Guide d’achat : quelle tablette graphique choisir en 2020 ?

Coup de graph'

 

Si vous vous lancez dans le dessin numérique, vous allez rapidement vouloir vous faciliter la vie avec une tablette graphique. Voici nos recommandations.

Si les arts graphiques traditionnels ont encore de beaux jours devant eux, la démocratisation des ordinateurs a entraîné avec elle la popularisation du dessin numérique. Et comme pour toute forme d’art, il est important de bien choisir ses outils. Opter pour une tablette graphique est une bonne solution. En effet, elle remplace la souris par un stylet, ce qui est la garantie d’un dessin plus précis, tout en vous donnant accès à de nombreux styles de “brosses”. Cela dit, sur le marché, les tablettes graphiques ne manquent pas, ce qui peut être rapidement déconcertant pour un ou une néophyte. D’autant qu’une tablette onéreuse n’est pas forcément facile à prendre en main ou satisfaisante à utiliser.

Ne laissez pas pour autant votre méconnaissance en matière de tablette graphique être un frein à votre créativité. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous avons concocté un petit guide d’achat mettant en avant des produits qui couvriront la plupart de vos attentes.

Wacom Intuos S Bluetooth : un modèle compact pour bien commencer »

Acteur majeur du marché, Wacom a depuis longtemps prouvé son savoir-faire en matière de tablette graphique grand public. La Wacom Intuos S Bluetooth ne déroge pas à la règle.

Cette tablette graphique se veut l’introduction parfaite à l’art du dessin sur ordinateur. Compacte, la Wacom Intuos S Bluetooth propose une surface de travail de 7 pouces pour un poids de 249 g. Vous l’aurez compris, elle est loin d’être encombrante sur un bureau, et elle peut se glisser facilement dans un sac lors de vos déplacements. D’autant que la Wacom Intuos S Bluetooth est compatible avec le Bluetooth, ce qui vous permet de faire l’impasse sur les câbles lors de la connexion à un ordinateur.

Malgré ces dimensions, la Wacom Intuos S Bluetooth n’en est pas moins précise. En effet, son stylet, paramétrable, supporte 4 096 niveaux de pression différents, pour un tracé détaillé. Et avec seulement 4 boutons programmables à loisir, la Wacom Intuos S Bluetooth est très facile à prendre en main, que vous soyez droitier ou gaucher. Sans oublier qu’elle est fournie avec trois logiciels de dessin gratuits : Corel Painter Essentials 6, Corel Aftershot 3, Clip Studio Paint Pro. Enfin, son prix qui gravite autour de la centaine d’euros fait de la Wacom Intuos S Bluetooth une tablette particulièrement attractive pour les débutants.

Huion H610 Pro V2 : le rapport qualité-prix imbattable

L’ergonomie semble avoir été l’idée directrice de Huion lors de la conception de la Huion H610 Pro V2. Bien qu’elle mesure 34 cm de long, soit plus du double de la Wacom Intuos S Bluetooth, pour 24,5 cm de large, et que son poids frôle les 635 g, la Huion H610 Pro V2 reste facilement transportable grâce à son épaisseur d’à peine 1 cm. En revanche, de telles dimensions permettent à cette tablette graphique de proposer une surface de dessin de 11 pouces.

Trop souvent oubliés, les gaucher(e)s peuvent profiter d’une excellente expérience utilisateur grâce à l’interface de la Huion H610 Pro V2 qui se règle facilement pour le dessin avec la main gauche. Non contente de comprendre 8 192 niveaux de pression différents, la Huion H610 Pro V2 est surtout capable de détecter l’angle de votre stylet pour une précision accrue lors du dessin.

Si la Huion H610 Pro V2 fait l’impasse sur le Bluetooth, s’appuyant ainsi sur un câble USB classique, elle se montre généreuse concernant les boutons physiques. La Huion H610 Pro V2 en compte ainsi 8, qui peuvent être programmés de manière à vous donner accès à 16 raccourcis différents. Et là encore, le prix n’excédant pas la centaine d’euros est particulièrement intéressant pour celles et ceux qui débutent dans le dessin numérique.

