Introduction

La Samsung Galaxy Tab S5e correspond à la tablette la plus haut de gamme du constructeur sud-coréen pour 2019. Serait-ce enfin la tablette premium sous Android qu’on attendait… ou non ? Réponse ci-dessous dans notre test complet.

Il y a quelques semaines, nous vous livrions un avis sur l’autre dernière-née des tablettes de Samsung, la Galaxy Tab A (2019). Agréable surprise pour un milieu de gamme, elle nous avait séduites. On monte d’un cran aujourd’hui avec sa grande sœur la Galaxy Tab S5e soit le modèle le plus premium de la famille pour cette année. Écran Super Amoled de 10,5 pouces affichant une définition QHD, Snapdragon 670 couplé à 4 Go de RAM, Android 9.0 Pie en duo avec l’interface maison One UI, version 4G ou Wi-Fi, 64 ou 128 Go de mémoire interne… Voyons si la Galaxy Tab S5e a de quoi détrôner l’iPad d’Apple.

Fiche Technique

Modèle Samsung Galaxy Tab S5e
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur One UI
Taille d'écran 10.5 pouces
Définition 2560 x 1600 pixels
Densité de pixels 288 ppp
Technologie OLED
SoC Snapdragon 670
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 13 Mpx
Appareil photo (frontal) 8 Mpx
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Réseaux Wi-Fi 5 (ac)
NFC Non
Batterie 7040 mAh
Dimensions 160 x 245 x 5.5mm
Poids 400 grammes
Couleurs Noir, Argent, Or
Prix 343€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’une tablette prêtée par la marque. Il s’agit du modèle Wi-Fi avec 64 Go d’espace de stockage interne.

Incroyable finesse

En mars dernier (2019), Ulrich avait pu prendre en main rapidement la Galaxy Tab S5e. La première impression lorsque l’on sort la tablette de sa boîte reste toujours la même : quelle finesse ! La Tab A faisait déjà preuve d’un format surprenant, mais là, on en vient même à se demander comment Samsung a fait pour atteindre les 5,5 mm d’épaisseur. Une première réponse, une première concession : l’absence de prise jack. À l’heure où les casques Bluetooth et autres écouteurs sans-fils se popularisent, certains font encore un peu la moue face à la disparition de la prise jack. Bien entendu, le fabricant fournit un adaptateur mini jack vers USB Type-C pour corriger le tir.

En maintenant l’objet à la verticale, on observe donc un port USB Type C sur la tranche inférieure flanqué de deux premiers haut-parleurs stéréo. Premiers, car le constructeur en a glissé deux autres sur le bord opposé. Certifiés par la marque AKG et compatibles Dolby Atmos, nous y reviendrons un peu plus loin dans ce test, dans la partie dédiée à la qualité audio.

Le flanc droit accueille un capteur d’empreintes digitales qui joue également le rôle de bouton de mise en tension et de déverrouillage/verrouillage. Juste en dessous ont été placées les touches pour contrôler le volume audio. En continuant à descendre sur ce côté-ci, on fait face à un microphone et un tiroir qui héberge une carte micro SD (jusqu’à 512 Go) et, si la version de la tablette vous le permet, une carte SIM. Les petites bandes grisées implantées à l’arrière et sur les différentes bordures de l’appareil renferment les antennes 4G. Enfin, devraient, puisque nous n’avons ici affaire qu’au modèle Wi-Fi.

À gauche, des connecteurs aimantés lui permettent de glisser un clavier externe au format propriétaire. Une possibilité bienvenue pour peut-être transformer un produit de divertissement en solution d’appoint pour travailler. Un point que nous détaillerons dans la partie consacrée au logiciel.

Les bordures qui entourent la dalle forment un cadre régulier aux mêmes dimensions sur les quatre côtés. En se remémorant les dernières tablettes, on ne peut qu’applaudir le gros effort fait par Samsung pour réduire leur taille. La caméra frontale de 8 mégapixels vient se loger en douce sur la partie supérieure aux côtés du capteur de luminosité ambiante. Le dos ressemble à s’y méprendre à celui de la Tab A (2019), mais son revêtement tout en aluminium préfère ici le parti pris de l’unibody.

