Le marché du jeu vidéo est en proie à une nouvelle transformation : la course aux exclusivités qui était jusqu’alors le nerf de la guerre entre les consoles de jeu va prendre fin. Ce sera désormais une guerre des écosystèmes !

Cuphead, un jeu Microsoft, est disponible sur Nintendo Switch

Sony et Nintendo, les champions des exclusivités

Si Microsoft a tiré une seule leçon de la génération Xbox One, c’est que les exclusivités sont importantes pour faire adhérer des joueurs à sa plateforme. C’est ce qui a permis à Sony et Nintendo de vendre leurs PlayStation 4 et Switch par camions entiers grâce à leurs excellents titres comme God Of War, Spider-Man, Super Mario Odyssey ou encore The Legend of Zelda : Breath of the Wild. C’est d’ailleurs ce qui a poussé Microsoft à faire l’acquisition de nombreux studios ces derniers mois pour former les Xbox Game Studios.

Pourtant, ces exclusivités qui étaient autrefois si importantes semblent en pleine transformation. À l’avenir, on ne parlera plus d’exclusivité console, et voici pourquoi.

God of War, exclusivement sur PlayStation 4

Xbox devient un écosystème plutôt qu’une console

Commençons par Microsoft qui, bon gré mal gré, est le premier à avoir entamé cette transformation. Pour mieux rentabiliser ses jeux, la firme a d’abord annoncé que ses jeux Xbox allaient désormais sortir sur Windows 10 pour accompagner la philosophie « un système d’exploitation unique avec applications universelles », déclenchant beaucoup d’interrogation chez les joueurs : pourquoi acheter une Xbox, si on peut jouer aux mêmes jeux sur PC ?

Pourquoi acheter une Xbox, si on peut jouer aux mêmes jeux sur PC ?

Plusieurs années après, et alors que la prochaine Xbox se profile à l’horizon, la réponse semble de Microsoft à cette question est simple : « jouez à nos jeux où vous voulez, tant que vous jouez à nos jeux ». La Xbox sera là pour proposer une expérience simple et accessible pour le salon. Une console que l’on branche facilement, sans trop de configuration, et qui lit correctement tous les jeux prévus pour, sans réglage de performance. La firme de Redmond a d’ailleurs franchi une nouvelle étape en sortant certains de ses titres sur Nintendo Switch : CupheadSuper Lucky’s Tale et Ori and the Blind Forest. Quelle est donc la stratégie de Microsoft ? Favoriser le Xbox Live et le Xbox Game Pass. Tous ses jeux, même ceux qui sortent sur Switch, utilisent le Xbox Live pour connecter les joueurs.

Microsoft a terminé la génération en poussant le jeu multijoueur entre plateformes et par le lancement de son abonnement Xbox Game Pass, qui permet d’accéder à un catalogue d’une centaine de titres, avec notamment les nouveaux jeux des Xbox Game Studio dès le premier jour. Tous ces changements font que Xbox ne désigne plus vraiment la console de jeu que l’on pose sous son téléviseur, mais plutôt la marque des jeux vidéo Microsoft au sens large.

Des jeux PlayStation sur PC ? Sony ne dit pas non

Si Microsoft a été contraint par ses faibles ventes de changer de politique, ce n’est pas le cas de Sony qui est au meilleur de sa forme sur le marché des consoles avec les excellentes ventes de la PlayStation 4 et de ses exclusivités. Dernier exemple en date : Spider-Man s’est écoulé à 13,2 millions d’exemplaires depuis son lancement en septembre 2018, ce qui a conduit Sony à racheter le studio de développement Insomniac Games.

Aujourd’hui, les jeux de Sony sont exclusivement disponibles sur PlayStation et nul par ailleurs. On mentionnera tout de même le cas de l’abonnement PS Now, le service de cloud gaming de Sony, qui est accessible depuis les PC sous Windows avec une DualShock 4, mais qui relève de l’exception aujourd’hui. Toutefois, la politique de Sony pourrait évoluer à l’avenir. Lors d’une interview avec Bloomberg, Shawn Layden, responsable des studios PlayStation a en effet glissé :

Nous devons soutenir la PlayStation — c’est non négociable — mais vous verrez que certains des futurs titres de nos studios pourraient demander une base installée plus large.