Wacom Cintiq 16 : la meilleure tablette avec écran

Abordons directement le véritable (et seul) point noir de cette tablette graphique : son prix. La Wacom Cintiq 16 se déniche souvent à un tarif avoisinant les 600 euros. On peut se demander ce qui justifie un prix aussi élevé, 2, 3 voire 4 fois supérieur à une tablette classique. Tout simplement le fait que la Wacom Cintiq 16 est une tablette graphique avec un écran intégré, et qu’elle se situe comme l’un des meilleurs rapport qualité-prix du marché actuel dans cette catégorie.

L’écran 16 pouces à la définition Full HD de la Wacom Cintiq 16 offre une excellente surface d’affichage, tout en restituant assez fidèlement les couleurs grâce à un bon calibrage de la part de Wacom. Calibrage qui, soit dit en passant, s’adapte à de nombreux types d’écrans externes. La dalle tactile de la Wacom Cintiq 16 est également capable de détecter l’angle du stylet, pour un rendu toujours plus organique. Quant à son stylet « passif », supportant 8 192 niveaux de pression, il rend le temps de latence quasiment imperceptible. Une bonne chose qui nous ferait presque oublier que l’on dessine sur une tablette graphique.

Que faut-il savoir lors du choix d’une tablette tactile ?

Comme pour un ordinateur, une souris, un clavier ou un écran, il est important de prendre en considération plusieurs points lors du choix de sa tablette graphique.

Quels sont les différents types de tablettes graphiques ?

Il existe trois types de tablettes graphiques. La tablette dite “classique” est la plus répandue. Ce modèle avec une surface de dessin opaque offre une plus grande fidélité que ses consœurs puisque vous avez la possibilité de moduler votre trait simplement avec la pression de votre stylet. Arrivent ensuite les tablettes avec écran. Plus onéreuses et encombrantes, ces dernières permettent cependant une meilleure supervision du projet en cours. Veillez cependant à bien calibrer l’écran intégré. Enfin, la tablette “scanner” est plus rare. Elle permet de numériser et vectoriser un dessin papier.

Quelles sont les caractéristiques essentielles d’une bonne tablette graphique ?

À nos yeux, quatre points primordiaux doivent être vérifiés avant l’achat d’une tablette graphique, à savoir :

  • Les dimensions. Il est important de prendre en compte le ratio entre la taille globale de la tablette et la surface allouée au dessin. Inutile de prendre une grande tablette si la zone de travail ne représente qu’un quart de l’appareil. A contrario, une petite tablette qui fait la part belle à sa surface de dessin aura tendance à sacrifier les boutons physiques.
  • L’ergonomie. Une tablette tactile pouvant être compliquée à prendre en main, il est essentiel que vous ayez toutes les clés en main pour apprendre à l’utiliser rapidement et surtout sans (trop) de contraintes. Une abondance de boutons physique aura vite fait de vous perdre. Pour débuter, favoriser les tablettes qui n’embarquent pas plus de 8 boutons. De même, soyez conscient qu’une tablette avec écran est souvent plus lourde et encombrante qu’une tablette classique.
  • La précision. Le stylet est tout aussi important que la tablette en elle-même. Plus un stylet supporte de niveaux de pression, plus votre tracé sera précis. En dessous de 3 000 niveaux, mieux vaut éviter.
  • La compatibilité. Il serait dommage de s’offrir une nouvelle tablette graphique et de se rendre compte qu’elle ne fonctionne pas sur notre ordinateur. Vérifier toujours que votre future tablette graphique sera compatible avec votre version de Windows ou de MacOS. De même, assurez-vous que votre logiciel de dessin supporte votre tablette graphique.

Que vaut le dessin sur tablette graphique ?

Dessiner sur une tablette graphique ne procure pas la même expérience que le dessin traditionnel, ce qui peut être déconcertant lors des premiers usages. Il faut en effet s’habituer à la légère latence entre la pression du stylet sur la zone de dessin et l’apparition du résultat à l’écran. Cela dit, un stylet sans batterie (aussi appelé stylet “passif”) permet de réduire ce temps de latence.

Enfin, et il s’agit probablement du seul point important à retenir en dehors des caractéristiques techniques : utiliser une tablette graphique ne vous gratifiera pas d’une meilleure technique de dessin. Pour mieux dessiner, rien ne remplace un entraînement constant et bien souvent long.

Les derniers articles