Pour l’IFA de Berlin, Huawei n’est pas venu les mains dans les poches. Outre son nouveau SoC Kirin 990 compatible 5G, le constructeur chinois a également présenté un nouveau produit à destination du grand public, ses écouteurs Huawei FreeBuds 3. On a eu l’occasion de les prendre en main.

NB : Notre journaliste Geoffroy Husson est à Berlin pour couvrir l’IFA 2019 dans sa globalité, mais il y est présent dans le cadre d’un voyage de presse organisé par Huawei.

Avec ses AirPods, Apple n’a pas inventé les écouteurs true-wireless, mais a su les démocratiser suffisamment. Aujourd’hui, la plupart des constructeurs continuent à comparer leurs produits aux écouteurs sans fil d’Apple. Une tendance qui n’a jamais été aussi marquante qu’avec les FreeBuds 3 dévoilés ce vendredi par Huawei.

Un design très proche des AirPods

Il faut dire que les FreeBuds 3 reprennent le même format que les écouteurs d’Apple avec un système de tige descendant en bas de l’oreille. On retrouve également un format d’écouteur proche des modèles de la firme à la pomme, sans embouts en silicone qui rentrent à l’intérieur du canal auditif — comme sur les FreeBuds Lite –, mais qui viennent se loger à la sortie du canal auriculaire. Ce mimétisme va jusqu’à la boîte des écouteurs. Certes, celle des FreeBuds 3 est ronde, et tient bien dans la main, mais on retrouve un même système aimanté, une même LED indiquant l’appairage à l’intérieur de la boîte et… une même satisfaction de jouer avec l’ouverture.

Pourtant, sur le papier, les Huawei FreeBuds 3 n’ont pas grand-chose à envier aux Apple AirPods. Ils sont censés proposer une autonomie correcte de 4 h, extensible à 20 h en utilisant le système de recharge de la boîte. Pour la recharge, Huawei affirme que ses FreeBuds 3 peuvent se recharger à 70 % en 30 minutes avec une charge filaire, par USB-C, et à 30 % avec une charge sans fil. Les écouteurs proposent également nombre de technologie pour améliorer la qualité sonore, pour l’écoute de musique comme pour les appels.

Pour les appels, Huawei explique avoir développé un système de conduction osseuse en plus des microphones intégrés à la tige pour mieux analyser votre voix. La firme chinoise explique également avoir travaillé pour éliminer les effets du vent dans le microphone et ainsi permettre une bonne qualité sonore sans pollution y compris avec du vent à 20 km/h. Pour l’audio, Huawei a utilisé des transducteurs de 14 mm pour chaque écouteur, chacun avec un tube dédié aux basses.

Mais ce qui démarque véritablement les FreeBuds 3 des AirPods, c’est l’utilisation d’un système de réduction active de bruit. Un ajout qu’il faudra essayer lors d’un test complet tant on peut être dubitatif avec l’utilisation de cette technologie sans l’isolation passive apportée par des écouteurs intra-auriculaires. Sony a déjà lancé les WF-1000X M3 qui fonctionnent plutôt bien, mais il faut dire que c’est en partie grâce à leur format intra. Difficile d’imaginer que Huawei fasse aussi bien.

Une nouvelle puce Kirin A1 dédiée aux performances Bluetooth

Outre ses caractéristiques audio, les écouteurs FreeBuds 3 de Huawei sont également les premiers de la marque à être dotés de la nouvelle puce Kirin A1 du constructeur chinois. À l’instar d’Apple avec sa puce H1, Huawei a en effet développé une puce spécialement dédiée au signal Bluetooth. Celle-ci est vouée à équiper aussi bien les casques, écouteurs et enceintes de Huawei que ses montres connectées.

Quels écouteurs sans fil true wireless choisir en 2019 ? La sélection de FrAndroid

Huawei se targue d’une puce A1 qui soit compatible avec le Bluetooth 5.1 et 5 % plus compacte que l’Apple H1. Surtout, la puce permet aux écouteurs de recevoir chacun uniquement le canal audio qui lui est destiné. On n’a donc pas un écouteur maître qui va envoyer le signal à l’écouteur serviteur comme c’est souvent le cas sur les écouteurs true wireless. On n’a pas non plus chaque écouteur qui va recevoir les deux signaux comme sur les AirPods. Ici, on a donc un signal pour l’écouteur gauche, un autre pour l’écouteur droit, donc une meilleure autonomie annoncée par Huawei.

Parmi les autres qualités de la puce Kirin A1, Huawei annonce une latence particulièrement faible, mesurée à 19 ms, contre 22 ms par exemple pour les AirPods. Surtout, Huawei a développé un nouveau codec Bluetooth — baptisé BT-UHD — qui permet théoriquement de transmettre les données à un débit de 6,3 Mbps. C’est autrement plus rapide que le SBC, limité autour de 300 kbps, et même que le LDAC de Sony, qui monte jusqu’à 1 Mbps.

Prix et disponibilité

Bien évidemment, toutes ces annonces seront à vérifier lors d’un test ultérieur. Pour l’heure, Huawei n’a pas encore annoncé de prix pour ses écouteurs FreeBuds 3. Ils devraient néanmoins être disponibles en France d’ici la première semaine d’octobre.

Galerie photo