Introduction

Le Realme 3 Pro arrive en France avec la sérieuse ambition de concurrencer Xiaomi et sa gamme Redmi sur le marché des smartphones d’entrée et de milieu de gamme. Mais en a-t-il réellement les compétences ? Voyons cela ensemble dans ce test complet.

Realme s’est introduit sur le marché mondial avec une grande motivation : concurrencer Redmi. L’entreprise cousine de Oppo, OnePlus et Vivo propose des smartphones à bas prix avec une fiche technique qualitative. Le premier appareil disponible pour la France est le Realme 3 Pro.

À 199 ou 249 euros selon sa configuration, voyons si ce smartphone peut s’imposer comme le terminal à avoir si l’on a un budget limité.

Fiche technique

Modèle Realme 3 Pro
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur ColorOS
Taille d'écran 6.3 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 409 ppp
Technologie IPS LCD
SoC Snapdragon 710
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 616
Mémoire vive (RAM) 4 Go, 6 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 16 MP
Capteur 2 : 5 MP
Appareil photo (frontal) 25 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux Wi-Fi 5 (ac)
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 4045 mAh
Dimensions 74.2 x 156.8 x 8.3mm
Poids 172 grammes
Prix
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un smartphone prêté par la marque.

Un design déjà vu, mais réussi

Ce Realme 3 Pro a un design assez similaire à ce que propose son gros concurrent sur le papier, Honor, et à ses cousins de chez Oppo ou Vivo.

On a donc a l’avant un écran de 6,3 pouces Full HD+ IPS avec une encoche qui, comme beaucoup de smartphones dans cette gamme de prix, est en forme de goutte d’eau. N’ayant pas de capteurs supplémentaires comme pour la reconnaissance faciale, cette forme d’encoche est la moins « invasive » et reste toujours celle qui laisse le plus de place à l’écran.

L’encoche n’est pas envahissante

Les bordures sont assez minimes et ne sont clairement pas handicapantes, le menton reste assez imposant, mais, dans cette gamme de prix, rares sont les smartphones qui font réellement mieux.

Son dos en plastique avec un effet de vague à la manière de ce que propose Oppo ou Honor est réussi et attire l’œil. Il ne donne pas forcément envie de le cacher sous une coque ou un étui. Sur la partie centrale, un peu en hauteur, on a le capteur d’empreintes digitales et, à sa gauche, le double module photo et son flash qui épousent très bien ce design.

Son poids de 172 grammes ne le rend ni trop lourd ni trop léger à la prise en main et ses dimensions sont similaires aux autres produits du marché. Son épaisseur de 8,6 mm lui permet d’être agréable à tenir et ses boutons sont impeccablement placés, tombant parfaitement sous les doigts, que l’on soit gaucher ou droitier. Au-dessus des boutons de volume se trouve le slot pour deux cartes nano-sim et une micro SD jusqu’à 256 Go.

En bas du smartphone, on trouve le haut-parleur mono, une prise jack 3,5 mm et une prise micro-USB. Genre de prise qui commence à être difficile à accepter à cause de l’avènement de l’USB type C. Cependant, il ne faut pas oublier qu’au prix de 199 euros, on doit s’attendre à quelques déconvenues qui ne sont pas non plus dramatiques.

À noter que le smartphone est livré avec une coque en silicone transparente et un film pour l’écran ce qui permet de garder ce Realme 3 Pro un minimum en sécurité sans surcoût.

Même si ce design reste assez classique et déjà vu, il est vraiment agréable et offre une belle apparence à ce smartphone. On sent qu’au fil du temps, ce genre d’appareils à petit prix ne font plus l’impasse sur le design et tentent d’offrir un produit qui attire l’œil, quitte à tous se ressembler…

L’écran, un point fort, contrairement au son

À première vue, cet écran IPS Full HD+ de 2340 x 1080 pixels de 6,3 pouces est de bonne qualité. Comme dit plus tôt, il propose un design avec une encoche en forme de goutte d’eau et a des bordures assez minimes sauf sur son menton en bas qui est plus imposant, mais pas non plus gigantesque.

