Test de l’Apple iPad Air M2 13 (2024) : l’iPad Pro qui ne dit pas son nom

Tablettes tactiles • 2024

Apple renouvelle quelque peu son iPad Air : les changements les plus importants, c'est l'arrivée de la puce M2, ainsi qu'une version de 13 pouces. C'est d'ailleurs celle que nous testons, proposée à partir de 969 euros. L'iPad Air monte en gamme, mais est-ce au détriment de son rapport qualité/prix ?

L'iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid
L'iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid
Où acheter L'
Apple iPad Air M2 13 (2024) au meilleur prix ?

Ce test est valable pour les variantes suivantes :

En bref
Apple iPad Air M2 13 (2024)

7 /10
Points positifs de l'iPad Pro M2 (2024)
  • Un écran sublime...
  • Des performances au top
  • La durée de vie
  • Un joli design
  • La qualité audio
Points négatifs de l'iPad Pro M2 (2024)
  • ... Mais un écran trop limité (bordures, 60 Hz)
  • Le prix de l'iPad et de ses options
  • iPadOS est trop contraignant pour un usage bureautique
  • Le prix des accessoires
  • La photo est bof
 

C’était attendu : Apple a intégré sa puissante puce M2 dans son iPad Air, après l’avoir fait avec son iPad Pro M2 en 2023. Avec ça, une petite augmentation de prix par rapport à l’iPad Air M1, mais surtout une version 13 pouces dont le prix s’envole. À ses côtés, un énorme iPad Pro M4 que nous avons pu tester pour voir de quel déluge de puissance, il était capable.

Ce modèle démarre au prix de 969 euros en version Wi-Fi et 128 Go de stockage (719 euros pour le modèle 11 pouces). À près de 1000 euros, quelles sont les différences avec un iPad Pro ? Les promesses faites par Apple sont pourtant très grandes : la puce M2 entend offrir de très grosses performances, mais pour quels usages ?

Fiche technique

Modèle Apple iPad Air M2 13 (2024)
Dimensions 214,9 cm x 280,6 mm
Taille de l'écran 13 pouces
Définition 2732 x 2048 pixels
Densité de pixels 264 ppp
Technologie de l'écran LCD
Modèle du processeur M2
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne 128 Go, 256 Go, 512 Go, 1024 Go
Appareil photo (dorsal) 12 Mp
Appareil photo (frontal) 12 Mp
Enregistrement vidéo 4K@60 IPS
Wifi Wi-Fi 6E
Bluetooth 5.3
NFC Non
Étanche Non
Poids 617 grammes
Couleurs Bleu, Gris, Beige, Mauve
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un iPad Air M2 13 prêté par la marque, dans sa version Wi-Fi et cellulaire avec 512 Go de stockage. Elle est commercialisée à 1519 euros.

Un iPad tout ce qu’il y a de plus classique

Ce qu’on remarque immédiatement, c’est à quel point l’iPad Air M2 est grand dans sa version 13 pouces. À vrai dire, son écran a presque les mêmes dimensions que celle du MacBook Air M1 (2020) avec lequel je travaille au quotidien. Les dimensions de cette tablette sont de 280,6 par 214,9 par 6,1 mm pour la version 13 pouces, et de 247,6 par 178,5 par 6,1 mm pour la version 11 pouces. Des dimensions honorables, surtout pour la finesse : 6,1 mm, cela en fait un appareil assez fin. On est loin des finesses atteintes par Samsung, mais c’est très correct. Pour les poids, cela dépend du modèle choisi :

  • Modèle 11 pouces : 462 g ;
  • Modèle 13 pouces :
    • Wi-Fi : 617 g ;
    • Wi-Fi et cellulaire : 618 g.
L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Ce n’est pas ce qui se fait de plus léger, mais pour une taille de 13 pouces, c’est tout à fait respectable. En bref, c’est une tablette qui peut se glisser partout, mais pas trop quand même.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

La face arrière est assez simple : l’objectif photo en haut à gauche (il n’y a pas de flash, c’est probablement peu utile, mais c’est à noter), le logo de la pomme tout au milieu aligné dans le sens vertical et brillant (prenant les traces de doigts), l’inscription du modèle et des barres en haut et en bas plus claires. Il y a aussi les trois broches utilisées pour le Smart Connector (pour fixer la tablette au Magic Keyboard et autres accessoires).

