Nissan Ariya vs Hyundai Ioniq 5 : laquelle est la meilleure voiture électrique ?

 

Le Nissan Ariya va aujourd'hui se frotter à l'un des SUV électriques les plus en vogue du moment : la Hyundai Ioniq 5. Nous allons voir ensemble celle qui est faite pour vous.

Nissan Ariya vs Hyundai Ioniq 5
Source : Frandroid

Le Nissan Ariya compte bien se faire une place parmi les SUV électriques. Dans un marché qui n’en finit plus de grandir, il nous a paru bon de la comparer avec l’une des références du segment : la Hyundai Ioniq 5.

Avec son design singulier et ses prestations de haute tenue, la Hyundai Ioniq 5 a montré depuis son introduction qu’elle cochait toutes les cases importantes lorsque l’on parle de voitures électriques. Autonomie, puissance de charge ou encore espace à bord sont quelques avantages de la Ioniq 5 qui ont fait son succès jusqu’à présent.

Nissan arrive donc avec son Ariya pour tenter de chambouler la hiérarchie en place, et éventuellement attraper quelques clients potentiels à Hyundai. Nous allons donc comparer les deux véhicules sur tous les points importants : design, sensations de conduite, espace à bord ou encore tarification, tout y passera, dans le but de vous aider à définir celle qui sera le plus à même de vous convenir.

Fiches techniques des Nissan Ariya et Hyundai Ioniq 5

Modèle Nissan Ariya Hyundai Ioniq 5
Catégorie Crossovers SUV
Puissance (chevaux) 217 chevaux 302 chevaux
Puissance (kw) 160 kW 155 kW
0 à 100 km/h 7.5 secondes 5.2 secondes
Niveau d'autonomie 2 5
Vitesse max 160 km/h 185 km/h
Taille de l'écran principale 12.3 pouces 12 pouces
Prises côté voiture Type 2 Combo (CCS) Type 2 Combo (CCS)
Longueur 4595 mm 4635 mm
Hauteur 1660 mm 1605 mm
Largeur 1850 mm 1890 mm
Prix entrée de gamme N/C 41900 euros
Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Dimensions, poids et design extérieur

Avec des couleurs atypiques, le Nissan Ariya souhaite proposer un design qui ne laisse pas indifférent, comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous. Quelques détails intéressants se trouvent notamment sur la calandre, qui parait lisse mais qui regroupe en réalité de nombreux reliefs issus de l’art traditionnel japonais, et au niveau de la signature lumineuse qui est assez inédite.

Sur le plan des dimensions, le Nissan Ariya est résolument un SUV du segment C, avec une longueur de 4,60 mètres, une largeur de 1,85 mètre et une hauteur de 1,62 mètre, assurant une taille adaptée aux villes européennes tout en disposant d’espace à bord.

De son côté, la Hyundai Ioniq 5 est légèrement plus longue (4,64 mètres), plus large (1,89 mètre) mais plus basse (1,61 mètre), lui conférant une allure située à la croisée des chemins de la berline haute, du crossover et du SUV. Sur la balance, la différence entre les deux véhicule passe presque inaperçue, avec entre 1,9 et 2,2 tonnes selon les configurations.

Le design de la Hyundai Ioniq 5 est des plus réussis, avec un look néo-rétro qui ne laisse pas indifférent. La signature lumineuse arrière participe à son allure de concept car, et cela fait du bien dans un paysage automobile qui se ressemble de plus en plus à travers les différents modèles. C’est donc tout naturellement que le point revient à la Hyundai Ioniq 5 face au Nissan Ariya en ce qui concerne le look à l’extérieur.

À l’intérieur

En ouvrant la porte du Nissan Ariya, c’est une ambiance à la fois chaleureuse et inédite que l’on retrouve. Petit élément particulier de l’Ariya, la console centrale flottante où repose l’accoudoir est le seul élément séparant les deux occupants à l’avant, et cette dernière s’avance ou se recule d’environ quinze centimètres pour s’adapter aux différents gabarits.

Les matériaux utilisés à l’intérieur sont de bonne facture, avec une sellerie en simili cuir qui est bien enveloppante et agréable. Un point négatif que nous avions remonté dans notre test du Nissan Ariya est toutefois le manque de rangements, notamment à cause de la console centrale qui est plus esthétique que pratique.

En terme de volume de coffre, le Nissan Ariya offre seulement 468 litres contre 527 litres pour la Hyundai Ioniq 5 (ainsi qu’un petit coffre avant de 57 litres), qui est donc à privilégier pour les voyages en famille. L’ambiance à bord de la Hyundai Ioniq 5 est assez minimaliste, mais la part belle est faite aux passagers arrières qui peuvent reculer leur siège électriquement d’environ 13 centimètres, afin de maximiser l’espace aux jambes.

