Test du Google Pixel 6 : l’excellent téléphone à tout faire

Pixel perfect

Points positifs du Google Pixel 6
  • Les photos exceptionnelles à ce prix
  • Une très bonne homogénéité
  • Une très bonne fluidité au quotidien
  • Une excellente autonomie sur des usages modérés
  • Son rapport qualité-prix incroyable
Points négatifs du Google Pixel 6
  • Le son un peu faible
  • Le poids un peu élevé
  • Certains points d'Android 12
  • La charge pourrait être plus rapide
 

Google lance le Pixel 6, un flagship à prix réduit. Mais quelles sont les concessions qui tirent le prix vers le bas ? Réponse dans ce test complet.

Test du Google Pixel 6

Test du Google Pixel 6 // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Après plusieurs années à chercher sa voie, Google lance finalement avec les Pixel 6 un nouveau porte-étendard d’Android voulant rivaliser avec les meilleurs smartphones du marché. Étonnamment par contre, leur prix est relativement contenu pour cette gamme de produits. Avec un prix de départ de 649 euros, le Pixel 6 a-t-il vraiment fait beaucoup de compromis ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Ce test a été réalisé avec un Pixel 6 qui a été offert à la rédaction par Google.

Google Pixel 6Fiche technique

Modèle Google Pixel 6
Version de l'OS Android 12
Interface constructeur Android Stock
Taille d'écran 6.4 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 411 ppp
Technologie OLED
SoC Tensor
Puce Graphique (GPU) Google GPU
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 50 Mpx
Capteur 2 : 12 Mpx
Appareil photo (frontal) 11.1 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@60 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth 5.2
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
5G Oui
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4614 mAh
Dimensions 74,8 x 158,6 x 8,9 mm
Poids 207 grammes
Couleurs Noir, Gris
Indice de réparabilité ?
6,4/10
Prix 549 €
Fiche produit

Google Pixel 6Notre test en vidéo

Google Pixel 6Un design original et massif

Si vous aimez que votre smartphone ne ressemble à aucun autre, le Pixel 6 est peut-être fait pour vous. Avec sa grande bande horizontale protubérante qui enveloppe le dos du téléphone, on reconnait tout de suite le modèle avant même de voir le logo de Google apposé dessus.

Nous ne sommes pas ici pour noter la beauté d’un design, c’est très subjectif et chacun aura ses propres préférences, mais il faut préciser une chose : on s’habitue facilement. À la rédaction de Frandroid, plusieurs personnes étaient plutôt rebutées par le design de cette nouvelle gamme au départ, avant de se laisser séduire peu à peu. Il faut dire que Google nous aide : les finitions sont impeccables.

Google Pixel 6

Google Pixel 6 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Parlons de cette bande accueillant les modules photo justement. Elle n’est finalement pas si proéminente (bien moins que sur le modèle Pro) et ses bords arrondis qui viennent épouser les courbes du téléphone lui donnent vraiment l’impression d’être une continuité de l’appareil et non une excroissance contrainte. De plus, le fait qu’elle traverse la largeur de bord en bord offre une excellente stabilité au Pixel 6 lorsqu’il est posé à plat. Contrairement au Xiaomi Mi 11 Ultra, cette bande proéminente ne rajoute pas pour autant du poids sur le haut du téléphone et ne crée donc pas de déséquilibre lorsqu’on le tient en main.

Le poids est bien réparti, certes, mais il est aussi bien présent. Avec 207 grammes sur la balance et des dimensions de 158,6 x 74,8 x 8,9 mm, il n’est clairement pas ce que l’on peut appeler un smartphone compact. En cela, il contraste vraiment avec le Pixel 5. Il faut aimer les gros gabarits proches des formats XL qu’on a pu voir par le passé. Le format est d’ailleurs assez proche d’un Pixel 4 XL, de même que la sensation en mains avec ses bordures en aluminium à la fois doux et chaud dans la paume et ses angles bien arrondis. En ce sens, il est beaucoup moins agressif en main que le Pixel 6 Pro dont les tranches sont plus émoussées en raison de l’écran incurvé.

