Les États-Unis ont une nouvelle fois retardé l’interdiction pour les entreprises américaines de faire des affaires avec Huawei. Ce qui peut paraître comme une bouffée d’oxygène est cependant une menace importante pour les futurs Huawei P40 et P40 Pro.

Photo par Claudio Schwarz sur Unsplash

Le 19 mai 2019, Donald Trump prenait la décision de bannir Huawei. Le décret signé par Donald Trump a été pris en application de la loi « International Emergency Economic Powers« , qui donne au président américain le pouvoir de réglementer le commerce en réponse à une situation d’urgence nationale menaçant les États-Unis. Ce décret revient à interdire aux groupes américains de faire affaire avec le chinois Huawei Technologies et ses 100 filiales.

6 mois d’incertitude

Cela fait 6 mois que le groupe Huawei Technologies est au coeur d’une bataille commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. 6 mois que l’avenir des produits Huawei tels que nous les connaissons est suspendu aux lèvres du dirigeant d’une des deux plus grandes puissances économique au monde.

Concrètement, le veto américain n’a jamais été appliqué. Les États-Unis viennent d’accorder une troisième trêve consécutive à Huawei qui permet aux entreprises américaines de travailler avec Huawei sous certaines conditions.

Ce sursis de 90 jours permet à Huawei de continuer à envoyer des mises à jour sur les appareils déjà commercialisés et à entretenir les réseaux et équipements existants. Les Etats-Unis n’ont pas le choix, de nombreuses entreprises américaines dont de petits opérateurs locaux tels que Eastern Oregon Telecom (4 000 clients dans des petites communautés et des exploitations isolées) auraient de graves problèmes de fonctionnement si le veto était appliqué.

Huawei Mate 30 Pro

La situation est cependant tendue dans des divisions comme Huawei Mobile, le Mate 30 Pro est le premier smartphone de Huawei qui n’intègre pas les applications et services Google. De plus, pour le moment, les futurs smartphones — Huawei P40 et P40 Pro — n’ont pour le moment pas plus d’avenir que les Mate 30 et Mate 30 Pro. La troisième trêve actuelle se terminera le 19 février 2020, la période où seront annoncés les futurs smartphones de Huawei. L’avenir est donc incertain pour les P40 et P40 Pro, qui pourraient arriver en France sans les services Google, sans YouTube, ni Netflix, ni Facebook et WhatsApp.

Huawei a annoncé son OS, HarmonyOS, pour le moment uniquement sur des TV vendues en Chine. Cependant, en Europe, en Amérique, en Afrique, en Inde… Il n’existe pas, pour le moment, d’alternatives viables à l’écosystème Android de Google.

Il peut se passer beaucoup de choses

Heureusement, il peut se passer beaucoup de choses d’ici là. Les Etats-Unis et la Chine peuvent trouver un accord commercial, et c’est en bonne voie. Le 11 octobre dernier, Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis et la Chine étaient parvenus à un accord commercial partiel « très important », qui inclut notamment la suspension d’une hausse programmée des tarifs de douanes sur les importations chinoises. Mais ce qu’une première phase, les sujets de contentieux sont très nombreux entre les deux pays. La guerre commerciale déclenchée par Donald Trump depuis maintenant plus de dix-huit mois fait sentir ses effets sur l’ensemble de l’économie mondiale.

L’avenir des Huawei P40 et P40 Pro pourrait également être plus favorable si le département du Commerce américain accorde une licence à Google pour continuer à faire affaire avec Huawei. Le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross, a déclaré en juillet que les États-Unis commenceraient à délivrer ces licences au cas par cas « là où il n’y a aucune menace pour la sécurité nationale des États-Unis« .

Pour le moment, Huawei fait de la résistance. Les appareils Huawei actuels sont encore au goût du jour et intègrent les services de Google. Il reste à voir combien de temps la stratégie commerciale de Huawei fonctionnera. Les modèles actuels certifiés Google vont vieillir et l’avenir reste incertain.