Dans les deux cas, la disposition des écrans est comparable avec la combinaison habituelle d’un écran derrière le volant et d’un autre au centre de la planche de bord. Bien que la Hyundai Ioniq 5 ait un coffre un peu plus volumineux, le Nissan Ariya offre selon nous un intérieur plus qualitatif et sortant de l’ordinaire, c’est pourquoi nous lui donnons le point dans ce duel.

Technologies embarquées

Nissan a eu la bonne idée de regrouper un bouquet de technologies embarquées au niveau de ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui sur son Ariya. Outre les classiques Android Auto et Apple CarPlay qui sont bien de la partie, on retrouve notamment un affichage tête-haute, une vue à 360 degrés du véhicule, ou encore un rétroviseur intérieur qui est un écran répliquant ce que voit la caméra arrière.

Une suite d’assistances à la conduite de niveau 2 est proposée, afin de combiner le régulateur de vitesse adaptatif à un maintien actif dans la voie, pour que les trajets sur voie rapide soient plus reposants. Le résultat est plutôt réussi sur l’Ariya, et on peut se demander ce qu’il manquerait pour que ce soit un sans faute.

Hyundai a la réponse, puisqu’outre tout ce qui a été énoncé comme étant présent sur le Nissan Ariya, la Ioniq 5 ajoute en plus un autre gadget qui fera sensation : des écrans en guise de rétroviseurs latéraux. Les nouvelles versions de la coréenne peuvent en être équipées, en faisant ainsi la voiture de geek par excellence.

Compte tenu de la présence de toutes les technologies embarquées sur l’Ariya, et l’ajout de quelques gadgets en plus, la Hyundai Ioniq 5 emporte cette manche.

Sur la route

Au volant du Nissan Ariya, la conduite est très plaisante, mais les premiers passages en ville nous font amèrement regretter une fonctionnalité : la conduite à une pédale. En effet, il n’est malheureusement pas possible d’aller jusqu’à l’arrêt complet sans toucher à la pédale de frein, ce qui en fait un point négatif face à bien des véhicules électriques.

essai-nissan-ariya-26.JPG_resultat

Le confort à bord de l’Ariya est de très bonne facture, et les passagers avant comme arrière seront à l’aise dans l’habitacle silencieux du SUV de Nissan. Avec ses deux tonnes sur la balance, les lois de la physique se rappelleront tout de même au conducteur lors des freinages appuyés, où il faudra bien anticiper.

Sur la Hyundai Ioniq 5, des palettes au volant viennent contrôler le niveau de freinage régénératif, et il est possible de le maximiser pour aller jusqu’à l’arrêt complet sans toucher la pédale de frein.

hyundai-ioniq-5-49_resultat

La Hyundai Ioniq 5 offre un excellent niveau de confort, au détriment du dynamisme malheureusement, comme c’est souvent le cas sur des véhicules si lourds. Il convient donc de privilégier plutôt une conduite en bon père de famille, et de résister à l’appel des 325 chevaux du modèle le plus puissant. Pour en apprendre plus, n’hésitez pas à aller lire ou relire notre test de la Hyundai Ioniq 5.

Grâce à sa conduite à une pédale et aux palettes au volant, l’avantage va à la Hyundai Ioniq 5 au niveau de l’agrément de conduite face au Nissan Ariya.

Les différentes motorisations proposées

La Nissan Ariya est proposée en trois motorisations différentes, avec deux tailles de batterie :

  • Traction avec batterie de 63 kWh : moteur avant de 218 chevaux, 0 à 100 km/h en 7,5 secondes, vitesse maximale de 160 km/h
  • Traction avec batterie de 87 kWh : moteur avant de 242 chevaux, 0 à 100 km/h en 7,6 secondes, vitesse maximale de 160 km/h
  • Transmission intégrale avec batterie de 87 kWh : moteur avant et arrière de 306 chevaux, 0 à 100 km/h en 5,7 secondes, vitesse maximale de 200 km/h

essai-nissan-ariya-6.JPG_resultat

De manière similaire, la Hyundai Ioniq 5 est disponible en trois motorisations différentes en France, avec une petite ou plus grosse batterie :

  • Propulsion avec batterie de 58 kWh : moteur arrière de 170 chevaux, 0 à 100 km/h en 8,5 secondes, vitesse maximale de 185 km/h ;
  • Propulsion avec batterie de 77 kWh : moteur arrière de 229 chevaux, 0 à 100 km/h en 7,3 secondes, vitesse maximale de 185 km/h ;
  • Transmission intégrale avec batterie de 77 kWh : moteur avant et arrière de 325 chevaux, 0 à 100 km/h en 5,1 secondes, vitesse maximale de 185 km/h.
hyundai-ioniq-5-56_resultat
Hyundai Ioniq 5

