Introduction

Si le porte-étendard d’Apple cette année est l’iPhone XS (ou XS Max pour ceux qui préfèrent les grands formats), la firme de Cupertino a décidé de sortie un troisième modèle, un peu plus abordable : l’iPhone XR. Écran LCD, simple capteur photo… Est-il tout de même à conseiller ? Voici notre avis après plusieurs semaines de test.

Après notre test de l’iPhone XS, il nous fallait nous pencher sur l’iPhone 2018 qui nous a le plus intrigués, l’iPhone XR. Le moins cher de la gamme est-il aussi bien qu’il n’y parait derrière ses atours peu reluisants et sa fiche technique en retrait ? Mérite-t-il son prix ? Voici ce qu’on en pense !

Fiche technique

Modèle Apple iPhone XR
Version de l'OS iOS 12
Interface constructeur iOS
Taille d'écran 6.1 pouces
Définition 1792 x 828 pixels
Densité de pixels 326 ppp
Technologie IPS LCD
SoC A12 Bionic
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Apple GPU
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go, 256 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) 12 MP
Appareil photo (frontal) 7 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Non
Ports (entrées/sorties) Lightning
Géolocalisation Oui
Dimensions 75.7 x 150.9 x 8.3mm
Poids 194 grammes
Couleurs Rose, Rouge, Jaune, Bleu, Noir
Prix 699€
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un modèle prêté par Apple.

Un design discret

Alors que l’iPhone XS se veut ressembler à un bijou, l’iPhone XR se veut quant à lui un peu plus discret, mais pas moins élégant pour autant. On retrouve les deux faces vitrées assemblées par une tranche en aluminium « de qualité aérospatiale » (pour reprendre les termes marketing d’Apple), mais surtout un design tout en rondeurs pensé pour caresser la main. Il n’y a rien d’innovant, mais il faut admettre qu’Apple sait soigner l’esthétique de ses produits pour que rien ne dépasse.

Et puisque l’on parle de dépasser, précisons qu’avec ses dimensions de 150,9 x 75,7 x 8,3 mm, l’iPhone XR se situe entre les XS et XS Max. Et malgré ses bordures plus épaisses que ses prestigieux cousins, il reste plus petit qu’un Galaxy S9+ — dont l’écran ne fait que 0,1″ de plus –, ou encore moins haut qu’un Huawei P20 Pro, dont l’écran est pourtant plus petit.

Il faut avouer pourtant qu’entre cette encoche vraiment large et ce cadre noir profond qui entoure tout l’écran, aussi bien en haut et en bas qu’à gauche et à droite, l’iPhone XR possède un design bien à lui qui ne fait pas forcément honneur à sa gamme de prix. C’est là le genre d’artifice que l’on pensait réservé aux smartphones premier prix. Si c’est relativement discret sur le modèle noir, les modèles colorés en revanche marquent une rupture nette entre la façade arrière rouge, bleue, jaune, orange ou blanche et ce contour avant très sombre. Cela ne plaira clairement pas à tout le monde.

À l’arrière, le double module photo agencé à la verticale du modèle XS cède sa place à un petit module circulaire souligné du flash. C’est propre, discret, mais encore très protubérant, rendant l’ensemble instable en plus d’être glissant en raison des matériaux choisis.

Les boutons sont quant à eux bien positionnés et sont facilement accessibles à une main. Seul le switch pour passer en mode silencieux est un peu plus haut, mais son utilisation n’est pas assez fréquente pour que ce soit gênant.

Bref, l’iPhone XR n’est clairement pas aussi sexy que le XS, mais son design n’est pas négligé pour autant. Il reste soigné et ergonomique, c’est l’essentiel.

La magie du « Liquid Retina »

Lors de l’annonce de l’iPhone XR, on a pu se montrer moqueur envers Apple et son nouveau terme « Liquid Retina » qui permet de dissimuler sous un nom alambiqué le fait qu’il s’agit d’une dalle LCD qui n’est même pas Full HD. Sur le papier, c’est le genre d’écran que l’on attendrait sur un smartphone à 200 euros, et encore, ou sur un flagship de 2013. Dans les faits, c’est un peu plus compliqué que cela…

Si l’on compare côte à côte avec un écran Full HD ou WQHD, on peut effectivement noter quelques contours un peu plus crénelés par-ci par-là et un contraste moins prononcé que sur de l’OLED. Pour autant, pris seul, l’écran de l’iPhone XR fait du bon boulot et le calibrage aux petits oignons d’Apple prouve une nouvelle fois qu’un retard technique peut être contrebalancé.