Les marques Samsung et AKG ont été apposées de manière assez discrète sur cette surface. En haut à gauche se trouve un module photo de 13 mégapixels. Il est englobé dans un carré aux bords arrondis avec un faible relief pour ne pas venir gêner l’équilibre de la tablette une fois cette dernière posée à plat.

Outre sa petite épaisseur, la Tab S5e opte pour un format convenu : des dimensions de 245 x 160 mm, un poids de 400 g et une diagonale d’écran de 10,5 pouces pour un ratio de 16:10. Si on récapitule, elle est plus grande, mais plus légère et fine que le modèle du dessous, la Tab A (2019), mais aussi de la concurrence signée Apple. Une belle prouesse, pour un produit qui respire la qualité premium.

Néanmoins, calmons-nous un peu avec la flatterie. Il demeure impossible de l’utiliser à une seule main et sa taille empêche d’attraper avec facilité les boutons. Par exemple, le lecteur d’empreintes et la touche de déverrouillage sont difficiles d’accès et demandent une petite contorsion de la main. Fort heureusement, Samsung a pensé à déjouer ce défaut en proposant une reconnaissance faciale réactive et le double tap pour réveiller l’écran. En la tenant à l’horizontal, certaines parties de l’écran nécessitent aussi un peu de gymnastique des doigts.

Un écran presque parfait

Samsung, c’est le fabricant d’écran par excellence. Ne jouons pas les surpris quand sa tablette la plus premium profite des plus hautes technologie et définition aujourd’hui disponibles sur le marché. Dalle Super Amoled de 10,5 pouces, affichage QHD (2 500 x 1 600 pixels) et une résolution de 288 ppp, c’est un chouïa plus élevé que celle qui la précède, la Galaxy Tab S4.

Sortie de sa boîte et sans toucher à quoi que ce soit dans les paramètres d’affichage, notre sonde révèle une température des couleurs de 7200K. Elle frôle l’excellence dans les autres modes puisqu’elle avoisine les 6280K. Les couleurs sont particulièrement vives et présentent un très grand nombre de nuances avec une couverture de 138,9 % du gammut DCI-P3. Le deltaE obtenu s’élève à 6,19 dans le mode de base dit « adaptatif » mais cela peut vite se corriger : l’interface One Ui a eu la bonne idée comme d’habitude de proposer plusieurs options de colorimétrie.

Amoled, vous connaissez la chanson, cela veut dire un contraste infini et, généralement, une luminosité maximale à toute épreuve. Notre protocole de test délivre un résultat de 495 cd/m². Ce score se vérifie au quotidien : la dalle maintient une bonne lisibilité et absorbe comme il faut les reflets. Ainsi vous pouvez la consulter même en plein soleil, cela reste de l’ordre du confortable même si bien entendu, elle montre tout son potentiel en intérieur. Le capteur de luminosité adopte lui un bon comportement et si vous tardez le soir, la luminosité ne vous éblouira pas trop.

Le couple One UI et Android

Android 9.0 Pie et One UI 1.1, voilà un tandem attendu qui a déjà fait ses preuves sur les derniers appareils mobiles de Samsung. La refonte de l’interface maison du constructeur a vraiment optimisé l’expérience logicielle, nous vous en avions déjà vanté les mérites dans un précédent article. Intuitive, elle apporte aussi de nombreux éléments de personnalisation qui viennent compléter l’OS de Google. Nous retenons par exemple le mode nuit qui permet à la fois de reposer les yeux et d’économiser la batterie. Vous pouvez aussi choisir de n’afficher que les trois dernières ou bien la totalité (ou presque, évidemment) des notifications sur la partie supérieure de l’écran.

Quel dommage que Samsung n’ait pas prévu de voyant LED pour nous signaler leur arrivée ! D’autant plus qu’il reste de la place pour un tel ajout auprès de la caméra frontale et du capteur de luminosité ambiante. One UI offre tout de même la possibilité d’activer des rappels de notifications toutes les 3, 5 ou encore 10 minutes. Mais si vous utilisez votre tablette en silencieux, nous pouvons dire que vous l’avez un peu dans l’os. Les animations ralentissent beaucoup la navigation. Pour s’en débarrasser, vous pouvez les désactiver dans les paramètres.

