Scooters électriques en libre-service : prix, avantages, inconvénients… notre comparatif ultime

 

Se déplacer dans Paris peut vite devenir un casse-tête : contraintes des transports, intempéries, trafic, etc. Les scooters électriques en libre-service sont une solution en plein essor, avec trois principaux acteurs dans la capitale. Nous les avons essayé et comparés pour vous.

Pour se déplacer dans Paris, il y a l’embarras du choix quant au mode de transport à utiliser : vélo mécanique ou vélo électrique, trottinette électrique, transports en commun, voiture, marche, etc. Chacun offre bien sûr des avantages et des inconvénients, qui dépendent également des besoins de chacun. Depuis quelque temps, les scooters électriques semblent gagner le cœur des Parisiens, car ils permettent notamment de contourner la circulation dense tout en offrant la liberté de se déplacer sans contrainte, seul ou à deux, et même de transporter quelques courses avec soi.

Depuis le 1er septembre, le stationnement des scooters thermiques est devenu payant au sein de la capitale, ce qui pourrait pousser toujours plus d’utilisateurs à se tourner vers l’électrique.

Malheureusement, l’un des principaux freins à l’achat d’un scooter électrique est le prix, non seulement celui à l’acquisition, mais également de l’assurance et l’entretien, qui peuvent paraître trop élevés pour des trajets occasionnels. C’est là tout l’avantage des scooters partagés : ils sont faciles à trouver, peuvent être utilisés pour un aller simple et ne requièrent pas d’abonnement.

Leur principal point fort repose sur le fait qu’ils soient équivalents à des 50 cc et bridés à environ 45 km/h, ce qui permet de les conduire sans avoir de permis — seul le BSR suffit. Pas besoin non plus d’avoir de casque, puisqu’un ou deux casques sont fournis avec le scooter, accompagnés de charlottes pour des raisons d’hygiène. Il vous fera uniquement vous munir de vos propres gants, qui sont obligatoires, mais trop complexes à fournir par défaut, car les tailles diffèrent d’un utilisateur à l’autre, sans parler du fait qu’ils pourraient être très facilement volés.

Il existe aujourd’hui trois principaux acteurs proposant des scooters partagés à Paris et en proche banlieue, que nous avons testés et comparés pour vous. Découvrez lequel est le plus adapté, selon vos besoins et vos usages. Gardez cependant en mémoire que certains des services mentionnés dans ce comparatif sont disponibles dans d’autres villes et que les informations et les prix listés ci-dessous sont valables pour Paris.

Cityscoot, le plus facile à trouver

Avec le défunt COUP, Cityscoot a été l’un des premiers opérateurs à déployer une flotte de scooters électriques partagés à grande échelle dans la capitale. On peut donc penser que la société offre un service supérieur par rapport aux concurrents, arrivés plus récemment à Paris. En effet, bien que certains rivaux soient plus intéressants sur certains points, Cityscoot a l’avantage de proposer plus de 4 000 scooters sur Paris, en plus de ceux basés à Nice, Bordeaux, Milan et Barcelone. Cela permet notamment de pouvoir utiliser le même compte lors de vos déplacements. Pratique.

Pour ce qui est du prix, il vous en coûtera 0,39 euro par minute, mais vous pourrez faire quelques économies grâce aux packs : selon les minutes prépayées, les prix chutent à 0,34, 0,32 ou 0,28 euro pour l’achat de 50, 100 ou 250 minutes. Une offre CityYoung fait chuter le prix à 0,24 euro pour 50 minutes.

Bonne nouvelle : leur durée de validité est désormais de 365 jours, contre des périodes oscillant entre 2 semaines et un mois et demi auparavant. Un programme de fidélité vous permettra également d’accumuler des minutes offertes, à savoir 30, 60 ou 130 minutes gratuites respectivement pour 300, 500, ou 1 000 minutes roulées.

Sur le plan pratique, tous les Cityscoot sont équipés d’une jupe, qui comporte également une poche pour y loger votre smartphone, en théorie très utile pour vous repérer. Malheureusement, à l’usage, il arrive trop souvent que celles-ci soient déchirées ou impossibles à fermer, rendant bien plus complexe la navigation — à moins de vouloir voir votre téléphone plonger la tête la première sur le bitume durant votre trajet.

Par ailleurs, un casque est systématiquement fourni sous la selle et certains scooters comportent un top case, logeant un deuxième casque et simplifiant ainsi les déplacements à deux. De plus, tous les Cityscoot sont dotés d’un crochet, permettant de transporter un sac entre vos jambes — attention toutefois à ne pas l’oublier par mégarde à l’issue de votre trajet, car votre bien est recouvert par la jupe. Enfin, les Cityscoot sont relativement hauts : ils sont agréables à conduire et procurent une sensation de sécurité supérieure à ce que propose la concurrence.

Pour ce qui est du déverrouillage d’un deux-roues, Cityscoot opte pour un code à rentrer sur le clavier situé sur le guidon du scooter. Cette méthode est particulièrement appréciable, car elle permet de se passer de son smartphone pour commencer ou terminer un trajet, très pratique en cas de batterie faible. L’application permet également de visualiser rapidement et simplement les scooters à proximité, l’autonomie restante et le nombre de casques fournis.

cityscoot

Au quotidien, Cityscoot se révèle très pratique, car il est très facile d’en trouver un. La zone de couverture est également assez vaste, puisqu’elle couvre l’intégralité des arrondissements parisiens, ainsi que plusieurs villes en proche banlieue, comme Clichy, Neuilly-Sur-Seine, Levallois, Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux et Montrouge, mais également certains quartiers de Sèvres, Meudon, Ivry-Sur-Seine, Saint-Mandé et Charenton-le-Pont.