La coque est faite d’aluminium brossé du plus bel effet, bien que le coloris gris clair (commercialisé sous l’appellation « lumière stellaire ») puisse se salir un peu. Les tranches sont plates et saillantes, ce qui fait de l’iPad Air M2 un véritable parallélépipède rectangle : seuls les coins sont arrondis. On y trouve le port USB-C (aligné au milieu dans le sens de la largeur, ce qui n’est pas le cas de tous les constructeurs, et témoignant du soin apporté par Apple au design de ses produits), les boutons de volume, le bouton d’alimentation ainsi que les quatre haut-parleurs.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

De l’autre côté, on fait face au grand écran de 13 pouces de l’iPad Air M2. Les coins sont arrondis comme ceux du châssis, bien que plus anguleux. Les bordures sont de la même taille de tous les côtés et sont assez épaisses. On sait que Samsung arrive à faire bien mieux, comme plein d’autres constructeurs. Apple doit passer une étape dans la finesse des bordures de ses iPad. Plus globalement, les finitions sont excellentes, comme on pouvait s’y attendre.

La prise en main

L’un des changements apportés par ce tout dernier iPad Air, c’est l’emplacement de la caméra frontale. Désormais, elle n’est plus située sur la tranche supérieure de la tablette tenue en mode portrait : il faut la tenir en mode paysage pour avoir la caméra en haut et non sur le côté. Tout comme l’iPad Pro, l’iPad Air veut privilégier les photos et appels vidéo au format paysage. Très pratique pour les visioconférences, à condition d’avoir un folio qui permette de tenir l’appareil à l’horizontale. Un changement appréciable et qui montre aussi la volonté d’Apple d’en faire un outil de travail, comme l’iPad 10 qui y est passé aussi (avant même l’Air et le Pro).

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Posée à plat, la tablette d’Apple est totalement stable et n’est pas du tout dérangée par la butée de l’objectif photo arrière. Pour déverrouiller cet appareil, une seule solution « intelligente », Touch ID : FaceID n’est pas de la partie. La reconnaissance faciale est toujours réservée aux modèles Pro de la gamme. Un Touch ID toujours aussi efficace.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Dans les mains, on sent le poids de la tablette : elle n’est pas toute légère. En revanche, le poids est très bien réparti sur l’ensemble du châssis, ce qui fait qu’on n’est jamais déséquilibré. Pour regarder du contenu ou lire un article de presse, mieux vaut être appuyé sur ses jambes ou sur un accoudoir, que de tout tenir avec ses bras. Au bout des bras, il y a les mains, et au bout des mains, il y a les doigts. C’est avec eux que l’on contrôle la tablette et ils posent un souci : les traces de doigts se voient. Elles se voient énormément quand l’écran est éteint, moins lorsqu’il est allumé et avec une certaine luminosité. C’est un peu dommage.

Le Pencil Pro : ça donne quoi ?

Quant aux autres accessoires, sachez que cet iPad Air M2 est compatible avec l’Apple Pencil (USB-C) et le Magic Keyboard. Il propose un nouveau bouton pour afficher les outils (crayons, palette de couleurs, etc.), bien pratique et situé au niveau du pouce et de l’index. Le retour haptique est meilleur qu’avant et réagit bien aux pressions.

Un très joli mouton dessiné par ma collègue Juliette

Pour le dessin, le gyroscope entend apporter davantage de précision sur les pointes de crayons. On a aussi droit aux fonctions de survol comme sur les autres versions du Pencil. Un stylet qui se fixe magnétiquement sur la tranche supérieure de l’appareil.