Il arrive — pas toujours, mais parfois — que des notifications restent affichées alors que vous les avez déjà consultées sur une autre plateforme comme votre smartphone par exemple. Ce petit couac est plus de l’ordre de l’exception, mais sachez que cela peut se présenter. Enfin, à l’heure où nous écrivons ces lignes, soit le 20 juin 2019, le correctif de sécurité Android remonte au 1er juin. C’est rassurant, nous n’avons plus qu’à espérer que cette assiduité perdure dans le temps.

Un outil de travail ?

Quand on pense tablette, on pense souvent usage familial. Surfer sur le web, visionner des vidéos ou des séries sur ses applications de streaming préférées, jouer à des jeux, regarder des photos… Mais la Tab S5e ne s’arrête pas là. D’accord, ce type de produit peut déjà grâce à une connexion Bluetooth appairer des accessoires. Mais en intégrant un système d’aimants sur l’une de ses tranches pour accueillir un board cover (un étui avec clavier), elle s’affirme comme potentiel outil de travail. Et devinez sur quoi je rédige cet article ? Bon, Samsung n’avait pas de board cover en stock à nous prêter, mais j’utilise actuellement un clavier sans-fil.

L’expérience me convainc parfaitement : la diagonale d’écran se trouve suffisamment grande pour offrir une bonne lisibilité et la qualité de la dalle participe également à mon bonheur. En déplacement, cette Tab peut faire office d’ultrabook grâce à sa légèreté. Pour le traitement de texte, il n’y a rien à lui reprocher. Elle fait largement l’affaire, alterner au besoin entre la surface tactile de l’écran pour naviguer et pianoter sur le clavier s’avère naturel. En revanche, je ne vous la conseillerai pas comme solution même d’appoint si vous voulez faire des retouches assez poussées d’images ou si vous utilisez des logiciels gourmands pour monter des vidéos par exemple. L’explication arrive dans la partie qui suit ; ses performances sont limitées.

Performances et Autonomie

Le petit Snapdragon 670

Pour naviguer sur Internet et les réseaux sociaux, regarder quelques photos et lancer des applications, la tablette réagit plutôt bien. Mais les performances de la puce mobile Qualcomm Snapdragon 670 et ses 4 Go de RAM sont à nuancer. Comme expliqué plus haut, les animations diminuent la vitesse de navigation. Outre ce fait, j’ai pu me confronter à des petits moments de latence, lors de l’ouverture d’une notification, au lancement de logiciels, en naviguant dans les menus et lors de l’affichage des applications récentes. Pas de bugs à l’horizon, mais cette lenteur montre une fois de plus que les tablettes sous Android, et bien ce n’est pas encore ça… Vraiment dommage car l’interface est bien pensée.

De même, si vous regardez par exemple un épisode d’une série sur Netflix, la machine va rapidement chauffer. Même chose pour les jeux 3D gourmands qui doivent compter sur un GPU Adreno 615. La température ne devient pas non plus insupportable, mais cela peut gêner un peu. Heureusement, une fois que vous lâchez un peu votre Tab, la chaleur se dissipe rapidement.

Benchmark/Appareil Samsung Galaxy Tab S5e Samsung Galaxy Tab S4
SoC Snapdragon 670 Snapdragon 835
AnTuTu 7 153 338 points 195 850 points
PC Mark (Work 2.0) 6 601 points 6 262 points
3DMark Sling Shot Extreme 1 573 points 3 397 points
3DMark Sling Shot Extreme (Graphics) 1 450 points 3 644 points
3DMark Sling Shot Extreme (Physics) 2 236 points 2 747 points
GFXBench
(Car Chase Onscreen/Offscreen)
6,1 / 11 FPS 12 / 24 FPS
GFXBench
(Manhattan Offscreen)
17 / 29 FPS 32 / 58 FPS
Lecture / écriture séquentielle 293 / 199 Mo/s 742 / 197 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 18,4k / 4,7k IOPS 36k / 6,4k IOPS

Nous ne faisons pas face à une bête de course, surtout si vous la poussez un peu trop dans ses retranchements. Globalement l’expérience reste agréable au quotidien pour ne pas provoquer de réelles frustrations. Relevons tout de même que le choix de ce microprocesseur laisse songeur : la Galaxy Tab S4 sortie l’an dernier portait en son sein le Snapdragon 835 avec également 4 Go de RAM. Nous pourrions nous dire qu’après tout, il s’agit du modèle « e » et qu’un modèle plus costaud se prépare. Après tout la Tab S4 coûtait à sa sortie près de 700 euros.  Néanmoins, même si cette Tab S5e coûte moins cher, on s’attendait à mieux. Au moins un Snapdragon 710 ou un Exynos plus puissant.

