Introduction

Avec le Samsung Galaxy A30, le constructeur concentre son savoir-faire dans un smartphone de moins de 250 euros. A-t-il les armes nécessaires pour rivaliser avec ses nouveaux challengers venus de l’Empire du Milieu ? Réponse dans notre test complet.

La famille Galaxy A, réunissant désormais entrée et milieu de gamme, s’agrandit. Le A30 propose pour moins de 250 euros un smartphone a priori équilibré, avec un design déjà connu, mais maîtrisé, un écran Super Amoled, un double module photo arrière, l’Exynos 7904, 4 Go de RAM et une batterie de 4 000 mAh. Se plaçant dans un marché déjà bien saturé, il espère faire la différence aux côtés de la pléthore de smartphones chinois aux rapports qualité/prix agressifs. Jetons un premier coup d’œil aux caractéristiques techniques de ce Galaxy A30.

Cet exemplaire a été prêté par la marque. 

Fiche technique

Modèle Samsung Galaxy A30
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Samsung One UI
Taille d'écran 6.4 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 403 ppp
Technologie Super Amoled
SoC Exynos 7904
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-G71
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go, 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 16 MP
Capteur 2 : 5 MP
Appareil photo (frontal) 16 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 4000 mAh
Dimensions 74.7 x 158.5 x 7.7mm
Poids 158 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu
Prix 247€
Fiche produit

Un style maîtrisé

S’il s’agit d’un design déjà vu chez Samsung (coucou Galaxy A50) celui-ci ne manque cependant pas de charme. Son dos se pare d’un revêtement en plastique brillant formant de jolis reflets. Seul bémol, il retient les traces de doigts et les poussières. Toujours à l’arrière se loge un lecteur d’empreintes de forme ovale bien centré, bien qu’un peu trop haut pour l’attraper du premier coup avec des petites mains. Un double module photo et un flash sont placés à la verticale dans le coin en haut à gauche. Le A30 existe en quatre coloris différents : noir, bleu, rouge et blanc.

Sur la partie supérieure de l’écran, nous trouvons un notch en forme de goutte d’eau permettant d’atteindre un ratio de 19,5:9. Cette encoche renferme une caméra frontale qui, lorsque que la reconnaissance faciale est enclenchée, s’anime d’un petit cercle lumineux, rappelant ainsi les Galaxy S10 et S10 Plus. Elle est par ailleurs surmontée d’une fine grille de haut-parleurs servant aux appels téléphoniques. Les bordures sans être trop imposantes sont tout de même là, avec notamment un menton plus développé que le reste. Malheureusement, Samsung fait l’impasse sur un quelconque voyant de notifications, un petit plus pourtant bien pratique pour lequel nous nous sommes habitués. Son absence ne passe donc pas inaperçue.

La tranche gauche héberge le contrôle du volume audio ainsi que le bouton de verrouillage/déverrouillage/mise en tension de l’appareil. À l’opposé, le tiroir à cartes peut simultanément accueillir deux nano SIM et une micro-SD (jusqu’à 512 Go). Le bord inférieur comprend un port USB Type-C, une prise jack, un microphone et une grille de haut-parleurs.

Super Amoled, la quasi perfection

Samsung a fait le choix de la technologie Super Amoled pour son écran de 6,4 pouces. La dalle affiche une définition Full HD+ pour une résolution de 403 ppp. Avec notre protocole de test, la sonde a mesuré une température des couleurs de 6 720 K avec le profil de colorimétrie préconfiguré. Autrement dit, c’est très proche de la perfection qui, rappelons-le, correspond à 6 500 K. En plus de cela, Oled oblige, il affiche un taux de contraste infini et une excellente luminosité maximale, plafonnée à 513 cd/m² avec le mode Amoled. Ainsi, les informations présentes sur l’écran restent toujours lisibles, même sous le soleil. Vous pouvez vous rendre dans les paramètres d’affichage pour choisir d’autres modes mais celui proposé initialement reste l’idéal.

One UI et Android Pie

Pas de surprise côté logiciel, le Galaxy A30 tourne sous Android 9.0 Pie et l’interface constructeur One UI 1.1. Un savoureux mariage toujours aussi convaincant. La navigation est intuitive, les différents paramètres faciles d’accès et un certains nombre d’éléments de personnalisations viennent compléter l’OS. Seul petit hic, les doublons d’applications font redondance entre les logiciels de Google et ceux de Samsung et ses partenaires.