On retrouve sous notre sonde de très bonnes mesures avec une excellente luminosité maximale de 578 cd/m², largement suffisante pour lire l’écran même en plein soleil, surtout que son traitement ne laisse pas beaucoup de place aux reflets. Son contraste de 1328:1 est également bon, même si l’on a déjà vu mieux sur de l’IPS. En comparaison à l’OLED de l’iPhone XS, c’est une mesure qui fait pale figure, mais qui reste tout à fait correcte.

À l’inverse, sa luminosité minimale de 2 cd/m² promet de ne pas vous cramer la rétine lorsque vous allumez votre smartphone en pleine nuit.

Pour ce qui est de la température des couleurs, on retrouve le même calibrage natif que sur l’iPhone XS avec une température très chaude, autour de 5400 K en mode True Tone dans le noir. C’est en dessous des 6500 K attendus pour un point blanc parfait, avec un delta assez élevé. Un passage dans les réglages pour désactiver cette option redonne un peu de vivacité aux bleus et ainsi s’adapter aux goûts de chacun. Le spectre colorimétrique est également moins grand que sur l’iPhone XS.

Clairement, les deux smartphones ne jouent pas dans la même cour, mais l’iPhone XR n’a pas à rougir pour autant. Pour un IPS, il arrive très bien à cacher l’encoche par exemple dans son fond d’écran sombre, ce qui est assez rare en dehors des dalles OLED. Si l’on voit la différence lorsque les deux écrans sont côté à côté, seuls les yeux les plus aguerris pourront voir les défauts de cet écran, et encore.

Encore et toujours iOS 12

Comme pour l’iPhone XS, l’iPhone XR tourne sous iOS 12 (12.1.1 même). Je vous invite donc à lire notre test de l’iPhone XS où j’ai déjà partagé mon expérience avec cette partie logicielle.

Pour résumé, il faut oublier avec iOS la navigation que l’on peut avoir sur Android. Tout est différent, et il faut se laisser porter par l’ergonomie imaginée par Apple. Dans les premiers temps, c’est déroutant, parfois frustrant, mais dans l’ensemble le système est bien optimisé, très fluide et surprenant… dans le bon sens du terme.

Même après plusieurs mois, il reste toujours quelques frustrations, quelques bugs, quelques aberrations qu’on espère sur la liste de corrections pour iOS 13, mais on s’y fait, on s’adapte et on accepte pour profiter des nombreux petits ajouts bien pensés.

La même que l’iPhone XS

Tout comme l’iPhone XS, le XR embarque un SoC A12 Bionic. La seule différence se situe au niveau de la mémoire vive : 3 Go de RAM au lieu de 4. Au quotidien, cela ne se ressent pas particulièrement et la fluidité est clairement au rendez-vous, même en sautant d’une application gourmande à l’autre.

Cela se ressent dans les benchmarks, puisque les deux téléphones obtiennent des résultats très proches. Cela représente un gain substantiel par rapport à la génération précédente, mais aussi sur certains points par rapport aux meilleurs smartphones sous Android.

 iPhone XRiPhone XSiPhone XHuawei Mate 20 ProOnePlus 6
AnTuTu 7322 099322 818231 721300 614267 316
3DMark Slingshot Exreme3 5903 6322 6434 2204 668
Geekbench 4 Single-Core4 7704 8084 2593 3302 390
Geekbench 4 Multi-Core11 36611 58110 3739 8189 000
Geekbench 4 Compute21 356 (Metal)20 968 (Metal)15 380 (Metal)ncnc
GFXBench Manhattan 1080p (onscreen / offscreen)60 / 111 fps60 / 116 fpsnc / 90 fps59 / 78 fps58 / 71 fps
GFXBench T-Rex 1080p (onscreen / offscreen)60 / 254 fps60 / 265 fpsnc / 164 fps60 / 118 fps60 / 148 fps

Sans surprise, même les jeux les plus gourmands de l’App Store tournent sans sourciller. Arena of Valor oscille entre 60 et 61 fps au plus fort de l’action tandis qu’on peut faire TOP1 sur Fortnite sans subir le moindre ralentissement.