Difficile par ailleurs de la comparer à d’autres tablettes Android. Déjà, parce qu’elles se font rares sur le marché et que notre test de la Huawei Media Pad M5 10,8 pouces nous avait posé quelques soucis : les benchmarks ne fonctionnaient pas puisqu’il s’agissait d’un prototype. Rappelons simplement qu’elle embarque un Kirin 960 couplé à 4 Go de RAM.

Autonomie et Recharge

La tablette est équipée d’une batterie de 7 040 mAh. Plus que la Tab A (2019), moins que l’iPad 11 pouces (2018) mais cela reste impressionnant pour un boîtier aussi fin. Dans les faits, et avec une utilisation proche de celle que je peux faire avec mon smartphone, la partie photo en moins (réseaux sociaux, navigation sur le web, un peu de traitement de texte, lecture de vidéos sur YouTube et Netflix, quelques petites sessions de jeu vidéo), la Tab S5e ne s’essouffle que sur la fin de la deuxième journée. Une longévité qui fait plaisir, notamment due à l’écran Amoled et la bonne gestion énergétique du SoC. Elle tient la route face à la concurrence.

Côté recharge, Samsung offre un adaptateur secteur « Adaptive Fast Charging » d’une puissance de 18 W. Il faut une quarantaine de minutes pour passer de 0 à 50 % et patienter au total deux heures et demies pour atteindre les 100 %. Un temps d’attente que l’on qualifierait de bon pour une tablette de cet acabit.

Expérience photo

Beaucoup se demandent encore qui utilise l’appareil photo d’une tablette. Il a suffi que je sorte la Tab S5e lors d’une soirée dans le but de photographier Omar pour provoquer un fou rire général. Et pourtant, en se promenant sur les quais de Seine, on peut apercevoir des touristes brandir leur tablette pour capturer les monuments parisiens. Ou voir des parents fiers d’immortaliser la remise de diplôme de leur enfant… je n’invente rien, il s’agit d’un témoignage.

À l’arrière la Tab comporte une caméra de 13 mégapixels. Le logiciel photo propose un zoom x2 ainsi que des modes portrait, panorama, pro, vidéo et hyperlapse. Le mode intelligence artificielle peut être désactivé, mais personnellement je l’ai trouvé pertinent.

De jour à l’extérieur le rendu n’est pas si mal pour une tablette. Cela manque un peu de détails, mais les couleurs conservent un certain naturel. Il faut tout de même faire preuve d’une grande stabilité lorsque vous voulez capturer une scène puisque la tablette ne profite d’aucune stabilisation OIS ou EIS. La gamme dynamique peut autant être bien que mal gérée. Les photos peuvent souffrir parfois de sur et sous exposition. En intérieur, les couleurs paraissent un peu moins éclatantes et les effets de textures moins saisissants.

Le mode portrait à l’arrière ne s’en sort pas si mal au premier goût d’œil. Mais si on s’attarde sur les détails de la photo, on remarque quelques petits ratés dans le détourage du sujet. Certaines zones en arrière-plan ont été laissées pour compte et ne profitent pas de l’effet bokeh. La caméra avant et ses 8 mégapixels bénéficient aussi d’un mode portrait. Le traitement logiciel échoue dans les détails comme les petites mèches de cheveux. Par rapport au capteur arrière, les photos présentent des couleurs plus fades, le piqué se trouve encore plus faible et les problèmes de surexposition sont systématiques.

De nuit, mieux vaut laisser tomber, les clichés manquent cruellement de couleurs et de précisions. Un voile jaunâtre recouvre les photos et les sources lumineuses forment de grossiers halos. Avec la caméra avant, difficile d’obtenir des selfies convaincants, car ces derniers se noient dans un flou non artistique.

