20 000 euros de réduction pour la Mustang Mach-E électrique : comment est-ce possible ?

 

Quelques jours après Tesla, c'est au tour de Ford d'opérer une forte baisse de prix sur son Mustang Mach-E. Le SUV électrique est désormais éligible au bonus écologique, mais uniquement sous certaines conditions. Au programme : près de 20 000 euros de baisse en quelques jours seulement.

Quand est-ce que la guerre des prix sur la voiture électrique prendra-t-elle fin ? Pas tout de suite, semble-t-il. Et pour cause, quelques mois après avoir opéré une importante réduction des prix sur les Model 3 et Model Y, Tesla revient à la charge en abaissant encore les tarifs de ses véhicules. Ainsi, la berline électrique est désormais affichée à partir de 41 990 euros tandis que le SUV démarre à 44 990 euros. Les Model S et Model X perdent également jusqu’à 10 000 euros grâce à cette remise.

Un prix en baisse

Bien sûr, cette chute des prix a de quoi inquiéter les constructeurs généralistes, qui sont déjà nombreux à avoir revu leur grille tarifaire afin de mieux rivaliser avec la firme d’Elon Musk. C’est notamment le cas de Ford, qui a récemment opéré une baisse du tarif de son Mustang Mach-E, d’abord aux États-Unis puis en France au cours des derniers jours.

Ainsi, le SUV électrique est désormais affiché à partir de 56 990 euros, contre 61 650 euros jusqu’alors pour la version Propulsion jouant le rôle d’entrée de gamme. Mais le premier véhicule électrique de la marque américaine n’était toujours pas éligible au bonus écologique. Heureusement, Ford a décidé de changer cela en apportant encore quelques modifications.

Comme l’annonce le site de la marque, il est désormais possible de s’offrir un exemplaire du SUV électrique moyennant seulement 46 990 euros. Un tarif nettement plus abordable, en baisse de 10 000 euros tout pile, voire même 15 000 euros si l’oin compare avec l’ancien prix. De quoi rendre le Mach-E éligible au coup de pouce du gouvernement, désormais réservé aux véhicules de moins de 47 000 euros… avec un tarif de 41 990 euros, soit 20 000 euros de moins qu’il y a quelques jours !

Le SUV américain, désormais épaulé par le nouvel Explorer récemment dévoilé et que nous avons eu la chance de découvrir en avant-première rivalise donc plus que jamais avec le Model Y. Mais alors, qu’est-ce qui se cache derrière cette offre alléchante ? N’y a-t-il pas un loup ? Car on se doute que cette soudaine baisse de prix n’est pas tout à fait innocente non plus.

Une condition importante

En effet, en regardant tout en bas dans les petits caractères, on s’aperçoit qu’il faut respecter une condition pour pouvoir profiter de cette offre. Celle-ci n’est d’ailleurs valable que sur le Mach-E Propulsion Standard Range 76 kWh de 269 chevaux. C’est-à-dire la version d’entrée de gamme. Outre le fait qu’elle soit réservée aux particuliers, cette remise est uniquement valable sous condition de reprise.

C’est-à-dire que pour y avoir le droit, il faut faire reprendre une voiture d’occasion par le constructeur. Et si cela n’est pas précisé, il est probable que cette offre soit aussi conditionnée à la marque et au modèle de véhicule repris. Mais ce n’est pas tout, car Ford propose également une offre pour les particulier souhaitant s’offrir un Mach-E en location longue durée.

Dans ce cas, le SUV est accessible à partir de 499 euros par mois sans apport, là encore dans sa version d’entrée de gamme comme le précise le site du constructeur. Mais là encore, et comme c’est également le cas pour la Peugeot e-208 à à 150 euros par mois, il y a quelques petits caractères à lire. Tout d’abord, l’offre pour le Mach-E prend en compte le bonus écologique de 5 000 euros, mais surtout une aide à la reprise de 1 500 euros. Il faut donc faire reprendre une voiture pour profiter de cette offre, avec un contrat de 36 mois et 30 000 kilomètres.

Si le constructeur souhaite avant tout augmenter ses profits, il essaie également de réduire le prix de ses voitures, puisqu’il s’apprête notamment à proposer des batteries LFP (lithium – fer – phosphate) sur son SUV électrique. Une technologie moins chère également choisie par Stellantis qui permettra donc d’augmenter les marges tout en proposant un tarif plus contenu. Ford prévoit également à terme de réduire la taille des accumulateurs, comme veut aussi le faire Renault.