Asus a présenté l’ordinateur portable « le plus rapide du monde » lors de l’IFA 2019 à Berlin : l’Asus ProArt Studiobook One. Nous avons pu rapidement le découvrir et celui-ci a l’air très prometteur.

À l’IFA 2019, Asus a présenté beaucoup de produits, et ceci est un euphémisme. Au ROG Phone 2, s’ajoutent les nouveaux PC gamers de la marque et l’ordinateur portable le plus rapide du monde, rien que ça. Il s’agit de l’Asus ProArt StudioBook One.

La gamme ProArt a toujours été dédiée essentiellement à des utilisations professionnelles. Ce nouveau modèle de la famille n’y fait pas exception. Et au vu de sa fiche technique, on imagine bien qu’un particulier aux usages traditionnels n’exploiterait qu’une infime partie du potentiel de la bête.

Le ProArt StudioBook One est le fruit d’un partenariat entre Asus et Nvidia et s’inscrit donc dans le programme RTX Studio qui vise à fournir les mêmes performances sur portable que sur fixe. Dans cette optique, il se dote d’une très alléchante Quadro RTX 6000 qui garantit d’excellents rendus graphiques.

C’est la carte graphique la plus puissante de Nvidia et le ProArt StudioBook One est le premier PC portable à l’intégrer. Il l’associe à un Intel Core i9 de neuvième génération cadencé à 2,4 GHz (avec Turbo Boost jusqu’à 5 GHz).

Sobre, mais pas trop

Dans les allées de l’IFA 2019, on a eu la chance de croiser l’appareil. Au premier abord, l’appareil ne semble pas vraiment se démarquer d’un ordinateur portable classique. Par exemple, les dimensions du produit sont relativement modérées : 364,5 x 245 x 24,2 cm. On n’a pas affaire à un objet monstrueusement gros contrairement à ce que l’on aurait pu penser.

Aussi, le ProArt Studio One adopte un style bien moins bling-bling que les produits ROG d’Asus, le public visé n’étant pas le même. Personnellement, j’apprécie beaucoup cette sobriété après avoir croisé bon nombre d’ordinateurs très puissants, mais pas du tout passe-partout. Le poids conséquent de l’ordinateur, 2,9 kg, vient tout de même rappeler que c’est une machine de guerre. Bien que portable, le PC pèsera assez lourd dans le sac à dos.

En faisant un peu le tour du propriétaire, on remarque quelques particularités sur ce ProArt StudioBook. Quand on déplie le PC, le dos de l’écran s’ouvre vers le bas tel un évent pour permettre une meilleure dissipation de la chaleur.

Un dos (un peu) décapotable

En outre, l’ordinateur est bien moins épais au niveau de son châssis que de son écran. C’est un design assez particulier, mais pas vraiment déplaisant.

Quelques concessions

Deux concessions faites par le ProArt Studio One viennent surprendre l’observateur assidu. La première, c’est qu’il ne s’équipe pas d’un ScreenPad. Son trackpad est ultra classique et cela s’explique en partie par le fait qu’Asus ne voulait pas d’un appareil trop épais. Or, en ajoutant un petit écran au châssis, le PC aurait gagné en largeur.

La seconde, c’est le choix d’un écran LCD et non OLED. Ici, c’est tout simplement une histoire de coût de production. Le ProArt Studio One est déjà très cher, il l’aurait été davantage avec une dalle OLED.

Précisons d’ailleurs que l’écran profite d’une diagonale de 15,6 pouces avec une définition 4K UHD. Il est aussi certifié Adobe et Pantone.

Pour le reste des caractéristiques à retenir, il faut savoir que l’espace de stockage est de 1 To avec 32 Go de RAM DDR4. Il tourne évidemment sous Windows 10 et pour la connectique, on peut compter sur quatre ports USB-C.

Sur le papier, le ProArt Studio One est un bijou de technologie et il ouvre la voie pour des performances graphiques toujours plus poussées sur les ordinateurs portables. Cependant, il est annoncé au prix de 9999 euros pour une sortie au premier trimestre de 2020.

Autrement dit, s’il vous fait envie, vous devrez soit convaincre votre entreprise de changer son parc de PC portables, soit devenir très riche.