Nissan Ariya vs Kia EV6 : laquelle est la meilleure voiture électrique ?

 

Le tout nouveau Nissan Ariya compte bien se faire une place parmi les véhicules électriques les plus intéressants du moment, et nous allons la comparer avec celle qui a gagné le trophée de voiture de l’année : la Kia EV6. Entre la coréenne et la japonaise, laquelle est faite pour vous ?

Nissan Ariya vs Kia EV6
Source : Frandroid

L’un des derniers SUV électriques arrivés sur le marché, le Nissan Ariya, propose un ensemble très intéressant pour de nombreux acheteurs potentiels. Entre un habitacle assez original, des technologies embarquées de haut vol et un agrément de conduite de qualité, beaucoup sont tentés d’en faire leur prochain véhicule.

Toutefois, la concurrence est bel et bien présente sur ce segment, à commencer par l’une des voitures électriques qui a récemment fait sensation : la Kia EV6. Nous allons donc examiner en détail les similitudes et les différences entre ces deux références pour tenter de répondre à cette question : laquelle est la meilleure voiture électrique ?

Fiches techniques des Nissan Ariya et Kia EV6

Modèle Nissan Ariya Kia EV6
Catégorie Crossovers Crossovers
Puissance (chevaux) 217 chevaux 228 chevaux
Puissance (kw) 160 kW 160 kW
0 à 100 km/h 7.5 secondes 7.3 secondes
Niveau d'autonomie 2 2
Vitesse max 160 km/h 185 km/h
Apple CarPlay N/C Oui
Android Auto N/C Oui
Taille de l'écran principale 12.3 pouces 12.3 pouces
Prises côté voiture Type 2 Combo (CCS) Type 2 Combo (CCS)
Longueur 4595 mm 4680 mm
Hauteur 1660 mm 1550 mm
Largeur 1850 mm 1880 mm
Prix entrée de gamme N/C 47990 euros
Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Dimensions, poids et design extérieur

Nissan a souhaité faire forte impression au niveau du design de son Ariya, avec deux mots en tête : chic et raffiné. Si ses lignes laissent penser que son aérodynamique a été très travaillée, son coefficient de pénétration dans l’air de 0,29 (Cx) montre qu’il reste un SUV, et qu’à haute vitesse, son design peut être un handicap.

Avec ses 1 914 kilogrammes sur la balance dans le meilleur des cas, et plus de 2,2 tonnes dans le pire, nous ne sommes pas en présence d’un véhicule léger, loin de là. Ses dimensions sont classiques pour le segment, avec 4,60 mètres de long, 1,85 mètre de large (sans les rétroviseurs) et 1,66 mètre de haut.

Du côté de la Kia EV6, ce sont des dimensions à cheval entre un crossover, une berline et un SUV, puisque la longueur est de 4,68 mètres, la largeur de 1,88 mètre et la hauteur de 1,55 mètre. Le design de l’EV6 se joue d’ailleurs des différents codes des segments du marché et lui donne une allure de concept car qui n’est pas pour déplaire.

Même en étant un peu plus longue et plus large, la Kia EV6 est globalement plus légère que le Nissan Ariya (après tout, ce sont les batteries qui pèsent lourd), puisque ce sont entre 1 920 et 2 170 kilogrammes selon les versions qui sont affichés sur la balance.

Bien que cela soit subjectif, le point en faveur du design est à donner à l’Ariya, qui propose des coloris sortant de l’ordinaire et une vue de face qui donne l’impression que le véhicule est constamment en mouvement tout en essayant de garder une proportion agréable à l’œil.

À l’intérieur

Lorsque l’on ouvre la porte du Nissan Ariya, un intérieur assez inédit se dévoile. En effet, le constructeur japonais a souhaité proposer quelque chose d’innovant, en tentant de maximiser l’espace disponible. Le résultat est un peu mitigé, notamment à la première rangée où l’on cherche les emplacements possibles pour poser quelques effets personnels.

En effet, on retrouve habituellement des petits rangements au niveau de la console centrale : or, il n’y a ici aucune séparation entre le conducteur et son passager. Conséquences : il n’est pas possible de poser un sac ou quelques affaires sans que tout cela ne se promène de part et d’autre de l’habitacle.

 

La planche de bord, quant à elle, est plutôt réussie, avec l’intégration de boutons afin de contrôler la ventilation notamment. Enfin, clou du spectacle à l’intérieur : la console centrale où se trouve l’accoudoir se déplace d’environ quinze centimètres d’avant en arrière, à l’aide de commandes électroniques.

L’espace pour les passagers arrières de l’Ariya est plutôt généreux et le coffre arrière de 468 Litres permet sans trop de soucis de partir en road trip en famille pendant plusieurs semaines, quitte à utiliser le double fond qui permet de gagner un peu d’espace.

Chez Kia, l’espace disponible au niveau du coffre arrière est un peu plus généreux — après tout, c’est un véhicule plus long — avec 490 Litres, et un petit coffre avant de 20 à 52 Litres permet de caser un sac supplémentaire.