Le dernier correctif de sécurité commence lui à dater puisqu’il remonte au 1er avril 2019.

Performances

Le A30 compte sur un Exynos 7904 couplé à 4 Go de RAM et 64 Go de mémoire interne. Les résultats aux benchmarks le place en dessous de son concurrent direct le Wiko View 3 Pro mais aussi sous des challengers moins onéreux comme le Redmi Note 7. Les chiffres, c’est bien joli, mais qu’en est-il au quotidien ? Les applications ne s’ouvrent pas directement, il faut attendre un petit laps de temps pour qu’elles se lancent. Aussi, certaines transitions et animations accusent une certaine lenteur. Bref, la navigation ne fait pas preuve d’une très grande fluidité.

  Samsung Galaxy A30 Wiko View 3 Pro Huawei P Smart Z Redmi Note 7
SoC Exynos 7904 Helio P60 Kirin 710 Snapdragon 660
AnTuTu 7.x 95 868 points 137 099 points 131 676 points 144 013 points

Le smartphone affiche 30 fps constants sur le jeu Arena of Valor. Vous pouvez activer le mode IPSE pour tenter les 60 fps mais sachez que vous n’obtiendrez rien de très stable. Des chutes de framerate sont à prévoir. Avec PUBG Mobile, la configuration par défaut affiche une qualité graphique moyenne. Nous observons quelques petits ralentissements à de rares moments, mais pas de quoi rendre l’expérience désagréable pour autant. Il s’en sort donc honorablement.

La température du smartphone augmente quand le GPU se voit sollicité, mais la chaleur se répand de manière homogène pour ne pas devenir gênante entre les mains.

L’expérience photo

Le Galaxy A30 comporte un double module photo dorsal, composé d’un premier capteur de 16 mégapixels lui-même accompagné d’un objectif ouvrant à f/1.7. Le capteur secondaire de 5 mégapixels se dédie quant à lui au très grand-angle.

En plein jour et à l’extérieur, les clichés capturés souffrent souvent de surexposition. Le ciel présente une image brûlée, blanche et aveuglante. L’intelligence artificielle, que nous avons déjà pu voir sur le Galaxy S10 par exemple, peut être désactivée. Celle-ci a tendance à donner plus de peps et de plus forts contrastes aux photos. L’effet éloigne certes un peu le résultat d’un rendu naturel, mais cela flatte la rétine sans pour autant tomber dans la superficialité. Sans cette option, les couleurs manquent un peu de vivacité. Le manque de détails se fait ressentir sur les zones les plus sombres.

En basses lumières, ça se gâte. Les photos alternent entre bruit et effet de lissage maladroit. Les sources lumineuse s’entourent de grossiers halos. La perte de détails et de nuances de couleurs rendent les photos peu satisfaisantes, voire tout simplement mauvaises.

Le très grand-angle

Pour utiliser le deuxième capteur, il suffit de le sélectionner depuis l’écran d’accueil du logiciel photo. Même lorsque les conditions lumineuses sont optimales, difficile d’apprécier ce mode de capture. D’importantes distorsions sur les côtés des photos donnent un trop gros effet fishe eye pour avoir envie de les exploiter. La présence de bruit saute également aux yeux. De nuit… oubliez le très grand-angle en basses lumières. Ça fourmille de bruit électronique, les détails se noient dans des aplats de couleurs saturés.

 

Mode portrait

Le logiciel photo propose un mode portrait. Vous pouvez jouer en direct avec la jauge qui accentue ou diminue l’effet flou en arrière-plan. Le résultat ? Une mauvaise découpe du sujet avec des mèches oubliées, du flou là où on ne l’attend pas et des petits morceaux appartenant au fond de la scène non traités. Si on n’est pas trop regardant cela ne saute pas aux yeux mais passé le premier coup d’œil, la vision de ces malheureux détails reste inévitable.

Caméra frontale

Avec ses 16 mégapixels, l’appareil photo avant offre des autoportraits convenables en plein jour. La peau lissée camoufle un peu trop les détails. De nuit les selfies manquent de piqué et les couleurs perdent leur éclat. Un mode portrait est aussi de la partie de ce côté-ci du smartphone et comme à l’arrière, les contours ne sont pas toujours très bien respectés.