Des bordures encore présentes

Sur la face avant du Pixel 6, pas de grande surprise ou de détail fancy, c’est certainement là qu’a été fait le plus gros sacrifice pour tirer le prix vers le bas. Ici, pas d’écran incurvé sur les côtés, l’écran est plat, percé d’une petite bulle centrée en haut. Cela ne dérangera surement pas grand monde, mais l’objectif est très légèrement décentré dans cet orifice. Il faut s’y attarder pour le remarquer, mais pour quelqu’un particulièrement attentif à la symétrie comme votre serviteur, c’est un point qui peut faire grincer des dents.

Google Pixel 6

Google Pixel 6 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Beaucoup s’attarderont plutôt sur les bordures d’écran, assez épaisses et non uniformes (5 mm en haut et en bas, 3 mm à droite et à gauche). À cause de cela, l’aspect premium est beaucoup moins marqué que sur le Pixel 6 Pro.

Notons que le revêtement anti-traces à l’avant est plutôt efficace et que l’écran est protégé par du Gorilla Glass 7 Victus. À l’arrière, c’est du Gorilla Glass 6, attrapant plus facilement les traces de doigt. Cela ne se voit pas trop sur le modèle « gris océan », mais davantage sur le noir.

L’ergonomie pourrait être meilleure

Terminons le tour du propriétaire en signalant le retour d’un véritable haut-parleur d’appels, celui sous l’écran du Pixel 5 n’ayant pas fait ses preuves. Sur la tranche inférieure, on retrouve le port USB-C et le haut-parleur principal, sous l’écran se loge un capteur d’empreintes optique (assez peu réactif il faut l’avouer) et tous les boutons se trouvent sur la tranche droite. On regrette ce placement qui pousse forcément à positionner le bouton ON/OFF un peu haut, ce qui le rend donc un peu difficile d’accès.

Enfin, soulignons la présence d’une certification IP68, garantissant une résistance à l’eau et à la poussière dans une certaine mesure. Celle-ci est souvent absente sur cette gamme de prix pour tirer les tarifs vers le bas.

Google Pixel 6Un très bon écran

Pour l’écran du Pixel 6, Google a opté pour une dalle Amoled de 6,4 pouces en Full HD+ (1 080 x 2 400 pixels), soit une densité de 411 PPP. Le taux de rafraichissement monte pour sa part à 90 Hz pour plus de fluidité, mais à défaut de technologie LTPO, on n’a pas le côté adaptatif du Pixel 6 Pro. Cela influe plutôt sur l’autonomie que sur la qualité d’image, donc nous ne nous attarderons pas dans cette partie.

La qualité d’écran est globalement très bonne. Avec ses 757 cd/m² mesurés par notre sonde, le Pixel 6 est donc lisible même en plein soleil à partir du moment où vous êtes bien en face de l’écran. On reste loin cependant des 1015 cd/m² mesurés sur l’iPhone 13 Pro par exemple, qui permet pour sa part de lire l’écran sans le moindre effort même avec un angle de vision important.

Google Pixel 6

Google Pixel 6 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

La colorimétrie est également très bonne avec un delta E de 2,53 seulement sur l’espace DCI-P3. Il couvre par ailleurs 82 % du spectre DCI-P3 selon notre sonde. On a connu mieux, mais c’est déjà un bon score. À l’œil nu, vous ne devriez donc pas voir de différence par rapport à ce gamut pourtant exigeant.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé l’écran très beau, contrasté et lumineux, mais la luminosité automatique assez peu réactive. Plusieurs fois au cours de ma semaine de test il m’est arrivé de ressentir le besoin de la régler manuellement. C’est là plus un problème logiciel qu’un problème d’écran cependant.

Google Pixel 6Android 12 : c’est beau, mais pas toujours intuitif

Égérie de cette version, les Pixel 6 tournent bien évidemment nativement sous Android 12, avec la mise à jour de sécurité du 5 novembre 2021 (oui, en octobre). On connait Google : les mises à jour de sécurité mensuelles des Pixel sont régulières et garanties cette fois-ci pendant au moins 5 ans. Pour ce qui est des mises à jour majeures de l’OS en revanche, c’est un minimum de 3 ans. Rien ne change donc par rapport aux précédentes générations malgré la présence d’une puce maison. C’est toujours mieux que la concurrence Android néanmoins : Samsung par exemple, pourtant bon élève, ne garantit que 4 ans de mises à jour de sécurité.