L’alternative au Magic Keyboard : le clavier de Logitech

Nous avons pu tester l’iPad Air M2 avec un accessoire presque indispensable pour en tirer pleinement parti : un clavier pour iPad. Au lieu du Magic Keyboard commercialisé à 400 euros, nous avons toutefois essayé le Logitech Combo Touch, vendu à 260 euros, ce qui est plus abordable. Il utilise le Smart Connector au dos de l’iPad pour s’y connecter : pas besoin de Bluetooth. Avec le clavier et la coque, on a une bonne protection de l’iPad, meilleure que celle proposée par le Magic Keyboard. Le tout sans ajouter trop d’épaisseur, et l’Apple Pencil peut toujours être fixé à la tablette.

Source : Frandroid

Le souci, c’est que l’iPad Air M2 avec ce clavier prend plus de place qu’un MacBook Air 13 pouces. C’est lié au fait qu’il faille déplier un support de la coque à l’arrière. Dans un train ou sur un bureau étroit, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique alors que c’est l’un des avantages du Magic Keyboard. Les touches sont légèrement séparées les unes et des autres et la course n’est ni trop courte, ni trop longue. Elle s’apparente à celle d’un Magic Keyboard en fait.

Enfin, le pavé tactile est réactif et précis, je n’ai aucun souci avec ; mis à part peut-être le curseur qui se positionne tout seul sur certains champs, mais c’est dû à iPadOS et non au clavier.

Source : Frandroid

À noter que contrairement au Magic Keyboard, il n’y a pas ici de port USB-C supplémentaire. Finalement, le Logitech Combo Touch se montre être une bonne alternative au Magic Keyboard, surtout à 140 euros de moins (de quoi investir dans des AirPods si vous n’en avez pas encore, par exemple).

Un écran magnifique, mais limité

Apple ressort l’appellation Liquid Retina pour sa tablette : il s’agit donc d’une dalle LCD IPS pour l’iPad Air M2, pas d’Oled donc. À plus de 700 euros, cela commence à difficilement être défendable, bien que la Samsung Galaxy Tab S9 FE+ ne propose pas non plus d’Oled pour un prix de départ similaire.

La version 13 pouces fait exactement 12,9 pouces ; quant à la version 11 pouces, elle fait exactement 10,86 pouces. Notre version de test propose une définition de 2732 par 2048 pixels, pour une résolution de 264 ppp. Une résolution plutôt faible : Xiaomi propose mieux pour deux à trois fois moins cher par exemple, ce qui n’est pas le cas de Samsung en revanche. Le taux de rafraîchissement est lui aussi limité : pas de ProMotion (réservé aux modèles Pro), il faut se contenter de 60 Hz.

À noter que l’écran est compatible avec les formats HEVC, H.264 et ProRes. Il prend également en charge le Dolby Vision et le HDR10.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Le taux de rafraîchissement est vraiment frustrant : 60 Hz seulement. En 2024, sur une tablette haut de gamme, ça ne passe pas. Tous les autres modèles concurrents sont passés aux 120 Hz depuis longtemps. Ce qui fait que dans les jeux vidéo, on ne peut pas aller au-delà de 60 FPS. Pour un iPad avec la puce M2, c’est juste dommage. Par ailleurs, les animations de l’interface pourraient profiter d’une meilleure fluidité avec 120 Hz au lieu de 60.

Apple se targue de couvrir l’espace colorimétrique DCI-P3. Et pour la luminosité maximale, il faut a priori compter sur 600 cd/m², comme sur l’iPad Pro M2.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Comme d’habitude dans nos tests, nous avons soumis cet appareil au banc d’essai avec une sonde et le logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Displays. Pour cela, nous avons désactivé la fonctionnalité TrueTone, qui adapte les couleurs de l’écran en fonction de la lumière ambiante.

Le rapport de contraste mesuré est de 249:1. En SDR, nous avons mesuré une luminosité maximale de 389 cd/m², ce qui est assez faible au vu de la gamme. La température de couleur est en revanche excellente : 6535 K (pour une valeur cible de 6500 K).

Quant à la couverture colorimétrique, nous avons obtenu 70 % du DCI-P3 et 47 % du BT 2020. C’est quand même faiblard pour une tablette à ce prix : on aurait apprécié davantage de couleurs, plein d’autres tablettes font mieux. Néanmoins, les couleurs que l’iPad Air M2 affiche, il les affiche bien. 3,1 pour le Delta E moyen, c’est excellent, d’autant plus qu’en dessous de 3, on considère généralement que l’œil humain est incapable de constater la différence.

