La Hyundai Ioniq 5, le Tesla Cybertruck et le Hummer EV ont un étonnant point commun

 

La division de Hyundai dédiée aux pièces détachées et aux technologies embarquées, Mobis, dévoile une nouvelle fonctionnalités pour la Ioniq 5. La compacte électrique peut désormais se déplacer en crabe, grâce à ses roues qui s'orientent à 90 degrés. Mais pour l'heure, rien n'a été dit quant à une commercialisation de série de ce prototype.

Cela fait bientôt deux ans que la Hyundai Ioniq 5 a été dévoilée, en février 2021. Premier modèle 100 % électrique de la marque après la Ioniq également déclinée en hybride standard et rechargeable, la compacte fait encore parler d’elle et ne semble pas subir le passage du temps. En juin dernier, le constructeur lui a notamment offert la compatibilité avec les mises à jour OTA (over-the-air) à distance. Mais ce n’est pas tout.

Une solution pratique

Hyundai était en effet présent au CES de Las Vegas, qui a ouvert ses portes du 5 au 8 janvier dernier, via sa filiale Mobis. Fondée en 1977 et peu connue du grand public, l’entreprise forme le pôle « pièces automobiles et service » de la marque coréenne ainsi que de Kia, fournissant des pièces détachées et des technologies telles que la conduite semi-autonome. Mais si elle fait parler d’elle aujourd’hui, c’est pour une innovation d’un nouveau genre.

En effet, la division de Hyundai s’est rendu aux États-Unis avec une technologie étonnante dans ses valises, baptisée e-Corner. Détaillée dans une vidéo publiée sur YouTube, celle-ci permet notamment de faciliter le stationnement, grâce à un déplacement en crabe. En effet, la voiture est dotée de quatre roues directrices, qui peuvent se positionner à 90 degrés.

Mais ce n’est pas tout, car avec ce dispositif, la voiture est également en mesure de faire demi-tour sur elle-même. Une fonctionnalité qui nous rappelle le Rivian R1T, doté d’une technologie baptisée Tank Turn et fonctionnant de la même manière. Néanmoins, la marque a déposé un brevet décrivant une nouvelle version résolvant certains problèmes de l’ancienne. Mercedes proposera également un système similaire sur son futur EQG 100 % électrique.

Vers une production de série ?

Mais alors comment fonctionne cette technologie ? Pour l’heure, Mobis ne s’est pas montré très loquace sur ce système e-Corner, se contentant de faire la démonstration de ses nombreuses fonctionnalités dans une vidéo. Néanmoins, le site américain InsideEVs nous donne un peu plus de détails, expliquant que ce dispositif fonctionne avec un module intégrant un moteur et un amortisseur électrique, ainsi qu’un système de freinage et de direction by wire, fonctionnant électroniquement.

Ainsi, le e-Corner pourrait être installé sur n’importe quelle voiture électrique. Une technologie qui n’est alors pas sans rappeler celle proposée par le Hummer EV, qui possède également un mode crabe assez impressionnant. C’est également le cas du Tesla Cybertruck, dont la production devrait débuter au cours de l’année comme l’a annoncé Elon Musk. Mais aussi du tout nouveau YangWang U8, le SUV électrique hors norme du géant chinois BYD. Ce qui nous rappelle également les quatre moteurs électriques de la Lightyear 0.

Mais dans toutes ces voitures, les fonctionnalités sont moins impressionnantes et moins performantes qu’avec la technologie de Hyundai. La raison : les roues ne peuvent pas tourner à 90 °.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=92&v=nwZnl1Eq_6M&embeds_euri=https%3A%2F%2Finsideevs.com%2F&source_ve_path=MzY4NDI&feature=emb_logo

Mais tous ces véhicules ne sont pas les premiers à se doter de cette technologie. En effet, l’idée remonte à 1927, où une voiture fut équipée de deux roues avant capables de s’orienter à 90 degrés afin de faciliter le stationnement. Dans les années 1930, un système prenant la forme d’une roue installée à l’arrière permettant à la voiture de se garer plus efficacement avait également été dévoilé, pouvant être installé sur n’importe quel véhicule.

Il ne reste désormais plus qu’à savoir si le e-Corner fera un jour son arrivée sur la Ioniq 5, en option par exemple. Ainsi, ce dispositif pourrait à terme remplacer les roues arrière directrices, où les compléter. On imagine tout à fait une mise à jour à distance permettant de profiter d’un mode crabe préalablement installé sur toutes les voitures produites, une fois cette technologie suffisamment démocratisée. De quoi résoudre le problème de stationnement des véhicules électriques, parfois plus difficiles à garer que leurs équivalents thermiques.