Sur Android 12, Google rajoute désormais sa propre interface : Pixel Experience. On y trouve d’excellentes idées, comme la barre de recherche située tout en bas de l’écran, sous le dock d’applications de l’écran d’accueil, la fonction « En écoute » pour proposer un Shazam-like sur l’écran de verrouillage, le double-tap paramétrable à l’arrière du téléphone (pour prendre une capture d’écran, lancer une application ou Google Assistant, mettre en pause le contenu multimédia, etc.) ou encore un mode une main très pratique similaire à celui d’iOS, qui nécessite seulement de glisser son doigt vers le bas sur la barre de navigation.

Google Pixel 6

Google Pixel 6 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Une grande partie de ces fonctionnalités n’est cependant pas activée par défaut et pas vraiment mise en avant. Pour en profiter, il faut aller dans les paramètres, dans la section Système, puis dans la partie « Gestes ». Ce n’est clairement pas pour Monsieur et Madame Tout-Le-Monde… Qui va fouiller dans le menu Système de son téléphone, surtout avec des paramètres aussi austères et parfois mal classés ?

On peut également reprocher à cette mouture quelques bugs disgracieux qui viennent ombrager cette version. On espère que des mises à jour viendront corriger tout cela.

L’intelligence artificielle au cœur d’Android 12

De nouvelles fonctionnalités de machine learning viennent en revanche s’installer bien en vue dans le système pour faciliter la vie sur des cas d’usage bien précis. Lorsqu’une conversation affiche des mots étrangers par exemple, Android vous proposera de traduire les messages en question pour faciliter la discussion. Directement dans le clavier Gboard, vous trouverez également une option Google Translate pour traduire vos propres messages dans la langue de votre choix. Si vous avez un·e correspondant·e à l’étranger, c’est un excellent moyen de faciliter la communication, quelle que soit l’application de messagerie utilisée.

On peut également citer le nouvel algorithme particulièrement efficace permettant de changer la couleur d’accentuation du système en fonction du fond d’écran choisi. Cela donne beaucoup de dynamisme au système et donne une impression de nouveauté plus régulièrement.

Une perte de rapidité

Dans sa démarche de compléter son système, Google a néanmoins perdu de vue la question de la rapidité d’accès à certaines options. Les paramètres rapides deviennent donc plus difficiles à lire, avec des textes tronqués qui défilent. Par ailleurs, certaines tuiles servent à ouvrir une pop-up, comme l’option « Internet » qui ne permet plus directement de couper ou relancer le WiFi, mais ouvre un menu pour sélectionner son réseau. C’est un clic de plus qu’avant pour le même résultat.

Le Power Menu qui permettait d’accéder à ses cartes de paiement NFC et à ses objets connectés domestiques était également une grande idée sur Android 11, mais il n’est plus disponible ici, remplacé par un raccourci vers Google Assistant. Ces options doivent donc se retrouver dans le menu des paramètres rapides, obligeant ainsi à réduire les options disponibles ici et à allonger le nombre de manipulations à réaliser pour changer la luminosité d’une ampoule par exemple.

Un gain de fluidité

Malgré ces gestes en trop, Android 12 arriverait presque à rendre cela plaisant. Entre la fluidité exemplaire du système qui ne connait jamais le moindre hoquet et les animations extrêmement léchées, on se surprend parfois à scroller sans but, ouvrir et fermer le volet de notifications et autres gestes mus uniquement par le plaisir visuel.

L’accessibilité au premier plan

S’il y a un point qui n’est pas enterré au fin fond des paramètres du Pixel 6, c’est l’accessibilité. Bien placé dans les options du téléphone, on retrouve un menu dédié qui propose de nombreuses options pour faciliter l’usage aux personnes souffrant de handicaps. De nombreux menus permettent ainsi d’améliorer la lisibilité du système, de proposer des sous-titres automatiques, la lecture des textes en synthèse vocale, une amplification du son ou encore l’association d’appareils auditifs.