Logiciel : iPadOS s’améliore, mais fait encore des siennes

Pour avoir iPadOS 18, il va encore falloir attendre septembre. En attendant, c’est iPadOS 17 que l’on trouve sur l’iPad Air M2.

Les options de personnalisation

Comme sur iOS, Apple propose sur iPadOS quelques options de personnalisation. Par exemple, on peut ajouter tout un tas de widgets sur l’écran d’accueil et ses différentes pages. On peut aussi personnaliser l’écran de verrouillage en changeant la police de la date et de l’heure, ainsi que leur couleur.

Sur cet écran aussi on peut ajouter quelques widgets. Par rapport aux tablettes Android et à leurs interfaces personnalisées, iPadOS est nettement moins bien garni (d’un autre côté, on n’a aucune publicité et que des fonctions réellement utiles).

Les applications préinstallées bien utiles

Comme depuis toujours avec les iPad, il n’y a pas d’application calculatrice : une hérésie encore une fois, mais à laquelle on s’habitue malheureusement. Parmi les applications assez pratiques, il y a Livres, qui permet d’acheter des ebooks ou de lire ses propres fichiers. L’iPad étant parfait pour la lecture, c’est une application qu’on peut se surprendre à utiliser ici.

Une application qu’on ne trouve pas sur l’iPhone, mais sur l’iPad et sur MacBook, c’est Photobooth. Elle permet de prendre des photos avec des effets (neuf seulement sont disponibles) : on a déjà vu plus complet. Enfin, on peut mentionner Freeform, qui se veut une application un peu différente des Notes d’Apple. On crée en fait des tableaux, en les remplissant avec divers éléments : textes, dessins, photos, icônes, formes géométriques, etc. De quoi faire des schémas notamment.

Center Stage

Center Stage, ou « Cadre Centré » en français, est une fonctionnalité qui permet de cadrer la caméra sur soi de manière dynamique. Que vous vous déplaciez dans le cadre (plus haut, plus à droite), que vous reculiez ou que vous avanciez, le cadre change tout seul afin que l’on reste au centre du cadre. Cela fonctionne même à plusieurs.

Stage Manager et mode multitâche

Depuis quelque temps, Apple a un nom pour son mode fenêtré : Stage Manager. Il s’agit d’un mode multitâche qui entend permettre de redimensionner les fenêtres, passer de l’une à l’autre facilement. Malheureusement, Apple n’a toujours pas compris la leçon. Le nombre de fenêtres est assez limité et surtout le fonctionnement de Stage Manager est trop rigide, c’est le mot.

On ne peut pas redimensionner les fenêtres comme on le souhaite, les superposer, les déplacer : c’est tout simplement frustrant. Ce qui fait que pour une activité bureautique ou dite de « productivité », le mode multitâche, permettant d’afficher deux fenêtres simultanément, est bien plus pratique et plus confortable.

Si vous hésitez entre un iPad Air avec un clavier et un MacBook Air, le second sera meilleur pour de la productivité.

Sidecar et connexion à un écran externe

Grâce au port USB-C, qui fait aussi office de DisplayPort, on peut connecter l’iPad Air M2 en filaire à un deuxième écran, jusqu’à 6K et 60 Hz. De quoi faire de la tablette presque un ordinateur. Par exemple, on peut utiliser un hub USB-C pour brancher un écran en HDMI. On peut alors étendre l’écran et utiliser Stage Manager, ou bien simplement recopier l’écran de l’iPad (ce qui offre un format restreint sur un écran 16:9, avec des bandes noires sur les côtés). Comme évoqué précédemment, Stage Manager n’est pas la meilleure solution.

La recopie vidéo est disponible via AirPlay jusqu’en 4K, vers une Apple TV notamment. Aussi, il existe Sidecar, la fonction pour utiliser l’iPad en tant qu’écran secondaire de MacBook. Elle fonctionne très bien et n’a pas trop de latence (bien qu’il puisse être difficile de lire des vidéos par exemple). En déplacement, la combinaison des deux permet d’avoir deux écrans sans prendre trop de place dans le sac (bien qu’elle ait un certain coût).

