Bonne surprise : l’autonomie de la Tesla Model S est en fait bien plus élevée que prévu

 

Sans en avoir parlé à personne, Tesla a revu l'autonomie de sa Model S à la hausse en Europe. Ainsi, la berline électrique peut atteindre les 723 kilomètres d'autonomie WLTP, mais seulement dans une configuration bien particulière.

S’il y a bien une chose qui est très importante pour les acheteurs de voitures électriques, c’est l’autonomie. Encore jugée comme un frein par beaucoup, cet aspect est aujourd’hui un sujet important. Car pour de nombreux automobilistes, il ne serait possible d’envisager l’achat d’une voiture zéro-émission à l’échappement que si elle peut parcourir au minimum 400 kilomètres en une seule charge. Or, avec l’essor des solutions de recharge rapide, ce raisonnement est en réalité erroné.

Une « petite » surprise

Cela n’empêche tout de même pas les constructeurs automobiles de travailler au développement de voitures offrant une autonomie toujours plus importante. On peut par exemple citer Zeekr ou encore Nio ainsi que Lucid, qui se rapprochent tous de la barre fatidique des 1 000 kilomètres. Mais Tesla croit également beaucoup aux autonomies à rallonge.

Depuis toujours, la firme a fait de cette donnée l’un de ses arguments de vente. Et voilà que, sans en parler à personne, elle a encore amélioré l’autonomie de l’un de ses modèles star. Il s’agit de la Tesla Model S, dont le configurateur a été mis à jour en toute discrétion en Europe. En jetant un œil sur ce dernier, et plus particulièrement dans le choix des jantes, on remarque que la berline peut parcourir jusqu’à 723 kilomètres selon le cycle européen WLTP contre 634 km il y a encore quelques semaines. De quoi se rapprocher de la Mercedes EQS avec ses 784 kilomètres, ou plutôt 725 km avec les configurations disponibles en France.

Seul le constructeur américain Lucid fait mieux en Europe, avec la Lucid Air et ses 883 km d’autonomie, grâce à une énorme batterie d’environ 120 kWh. À comparer aux 107 kWh de la Mercedes EQS et les 100 kWh de la Tesla Model S.

Attention aux choix des jantes

Mais attention, car pour cela, il faut obligatoirement opter pour les jantes Tesla Tempest de 19 pouces, livrées de série sur la voiture. Si celles-ci ne sont pas les plus belles, elles sont conçues pour offrir moins de résistance à l’air. En revanche, si vous faites le choix de la monte 21 pouces optionnelle baptisée Arachnid, l‘autonomie chute à 634 kilomètres. Et il vous faudra dépenser 4 900 euros de plus.

Pour pouvoir profiter de cette autonomie revue à la hausse, qui n’est pas clairement indiquée sur le configurateur, il faudra également choisir la version d’entrée de gamme avec la transmission intégrale Dual Motor. En effet, la finition Plaid, que nous avons récemment testée affiche quant à elle une autonomie de 695 kilomètres avec les jantes aéro. Celle-ci a également été modifiée sur le configurateur, tandis que la monte de 21 pouces n’autorise que 600 kilomètres.

Précisons que ces « nouvelles » autonomies ne sont pas le fruit d’une amélioration de la voiture. C’est simplement grâce à une meilleure estimation de l’autonomie de la version avec les jantes de 19 pouces suite à l’homologation officielle de la version 21 pouces en Europe sur le cycle de consommation WLTP.

De nombreuses améliorations

Si aucun restylage n’est prévu pour la berline, alors que le constructeur travaille déjà au renouvellement de ses Model 3 et Model Y, elle a tout de même le droit à quelques améliorations. En effet, en fin de semaine dernière, Tesla annonçait une série de nouveautés pour sa berline, qui s’offre notamment une toute nouvelle teinte de carrosserie.

Un nouveau toit panoramique moins opaque fait également son apparition, tandis que le système de freinage a été retravaillé et amélioré. Il est également possible de choisir entre le volant Yoke et un volant rond plus classique, tandis que le premier ne nous avait que peu emballé lors de notre essai. Si le constructeur annonçait également une chute des prix aux États-Unis, celle-ci ne nous concerne pas pour le moment.

En effet, la Model S démarre à partir de 89 900 dollars, soit environ 84 388 euros alors qu’elle est affichée à 113 990 euros en France dans sa version d’entrée de gamme. Ainsi, elle n’est pas éligible au bonus écologique de 5 000 euros, réservé aux voitures de moins de 47 000 euros. En revanche, c’est désormais le cas des Model 3 et Model Y, qui ont perdu jusqu’à 13 000 euros en quelques heures au mois de janvier dernier.

Il y a quelques semaines, Tesla a également apporté quelques modifications surprises à son Model Y, qui s’offre de nouvelles suspensions plus sportives. Le constructeur travaille désormais au lancement de sa Model 2, qui n’a toutefois pas été détaillée lors de l’Investor Day qui s’est tenu le 1er mars dernier. La berline abordable pourrait aider la marque, qui devra faire face à la concurrence féroce des constructeurs chinois.


Pour ne rater aucun bon plan, rejoignez notre nouveau channel WhatsApp Frandroid Bons Plans, garanti sans spam !

Les derniers articles