Autant dire que l’iPhone XR n’a rien à envier sur ce point à l’iPhone XS.

 

Un capteur unique, mais de qualité

La plus grosse différence entre l’iPhone XR et le XS en dehors de l’écran, c’est certainement son module photo. Il n’est soutenu cette fois-ci que par un seul capteur de 12 Mégapixels au lieu de deux, couplé à une optique ouvrant à f/1.8. On perd donc le zoom x2 offert par le second objectif de l’iPhone XS (f/2.4 pour sa part).

Aucune surprise donc de voir que l’appareil photo de l’iPhone XR obtient d’aussi bons résultats que celui de son cousin ultra premium. Plus encore, il a l’avantage de pouvoir s’utiliser sans même réfléchir. Pointez, cadrez, appuyez, et vous obtiendrez une belle photo dans quasi toutes les conditions.

Qu’il fasse beau, que la lumière vienne à manquer, ou que vous essayiez de capturer une cible mouvante, le résultat est toujours exploitable. Les couleurs sont agréables et généralement justes, la luminosité est bien gérée et les cibles sont bien figées, bref, le rendu global est très bon.

On remarquera cependant un léger manque de finesse de l’image, notamment à grande distance, et une difficulté à gérer les couleurs à contre-jour, mais c’est là une pratique que peu de smartphones peuvent se vanter de maîtriser.

De nuit, le résultat est plutôt propre, notamment en ce qui concerne la gestion des lumières et des couleurs, des points souvent négligés sur smartphone. Pour ce qui est de la netteté, on n’est pas au niveau du mode nuit du Pixel 3 et on remarque en zoomant dans l’image quelques bavures.

Tout comme sur le Pixel 3, le mode portrait fonctionne ici très bien avec un seul capteur, mais le flou d’arrière-plan reste plus léger et met donc moins en valeur le sujet. On notera également quelques petits défauts de détourage ici et là, même sur des fonds relativement simples à isoler. Par ailleurs, comme l’iPhone XR ne peut pas se reposer sur un second capteur pour déterminer quel est le sujet, il utilise pour cela une IA de reconnaissance faciale. Le problème de ce système est que le mode portrait ne fonctionne que sur des humains.

En façade, le résultat du capteur avant est très bon aussi dans l’ensemble, avec un bon piqué d’image permettant de compter les poils de barbe sur un selfie dans de bonnes conditions. Une nouvelle fois, le mode portrait est un peu agressif sur le flou et a tendance à se rater sur certaines chevelures un peu denses. Dans des environnements plus sombres, le bruit apparaît et les poils deviennent plus flous, mais l’ensemble reste dans la moyenne haute des meilleurs smartphones actuels.

Un haut-parleur stéréo en retrait

Tout comme l’iPhone XS, l’iPhone XR ne dispose pas de prise jack et n’est pas commercialisé avec un adaptateur Lightning vers jack 3,5 mm. La qualité en Bluetooth dépendra quant à elle essentiellement du DAC intégré dans l’appareil appairé et non de l’iPhone lui-même.

Apple conserve son agencement stéréo pour les haut-parleurs, avec l’un d’eux sur la tranche inférieure du téléphone (sur la partie droite, les orifices à gauche n’étant là que pour une question de symétrie), et le second dans l’encoche, identique à celui utilisé pour les appels. La balance entre les deux est correcte, mais le son n’est pas particulièrement impressionnant en termes de puissance, ni particulièrement bien calibré. On note notamment des distorsions aux extrémités du spectre et un manque de basses.

Une excellente autonomie

Alors que l’autonomie est le talon d’Achille du Pixel 3, l’iPhone XR en fait au contraire l’un de ses points forts. Il arrive ici à surpasser l’iPhone XS grâce à son accumulateur de 2942 mAh, soit environ 300 mAh de plus que son cousin.