Google Pixel 6Le Google Tensor pour le quotidien

La fluidité exemplaire du Pixel 6 est permise entre autres choses par le nouveau SoC des Pixel 6. Alors que la marque avait pour habitude jusque là de se reposer sur les puces de Qualcomm, cette année diffère avec le Google Tensor. Il s’agit d’une puce gravée en 5 nm, avec un GPU Mali-G78 à 20 cœurs et un CPU à 8 cœurs. Son architecture diffère cependant d’un Snapdragon 888 par exemple.

Les Google Pixel 6 Pro (à gauche) et Pixel 6 (à droite)

Les Google Pixel 6 Pro (à gauche) et Pixel 6 (à droite) // Source : Anthony Wonner – Frandroid

On retrouve les quatre cœurs A55 à très faible consommation, mais au lieu d’avoir 3 cœurs « moyen » A78 et 1 cœur Cortex-X1 pour les performances, Google a opté pour 2 cœurs Cortex-X1 très puissants et 2 cœurs A76 (mais en 5 nm et non en 7 nm comme à l’origine). La volonté de Google est de permettre de mieux gérer les tâches gourmandes ponctuelles pour revenir rapidement à un état de « veille » et ainsi moins chauffer et moins consommer. On reparlera évidemment de la consommation plus tard, attardons-nous d’abord sur les performances.

Les benchmarks du Pixel 6

Modèle Google Pixel 6 Samsung Galaxy S21 Ultra Xiaomi 11T Pro
AnTuTu 9 727865 N/C 646840
AnTuTu 8 N/C 630500 N/C
AnTuTu CPU 189171 165456 145947
AnTuTu GPU 295509 265244 283226
AnTuTu MEM 101918 119987 103764
AnTuTu UX 141267 79813 113903
PC Mark 2.0 N/C 15282 N/C
PC Mark 3.0 10354 N/C 13525
3DMark Slingshot Extreme N/C 7660 N/C
3DMark Slingshot Extreme Graphics N/C 10053 N/C
3DMark Slingshot Extreme Physics N/C 4179 N/C
3DMark Wild Life 6545 5565 5857
3DMark Wild Life framerate moyen 39.20 FPS 33 FPS 35.10 FPS
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 45 / 32 FPS 36 / 27 FPS N/C
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 59 / 66 FPS 51 / 60 FPS N/C
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 90 / 159 FPS 116 / 152 FPS N/C
Lecture / écriture séquentielle 1387 / 247 Mo/s 1988 / 1307 Mo/s 1750 / 770 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 36943 / 43893 IOPS 80528 / 74811 IOPS 55367 / 52736 IOPS
Voir plus de benchmarks

Si l’on compare les performances brutes du Pixel 6 (Google Tensor) face au Galaxy S21 Ultra (Exynos 2100) et au Xiaomi Mi 11T Pro (Snapdragon 888), on se rend compte que les trois smartphones restent peu ou prou dans le même ordre de grandeur et il arrive même sur certains tests à dépasser ses concurrents.

Concernant la mémoire en revanche, on note un recul important malgré l’utilisation d’un stockage UFS 3.1. Il ne dispose en outre que de 8 Go de mémoire vive LPDDR5, contre 12 Go pour ses concurrents.

En jeu et au quotidien

Cette absence de RAM ne m’a pas pour autant semblé problématique. Sur un test de mémoire, le Pixel 6 garde plus d’une vingtaine d’applications en mémoire instantanée. Autant dire que cela ne devrait pas poser de problème à qui que ce soit.

En jeu, c’est un peu moins flagrant. Fortnite ou Arena of Valor par exemple sont limités à 30 FPS. Si c’est souvent un choix par défaut de l’éditeur de jeu sur les puces qu’ils ne connaissent pas, cela reste dommage de ne pas pouvoir pleinement profiter de la puissance du téléphone. Par ailleurs, même sur les 30 FPS, on note quelques petites chutes de framerate sur le plus célèbre des battle royale en qualité épique. Certes, cela reste ponctuel et la faute revient au moins tout autant à Epic Games qu’à Google pour l’optimisation, mais le résultat est là.