Réseaux et Communication

Seule la bande de fréquences B28 manque à l’appel, ce qui potentiellement pourrait gêner les abonné·es à Free Mobile. Mais pour avoir justement testé en partie ce smartphone avec une carte SIM Free, je peux vous assurer, sur le réseau parisien en tout cas, que la réception 4G fonctionne sans problème. Il est compatible avec le Bluetooth 5.0 et le Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac mais ne supporte pas le NFC. La boussole ne se repère pas toujours correctement. Il vaut mieux tournoyer son smartphone avant de se lancer dans un itinéraire.

Autonomie

Le Galaxy A30 profite d’une belle batterie de 4 000 mAh. Notre protocole de test Viser indique une durée de 10 heures et 41 minutes. Pour vous faire une idée, il se place non loin du Huawei P smart z, ce qui reste cohérent et plutôt pas mal pour sa catégorie. Avec une utilisation assez poussée comprenant navigation, réseaux sociaux, vidéos en ligne et quelques parties de jeux gourmands, il ne s’essouffle que le deuxième jour en fin d’après-midi. Autrement dit, le A30 fait preuve d’une bonne endurance.

Il bénéficie de la charge rapide et grâce au chargeur fourni par la marque, il gagne 50% en 35 minutes environ. Ajoutez une quarantaine de minutes supplémentaires pour atteindre les 100 %.

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy A30 peut être acheté en ligne chez les distributeurs habituels comme Amazon, au prix de 249 euros. A ce prix, il fait face au Wiko View 3 Pro et au Huawei P smart Z qui a vu son tarif descendre un peu. Si vous recherchez plus de puissance, vous pouvez vous tournez vers ces deux derniers et même le moins onéreux mais excellent Redmi Note 7. A moins que vous ne soyez allergique à MIUI. Ça arrive.

Galerie Photo

Test Samsung Galaxy A30 Le verdict

design
7
Bouh les vilaines traces de doigts ! Mis à part ce défaut qui concerne une grande partie des téléphones, le A30 profite d'un design élégant et maîtrisé. Agréable, il convient surtout aux grandes mains puisque le capteur d'empreintes se situe assez haut sur le dos.
écran
9
Samsung montre une fois de plus qu'il n'a pas volé son titre de maître d'art en matière d'écran Oled. Très lumineux, contraste infini, haute résolution et colorimétrie proche de la perfection, il n'y a pas grand-chose à lui reprocher.
logiciel
9
Le combo Android 9 Pie et One UI fonctionne toujours à merveille. L'interface du constructeur se pare de bonnes petites idées et vient compléter l'expérience OS pensée par Google.
performances
6
Les performances ne sont pas le point fort de ce smartphone. Moins puissant que ses concurrents, il a le malheur de se montrer particulièrement lent, à l'ouverture d'applications et même dans la navigation.
autonomie
9
Recharge rapide et endurance de deux jours environ, le A30 peut compter sur sa batterie, sans mauvaises surprises.
caméra
6
On pouvait s'attendre à un peu mieux de la part de Samsung. Les photos, même en plein jour, manquent un peu de piqué et souffrent de surexposition. De nuit, il vaut mieux l'oublier et le mode très grand-angle n'apporte aucune satisfaction.
Note finale du test 7/10
Samsung applique son savoir-faire, même pour un smartphone milieu de gamme tel que le A30. Cela se remarque dès le premier coup d’œil avec un design certes déjà vu, mais sublimé, mais surtout, par la présence d'une excellente dalle Super Amoled. Sa bonne endurance lui permet de se classer parmi les meilleurs de sa catégorie également.

Mais pour ce qui est du reste, le résultat reste mitigé. Le couple Android et One UI est toujours bienvenu, mais ses petites performances viennent un peu gâcher l'expérience. La partie photo déçoit un peu, à cause d'un mode très grand-angle peu réussi et des photos de nuit tout simplement mauvaises. La concurrence est rude et ces petits couacs pourraient bien vous refroidir.
  • Points positifs
    • Un joli smartphone
    • Un écran Super Amoled quasi parfait
    • Une belle autonomie
  • Points négatifs
    • Des performances un peu limitées
    • Photos en partie décevantes