Pourquoi le prix des voitures électriques Volvo ne diminuera pas tout de suite

 

Volvo réagit à la forte chute des prix chez Tesla et affirme ne pas vouloir rentrer dans le jeu de la marque américaine. Comme Volkswagen, Renault ou encore Fisker, la firme suédoise n'en aurait en effet pas besoin.

Volvo EX90 // Source : Volvo

C’est une affaire qui a fait l’effet d’une véritable bombe sur la planète automobile. Alors que Tesla s’était toujours refusé de faire des remises, bien que ses prix ont depuis longtemps l’habitude d’évoluer, voilà que la firme a décidé d’opérer une incroyable baisse de ses tarifs. Une véritable dégringolade pour les Model 3 et Model Y allant jusqu’à 13 000 euros, qui fait suite à une fin d’année difficile pour le constructeur malgré un record de livraisons.

Des baisses, mais pas pour tout le monde

Néanmoins, tous le constructeurs ne veulent pas rentrer dans le jeu de Tesla, qui espère sans doute grapiller quelques parts de marché en procédant à une telle baisse de prix. La firme s’inquiète également très probablement de la montée en puissance des marques chinoises, qui pourraient la mettre à mal au cours des prochains mois.

Une concurrence qui ne fait pas peur à tout le monde, et surtout pas à Volvo. Peut-être parce que la firme suédoise appartient depuis 2010 au groupe chinois Geely, qui possède également Lynk & Co, Lotus ainsi que la jeune marque Geometry. Quoi qu’il en soit, le constructeur affirme haut et fort ne pas avoir la moindre intention de réduire ses prix, comme l’a confirmé Jim Rowan, directeur général de la marque, relayé par l’agence américaine Reuters.

Pas de besoin immédiat pour Volvo

En effet, le dirigeant souligne que « nous ne voyons pas [de baisses de prix] pour le moment« , alors qu’il explique que « la demande est la plus élevée que nous ayons jamais vue, et le carnet de commandes également« . La marque n’a donc aucune raison de réduire ses prix afin d’attirer les clients, qui semblent déjà être convaincus. En effet, dans son communiqué dévoilant ses chiffres de vente pour 2022, Volvo annonce un chiffre d’affaires en hausse de 17 %, malgré une marge EBIT en légère baisse, à 6,8 % contre 7,2 % l’an dernier.

Une petite chute que l’on doit sans doute à la hausse du coût des matières premières, et notamment du lithium. En effet, la firme a fortement augmenté ses immatriculations de voitures électriques, qui ont représenté 11 % des ventes totales, contre 4 % l’an dernier. Sur le 4ème trimestre 2022, ce chiffre atteint même 18 %.

Pour rappel, Volvo commercialise actuellement le XC40 et le C40 Recharge et vient de lever le voile sur le nouvel EX90, remplaçant du XC90. Plus tard, un autre SUV compact baptisé EX30 verra également le jour.

Le rapport autonomie – prix des XC40 et C40 Recharge est plus intéressant depuis quelques semaines, grâce au lancement d’une nouvelle motorisation couplé à une nouvelle batterie.

Notre Volvo EX30 simulée avec l’outil Midjourney (IA)

Mais Volvo n’est pas la seule marque à refuser de prendre part à cette guerre des prix. En effet, Volkswagen a décidé de ne pas baisser le prix de ses ID.3, ID.4, ID.5 et ID. Buzz et les a même augmenté en décembre dernier. Porsche prévoit de son côté de faire grimper de 6 % le prix de ses voitures selon un concessionnaire cité par Automotive News, alors qu’elle prépare le lancement d’un futur SUV électrique placé au-dessus du Cayenne.

Renault ne veut pas baisser ses prix non plus

Enfin, Renault se refuse également à entrer dans ce jeu, alors que la firme explique qu’elle n’a pas assez de marge de manoeuvre en raison du prix élevé de la batterie. La seule solution pour baisser le coût des voitures est alors de réduire la taille de cette dernière, en attendant les accumulateurs solides. De son côté, Fisker affirme que son carnet de commandes est déjà plein et que des remises ne sont pas nécéssaires.

Du côté de Tesla, la berline et le SUV sont désormais éligibles au bonus écologique de 5 000 euros en France, ce qui devrait permettre à la firme d’Elon Musk de séduire de nouveaux clients malgré le tour de vis donné par le gouvernement. En effet, depuis le 1er janvier, seules les voitures de moins de 47 000 euros peuvent profiter de l’aide. Mais forcément, cette baisse de prix n’a pas tardé à faire réagir les concurrents de la marque d’Elon Musk.

C’est notamment le cas de Xpeng, VinFast ou encore Ford et Toyota, entre autres. Leur point commun ? Avoir tous décidé de revoir leur stratégie tarifaire. Si la plupart ont tout simplement baissé les prix de leurs voitures électriques, Lucid a de son côté choisi de réduire la mensualité de la location de sa berline Air, ce qui équivaut à une remise de 7 500 euros. Un montant qui identique à celui du crédit d’impôt proposé par le gouvernement américain pour les voitures électriques fabriquées en Amérique du Nord.

Alors que plusieurs constructeurs ont décidé de rentrer dans le jeu de Tesla en baissant leurs prix, certains comme Renault ou Fisker y sont radicalement opposés. Pour eux, réduire leurs tarifs n’est au mieux absolument…
Lire la suite


Nos confrères de Numerama lancent Watt Else, leur newsletter dédiée à la mobilité du futur. Inscrivez-vous par ici pour être certain de recevoir le prochain numéro !