Google Pixel 6Un son un peu mou, mais clair

Le Pixel 6 est doté de deux haut-parleurs. Comme d’habitude, celui dédié aux appels sert également à l’effet stéréo, mais se montre un peu moins puissant que le haut-parleur principal. La différence est néanmoins assez faible pour que l’on ne s’y attarde pas.

Si la différence est faible cependant, ce n’est pas tant que le haut-parleur secondaire est puissant. L’enceinte principale du Pixel 6 s’avère un peu faiblarde comparativement aux smartphones concurrents. Même avec le volume poussé au maximum, ce n’est clairement pas avec ce smartphone que vous sonoriserez une soirée ou que vous dérangerez les voisins.

Il reste néanmoins de bonne qualité et, même à fond, on ne note pas de distorsion particulière. Manque de puissance oblige, ne vous attendez pas à des basses profondes, mais les fréquences sont globalement bien détaillées et l’effet de spatialisation est également au rendez-vous.

Suffisant pour regarder des vidéos ou écouter des podcasts et des musiques plutôt chantantes, le Pixel 6 vous demandera donc de passer plutôt par un casque ou des écouteurs pour profiter des chansons avec de grosses instrus. Rappelons à toutes fins utiles que Google, comme la plupart des acteurs du secteur, a supprimé le port jack de ses smartphones depuis plusieurs années déjà.

Google Pixel 6Un appareil photo toujours aussi impressionnant

Comme chaque année, c’est évidemment sur la photo que le Pixel 6 est le plus attendu et à son prix, on pourrait imaginer que des concessions ont été faites à ce niveau. Du point de vue de la fiche technique, le Pixel 6 ne semble pourtant faire l’impasse que sur le téléphoto, réservé au modèle Pro.

  • Grand-angle : capteur (1/1,31″) de 50 Mpx, photosites de 1,2 µm, objectif à ouverture f/1,85, 82°.
  • Ultra grand-angle : capteur de 12 Mpx, photosites de 1,25 µm, objectif f/2,2, 114°.
  • Caméra frontale : capteur de 8 Mpx, photosites de 1,12 µm, objectif f/2, 84°.
  • Vidéo : jusqu’à 4K 60 FPS.

En plein jour, sans surprise, le Pixel 6 est difficile à prendre en défaut. En ce mois d’octobre plutôt gris, il a été difficile de chercher à mettre le Pixel 6 au défi sur un contre-jour total, mais même sur un ciel blanc, il n’a aucun mal à apporter du contraste et trouver du détail dans les nuages. Son capteur de 50 Mpx (fusionnés en 12 Mpx) est très efficace aussi bien pour capter la lumière que les détails. Il faut également bien ressortir les couleurs sans exagérer comme on peut le voir sur certains smartphones : le résultat reste naturel en toutes circonstances.

Difficile de dire si c’est la taille du capteur et l’ouverture de l’objectif qui permettent cela ou s’il s’agit d’un algorithme de Google, mais même sans faire appel au mode portrait, on arrive facilement à détacher son sujet du fond et du premier plan avec un flou très naturel. Tout est là !

En intérieur, même avec une lumière plus difficile, le Pixel 6 reste très consistant et propose également de très bonnes photos, même quand la lumière vient un peu à manquer.

Le mode nuit pour voir comme de jour

De nuit, c’est toujours aussi bon, ou presque. On perd naturellement un peu en netteté sur les cibles éloignées (l’inverse aurait été absolument exceptionnel), mais le Pixel 6 continue de proposer un très bon résultat sur des cibles proches et retranscrit avec fidélité l’ambiance générale de la scène sans faire apparaître de bruit. Les couleurs restent également fidèles à ce que l’on voit, sans trop pousser sur les jaunes et les sources lumineuses vives restent bien gérées, y compris à l’arrière-plan, ce qui est un exercice extrêmement difficile pour ce genre d’appareil.