Avec un long empattement, la Kia EV6 propose un espace aux jambes très généreux à l’arrière, qui profite pleinement du plancher plat et des sièges inclinables pour que les plus grands gabarits soient à l’aise en toutes circonstances.

Le design épuré de la planche de bord n’est pas pour nous déplaire, avec une console centrale flottante qui offre plus de rangements que l’Ariya, en plus de proposer une fonction « Relax » permettant d’allonger les sièges pour se reposer durant une courte pause.

Pour son espace à bord plus généreux et les quelques rangements supplémentaires, la Kia EV6 l’emporte sur le Nissan Ariya en ce qui concerne l’habitabilité.

Technologies embarquées

Véhicule électrique phare de 2022 pour la marque japonaise, la Nissan Ariya se doit d’embarquer toutes les technologies en vogue du moment. Outre les classiques Apple CarPlay (sans fil) et Android Auto (filaire uniquement), on retrouve la suite d’assistance à la conduite ProPILOT combinant régulateur de vitesse adaptatif et maintien actif dans la voie, une vue à 360 degrés, mais également un écran en guise de rétroviseur intérieur sur certaines finitions.

Deux écrans sont présents à bord de l’Ariya, selon la disposition classique : un au centre de la planche de bord, l’autre derrière le volant. Un affichage tête-haute vient compléter ces deux écrans, permettant d’afficher les informations pertinentes pour le conducteur en toutes circonstances.

Son de cloche similaire au volant de la Kia EV6, qui est équipée comme il se doit en technologies embarquées. Les deux écrans de la planche de bord sont disposés de la même manière que sur l’Ariya, et un affichage tête-haute est disponible sur les versions haut de gamme.

Petit point qu’il n’y a pas sur l’Ariya mais que l’on retrouve sur l’EV6 : un affichage en réalité augmentée du véhicule, très pratique pour effectuer des manœuvres de stationnement en toute quiétude. Il est également à noter que la caméra latérale peut s’afficher lors d’une impulsion sur un clignotant, ce qui est pratique pour avoir une confirmation visuelle que la voie est libre lors d’un dépassement.

Android Auto, Apple CarPlay, ou encore une suite d’assistances à la conduite de niveau 2 sont bien entendu disponibles. On voit que globalement, Kia comme Nissan a souhaité mettre tout en œuvre pour proposer un ensemble très fourni qui plaira aux technophiles. C’est un match nul sur le point des technologies embarquées pour les deux véhicules du jour.

Sur la route

La motorisation d’entrée de gamme du Nissan Ariya, que nous avions testé récemment, n’est pas un foudre de guerre avec son 0 à 100 km/h abattu en 7,5 secondes. Toutefois, le confort à bord est relativement plaisant, alors que son agilité est même étonnante compte tenu de son gabarit.

Si le freinage régénératif est assez bien géré jusqu’à environ 15 km/h, l’e-Pedal Step — qui remplace le système e-Pedal bien connu sur la Nissan Leaf — ne permet plus d’aller à l’arrêt complet sans toucher à la pédale de frein. En milieu urbain, c’est un gros point négatif, surtout lorsque l’on est habitué à des véhicules qui permettent de se passer de la pédale de gauche pour s’arrêter.

essai-nissan-ariya-26.JPG_resultat

La consommation de la Nissan Ariya dans sa version la plus légère (plus de 1,9 tonne tout de même) est assez correcte à faible allure (moins de 17 kWh/100 kilomètres), mais il conviendra de tempérer vos attentes à haute vitesse, où elle grimpera sans aucun doute en flèche.

Du côté de la Kia EV6, si l’on met de côté la version GT aux performances décoiffantes, l’éternel combat entre confort et dynamisme est remporté par le confort également. Les près de deux tonnes de la version de base dotée d’un moteur de 170 chevaux ne lui permettent pas de décoller aisément, puisqu’il faut 8,5 secondes pour atteindre les 100 km/h.

Kia EV6 – 4

L’agrément de conduite est toutefois excellent, avec des palettes au volant qui permettent d’ajuster le freinage régénératif pour s’adapter à tous les profils de conducteurs. Enfin, le mode i-Pedal permet bel et bien d’aller jusqu’à l’arrêt complet en toutes circonstances lorsqu’il est activé, ce qui donne le point à l’EV6 face à l’Ariya en termes de comportement routier.