L’écran est de qualité et l’encoche n’est en aucun cas handicapante pour la lecture de contenus

Le Realme 3 Pro possède une densité de pixels de 408 PPP, ce qui est idéal, tout en restant dans la moyenne. Les couleurs sont agréables à l’œil, même si elles sont parfois un peu froides et manquent d’un certain dynamisme. On peut d’ailleurs facilement les régler la chaleur de celles-ci dans les paramètres avec une jauge allant de froid à chaud.

Avec notre sonde, nous avons pu mesurer de manière précise certains paramètres de cet écran. Sa luminosité, annoncée officiellement à 400 cd/m2 est montée à 437 cd/m2, mais malgré cette bonne mesure, l’écran est parfois difficile à lire en extérieur. Prévoyez de trouver un endroit à l’ombre pour pouvoir le regarder sans avoir à plisser les yeux.

Son contraste de 1557:1 est très bon et la température des couleurs est presque idéale avec une mesure à 7 000 K, contre 6 500 K pour la mesure parfaite. Écran IPS oblige, il possède d’excellents angles de vision.

Cet écran est donc le très grand avantage de ce smartphone. À l’utilisation, on ne ressent aucun problème avec cet écran qui est clairement un très bon point fort de celui-ci.

Au niveau du son, le haut-parleur mono disposé au bas du smartphone ne fera aucune folie, il permettra d’écouter votre musique ou de regarder une vidéo YouTube, mais ne vous attendez pas à quelque chose de parfait. À volume très élevé, vous n’aurez que des basses qui saturent et des aigus qui peuvent vite faire mal aux oreilles. On note cependant la présence de la prise jack 3,5 mm qui fait ce qu’on lui demande, avec des basses cependant beaucoup trop prononcées…

ColorOS, à parfaire…

Le Realme 3 Pro embarque Android 9.0 Pie avec la mise à jour de sécurité de mars 2019 et l’interface ColorOS 6.0. Celle-ci est également disponible sur les smartphones d’Oppo, tandis que les autres membres de la famille embarquent OxygenOS pour OnePlus et FunTouch OS pour Vivo.

Une interface qui est parfois assez mal optimisée. On se retrouve par exemple avec des noms d’applications qui sont coupés en plein milieu d’un mot pour aller à la ligne.

Comme toute interface, ColorOS est appréciable si vous avez des atomes crochus avec sa façon de fonctionner. Cependant, elle s’est ouverte avec sa version 6.0 puisqu’elle adopte désormais le tiroir d’applications (optionnel) et permet de personnaliser son expérience utilisateur de l’écran d’accueil avec différents effets de bascule entre les écrans d’accueil, ou encore la possibilité de régler le nombre d’icônes par ligne à 4 ou 5.

L’expérience reste agréable de mon point de vue, mais cela sera différent pour chaque utilisateur. Et si cela ne vous plait pas, vous pourrez toujours installer un launcher alternatif pour modifier un minimum votre écran d’accueil.

On note également la compatibilité Widevine L1 pour lire des contenus en HD sur Netflix par exemple.

Pour plus d’informations sur ColorOS, je vous invite à lire la partie logicielle de notre test du Oppo Reno.

Des performances bien au-dessus de la moyenne

Nos tests ont été réalisés avec la version avec 6 Go de mémoire vive à 249 euros. Une autre version avec 4 Go à 199 euros existe.

Avec son processeur Snapdragon 710 cadencé à 2.2 GHz et ses 6 Go de mémoire vive, Realme frappe fort chez les appareils à 250 euros ou moins.

 Realme 3 ProHonor 20 LiteRedmi Note 7Realme 2 Pro
SoCSnapdragon 710Kirin 710Snapdragon 660Snapdragon 660
AnTuTu153 611130 310144 013132 515

L’interface est très fluide et permet de l’utiliser sans forcément rencontrer de ralentissements ou de chauffe trop importante. Certes, il ne va pas concurrencer un très haut de gamme comme un Samsung Galaxy S10 ou un OnePlus 7 Pro sur ce domaine, mais il se débrouille de la meilleure des manières possibles pour cette tranche de prix.