Il reste néanmoins du travail à réaliser sur la qualité des lentilles. On tombe ici dans les travers de l’iPhone, à savoir des lens flares et autres artefacts lumineux qui viennent ponctuer certains clichés de nuit. On ne s’en rend pas forcément compte au premier regard, mais si vous souhaitez utiliser vos photos de nuit, il faudra peut-être appliquer une rapide retouche pour les faire disparaître.

Le mode nuit vient quant à lui apporter énormément de lumière à la scène et ce n’est pas exagérer que de dire que c’est… le jour et la nuit. Le Pixel 6 est capable d’aller récupérer des détails incroyables dans des zones que l’on pensait totalement bouchées. On n’est pas loin de la magie.

Test du Google Pixel 6 : l’excellent téléphone à tout faire
Test du Google Pixel 6 : l’excellent téléphone à tout faire
Test du Google Pixel 6 : l’excellent téléphone à tout faire
Test du Google Pixel 6 : l’excellent téléphone à tout faire

L’ultra grand-angle perfectible

Sur l’ultra grand-angle, la qualité générale de jour est également très bonne tant que l’on ne zoome pas dans les angles de la photo où la qualité se dégrade fortement. De nuit en revanche, il a beaucoup plus de mal à s’en sortir et on sent nettement l’impact de l’ouverture plus réduite. Les couleurs sont moins justes et ont tendance à baver. On perd donc en netteté. Mais c’est là un comportement plutôt habituel pour un objectif secondaire.

Portrait et mouvement

La nouveauté est à trouver dans le mode mouvement. Il propose une pose longue, plutôt efficace qui permet de réaliser facilement des filés et autres effets plutôt artistiques. Le mode panoramique avec mouvement est pour sa part beaucoup plus gadget. Il est censé maintenir le sujet net et appliquer un flou de mouvement autour. L’effet est plutôt réussi… une fois sur dix. Capturer le cliché parfait nécessite presque toujours de s’y reprendre à de multiples reprises. Non seulement on perd généralement en piqué sur le sujet, mais les algorithmes ont du mal à bien détourer votre cible. En bref, ça fait son effet en petit sur l’écran de votre smartphone, mais pour peu que l’on s’attarde un peu sur le cliché, on voit rapidement toutes les imperfections.

C’est un peu ce que l’on peut reprocher au mode portrait également. Comme toujours avec Google, le bokeh est très marqué et permet de très bien détacher le sujet pour un beau résultat. Si vous tentez de photographier quelqu’un avec des mèches folles ou des lunettes en revanche, il faudra peut-être demander à votre sujet de se grimer en conséquence pour éviter les mauvais détourages. Le Pixel reste tout de même dans la fourchette haute pour cet exercice.

Selfies

Pour les selfies, Google est toujours à la pointe. De jour comme de nuit, en mode portrait ou non, le piqué est bon et la gestion de la colorimétrie également.

Gomme magique

Ce n’est pas vraiment un point de l’appareil photo, mais de l’application Google Photos. La gomme magique permet de nettoyer une photo et en enlever les éléments indésirables. Le premier mot qui vient lorsqu’on essaye la fonction est « époustouflant ». Après, on zoome et on se dit que c’est juste pas mal, mais que ça reste très pratique.

L’idée est que Google repère directement les éléments que vous pourriez vouloir supprimer d’une photo et le fait en outre très rapidement. En deux clics et quelques rapides secondes, votre photo peut donc être nettoyée et prête à être postée sur Instagram. Dans l’idéal, il faut zoomer un peu et repasser un petit coup manuellement et, là encore, Google fait fort. Pas besoin d’être précis, passez votre doigt rapidement sur la zone gênante et votre Pixel 6 s’occupera de trouver les bons contours.

On obtient un résultat très proche de ce que propose Photoshop sur PC encore plus facilement. Ça reste donc impressionnant.

Google Pixel 6Batterie : une très bonne autonomie

Le Google Pixel 6 intègre une batterie de 4614 mAh, ce qui est dans la moyenne actuelle. Google a cependant promis que sa nouvelle puce et ses algorithmes d’intelligence artificielle permettent d’améliorer l’autonomie du téléphone. Qu’est-ce que cela donne dans les faits ?