Autonomie, batterie et recharge

Le Nissan Ariya souhaite pouvoir être le véhicule principal du foyer, et doit donc proposer une autonomie conséquente. Il faut ainsi compter entre 398 et 533 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP selon la taille de la batterie qui équipera le SUV nippon. Que ce soit avec la petite batterie de 63 kWh ou la grosse de 87 kWh, la charge rapide offre des prestations semblables , avec une charge de 20 à 80 % en une trentaine de minutes, qui culmine à 130 kW de puissance maximale.

essai-nissan-ariya-31.JPG_resultat

La charge en courant alternatif sur une Wallbox adaptée est possible jusqu’à une puissance de 22 kW si l’option idoine est sélectionnée à la commande, de quoi remplir intégralement la batterie en moins de quatre heures (contre 30 à 40 heures sur une prise domestique).

Si la Hyundai Ioniq 5 et son chargeur embarqué de 11 kW ne peut pas rivaliser avec le Nissan Ariya, en charge rapide, le son de cloche est bien différent. Il faut ainsi compter seulement 18 minutes pour charger de 10 à 80 % sur une borne de recharge rapide 800 volts, comme Ionity par exemple. Ce n’est pas pour rien que la Ioniq 5 fait partie des championnes de la charge rapide !

hyundai-ioniq-5-59_resultat

En terme d’autonomies annoncées, la Hyundai Ioniq 5 dotée de la batterie de 58 kWh offre 384 kilomètres en cycle WLTP, contre jusqu’à 507 kilomètres avec la batterie de 77 kWh. Avec des performances de charge rapide qui sont inégalées, la Hyundai Ioniq 5 l’emporte sans surprise sur le Nissan Ariya. En effet, la vitesse de recharge est très importante sur les longs trajets, comme le rappelle notre comparatif des voitures les plus rapides sur longs trajets.

Prix

Le Nissan Ariya est disponible sur le marché français en trois configurations différentes, pour des tarifs s’échelonnant entre 47 300 et 61 900 euros (hors bonus écologique pour les versions qui y sont éligibles). De série, les véhicules sont globalement très bien équipés, et le catalogue d’option est assez simple pour qu’il ne soit pas possible de rajouter une somme conséquente au tarif de base.

essai-nissan-ariya-60.JPG_resultat

Le Nissan Ariya doté de la batterie de 87 kWh débute à un tarif de 54 400 euros, et offre une autonomie comparable à la Hyundai Ioniq 5 propulsion avec la batterie de 77 kWh, qui débute à seulement 49 700 euros. C’est un avantage de taille pour Hyundai, qui se permet d’être mieux placé financièrement sur certaines configurations.

hyundai-ioniq-5-38_resultat

La gamme débute à 46 500 euros pour la version 58 kWh de la Ioniq 5, et les modèles les plus onéreux arrivent à 62 400 euros (quatre roues motrices, batterie de 77 kWh). Certaines concessions offrent une remise pour passer sous le seuil du bonus écologique actuel, ce qui peut permettre un rabais conséquent sur le prix final à payer.

Laquelle choisir entre la  Nissan Ariya et la Hyundai Ioniq 5?

Au moment de faire le bilan entre ces deux véhicules, il apparaît difficile de recommander le Nissan Ariya face à la Hyundai Ioniq 5. En effet, outre la puissance de charge rapide incomparable, l’Ariya a un plus petit coffre, un tarif qui n’est pas plus attractif, et une autonomie comparable malgré sa plus grosse batterie.

Toujours est-il que l’intérieur de l’Ariya est assez accueillant et d’excellente qualité, et que ses lignes extérieures peuvent être un atout selon les goûts de chacun. Toutefois, si sa dotation en technologies embarquées peut impressionner, force est de constater que là aussi, Hyundai frappe fort en proposant au moins aussi bien.

Ce n’est pas pour rien que la Hyundai Ioniq 5 a remporté différents prix dans le cadre de la meilleure voiture mondiale 2022 : entre une puissance de charge exceptionnelle, un design hors du commun et des équipements de haut niveau, c’est une des voitures à battre en ce moment. Et malheureusement pour Nissan, son Ariya ne semble pas de taille à la battre.

Les véhicules électriques sont désormais matures et commencent à se poser en alternatives aux véhicules thermiques. Que ce soit une citadine, un SUV ou une berline, nous avons choisi les meilleures voitures électriques du moment.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles