Huawei : même le dollar américain lui mettrait des bâtons dans les roues

Il reste le yuan et l'euro...

 

Des législateurs américains aimeraient interdire l'accès de Huawei à certaines banques et institutions financières américaines. De cette manière, les transactions internationales en dollars américains de la firme chinoise pourraient être affectées et lui mettre encore plus de bâtons dans les roues.

L’embargo infligé par les États-Unis à l’encontre de Huawei empêche déjà le constructeur chinois de collaborer avec des entreprises américaines comme Google. Cela prive notamment ses smartphones des services du géant de Mountain View et même du Play Store. Dans le cadre de cette sanction, Washington pourrait éventuellement aller encore plus loin.

La liste noire « ne suffit pas »

Comme l’indique Reuters, deux sénateurs et un élu à la Chambre des représentants aimeraient carrément empêcher Huawei d’avoir accès à des banques américaines pour réaliser des transactions importantes. Ils souhaitent faire passer une loi, et si celle-ci est adoptée, la firme chinoise pourrait rencontrer plusieurs difficultés à effectuer des paiements ou à en recevoir, puisqu’un bon nombre d’échanges commerciaux se font en dollars américains. Or, de manière logique, une bonne partie des transactions réalisées avec cette devise transitent par des banques et institutions financières du pays de l’Oncle Sam.

« Il est temps que l’administration Trump prenne des mesures rapides et efficaces pour empêcher Huawei d’accéder au système financier américain », a ainsi déclaré le sénateur démocrate Charles Schumer qui soutient ce projet de loi. L’élu républicain à la Chambre des représentants, Mike Gallagher, ajoute pour sa part que « la liste noire [sur laquelle a été inscrit Huawei ; nldr] ne suffit pas ».

Huawei tient encore debout

En effet, bien que mis à mal par l’embargo américain, Huawei tient encore debout et prépare même ses alternatives en travaillant sur ses Huawei Mobile Services et sur son magasin d’applications AppGallery qu’il compte bien faire grossir face au Play Store et à l’App Store. La marque a aussi ouvert une boutique flambant neuve à Paris pour bien faire comprendre qu’elle ne compte pas se laisser enterrer trop rapidement.

Pour aller plus loin
Comment Huawei gère la crise

Dans le même temps, les États-Unis continuent d’accuser Huawei de vouloir exploiter ses infrastructures 5G pour espionner les citoyens outre-Atlantique. Il faut aussi savoir que Washington mène une guerre commerciale contre la Chine et que son objectif est évidemment d’avoir des moyens de pression pour faire pencher les négociations en sa faveur. C’est dans cette optique que l’administration du président Donald Trump réfléchirait même à gêner les échanges entre Huawei et TSMC, le fabricant des puces Kirin qui propulsent les smartphones de la marque. Il s’agirait là d’un vrai coup dur.

En attendant, le sursis accordé aux entreprises américaines pour se débarrasser des logiciels et services fournis par Huawei a été renouvelé jusqu’au 15 mai prochain. On notera aussi l’annonce très prochaine des Huawei P40 et P40 Pro même si la préparation de l’événement est perturbée par la propagation coronavirus.

Les derniers articles