Performances : un déluge de puissance, mais pour quoi faire ?

C’est la nouveauté la plus importante de ce nouvel iPad Air : la puce M2 d’Apple, qu’on trouvait depuis un an sur l’iPad Pro M2, et sur les MacBook. Elle arrive désormais sur l’iPad Air. Une puce qui promet près de 50 % de performances en plus que la génération précédente, avec un CPU (8 cœurs, avec 4 cœurs de performance et 4 cœurs à haute efficacité énergétique), un GPU (10 cœurs) et un Neural Engine (16 cœurs) amélioré. Plus précisément, « la puce M2 conçue par Apple booste la rapidité de 15 % pour le CPU et de 25 % pour le GPU, et offre 50 % de bande passante mémoire de plus que la génération précédente », indique le constructeur sur son site. La bande passante promise : jusqu’à 100 Go/s ; côté RAM, on a droit à 8 Go.

Modèle Apple iPad Air M2 13 (2024) Apple iPad Air M1 (2022) Apple iPad Pro 11 M2 Samsung Galaxy Tab S9 FE Plus Samsung Galaxy Tab S9 Ultra
AnTuTu 10 1933302 N/C N/C 609432 1556653
AnTuTu 9 N/C 1106898 1284961 N/C N/C
AnTuTu CPU 553354 268544 298374 200906 385482
AnTuTu GPU 710295 550273 681004 137680 592255
AnTuTu MEM 319630 126825 145338 124991 308469
AnTuTu UX 359870 141256 160245 145855 270447
PC Mark 3.0 N/C N/C N/C 11870 16003
3DMark Slingshot Extreme N/C N/C N/C 4751 N/C
3DMark Slingshot Extreme Graphics N/C N/C N/C 4982 N/C
3DMark Slingshot Extreme Physics N/C N/C N/C 4089 N/C
3DMark Wild Life N/C 5025 N/C 2961 N/C
3DMark Wild Life framerate moyen 60 FPS 30 FPS 118.9 FPS 17.73 FPS N/C
3DMark Wild Life Extreme 5536 N/C 6694 843 3388
3DMark Wild Life Extreme framerate moyen 33.1 FPS N/C 40.1 FPS 5.05 FPS 20.29 FPS
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 53.3 / 71.2 FPS 60 / 200 FPS 93.8 / 76.9 FPS 12 / 13 FPS 38 / 51 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 57.8 / 140.4 FPS 60 / 144 FPS 94.4 / 176 FPS 17 / 31 FPS 46 / 109 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 60 / 412 FPS 60 / 343 FPS 119.9 / 446.7 FPS 50 / 78 FPS 112 / 250 FPS
Geekbench 6 Single-core 2582 N/C N/C 1019 2029
Geekbench 6 Multi-core 9965 N/C N/C 2890 5414
Geekbench 6 Compute (Vulkan) N/C N/C N/C 3055 7176
Lecture / écriture séquentielle N/C N/C N/C 521.26 / 363.47 Mo/s 3415.47 / 2131.34 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire N/C N/C N/C 256.23 / 104.75 IOPS 439.87 / 156.69 IOPS
Voir plus de benchmarks

Au regard des benchmarks que nous avons réalisés, on constate aisément la différence de puissance entre la puce M1 et la puce M2. Sur tous les plans ou presque, la M2 est plus puissante, y compris par rapport à ses concurrentes. Par exemple, la Samsung Galaxy Tab S9 Ultra est équipée du Snapdragon 8 Gen 2 with Galaxy, et n’arrive pas à rivaliser.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

En jeu aussi, cela se vérifie. Nous avons joué à Genshin Impact avec les paramètres graphiques à fond et autant dire que l’iPad Air M2 n’a jamais flanché. Presque 60 FPS constamment, avec quelques diminutions à 58 FPS, le tout en utilisant au maximum 25 % du CPU et seulement 5 Go de RAM. En fait, on peut même penser que la puce M2 aurait pu aller beaucoup plus loin. Si Genshin Impact est limité en FPS, c’est à cause de l’écran : 60 Hz maximum.

Donc pour du jeu vidéo, la puce M2 est trop puissante et ne sert à rien. Mais alors, à quoi sert-elle ? C’est bien ce que l’on est en droit de se demander : quels usages pour le grand public ? Pour les créatifs et les professionnels, Apple a son iPad Pro M4 (et un iPad Pro M2 toujours d’actualité), bien qu’il ne soit plus en vente chez Apple). Mais à partir de 1200 euros, tout le monde ne peut pas se l’offrir. À y réfléchir, l’iPad Air M2 est en fait un iPad Pro moins cher, si l’on ne prend en compte que les performances.

L’un des usages que l’on peut imaginer, c’est du montage vidéo : depuis quelques mois, DaVinci Resolve, l’un des logiciels de montage les plus réputés du marché, est disponible sur iPadOS. Nous avons pu monter des plans tournés avec l’iPad Air M2 en 4K 60 FPS sur l’application sans aucun ralentissement et avec des actions quasi instantanées. Quant à l’export, comptez 26 images par seconde pour un rendu en 4K à 60 FPS. De belles performances proposées donc.

Côté stockage, quatre capacités sont proposées : 128 Go, 256 Go, 512 Go et 1 To. C’est une bonne chose qu’Apple soit passé aux 128 Go minimum plutôt que les 64 Go : cela commençait à devenir ridicule pour une tablette vendue à plus de 700 euros en 2024. Dommage que l’option pour avoir 256 Go coûte 130 euros. Impossible d’utiliser une carte microSD pour étendre le stockage.

Des photos juste décevantes

Cet iPad Air M2 propose deux capteurs photo :

  • Un capteur principal de 12 Mpx, f/1,8 ;
  • Un capteur selfie de 12 Mpx, f/2,4.

Le capteur principal

Il propose un zoom numérique jusqu’à x5 ainsi qu’un mode panoramique pour enregistrer des clichés jusqu’à 64 Mpx. L’avantage de ce capteur, ce sont les couleurs : l’iPad vise toujours juste. Voilà, c’est son seul point positif.

En fait, les photos ont toujours l’air de partir dans de la peinture impressionniste, avec très peu de détail : c’est souvent l’apanage de performances faibles. C’est le cas ici, puisque même en plein jour, on peine à constater de la texture. Par ailleurs, certaines zones sont surexposées, ce qui est dommage. Bref, si vous voulez une tablette avec de jolies photos, penchez-vous plutôt du côté de Samsung.

Le capteur selfie

Sur cet autre capteur aussi, l’iPad tape correctement dans les couleurs, mais c’est tout. En intérieur ou en extérieur, le grain est assez présent, ce qui là encore enlève de la texture aux selfies. C’est vraiment dommage, puisque c’était là-dessus qu’il fallait insister.

Pour des visioconférences, cela suffit largement, mais ce n’est pas avec l’iPad Air M2 qu’on profitera de la meilleure qualité photo en selfie.

Vidéo

Le capteur arrière permet d’enregistrer des vidéos en 4K HDR jusqu’à 60 FPS et en 1080p jusqu’à 240 FPS en mode ralenti. La qualité vidéo sur cette tablette est assez décevante au regard de l’expertise d’Apple sur ce point. En extérieur, nous avons rencontré des zones très surexposées : de quoi avoir l’impression de faire face à une tablette pas chère.

Une qualité audio qu’il fait bon d’entendre

Pour l’audio, pas de port jack, mais il y a du Bluetooth naturellement. Et si on n’a rien pour écouter de la musique, il reste les deux haut-parleurs stéréo de l’appareil. Le modèle 13 pouces promet deux fois plus de basses que le modèle 11 pouces (que nous n’avons pas testé malheureusement). Les formats pris en charge sont : AAC, MP3, Apple Lossless, FLAC, Dolby Digital, Dolby Digital Plus et Dolby Atmos. Par ailleurs, cet iPad est compatible avec l’audio spatial d’Apple. Pour les appels, cet iPad embarque deux microphones.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

Quant à la qualité audio des haut-parleurs, elle est excellente. Même si l’iPad Air M2 est assez fin, il offre une bonne profondeur de son, trop rare sur les tablettes. Ce qui permet d’offrir des basses présentes, mais qui n’absorbent pas tout, et des aigus pas noyés par les médiums.

