Affaire Huawei vs États-Unis : nouveau sursis, mais zéro solution

Le conflit va durer encore un moment...

 

Les États-Unis ont une nouvelle fois renouvelé le sursis accordé aux entreprises américaines pour leur laisser le temps d'abandonner les équipements de Huawei dans le cadre de l'embargo infligé au géant chinois. En attendant, aucune solution ne semble pointer le bout de son nez.

Encore. Les États-Unis ont encore renouvelé le sursis accordé aux entreprises américaines pour mettre fin à leur collaboration avec le géant Huawei accusé de vouloir exploiter ses infrastructures 5G à des fins d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois. C’est la quatrième fois que Washington renouvelle ce délai qui est désormais fixé au 15 mai prochain.

Pour aller plus loin
Tout savoir sur la 5G

Il y a cependant une nouveauté cette fois-ci. Le département du Commerce invite notamment des entreprises tech américaines et des acteurs du marché des télécoms à apporter quelques commentaires et surtout à signaler les potentielles dépenses et manque à gagner que pourrait engendrer la fin de ces extensions de sursis. On imagine en effet que les activités de plusieurs firmes outre-Atlantique — notamment les petits opérateurs régionaux — dépendent encore en partie des équipements, services et logiciels de Huawei. Une transition brutale ne leur serait pas bénéfique.

Pas de solution

Ainsi, les entreprises concernées ont jusqu’au 25 mars pour faire entendre leur voix. En attendant, le conflit entre Huawei et le gouvernement américain semble juste continuer de s’enliser sans qu’aucune solution ne se dessine à court ou moyen terme. Un responsable de Google a notamment indiqué que le géant de Mountain View cherchait des solutions auprès des autorités américaines pour débloquer la situation, mais nous avons assez peu de raison de nous montrer optimistes quant à un rapide dénouement.

Les nouveaux smartphones Huawei et Honor sont donc toujours privés des services Google à cause de cette sanction. C’est le lot du Huawei Mate 30 Pro, du Huawei Mate Xs, du Honor View 30 Pro et, bientôt des futurs Huawei P40 et P40 Pro.

Bientôt un an d’embargo

Le 15 mai prochain, fin de cette nouvelle période de sursis, cela fera presque un an que Huawei aura perdu le droit d’exploiter les services et applications Google sur ses smartphones et tablettes. Le géant chinois n’en démord pas pour autant et, toujours en se basant sur le projet open source d’Android (AOSP), développe son propre écosystème basé sur les Huawei Mobile Services et sur le magasin d’applications AppGallery.

Rappelons aussi qu’une boutique Huawei a fraîchement ouvert ses portes à Paris. Une manière pour la marque de montrer son attachement au marché français.

Après les guerres commerciales et politiques opposant Huawei au gouvernement américain, les smartphones de la marque ont perdu l’accès aux Google Play Services. Mais la marque est encore loin d’avoir dit son dernier mot en…
Lire la suite

Les derniers articles