Sur notre test d’autonomie mixte automatisé SmartViser, le Pixel 6 a tenu 14 heures et 49 minutes, ce qui en fait un téléphone… tout juste dans la moyenne. À titre de comparaison, le OnePlus 9 Pro a tenu 15h17 et le Galaxy S21 Ultra 16h20. Mais il y a un « mais » !

Notre protocole mixte comprend notamment du jeu, pas optimisé pour la puce Google Tensor. Et c’est là que Google fait fort. Sur un usage qui ne fait pas appel à outrance au GPU ou à d’ énormes puissances de calcul, le Pixel 6 consomme très peu. Comprenez par là que pour vos usages les plus habituels (messageries, réseaux sociaux, navigation web, streaming vidéo, etc.) ne vont pas particulièrement consommer.

Port USB du Google Pixel 6

Google Pixel 6 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Sur une journée complète, j’ai ainsi pu passer plus de 10 heures devant mon écran pour finalement aller me coucher avec 15 % de batterie restante. Sur ma journée de test la plus intensive, durant laquelle j’ai réalisé les benchmarks du Pixel et les tests d’écran (avec la luminosité au maximum), le téléphone a tenu plus de 6 heures avec l’écran allumé sur la journée avant d’être rebranché à 1h du matin avec 33 % de batterie restante. Si la plupart des téléphones me permettent désormais de tenir une grosse journée, voire une journée et demie avec mon usage, le Pixel 6 est l’un des rares à m’avoir permis de tenir 2 journées complètes.

Toujours est-il que dès que vous faites un peu trop de photo avec traitement IA, de vidéo ou de jeux, on voit rapidement la courbe d’autonomie s’infléchir vers le bas pour revenir dans la moyenne de ce que l’on voit habituellement.

Pour la recharge, Google opte pour un chargeur 30 W. À une époque où les plus rapides affichent une recharge à 120 Watts, c’est un peu faible. En 30 minutes, il n’aura récupéré que 39 % de sa batterie là où certains téléphones affichent une recharge complète sur cette durée. Comptez tout de même bien 2h pour une recharge complète.

Google Pixel 6Réseau et communications

Étonnamment pour son prix, le Pixel 6 ne fait l’impasse sur aucune des dernières normes. Sur sa fiche technique, on retrouve du WiFi 6E (802.11ax) HE160 avec MIMO, du Bluetooth 5.2, du NFC et bien sûr de la 5G sub-6 (le modèle mmWave étant pour le moment réservé à Verizon et AT&T). Précisons que le Pixel 6 ne supporte qu’une seule SIM physique. Si vous souhaitez du dual SIM, il faudra passer par une eSIM pour la seconde.

Pour ce qui est des communications voix, le Pixel 6 n’est pas extraordinaire… il fait ce qu’on lui demande, sans plus. Comprenez par là que les appels sont intelligibles dans les deux sens et qu’il n’y a aucune difficulté à communiquer, mais que d’autres nous ont habitués à mieux encore. La voix est un peu compressée aussi bien pour nous que pour notre interlocuteur ; rien de grave, mais on a connu plus clair. La réduction de bruits ambiants est quant à elle assez faible. Même sans parler, votre interlocuteur saura rapidement que vous êtes dans une rue pour peu qu’elle soit un peu animée.

Pour ce qui est du GPS, le Pixel 6 donne rapidement une position approximative efficace et la met à jour très régulièrement. Si vous êtes en intérieur, la précision n’est pas parfaite (de l’ordre de quelques mètres, sur le trottoir d’en face par exemple), mais dès lors que vous sortez ou même que vous vous approchez d’une fenêtre, vous aurez une très bonne géolocalisation, avec une boussole bien calibrée.

Google Pixel 6Prix et date de sortie

Le Google Pixel 6 est commercialisé le 25 octobre 2021 au tarif de 649 euros, sur le Google Store et chez les revendeurs en ligne habituels (Fnac/Darty, Boulanger, opérateurs…). Seule la version 128 Go est disponible en France avec deux déclinaisons de couleur : Gris Océan et Noir Carbone. On aurait apprécié plus de choix au niveau de l’espace de stockage pour les grands consommateurs de jeux, de photos et de vidéos.

