Toyota va frapper fort sur la voiture électrique avec des autonomies impressionnantes

 

Si Toyota n'a jamais trop cru au 100 % électrique, la firme nippone commence à changer d'avis. Mieux encore, elle souhaite désormais rattraper son retard dans le domaine en développant des voitures offrant une grande autonomie.

Toyota bZ Compact SUV Concept // Source : Toyota

Sauf revirement très improbable, la vente de voitures thermiques sera interdite dans toute l’Europe à partir de 2035. Seulement quelques exceptions seront autorisées, pour les constructeurs vendant moins de 1 000 véhicules par an et pour ceux roulant au carburant synthétique. Les autres devront donc se conformer à cette règle. Et cela ne plaît pas à tout le monde, et notamment à Toyota, qui n’a jamais vraiment cru à l’électrique.

Une nouvelle stratégie

Mais cela est tout doucement en train de changer depuis l’arrivée de son nouveau patron Koji Sato, qui remplace désormais Akio Toyoda. En effet, celui-ci veut revoir la stratégie de la marque et notamment travailler à son électrification. Un passage de toute façon obligatoire si elle veut subsister sur le marché européen. Lors d’une conférence organisée la semaine dernière, le constructeur en a d’ailleurs dit un peu plus sur ses ambitions.

Dans un communiqué, Toyota annonce le lancement de pas moins de dix voitures 100 % électriques à partir de 2026. Pour l’heure, la gamme française n’en compte qu’une seule, à savoir la bZ4X, dont les débuts ont été quelque peu chaotiques en raison d’un souci lié aux roues. Mais ce n’est pas tout. Car en plus de commercialiser de nouveaux modèles, le constructeur veut aussi améliorer leurs caractéristiques.

Celui-ci affirme vouloir doubler l’autonomie de ses voitures électriques. Pour mémoire, le Toyota bZ4X peut parcourir pas moins de 450 kilomètres en une seule charge selon le cycle WLTP. Une valeur qui varie selon la température, d’autant plus que le SUV pourrait ne pas être rechargé quand il fait trop froid. Pour atteindre cet objectif d’autonomie, qui n’est pas forcément indispensable, la firme va notamment proposer de nouvelles batteries.

Celles-ci seront donc plus efficaces, sans que le constructeur ne donne pour l’instant plus de détails. Peut-être que les ingénieurs puiseront leur inspiration dans la conception du Tesla Model Y, qu’ils avaient déjà qualifié d’œuvre d’art quelques semaines plus tôt. Ainsi, les futures Toyota pourraient dépasser les 800 kilomètres WLTP.

Plus d’un million de voitures électriques

La firme japonaise, qui pense que les voitures hybrides polluent seulement à peine plus que l’électrique prévoit de mettre pas moins de 1,5 million de véhicules zéro-émission (à l’échappement) sur les routes. Un objectif ambitieux, tandis que le bZ4X n’est pas encore livré chez nous et que les chiffres de vente ne sont pas brillants dans le reste du monde.

Espérons que la baisse de prix opérée par la marque en réponse à Tesla l’aide à trouver de nouveaux clients, en attendant l’arrivée de nouveaux modèles électriques. Pour mémoire, Toyota a récemment dévoilé sa berline bZ3 et son pick-up Hilux Revo BEV, qui ne sont pour l’heure pas destinés au marché européen. Comme le rappelle l’Automobile Magazine, la firme prévoit également de lancer un grand SUV sept places, rival du Kia EV9.

Afin d’optimiser les coûts, et ainsi augmenter les marges et réduire le prix de ses voitures, Toyota va revoir sa stratégie de développement. Un seul ensemble sera chargé de toute la conception des voitures électriques, des premiers croquis à la commercialisation. Cela devrait également permettre de garantir un processus plus efficace, car centralisé au même endroit et dans la même équipe.

Enfin, le constructeur travaille également au développement d’une nouvelle interface baptisée Arene. Celle-ci équipera les prochains modèles de la gamme et améliorera leur connectivité en les rendant notamment compatibles avec les mises à jour à distance.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.