Côté jeux pas trop de problèmes à prévoir non plus, la plupart des jeux tournent bien. Même PUBG avec les graphismes réglés sur « élevé » ne nous a fait rencontrer que quelques légers lags durant notre partie. Les jeux moins gourmands vont donc bien tourner sur ce Realme 3 Pro.

La photo en accord avec la concurrence

Le Realme 3 Pro embarque un capteur arrière de 16 mégapixels et un module telephoto (zoom x2) de 5 mégapixels. À l’avant, c’est un capteur de 25 mégapixels que l’on retrouve.

Avec une bonne luminosité, les photos sont de qualité, avec de nombreux détails au premier plan, même si on a un peu de bruit numérique et de lissage. Attention à l’arrière-plan qui lui peut manquer de détails. N’imaginez pas pouvoir y distinguer des brins d’herbe…

Le zoom x2 garde les mêmes qualités, mais aussi les mêmes défauts… Il a du mal à détailler l’arrière-plan (on peut toujours utiliser l’exemple des brins d’herbe), mais la restitution du premier plan reste bonne.

Les photos en intérieur soulignent la faiblesse du capteur arrière au niveau du piqué des photos. Les couleurs vives perdent énormément d’éclat et de dynamisme et l’œil n’est pas forcément séduit contrairement à certaines photos du même type produites par d’autres capteurs.

Même chose pour le capteur x2 qui n’offre rien de pire, mais rien de mieux non plus.

Pour le mode portrait, on ne peut pas le conseiller. Lors de notre test, le découpage était très aléatoire avec l’appareil principal, au point qu’il est presque mieux géré avec le capteur avant.

En parlant du capteur avant, celui-ci reste de bonne facture quand la luminosité l’accompagne. Mais le bruit et la perte de détails sont de mèche avec la baisse de la luminosité, ce qui rend les selfies de nuit assez compliqués à poster sur Instagram.

Quant au capteur arrière, la baisse de luminosité n’est pas son amie également. Il souffre des problèmes classiques que sont la baisse de détails et la montée de bruit, et certaines photos sont même inutilisables…

Niveau vidéo, le capteur principal est stabilisé, mais pas le x2 ce qui se ressent très vite. Les deux tournent de base en 1080p à 30 fps, mais peuvent monter à 60 fps si celui-ci est activé dans les paramètres de l’appareil photo.

Capteur classique :

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Capteur telephoto x2 :

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

En bref, on se retrouve avec une qualité de clichés qui ne se démarque pas beaucoup de la concurrence, mais qui ne fait pas moins bien non plus. Cela reste un smartphone à 250 euros maximum, on ne peut pas lui demander des clichés dignes d’un Google Pixel ou d’un Huawei P30.

Toutes les bandes au rendez-vous

Le Realme 3 Pro est compatible avec la totalité des bandes 4G, dont la 700 MHz parfois mise de côté par les smartphones à bas prix. Cela signifie une compatibilité totale avec les opérateurs français, dont Free Mobile en 4G.

Le smartphone possède un débit théorique maximal de 300 Mo/s en descendant et 75 Mo/s en montant en 4G.

Côté appels, la réduction de bruit fonctionne bien dans un endroit relativement bruyant, mais dans une rue très agitée il sera difficile de se faire comprendre…

On note l’absence de capteur NFC ce qui rend le téléphone incompatible avec Google Pay ou tout autre service de paiement utilisant cette technologie.

Une autonomie satisfaisante

L’autonomie du Realme 3 Pro est plutôt quelque chose que l’on rangerait dans ses qualités. Il embarque une batterie non amovible de 4045 mAh qui, sur notre test SmartViser avec une utilisation mixte, a tenu 12 heures et 7 minutes. C’est un score plutôt honorable, mais quand même inférieur au Redmi Note 7 et ses 12 heures et 37 minutes.