Au final, on a l’impression d’avoir une bonne petite enceinte Bluetooth dans les mains. Même à volume élevé, les distorsions sonores restent assez restreintes. Bref, cela fait de l’iPad Air le produit parfait pour écouter de la musique, lorsqu’il est posé sur la table du salon ou sur le plan de travail dans la cuisine.

Réseaux et communication

Selon la version de l’iPad Air M2 que vous avez, vous n’aurez pas forcément de la 5G : seule la version cellulaire en dispose. Attention toutefois : impossible d’insérer une carte SIM dans la tablette. Il faut nécessairement passer par une carte eSIM, ce que tous les opérateurs (ou presque) proposent aujourd’hui. Reste sinon le bon vieux Wi-Fi, avec du Wi-Fi 6E ici, ce qui est dans nos attentes. Pour le Bluetooth, il s’agit du Bluetooth 5.3.

Batterie : autonomie correcte, charge trop lente

Selon Apple, tous les modèles promettent jusqu’à 10 heures d’autonomie en navigation Internet en Wi-Fi ou en lecture vidéo. Et pour les modèles cellulaires, comptez jusqu’à 9 heures d’autonomie en navigation Internet en connexion 5G. Sur une session de Genshin Impact avec les paramètres graphiques au maximum et la luminosité réglée à 50 % du maximum, on perd 7 % de batterie en 20 minutes.

L’iPad Air M2 (2024) // Source : Chloé Pertuis pour Frandroid

C’est correct, sans plus. Quant à une utilisation classique, comptez une dizaine d’heures d’autonomie avec la luminosité à 50 % : c’est correct, mais sans plus. En fait, plein d’autres tablettes Android arrivent à ces endurances. De quoi tout de même travailler une bonne journée, équipé du stylet et du clavier, mais tenir une journée et demie sera sans doute trop compliqué. En dehors d’un usage intensif, l’iPad Air est évidemment une tablette à utiliser partiellement tout au long de la semaine, sans vraiment penser à sa batterie.

Recharge

Pour la recharge, on peut compter sur le câble de charge USB-C vers USB-C : l’adaptateur secteur n’est pas fourni. La charge est très lente sur cet iPad : Apple a clairement un défi technique à relever. Pour en faire un vrai outil de productivité, il y a certes des améliorations à faire du côté d’iPadOS, mais également du côté de la puissance de charge. Voici un test de charge réalisé à l’aide d’un chargeur de MacBook Air, en partant de 10 % de batterie restante :

  • 10 minutes : 18 % ;
  • 20 minutes : 28 % ;
  • 30 minutes : 36 % ;
  • 40 minutes : 46 % ;
  • 50 minutes : 53 % ;
  • 60 minutes : 62 % ;
  • 70 minutes : 68 % ;
  • 80 minutes : 75 % ;
  • 90 minutes : 80 % ;
  • 100 minutes : 85 % ;
  • 110 minutes : 89 % ;
  • 120 minutes :  94 % ;
  • 130 minutes : 98 % ;
  • 132 minutes : 100 %.

Ce n’est pas honteux par rapport au reste de la concurrence, mais à un tel prix, on aurait aimé avoir un peu plus de puissance.

Prix et date de sortie

L’iPad Air M2 13 de 2024 est d’ores et déjà commercialisé et disponible partout. Plusieurs versions sont commercialisées :

  • Modèle 11 pouces :
    • Wi-Fi :
      • 128 Go : 719 euros ;
      • 256 Go : 849 euros ;
      • 512 Go : 1099 euros ;
      • 1 To : 1349 euros ;
    • Wi-Fi et cellulaire :
      • 128 Go : 889 euros ;
      • 256 Go : 1019 euros ;
      • 512 Go : 1269 euros ;
      • 1 To : 1519 euros ;
  • Modèle 13 pouces :
    • Wi-Fi :
      • 128 Go : 969 euros ;
      • 256 Go : 1099 euros ;
      • 512 Go : 1349 euros ;
      • 1 To : 1599 euros ;
    • Wi-Fi et cellulaire :
      • 128 Go : 1139 euros ;
      • 256 Go : 1269 euros ;
      • 512 Go : 1519 euros ;
      • 1 To : 1769 euros.
Où acheter L'
Apple iPad Air M2 13 (2024) au meilleur prix ?