Jusqu’au 27 octobre, un casque Bose Headphones 700 (d’une valeur de 299 euros) est offert avec le téléphone.

Notre avis sur Le Google Pixel 6

design
8
Le design du Pixel 6 ne plaira pas à tout le monde, mais il faut avouer qu'on s'en accommode parfaitement et il a le mérite de l'originalité. Par ailleurs, ses finitions sont très bonnes et la barre qui traverse la largeur du téléphone est plutôt intelligente. Dommage qu'il soit un peu lourd.
écran
9
Contrasté, lumineux, bien équilibré... l'écran du Pixel 6 ne peut jurer que face à des concurrents au double de son prix. Autant dire que c'est très bien, à l'exception de sa luminosité automatique peu réactive... merci Android 12.
logiciel
7
Android 12 apporte du sang neuf et des nouveautés très intéressantes, notamment avec son nouveau design Material You et son réglage des couleurs automatiques en fonction du fond d'écran. On perd néanmoins un peu en ergonomie et la version testée souffre encore de quelques bugs. Rajoutez un point quand ils seront corrigés, dans quelques mises à jour.
performances
7
Techniquement, on ne doute pas que les performances sont au rendez-vous pour le Google Tensor. Malheureusement, il s'agit d'une nouvelle architecture et les jeux ne semblent pas encore adaptés. On note que la plupart des jeux ne dépassent pas les 30 FPS et peinent même parfois à y rester stables.
caméra
9
Comme ses prédécesseurs, le Pixel 6 place la barre très haut lorsqu'il s'agit de la photo. Il lui manque certes un téléobjectif pour être complet, mais à son prix ce n'est clairement pas un gros défaut.
autonomie
8
L’autonomie du Pixel 6 est ambivalente. Si vous êtes du genre à utiliser votre smartphone toute la journée pour de petites tâches, vous aurez l’impression d’avoir le smartphone le plus endurant de votre vie entre les mains. Mais attention : dès lors que vous aurez besoin de ressources gourmandes, le Pixel 6 revient sur un usage plus traditionnel à peine dans la moyenne. De plus, sa charge rapide pourrait être meilleure.
Réparabilité
6,4
/10
INDICE DE RÉPARABILITÉ
Note finale du test
9 /10
Le Pixel 6 aurait tout d'un 8/10 tant ce test a été ponctué de « c'est très bien, mais… ». Tous ces petits « mais » qui font qu'il n'est pas parfait, qu'on se dit toujours que Google pourrait faire mieux. Ce ne sont pourtant jamais des défauts rédhibitoires. Il est un peu lourd, son haut-parleur un peu faiblard, sa charge "rapide" peine à convaincre pleinement, Android 12 souffre de quelques bugs… et pourtant.

Et pourtant le Pixel 6 arrive toujours à faire un effet "wahou". Quand on profite de sa fluidité, quand on regarde ses photos de nuit, quand on s'aperçoit qu'il peut tenir 2 jours complets en usage normal si on ne pousse pas son GPU dans ses retranchements… Ses qualités sont celles que l'on attend d'un smartphone en général. Il est fait pour plaire au plus grand nombre et il touche sa cible. Par ailleurs, son prix ultra agressif en fait clairement le meilleur rapport qualité-prix entre 500 et 800 euros et il a même quelques arguments à faire valoir contre des téléphones deux fois plus chers que lui.

Autant dire que le Pixel 6 est recommandable les yeux fermés à n'importe qui n'ayant pas des besoins pointus très particuliers. Ce qui correspond sur notre barème à un 9/10.

Points positifs du Google Pixel 6

  • Les photos exceptionnelles à ce prix

  • Une très bonne homogénéité

  • Une très bonne fluidité au quotidien

  • Une excellente autonomie sur des usages modérés

  • Son rapport qualité-prix incroyable

Points négatifs du Google Pixel 6

  • Le son un peu faible

  • Le poids un peu élevé

  • Certains points d'Android 12

  • La charge pourrait être plus rapide

Les derniers articles