Dans le contexte de l’interview, Shawn Layden sous-entend fortement que cette base installée plus large serait le PC, et non une console concurrente comme la Xbox ou la Switch. Dans les années à venir, des jeux « PlayStation » pourraient donc sortir sur PC. On imagine que ces jeux utiliseraient toujours le PlayStation Network, et resteraient donc dans l’écosystème crée par Sony, qui ne serait plus limité à sa console de jeu.

Nintendo s’ouvre aux concurrents

Comment réagit Nintendo à cette transformation ? Le plus vieil acteur du marché est connu pour ne pas sauter sur les tendances ou évolutions des jeux vidéo sans bien y réfléchir auparavant. Ce n’est pas demain la veille que l’on devrait voir Mario et ses amis débarquer sur PlayStation, Xbox ou même PC. La marque va garder la main-mise sur ses licences et s’en servir pour continuer à pousser sa Switch, un succès depuis son lancement en 2017.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Microsoft et Nintendo sont allés jusqu’à faire une publicité commune pour marquer leur rapprochement.

Pourtant on peut tout de même relever que Nintendo s’ouvre à ses concurrents. La firme a en effet accueilli les jeux Xbox comme Cuphead sur sa plateforme alors que Microsoft y associe son Xbox Live. Cela signifie que les joueurs de Cuphead ne sont pas totalement dans l’écosystème Nintendo, mais plutôt à mi-chemin entre les deux géants. Il sera intéressant de voir si à l’avenir, Nintendo pourrait aller jusqu’à autoriser l’arrivée de services comme Google Stadia ou Microsoft xCloud.

On ne peut pas manquer de mentionner l’arrivée des personnages Nintendo sur mobile depuis plusieurs années. Porté par le succès initial de Pokemon Go, Nintendo a depuis lancé Super Mario Run, Animal Crossing ou encore Fire Emblem.

La bataille des abonnements « à la Netflix »

Une autre bataille se profile à l’horizon, celle des abonnements aux jeux vidéo, avec le Xbox Game Pass et le PlayStation Now parmi ses premiers acteurs. La guerre des exclusivités pourrait alors changer de visage : sur quel abonnement, et non sur quelle machine, sera disponible tel ou tel jeu ? On voit le même combat émerger entre Netflix et ses concurrents comme Disney+, Apple TV+ ou Canal+ Series où chacun va tenter d’avoir les films et séries les plus populaires dans son catalogue, quitte à les produire.

Ici, les fabricants de consoles pourraient signer des contrats d’exclusivités avec certains éditeurs, ou des partenariats rapprochés. Devil May Cry 5 est un jeu développé et édité par Capcom, qui est disponible sur PC, PlayStation 4 et Xbox One, mais il est disponible dans un abonnement en exclusivité sur le Xbox Game Pass pour le moment. Pour concurrencer efficacement l’offre de Microsoft, Sony doit encore faire évoluer son PlayStation Now, mais le champ de bataille est déjà là.

Xbox vs PlayStation vs Nintendo

Le jeu vidéo semble donc en pleine métamorphose. La guerre des écosystèmes va remplacer la guerre des consoles. Ces dernières seront toujours au centre des écosystèmes, et de l’expérience du joueur, mais Microsoft et Sony vont avant tout chercher des joueurs Xbox Live et PlayStation Network, plutôt que de simples joueurs PlayStation et Xbox. Il sera intéressant de voir si cela aura un impact sur la ligne éditoriale de ces marques, et notamment sur les jeux solo, sans multijoueurs. Nintendo de son côté semble plus que jamais miser sur son expérience en mobilité, mais pourrait faire face à l’émergence du cloud gaming sur smartphone.