La stratégie tarifaire imprévisible de Tesla frappe encore

Tesla, maître des prix

 

Tesla, précurseur américain des voitures électriques, a récemment, et de nouveau, baissé les prix de ses modèles aux États-Unis, mais cette baisse n'a pas encore été répercutée en Europe, ni en France. Cette situation soulève des questions quant à l'impact d'une nouvelle baisse des prix sur les ventes et les concurrents.

Source : Cam Bradford sur Unsplash

L’actu en bref

  • Tesla réduit les prix aux États-Unis pour les Model S, X, 3 et Y, témoignant de la volatilité de sa stratégie tarifaire.
  • Aucune indication sur une extension de ces baisses de prix à d’autres régions du monde, y compris l’Europe et la France.
  • Les concurrents comme Citroën, Lucid, VinFast, Toyota et Ford commencent à réduire leurs prix pour certains modèles électriques, même si ces baisses restent limitées.

Cette semaine, début avril 2023, Tesla a encore baissé les prix de ses quatre modèles — Model S, Model X, Model 3 et Model Y — aux États-Unis. Tesla a déjà ajusté ses prix à plusieurs reprises en 2023, ce qui témoigne de la volatilité de sa stratégie tarifaire.

De nouvelles baisses de prix aux États-Unis

La Model 3 voit son prix réduit de 1 000 dollars pour les deux versions, tandis que le Model Y bénéficie d’une diminution de 2 000 dollars. Les baisses sont encore plus importantes pour les Model X et S, avec une réduction de 5 000 dollars sur le prix affiché de ces véhicules. C’est également le cas au Canada, mais seulement sur les modèles haut de gamme.

Ainsi, aux États-Unis, les Tesla s’affichent à des tarifs plus intéressants que ceux pratiqués en France. Mais attention, c’est sans la TVA. Prenez l’exemple de cette Model 3 Propulsion, capture d’écran ci-dessous, à 41 990 dollars HT, contre 44 990 euros TTC en France. Il est toutefois délicat de comparer les prix entre deux régions où les taxes et autres aides ne sont pas semblables. Ce qu’il faut retenir, c’est que le prix de vente hors taxes par le constructeur est plus intéressant en France qu’aux États-Unis. Dit autrement, Tesla vend moins cher, comptablement, ses voitures ici qu’aux États-Unis.

Exemple avec la Model 3 Propulsion

Ainsi, les consommateurs européens et français n’ont pas encore eu droit à cette nouvelle baisse de prix, depuis celle de janvier dernier. Ni à la nouvelle baisse de prix, ni au nouveau Model Y, avec une transmission intégrale et deux moteurs.

Il n’y a actuellement aucune indication que ces baisses de prix soient étendues à d’autres régions du monde. Cependant, avec Tesla, tout est possible. La stratégie tarifaire de l’entreprise est notoirement imprévisible, et il est donc difficile de prévoir si et quand ces réductions de prix pourraient être appliquées ailleurs.

Une stratégie payante, mais jusqu’à quand ?

Au premier trimestre, Tesla a enregistré d’excellentes performances de ventes en Europe, avec le Model Y prenant la première place des voitures électriques en France et dans de nombreux pays européens. Une nouvelle baisse des prix pourrait accentuer l’avance de Tesla sur le marché européen, mettant ainsi une pression supplémentaire sur les autres constructeurs automobiles.

Cependant, cette nouvelle baisse des prix pourrait avoir des conséquences pour les actionnaires de Tesla. En effet, des marges plus faibles pourraient entraîner une baisse des bénéfices, ce qui inciterait potentiellement les actionnaires à réagir. La valeur de Tesla baisserait potentiellement, ce qui réduirait sa capacité d’investissement.

Les concurrents cherchent à emboîter le pas sur cette tendance

Citroën, LucidVinFastToyota et Ford ont récemment annoncé des baisses de prix pour certains de leurs modèles de voitures électriques. Toutefois, il convient de ne pas trop s’emballer face à ces annonces, car elles ne concernent qu’un nombre limité de modèles, et parfois même une seule finition. Malgré cela, il s’agit d’un premier pas encourageant vers une démocratisation des voitures électriques. Cette tendance à la baisse des prix est essentielle pour attirer de nouveaux consommateurs vers la mobilité électrique et contribuer à la transition vers l’électrique.

En revanche, Renault a choisi de faire grimper le tarif de base de sa Mégane E-Tech en supprimant la version la moins chère. De son côté, Volkswagen ne veut pas rendre sa gamme actuelle moins coûteuse, mais prépare des modèles plus abordables comme l’ID.2.


Chaque matin, WhatsApp s’anime avec les dernières nouvelles tech. Rejoignez notre canal Frandroid pour ne rien manquer !