Les différentes motorisations proposées

La Nissan Ariya est proposée en trois motorisations différentes, avec deux tailles de batterie :

  • Traction avec batterie de 63 kWh : moteur avant de 218 chevaux, 0 à 100 km/h en 7,5 secondes, vitesse maximale de 160 km/h ;
  • Traction avec batterie de 87 kWh : moteur avant de 242 chevaux, 0 à 100 km/h en 7,6 secondes, vitesse maximale de 160 km/h ;
  • Transmission intégrale avec batterie de 87 kWh : moteur avant et arrière de 306 chevaux, 0 à 100 km/h en 5,7 secondes, vitesse maximale de 200 km/h.

essai-nissan-ariya-6.JPG_resultat

La Kia EV6 se décline en quatre motorisations différentes en France :

  • EV6 deux roues motrices : batterie de 58 kWh, moteur arrière uniquement (170 ch), 0 à 100 km/h en 8,5 secondes et vitesse maximale de 185 km/h ;
  • EV6 deux roues motrices : batterie de 77,4 kWh, moteur arrière uniquement (229 ch), 0 à 100 km/h en 7,3 secondes et vitesse maximale de 185 km/h ;
  • EV6 quatre roues motrices : batterie de 77,4 kWh, moteur avant et arrière (325 ch), 0 à 100 km/h en 5,2 secondes et vitesse maximale de 188 km/h ;
  • EV6 GT : batterie de 77,4 kWh, moteur avant et arrière (585 ch), 0 à 100 km/h en 3,5 secondes et vitesse maximale de 260 km/h.

Autonomie, batterie et recharge

Entre 398 et 533 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP sont disponibles sur le Nissan Ariya, en fonction de la taille de la batterie (63 ou 87 kWh) choisie. La version proposant la plus grande autonomie est celle dotée d’un unique moteur à l’avant et de la batterie de 87 kWh, la version quatre roues motrices étant plus gourmande en électricité.

La courbe de recharge du Nissan Ariya est assez impressionnante, non pas par sa puissance maximale en pic qui culmine à 130 kW, mais par sa capacité à soutenir cette puissance assez longtemps. Le résultat est qu’une charge de 20 à 80 % est réalisée en moins de 30 minutes, ce qui correspond à la moyenne du segment.

essai-nissan-ariya-31.JPG_resultat

Un bon point pour l’Ariya est la disponibilité d’un chargeur embarqué en courant alternatif de 22 kW, ce qui permet sur une borne de recharge compatible de remplir intégralement la batterie en trois ou quatre heures. Sur une prise domestique, il faut compter entre 25 et 40 heures pour le même exercice.

Avec son architecture de batterie d’une tension de 800 Volts, la Kia EV6 est la championne de la charge rapide : il est difficile de rivaliser avec. En effet, c’est moins de 18 minutes qu’il faut à l’EV6 pour passer de 10 à 80 % de batterie en conditions idéales sur un chargeur Ionity par exemple.

À domicile ou sur une borne de recharge en courant alternatif, le chargeur embarqué de 11 kW assure un remplissage de batterie en moins de huit heures. Sur une prise domestique, il faut autour de 30 à 40 heures selon la taille de la batterie.

Kia EV6

La version équipée de la petite batterie de 58 kWh de l’EV6 affiche une autonomie WLTP de 394 kilomètres. Les versions les plus endurantes offrent jusqu’à 528 kilomètres, ce qui est équivalent à la proposition de Nissan, mais en étant plus efficient.

Tout naturellement, grâce à sa charge ultra-rapide et à son autonomie comparable, la Kia EV6 remporte ce face-à-face au détriment du Nissan Ariya.

Prix

Débutant à 47 300 euros hors bonus écologique, le Nissan Ariya 63 kWh n’est pas pour toutes les bourses. Les versions équipées de la grosse batterie de 87 kWh débutent quant à elles à 54 400 euros et vont jusqu’à 61 900 euros, sans compter les éventuelles options.

essai-nissan-ariya-60.JPG_resultat

En face, la Kia EV6 débute à 47 990 euros en version 58 kWh, et les versions 77 kWh commencent à partir à 55 990 euros. Il faut compter au minimum 66 990 euros pour la version GT, orientée performance et conduite sportive.

On remarque que les deux véhicules sont séparés de quelques centaines d’euros à configuration similaire, ce qui n’a sans doute pas été choisi au hasard par Nissan : la Kia EV6 est bien une concurrente de taille pour l’Ariya.

Laquelle choisir entre la  Nissan Ariya et la Kia EV6 ?

Au moment du bilan, il est difficile de placer le Nissan Ariya comme le meilleur des deux véhicules de ce comparatif. En effet, outre le design qui peut être plus attirant, tout le reste est en faveur de la Kia EV6.

La puissance de charge n’est pas comparable, l’agrément de conduite est meilleur grâce à la conduite à une pédale et l’habitabilité est au-dessus pour l’EV6. La tarification des deux véhicules est si identique que l’Ariya a du mal à l’emporter sur l’EV6 sur le papier, même en ne regardant que le prix.

Il resterait éventuellement un essai des deux véhicules si vous avez un doute, pour qu’elle puisse prendre le dessus avec son design intérieur qui sort de l’ordinaire. Toujours est-il qu’en l’état, la voiture de l’année 2022 qu’est la Kia EV6 l’emporte face au Nissan Ariya.

Les deux nouvelles voitures électriques des constructeurs coréens sont face à face aujourd’hui : la Hyundai Ioniq 5 et la Kia EV6. Nous allons faire le tour des similitudes et des différences entre les deux modèles pour vous…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles