Flight Simulator atterrit sur Xbox Series X∣S : la nouvelle génération tient son très beau jeu

La véritable prouesse technologique des nouvelles consoles

 

À compter de ce mardi 27 juillet à 17 heures, les joueurs console et les abonnés au Xbox Game Pass vont pouvoir profiter de la version Xbox Series S∣X de Microsoft Flight Simulator, près d'un an après sa sortie sur PC. Décollage plutôt réussi.

Le Golden Gate Bridge dans Flight Simulator sur Xbox Series

Le Golden Gate Bridge dans Flight Simulator sur Xbox Series // Source : Xbox

Mine de rien, c’était sans doute le plus gros pari technologique pour les Xbox Series S∣X depuis leur avènement : porter sur console un jeu aussi impressionnant, exigeant et gourmand en ressources que Microsoft Flight Simulator.

La simulation a ébloui tous les observateurs depuis son arrivée sur PC l’an dernier, s’appuyant à la fois sur la puissance des machines, de celle des serveurs Microsoft Azure ou encore de la démonstration visuelle et technique du savoir-faire d’Asobo Studios. Un cocktail détonnant qui s’est offert un nouveau challenge en tentant l’atterrissage sur console.

Même la Xbox One X, malgré toute sa puissance pour la génération précédente, n’a pas les reins assez solides pour encaisser le choc. L’interrogation se pose alors sur ses héritières.

Du temps et de l’espace pour se télécharger

Disponible à compter de ce 27 juillet 17h, sur le Microsoft Store ou dans le Xbox Game Pass pour les abonnés, Flight Simulator nécessite de s’y prendre à l’avance pour être téléchargé sur les Xbox Series X et Series S. Pour charger la version complète du jeu et celle pour jouer hors ligne, comptez 100 Go. Il faudra également compter de l’espace en plus pour les extensions de contenus disponibles, souvent des zones géographiques mises à jour du monde (dont Paris pour l’avoir en photogrammétrie notamment).

Flight Simulator sur Xbox Series

Flight Simulator sur Xbox Series

Prévoyez donc du temps avant de jouer. Le mieux est véritablement de préinstaller le jeu depuis le Store ou l’espace Game Pass pour gagner du temps.

Le jeu propose plusieurs modes de jeu comme pour sa version PC :

  • Vols de découverte pour partir à votre guise (et déjà dans les airs) survoler différents endroits du monde (Naples, New York, la Polynésie française, les pyramides de Gizeh en Égypte, l’Everest, Paris, le parc Yosemite, etc.).
  • Formation en vol pour apprendre les rudiments du pilotage et les techniques fondamentales.
  • Parties pour tester ses compétences avec des défis d’atterrissage, des trajets longue distance entre deux points, etc.
  • Carte du monde pour créer son propre plan de vol en toute liberté (mais avec tout à gérer).

Pour l’occasion, la version console de Flight Simulator bénéficie d’un nouveau système de tutoriel. Vous pouvez toujours choisir de jouer à la manette, avec un combo clavier-souris ou les premiers accessoires compatibles.

Le jeu permettra aussi de jouer avec ses amis et ses proches, qu’ils soient sur PC ou console grâce à l’arrivée du cross-play et du cross-save sur les différentes plateformes. Si vous comptez profiter par la suite du mode multijoueurs et croiser d’autres joueurs dans le ciel, il faudra disposer de l’abonnement au Xbox Game Pass Ultimate ou au Xbox Live Gold.

Un tutoriel réussi pour apprivoiser le pilotage

Si vous n’avez jamais mis la main sur la version PC ou êtes un novice complet en matière de jeu de simulation de vol, le tutoriel dessiné par Asobo est très bien réalisé, facile à comprendre et assez intuitif pour prendre rapidement les commandes en main. Vous allez débuter votre « formation » sur un Cessna 152 pour apprendre les bases du décollage, de l’atterrissage, du pilotage et des dizaines d’informations à assimiler avant de prendre les airs d’assaut.

Une fois passée l’épreuve critique, voire stressante, de tenter de faire décoller l’avion sans le planter aussi sec dans le tarmac (mon Dieu, quelle angoisse de le voir piquer du nez !), c’est une magnifique virée au-dessus de la Terre qui prend vie. La franchise vieille de près de 40 ans connaît une seconde jeunesse avec le titre mis en forme et en lumière par le studio bordelais.

Flight Simulator atterrit sur Xbox Series X∣S : la nouvelle génération tient son très beau jeu

Flight Simulator est non seulement une prouesse technique pour réussir à prendre autant d’éléments en compte (cartographie, utilisation du cloud, de l’IA, reproduction fidèle du monde, des bâtiments et des paysages dans un monde vivant, intégration de la météo en temps réel, de la carte du ciel, des autres avions en vol, etc.), mais il est d’une beauté somptueuse.

Autant le dire tout de suite : il n’est pas aussi beau que sur PC. Il serait difficile de faire aussi beau, et ce n’est pas faire injure aux Xbox Series X et S que de dire cela. Juste le constat qu’elles manquent encore d’un petit rien pour que le portage soit à 100 % le même. Mais le résultat est magnifique pour cette génération. En cela, le jeu est respecté pour son passage sur consoles. Et la Xbox Series X n’en souffre pas. À aucun moment, elle n’a tiré la langue en vol ou soufflé toute sa peine. Il faut dire que la définition est ramenée à du 2560 x 1440 pixels pour un framerate redescendu à 30 i/s. Un chiffre qui serait également revu à la baisse sur Xbox Series S (1080p) où les testeurs ont été impressionnés de voir le jeu tourner aussi bien (nous l’avons testé sur Xbox Series X).

Le titre a été optimisé pour répondre aux exigences des consoles nouvelle génération. Asobo et Xbox ont d’ailleurs annoncé que la version PC profiterait, elle aussi, d’une mise à jour pour améliorer ses performances ce mardi.

Un portage très réussi sans souffrance pour la console

Le résultat sur console est très agréable, fluide et l’expérience même à la manette est convaincante. On se plaît à survoler le monde, à choisir sa destination pour de la simple balade et en prendre plein les yeux. Si vous aviez peur de vous essayer à la version PC en craignant sa complexité, la version Xbox Series est une excellente approche et fait parler le côté ludique et le plaisir de la découverte du monde avant tout.

Et l’on applaudit encore des deux mains le travail des équipes d’Asobo qui réussissent à profiter de la connexion internet pour offrir une expérience complète et sans doute le premier véritable très beau jeu utilisant la toute puissance des nouvelles machines. Alors certes, il ne s’agit pas d’un jeu dynamique et complet pour faire tourner les Xbox Series à plein régime. Mais Flight Simulator a le mérite de les mettre un peu à l’épreuve techniquement et graphiquement, histoire de voir ce qu’elles ont vraiment dans le ventre. Et le pari est réussi.

Le parc du Yosemite (Californie)

Le parc du Yosemite (Californie) // Source : Xbox

Le jeu dispose aussi d’un mode hors ligne si vous ne voulez pas voir le compteur de données grimper trop rapidement et porter atteinte à votre abonnement, votre débit internet ou autre. Cela chiffre très très vite. Mais ne soyez pas surpris de voir aussi la qualité graphique un peu atténuée. Il est d’ailleurs possible de désactiver certains paramètres du jeu et le côté génération procédurale du monde sous vos yeux disparaît alors, tout comme les ajouts de villes et zones en photogrammétrie.

À noter que si vous êtes l’heureux propriétaire d’un écran compatible VRR (Variable Refresh Rate), votre framerate sera automatiquement déverrouillé.

Microsoft Flight Simulator est disponible sur PC sous Windows 10, Xbox Series X∣S et sur Steam ainsi que pour les abonnés au Xbox Game Pass. Microsoft a laissé entendre que les consoles Xbox One pourraient à terme en profiter également grâce à… xCloud et à la puissance des consoles de nouvelle génération qui booste le service de cloud gaming.

Le Xbox Game Pass de juillet continue de se remplir doucement. Après Space Jam, The Medium ou Limbo, Flight Simulator atterrit enfin sur les dernières consoles. The Ascent signe son arrivée « Day One ». Battlefield V…
Lire la suite

Les derniers articles