Quatre haut-parleurs de qualité

Comme évoqué en amont, la Tab S5e possède quatre haut-parleurs stéréo confectionnés en partenariat avec AKG, marque acquise par Samsung et qui concerne bon nombre de ses appareils audio. Le son compte aussi sur Dolby Atmos, une technologie hybride de reproduction cinématographique pour le numérique. Le résultat surprend ; rares sont les tablettes ou mêmes smartphones à produire un son convenable. Que ce soit la puissance ou le respect du spectre audio, la Tab S5e nous a persuadés de la qualité de ses haut-parleurs.

Les grilles sont-elles bien placées ? Oui et non. Oui si vous posez à plat la tablette et oui si vous utilisez un book cover pour la maintenir. Par contre, si vous la tenez dans vos mains (à l’horizontale, vous conviendrez que regarder des vidéos à la verticale est une hérésie) vous allez obstruer une partie de la sortie audio. Et ça n’aura rien de très agréable. Si vous jouez directement avec la Tab à l’horizontale dans le creux des mains et non avec une manette, vous étouffez le son.

Prix et Disponibilité

La Samsung Galaxy Tab S5e affiche quatre tarifs différents. Le modèle Wi-Fi se voit proposé à un premier prix de 419 euros pour la version 64 Go de ROM et un second de 469 euros pour bénéficier des 128 Go d’espace de stockage interne. En ce qui concerne la tablette LTE/4G, comptez 459 euros (64 Go) ou 549 euros (128 Go). Elles sont disponibles dès à présent en noir, argent et or sur la boutique officielle de Samsung, de nombreuses enseignes physiques et la majorité des e-commerçants habituels.

Galerie Photo

Test Galaxy Tab S5e Le verdict

design
8
La Tab S5e respire la qualité de fabrication et étonne par sa finesse et légèreté. Agréable à utiliser, son format ne rend cependant pas très facile d'accès les boutons principaux.
écran
9
La dalle Super Amoled fait des merveilles : contrastes infinis, couleurs éclatantes et très bonne luminosité. Il faut cependant faire un arrêt dans les paramètres d'affichage pour retrouver des couleurs plus fidèles à la réalité.
logiciel
8
Avec Android Pie et One UI, l'expérience logicielle se veut à la fois intuitive et complète. Avec un clavier, elle peut remplacer un ultrabook si vous n'utilisez pas de logiciels trop lourds. Pour le traitement de texte, c'est parfait.
performances
6
Samsung a étonnement choisi le Snapdragon 670. Si globalement le SoC exécute bien les tâches quotidiennes, la Tab n'échappe pas aux ralentissements et montre ses limites notamment côté jeu vidéo 3D. Pour le prix, on aurait espéré mieux, beaucoup mieux.
autonomie
10
Un temps de recharge relativement court et une endurance d'au moins deux bonnes journées, la Tab S5e excelle avec sa batterie.
caméra
7
De jour on peut réussir à capturer des photos correctes mais de nuit, les résultats sont moins probants.
Note finale du test 7/10
La Galaxy Tab S5e se veut « essentielle » sur le marché déserté des tablettes Android. Elle comporte de nombreux avantages : sa finesse, son style élégant, son superbe écran, son autonomie exemplaire, la qualité de ses haut-parleurs ou encore la possibilité de la transformer en petit ultrabook.

Malheureusement, Samsung vient gâcher notre plaisir avec un SoC qui a du mal à tenir la route. Cela se ressent au quotidien par une navigation qui tourne un peu au ralenti et l'impossibilité d'obtenir satisfaction avec les jeux 3D les plus gourmands. Elle avait tout pour plaire, mais l'absence d'optimisation manque de cohérence avec les tarifs affichés.

Si vous comptez juste vous en servir pour regarder des vidéos et faire un peu de traitement de texte, vous serez comblé. Mais si vous êtes plutôt à la recherche d'une tablette multi-usage avec un minimum de coffre, ses petites performances et la lenteur de navigation risquent de vite vous refroidir.
Points positifs
  • Sa finesse
  • Son écran qui touche la perfection
  • Son autonomie généreuse
  • Peut se transformer en outil de travail d'appoint
Points négatifs
  • La faiblesse de son SoC qui empêche une navigation fluide
  • L'absence de LED de notifications
  • Le format rend difficile d'accès les boutons ou certaines zones de l'écran