Cependant avec une utilisation classique il tiendra largement la journée, attention simplement aux utilisations intensives comme la lecture de vidéo ou les séances de jeu qui peuvent rapprocher le moment où votre smartphone aura besoin de son chargeur. Mais bonne nouvelle, il est compatible avec la charge rapide de Oppo VOOC qui lui permet de passer de 10 à 100 % en 1 heure et 10 minutes.

Prix et date de sortie

Le Realme 3 Pro est disponible à deux tarifs, avec 4 Go de mémoire vive et 64 Go de mémoire interne pour 199 euros et avec 6 Go de 128 Go à 249 euros.

Il est disponible en deux coloris : Nitro Blue (celui de notre test) et Lightning Purple.

Où acheter le Realme 3 Pro au meilleur prix ?

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Nos photos du Realme 3 Pro

Test Realme 3 Pro Le verdict

design
8
Le design Realme 3 Pro est réussi. Il est agréable avec ce dos à effet "vague" et l'avant est lui aussi réussi avec une encoche qui n'est pas envahissante et qui épouse bien l'écran. On note cependant un manque d'originalité.
logiciel
6
C'est peut-être le principal point faible de ce smartphone. L'interface ColorOS n'inspire pas entièrement confiance : on remarque parfois des erreurs criantes d'optimisation vers le Français. Cependant à l'utilisation on ne voit pas de ralentissement et on ne peut qu'apprécier les options de personnalisation proposées.
caméra
7
Que ce soit à l'avant ou à l'arrière, la caméra est clairement le point qui nous rappelle le prix du téléphone. Il supporte mal la baisse de luminosité et les détails sont vites absents pour laisser place à un lissage apparent et très désagréable. On salue quand même la stabilisation sur le capteur arrière principal.
écran
9
Le point fort de ce smartphone. Cet écran FHD+ offre un rendu bien supérieur à ce que l'on peut s'attendre dans sa gamme de prix. Les couleurs sont bien restituées et les options permettent même de modifier cela à sa guise. Il faudra quand même raler un peu quant à la luminosité assez basse.
performances
8
Le Realme 3 Pro n'aura aucun problème à être utilisé au quotidien, son Snapdragon 710 couplé aux 4 ou 6 Go de mémoire vive lui permettent de supporter un grand nombre de tâches gourmandes en énergie et même certains jeux comme PUBG.
autonomie
8
La batterie de 4045 mAh du Realme 3 Pro lui permet de tenir largement plus d'une journée loin du chargeur. Cependant, si vous en avez besoin, il ne vous faudra que peu de temps pour arriver à 100 % avec la recharge rapide. À noter quand même l'absence du port USB-C au profit d'un micro-USB.
Note finale du test 8/10
Le Realme 3 Pro est clairement l'un des smartphones à aller voir si vous avez un budget ne dépassant pas les 250 euros. Son écran écrase la concurrence et ses autres caractéristiques n'ont clairement pas à rougir.

Avec un design réussi, il saura vous permettre d'avoir un beau produit dans la main à petit prix. Vous pourrez l'utiliser sans rencontrer d'handicapant ralentissements grâce à sa fiche technique supérieure au commun des smartphones de cette gamme de prix.

Il ne faut cependant pas s'attendre à une bête de course capable de concurrencer un haut de gamme. Sa caméra en est l'exemple le plus clair avec des clichés qui ont du mal quand la luminosité se fait rare, comme tous ses concurrents. Son autonomie reste également assez classique et ne se démarque pas des autres terminaux du marché.

Il faut aussi prendre en compte la présence de ColorOS, qui reste une interface constructeur très marquée et donc qui pourrait ne pas vous plaire. On vous conseille donc de tester un smartphone de la marque avant de craquer.

Mais pour ce prix, vous aurez du mal à trouver un smartphone aussi complet et aussi confortable à l'utilisation que celui-ci.
  • Points positifs
    • Un écran de très bonne qualité
    • Un design réussi
    • De très bonnes performances
  • Points négatifs
    • Un appareil photo qui n'a rien de spécial
    • Un ColorOS encore discutable
    • Pas d'USB-C