Notre avis sur L' iPad Pro M2 (2024)

Design
8
C'est un iPad, donc oui, le design est réussi : tout est solide, tout est joli. La taille et le poids sont respectables et on sent que la tablette tiendra dans le temps. On regrette toutefois des bordures trop épaisses : regardez du côté de Samsung, ça l'est beaucoup moins.
Écran / affichage
7
60 Hz, pas d'Oled et une luminosité juste correcte : pour le coup, Apple déçoit quelque peu. Si la calibration est très correcte, là encore Samsung propose mieux. On attend la prochaine génération d'iPad Air.
Logiciel
7
Apple peut se targuer d'avoir un long suivi logiciel, même pour ses iPad et c'est une très bonne chose. Les widgets et applications préinstallées sont assez utiles, malgré le peu d'options de personnalisation. En revanche, Stage Manager est une catastrophe qui empêche de faire de la tablette un véritable outil bureautique.
Performances
10
Difficile de mettre une autre note : c'est simple, l'iPad Air M2 roule sur la concurrence et bat même l'iPad Pro M2. Cependant, toute cette puissance n'est pas au service des jeux vidéo avec un écran limité à 60 Hz. C'est dans d'autres usages qu'on trouve l'utilité de la puce.
Photo
6
L'iPad part trop souvent dans l'impressionnisme dans ses clichés, sacrifiant au passage toute texture sur les images. C'est vraiment dommage, d'autant plus que la caméra selfie est concernée, alors que c'est elle la plus importante.
Autonomie
7
10 heures d'utilisation maximum et une charge très lente : contrairement à ce qu'on pourrait penser, cet iPad Air M2 est dans la moyenne de ce qui se fait. De quoi l'utiliser tout au long de la journée en usage intensif, ou tout au long de la semaine en usage léger.
Note finale du test
7 /10
Cet iPad Air M2 a quelque chose d'étrange. En main, il passerait presque pour un iPad Pro, tant il est pensé (par ses accessoires, ses performances, son format) pour un usage de productivité, pour de la bureautique. On a envie de l'emmener partout et de travailler avec, mais pas que. C'est aussi une formidable machine de divertissement : jeux vidéo, lecture, cinéma. Il sait tout faire et en même temps, c'est le cas de ses concurrents chez Samsung.

Ce qui limite l'usage bureautique, c'est iPadOS. Les accessoires sont géniaux (bien que trop chers), mais on est limités par un système d'exploitation trop rigide et des applications pas forcément adaptées. Ce qu'il faudrait, c'est un navigateur d'ordinateur dedans (on appelle ça un Chromebook). Enfin, l'autonomie est tout juste correcte, rien à dire dessus.

Ce qui limite l'usage de divertissement, c'est le prix de cet iPad Air M2 : près de 1000 euros pour le format 13 pouces, peu de gens l'achèteront. La version 11 pouces est déjà bien plus raisonnable au niveau du prix : 719 euros. À côté, on a droit à des écrans plus jolis, pour des performances très correctes.

Alors, que choisir ? Si vous voulez une machine de guerre au bon rapport qualité/prix, la solution se trouve sans doute chez Samsung. Si vous voulez quand même un iPad (pour des raisons qu'on peut tout à fait comprendre), penchez-vous plutôt du côté d'un iPad Air M1 ou alors d'un ancien iPad Pro M1/M2, qui sont encore d'excellents choix.

Points positifs de l'iPad Pro M2 (2024)

  • Un écran sublime...

  • Des performances au top

  • La durée de vie

  • Un joli design

  • La qualité audio

Points négatifs de l'iPad Pro M2 (2024)

  • ... Mais un écran trop limité (bordures, 60 Hz)

  • Le prix de l'iPad et de ses options

  • iPadOS est trop contraignant pour un usage bureautique

  • Le prix des accessoires

  • La photo est bof