Décaler le Black Friday à cause du confinement : c’est la demande du ministre Bruno Le Maire

 

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, souhaite que les commerçants décalent le Black Friday car il estime que le contexte actuel ne se prête pas à cette journée synonyme de fortes promotions commerciales.

Bruno Le Maire aimerait que le Black Friday soit décalé cette année. Répondant aux questions du Sénat, le ministre français de l’Économie a en effet estimé que la période de confinement traversée par le pays actuellement ne se prêtait pas à la tenue de cette journée où fleurissent pléthore de grosses promotions pour inciter les consommateurs à acheter, surtout sur les plateformes d’e-commerce. Pour rappel, le Black Friday de cette année est prévu pour le vendredi 27 novembre.

Est-ce que vraiment, vendredi prochain, c’est la bonne date pour organiser un Black Friday ? Ma réponse est non. – Bruno Le Maire

Le ministre appelle ainsi les entreprises de la grande distribution en ligne et physiques à « examiner toutes les possibilités de décaler cette opération qui n’a pas de sens dans les circonstances actuelles ». La France vit en ce moment un deuxième confinement pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Dans cette optique, bon nombre d’enseignes ont dû fermer les portes de leurs magasins physiques, car leurs activités sont jugées non essentielles. On ne sait par ailleurs toujours pas avec certitude quand cette restriction sera levée et la question agite le gouvernement.

Pour le pouvoir, reporter le Black Friday serait donc un moyen à la fois d’éviter des regroupements massifs dans les magasins et de ne pas défavoriser les petits commerçants face aux plus grosses écuries.

De Black Friday à Black November

Rappelons que le Black Friday est une tradition commerciale issue des États-Unis. Chaque année, au lendemain de la fête de Thanksgiving, les commerçants cassent les prix de la grande majorité des produits qu’ils mettent en vente. Cependant, depuis un certain temps, on se rend compte que le « vendredi noir » a tendance à déborder sur les jours qui le précèdent.

Ainsi, dans les faits, beaucoup de sites de commerce en ligne commencent à promouvoir d’alléchantes soldes très tôt en novembre pour bien se positionner sur le Black Friday. En conséquence, la demande de Bruno Le Maire semble intervenir un peu tard pour enrayer la machine.

Le gouvernement ne peut pas forcer la main

Par ailleurs, à l’inverse des soldes classiques, le gouvernement ne peut pas agir sur l’opération privée qu’est le Black Friday. Sans la collaboration des acteurs concernés, rien ne pourra être fait. Or, il semble peu probable que sa requête soit bien accueillie par Amazon Fnac, Darty, Cdiscount, LDLC, Rue du Commerce et consorts.

Black Friday 2020 : date, commerçants… à quoi s’attendre cette année ?

Les derniers articles