Nous n’avons pas de protocole automatisé pour iOS, mais même avec une utilisation assez poussée du téléphone, tenir une journée et demie n’est pas un défi. Si vous avez une utilisation assez légère (en dessous de 3 heures d’écran par jour environ), vous pourrez pousser jusqu’à deux jours entre chaque recharge à la sortie du carton. Appels, vidéo, jeu, appareil photo… même une utilisation mixte et gourmande permet d’utiliser l’écran jusqu’à 6h30 environ au cours de la journée.

Attention tout de même à la capture vidéo qui est particulièrement énergivore.

Malheureusement, il est toujours fourni avec son chargeur (lent) 5 W et il faudra passer à nouveau à la caisse pour obtenir un chargeur plus rapide. Pour un produit premium, c’est une honte.

Prix, date de sortie et revendeurs

L’iPhone XR est disponible depuis octobre 2018 au prix de 855,28 euros pour la version 64 Go, 917,68 euros pour la version 128 Go et 1027,68 euros pour la version 256 Go.

Il est possible de le trouver à des prix très légèrement plus avantageux chez certains revendeurs, mais la différence de prix n’est jamais très grande, comme sur tous les produits Apple. Chez Amazon, on peut par exemple trouver le modèle 64 Go à 849 euros et le modèle 128 Go à 899 euros.

Son principal concurrent est bien évidemment le Pixel 3 sur Android, mais aussi l’iPhone X, que l’on trouve encore chez certains revendeurs (à 900 euros chez Amazon par exemple).

Test Apple iPhone XR Le verdict

design
8
Un peu moins joli que l'iPhone XS, moins "précieux" dans l'âme, notamment en raison de ses grosses bordures, l'iPhone XR reste un produit très bien fini, ergonomique et agréable en main. Sa touche de couleur lui donne également un look plutôt sympa.
écran
8
Sans être aussi bon que sur un XS ou un Pixel 3, l'écran de l'iPhone XR est d'une qualité étonnante au vu de ses caractéristiques techniques. On en rigolait en lisant la fiche technique, mais il faut avouer qu'il ne démérite pas une fois qu'on l'a devant les yeux.
performances
10
Tout comme l'iPhone XS, l'iPhone XR est une bête de course, et ce n'est pas son Go de RAM en moins qui fait la différence. Clairement l'un des meilleurs smartphones pour jouer.
logiciel
8
La partie logicielle est très difficile à noter et dépendra beaucoup de l'utilisateur. Toujours à jour, iOS est néanmoins déroutant, à la fois agréable et frustrant sur certains points.
caméra
9
Ce que fait l'iPhone XR avec une seule caméra est presque aussi impressionnant que le travail effectué par le Pixel 3. Les deux appareils sont clairement en concurrence et font de l'excellent travail.
autonomie
8
Encore meilleur que l'iPhone XS, l'iPhone XR tient d'une journée et demi à deux jours suivant les utilisations. Malheureusement, à ce prix, on s'attendrait à trouver un chargeur rapide dans la boite.
Note finale du test 9/10
Avec un prix de vente fixé 300 euros plus bas que celui de l'iPhone XS, l'iPhone XR joue sur le segment du premium "abordable" (comprenez : à moins de 1000 euros), aux côtés du Pixel 3 de Google. Les deux partagent de nombreuses similitudes, à commencer par un unique capteur photo qui arrive à faire blêmir toute la concurrence, une interface logicielle épurée et bien intégrée ou encore des bordures un peu épaisses.

Il est également l'exemple parfait du téléphone pour lequel il ne faut pas s'arrêter à la fiche technique. Si son écran peut paraître risible sur le papier, il est en réalité de bonne facture et même impressionnant pour un LCD, avec des noirs profonds capables de dissimuler la grosse encoche du téléphone.

Aux alentours de 850 euros, il se positionne comme l'un des meilleurs smartphones de sa tranche tarifaire, mais il arrive surtout à être le meilleur rapport qualité/prix du catalogue d'Apple.
  • Points positifs
    • Très agréable en main
    • Des noirs profonds pour un écran LCD
    • L'un des plus puissants smartphones du marché
    • Très bonne qualité photo
    • Très bonne autonomie
  • Points négatifs
    • Des bordures un peu grosses et très visibles sur les modèles de couleur
    • Mode portrait tronqué
    • Il faut aimer iOS