redmi Note 9 Pro

design
8
Le Redmi Note 9 Pro est un très grand téléphone, voici l'élément principal à retenir. Pour le reste, le produit ne bouscule pas les habitudes esthétiques de ce segment de prix, mais propose une formule bien maîtrisée et agréable en main. On lui reprochera des boutons de volume pas assez facilement accessibles et un module photo un protubérant.
écran
7
L'écran de ce smartphone est très correct tant que vous prenez le temps d'ajuster vos préférences en termes de colorimétrie. Mais si on peut lui pardonner de ne pas être excellent en termes d'affichage, sa luminosité maximale trop faible rend la dalle un peu frustrante pour une utilisation en extérieur.
logiciel
8
MIUI 12 propose ici une interface agréable à utiliser avec tout un tas d'options à votre disposition. On pense notamment à la possibilité d'activer le tiroir d'applications, ce qui n'est pas le cas de tous les smartphones sous MIUI 12. À cela s'ajoute une compatibilité NFC franchement appréciable. Dommage cependant que Xiaomi ne se débarrasse pas de son très agaçant pseudo scan antivirus affichant des pubs sur les téléchargements d'applications. Aussi, quelques confusions de noms sur certaines options pourraient encore être ajustées.
caméra
8
En photo, le Redmi Note 9 Pro propose une bonne polyvalence malgré l'absence de téléobjectif. Le capteur principal convainc, le mode 64 mégapixels est intéressant tout comme le mode nuit, et le mode portrait est très bon. Les photos de nuit capturées en prise de vue classique manquent malheureusement de détails et les clichés en macro restent anecdotiques, même s'ils ne déçoivent pas.
performances
8
Le téléphone se montre suffisamment puissant pour affronter les tâches du quotidien sans broncher. En cela, il est tout à fait satisfaisant. Pour les jeux gourmands, le Redmi Note 9 Pro est très loin d'être à la ramasse, mais n'arrive pas à faire mieux que le Redmi Note 9S moins cher.
autonomie
10
Sans surprise, l'autonomie reste le point fort principal de ce smartphone Xiaomi capable de tenir de très longues heures sans voir sa batterie se vider précipitamment. C'est toujours rassurant et loin des mauvaises surprises. L'efficacité du chargeur rapide livré avec l'appareil complète ce beau tableau.
Note finale du test
8 /10
Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro séduit très facilement en proposant une utilisation très satisfaisante pour un tarif des plus contenus. L'autonomie est son principal point fort : il excelle en la matière. Ce n'est pas tout : le confort qu'il procure en main et son expérience photo convaincante dans l'ensemble (on retient notamment le très bon mode portrait) viennent ajouter quelques cordes à son arc. Saupoudrez cela d'une interface complète et d'une compatibilité NFC et vous obtenez la recette simple, mais appétissante de ce téléphone.

Cela ne le met pas à l'abri de quelques défauts : l'écran devrait être plus lumineux, les applications téléchargées depuis le Play Store ne devraient pas être soumises à l'inutile analyse antivirus et les photos en faible luminosité (en mode normal) sont très perfectibles, heureusement le mode nuit n'est pas mauvais.

Ce n'est pas le plus clinquant des smartphones, mais le Xiaomi Redmi Note 9 Pro est assurément séduisant.
Points positifs
  • Grosse autonomie
  • Confortable en main
  • Bonne polyvalence photo
  • (NFC, prise jack)
Points négatifs
  • Scan antivirus toujours aussi agaçant
  • Luminosité de l'écran un peu juste
  • Des photos de nuit à améliorer

Les derniers articles