L’App Store ne sera plus seul sur iOS : Apple accepte son sort scellé par l’UE

 

Les derniers résultats financiers d'Apple communiqués aux autorités américaines révèlent que l'entreprise a accepté les obligations de l'Union européenne. Elle travaille activement à l'ouverture aux magasins d'applications alternatifs à l'App Store.

Source : Mariia Shalabaieva sur Unsplash

En 2024, les grandes entreprises du numérique présentes sur le sol européen vont devoir répondre à une nouvelle législation : le Digital Markets Act (DMA). Parmi elles, Apple, à cause d’iOS, le système d’exploitation des iPhone. Ce qui signifie des changements importants : l’App Store ne pourra plus être le seul magasin d’applications disponible. Apple semble avoir accepté son sort et travaille à des changements.

Apple contraint d’effectuer des changements : l’App Store ne sera plus le seul

Début novembre, Apple a publié ses résultats financiers du troisième trimestre 2023. L’occasion d’en apprendre sur l’état financier de l’entreprise, mais aussi de ses projets actuels. Comme l’a aperçu TechCrunch, c’est dans le formulaire 10-K envoyé à la SEC (l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers) qu’on apprend les changements qui vont arriver à l’App Store.

Un rapport financier d’Apple // Source : Frandroid

Apple écrit qu’« en réponse à la concurrence, aux conditions de marché et aux exigences légales et réglementaires », elle a apporté des modifications à l’App Store. La société reconnaît qu’il va en être de même d’ici à mars 2024 à cause du Digital Markets Act. Parmi eux, il y a « la manière dont les développeurs communiquent avec les consommateurs en dehors de l’App Store en ce qui concerne les mécanismes d’achat alternatifs. » On apprend que le prix facturé par Apple aux développeurs pour l’accès à ces plateformes pourrait changer, mais on ne sait pas dans quel sens.

Source : Chloé Pertuis – Frandroid

La société tente de prévoir ce que cela pourrait changer à ses finances, comme c’est son obligation vis-à-vis de ses investisseurs. Elle exprime quelques inquiétudes : « cela pourrait réduire le nombre de ventes, et la commission que la société perçoit sur ces ventes diminuerait. » De quoi impacter négativement ses résultats d’exploitation. Autre inquiétude exprimée par Apple : les enquêtes en Europe concernant les conditions générales de l’App Store. Si sanctions judiciaires il y a, Apple pourrait se voir infliger de lourdes amendes, tout en étant obligée de changer lesdites conditions.

Google, Microsoft ou encore Epic Games s’apprêtent à débarquer sur iOS

C’est là que les entreprises qui veulent leur propre magasin d’applications se frottent les mains et se préparent. Microsoft prépare activement et officiellement un magasin d’applications Xbox sur iPhone. Ce « Xbox Store » profitera du rachat d’Actvision-Blizzard par Microsoft avec tout son catalogue. La force de cette boutique pourrait être les exclusivités qui seraient présentes. Cela pourrait aussi permettre de proposer le Xbox Game Pass Ultimate sur iPhone sans devoir utiliser un navigateur web, comme c’est le cas aujourd’hui.

Epic Games aussi a un intérêt à arriver sur iOS, avec son Epic Games Store. Depuis plus de trois ans, Tim Sweeney et ses équipes veulent leur boutique sur les iPhone. Avec l’affaire les opposant à Apple dans le cas de Fortnite et des commissions d’Apple sur les micro-transactions, c’est la guerre entre les deux entreprises. Mais le PDG d’Epic Games s’est dit confiant en début d’année : l’Epic Games Store arrivera un jour. S’il avait prédit que cela arriverait en 2023, tout porte à croire que cela sera finalement pour 2024.

Caricature d'Apple sur Fortnite
La caricature d’Apple à la sauce Fortnite // Source : Epic Games

De son côté, Google préparerait un Chrome un peu différent depuis près d’un an. Celui-ci ne s’appuierait pas sur WebKit, le moteur de rendu imposé par Apple pour iOS. Une coercition très critiquée puisque certains pensent que cela limite les performances des navigateurs et que cela rendrait ces derniers semblables entre eux. Avec l’ouverture des magasins d’applications, Google pourrait en profiter pour lancer son nouveau Chrome.

Apple pourra-t-il faire face à la concurrence ?

Face à cela, comment Apple pourrait réagir avec son App Store ? Un rapport aux clients de Morgan Stanley par les analystes de la banque confirment les changements à venir. Pour eux, « Apple est bien placé pour faire face à la concurrence si ces changements ont lieu, en raison de la sécurité, de la centralisation et de la commodité de l’App Store, ce qui limite l’expérience potentielle de l’utilisateur et/ou l’impact sur les pertes et les profits. »

Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Pour l’instant, la communication d’Apple autour des magasins d’applications alternatifs est nulle. L’entreprise ne les a mentionnés ni lors de la WWDC 2023, ni lors de sa keynote de rentrée. La seule mention du sujet était lors d’un podcast en marge de la WWDC avec Craig Federighi, responsable logiciel chez Apple. Il a simplement déclaré que « Nous voulons nous assurer que tout ce que nous faisons est bon pour nos clients et la sécurité de nos clients. » La stratégie qu’elle pourrait adopter est tout simplement de ne pas en parler, ou alors de minimiser l’importance de leur arrivée.

Les conséquences du Digital Markets Act pour Apple et iOS

En mars 2024, Apple sera soumise à de nouvelles obligations. En effet, l’entreprise a été désignée comme un « contrôleur d’accès » : c’est-à-dire qu’elle est considérée comme très puissante sur le marché du numérique et qu’elle doit rentrer dans des clous plus serrés pour garantir une concurrence saine.

Ce qui fait qu’elle devra répondre à de nouvelles obligations en plus des magasins d’applications alternatifs. Parmi elles, il y a le fait qu’iOS devra permettre de désinstaller les applications préinstallées d’Apple. Dans le même genre, Apple devra autoriser les applications à proposer leurs formules d’abonnement en dehors de l’App Store. De plus, Apple Pay ne devra plus être la seule solution pour payer avec son iPhone. Concernant Apple Pay, l’entreprise l’assume également dans son dernier rapport financier : elle doit travailler à des mécanismes d’achat alternatifs.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).