En revanche, il arrive trop fréquemment que certains deux-roues de la flotte soient endommagés, notamment au niveau de la pochette de smartphone comme mentionné plus haut. Pire encore, il nous est arrivé de rencontrer des scooters avec des rétroviseurs ne tenant pas en place ou même des poignées cassées. Enfin, il n’est pas rare d’avoir des difficultés à terminer une course — la faute à un problème technique — vous obligeant ainsi à contacter le service client pour la clôturer.

  • Prix : 0,39 euro par minute sans pack prépayé, à partir de 0,28 euro par minute avec un pack prépayé de 250 minutes ;
  • Avantages : très facile à trouver dans Paris, vaste couverture géographique ;
  • Inconvénients : problèmes techniques, support pour smartphone.

Cooltra, le challenger

Avant de déployer une flotte de deux-roues en autopartage, Cooltra s’est spécialisée dans la location de scooters à la journée ou au mois, service qu’elle continue d’offrir et qui peut être plus intéressant si vous prévoyez de vous déplacer fréquemment sur une période donnée. Elle offre également l’avantage d’être présente à Paris, Lisbonne, Madrid, Valence, Barcelone, Milan et Rome, permettant d’utiliser la même application dans de nombreuses villes.

De manière assez intéressante, Cooltra a déployé des scooters Govecs, la même marque que ceux utilisés par Cityscoot, à Madrid et Valence, mais utilise des modèles Askoll dans les autres villes, dont Paris. Ses deux-roues seront ainsi facilement identifiables en France, de par leur format compact qui permettra de se faufiler sans encombre.

cooltra

En termes de prix, Cooltra propose un tarif de base de 0,36 euro la minute, ainsi qu’un large choix de packs et de pass : des recharges de 10, 20, 50 et 90 euros permettent d’obtenir un bonus de 2, 5, 20, ou 40 euros, respectivement. Cela réduit le prix par minute à 0,25 euro. Cooltra propose aussi des pass illimités de 8, 24 ou 48 heures, facturés 19, 29 et 39 euros. Afin d’optimiser la répartition des scooters, Cooltra vous offrira également une remise sur le trajet si vous stationnez votre scooter dans une « zone bleue » à la fin de votre location.

Les scooters offrent une position de conduite peu ordinaire, proche du sol, avec des roues relativement grandes offrant une bonne stabilité. Si vous êtes à deux, vous apprécierez la présence systématique de deux casques, dont un L et un M. Certains d’entre eux proposent une jupe très utile par temps froid, bien que la majorité de la flotte en semble pour l’instant dénuée. En revanche, aucun support de téléphone n’est présent, ce qui est vraiment regrettable si vous ne connaissez pas votre chemin.

cooltra

Le scooter se déverrouille depuis votre smartphone, ce qui vous évite d’avoir à retenir un code, mais vous oblige à bien recharger celui-ci à l’avance. Si vous avez du mal à localiser votre scooter, vous pourrez le faire klaxonner directement depuis l’application pour le retrouver. Beaucoup moins pratique, vous devrez prendre une photo du scooter à la fin de votre trajet, afin d’être en mesure de prouver qu’il est en bon état et bien garé. Enfin, la zone est pour l’instant limitée à Paris intra-muros : vous devrez donc passer votre chemin si vous souhaitez vous rendre en proche banlieue.

  • Prix : 0,36 euro par minute sans pack prépayé, à partir de 0,25 euro par minute avec un pack prépayé de 90 euros ;
  • Avantages : large choix de packs, double casque ;
  • Inconvénients : pas de support smartphone, zone limitée à Paris intra-muros.

Yego, le moins cher

Les scooters Yego sont eux aussi internationaux, puisqu’on les retrouve non seulement à Paris et Bordeaux, mais également dans quatre villes espagnoles. Lancé en juin 2021, le service va compter 1500 deux-roues d’ici la fin de l’année 2020, contre 700 à ses débuts.

Il vous sera très facile de les repérer, grâce à leur design rétro ressemblant quelque peu à un Vespa. La peinture verte attire également l’œil, tout comme le prénom donné à chaque scooter. De plus, afin de répartir au mieux la flotte, Yego propose 10 minutes gratuites sur certains scooters afin de pouvoir les ramener dans une zone indiquée, alliant ainsi l’optimisation de l’utilisation de ses deux-roues avec une récompense.

Les tarifs proposés par Yego sont plus intéressants que ceux pratiqués par la concurrence, puisqu’une minute sans abonnement est facturée 0,36 euro. Les packs prépayés permettent de réduire encore plus la note, en cumulant du crédit supplémentaire. Vous pourrez ainsi recharger votre compte de 9,90, 29,90, 49,90 ou même 89,90 euros et économiser respectivement 16 %, 25 %, 30 % ou 45 %.

Yego
Source : Yego

Sur l’aspect pratique, les Yego ne sont pas équipés de jupe, les rendant difficiles à recommander par mauvais temps. En revanche, bien qu’il n’offre pas de protection contre la pluie et le froid, le support de smartphone situé sur le guidon est très pratique, puisqu’il se visse et s’adapte facilement à la majorité des mobiles. Un crochet permet également de transporter des sacs entre vos jambes et pourra compléter l’espace sous la selle et le top case. Certains deux-roues offrent enfin un deuxième casque, qui peut être identifié directement depuis l’application.

Le trajet s’initie et se termine depuis votre smartphone. Yego étant relativement jeune sur le marché parisien, les scooters sont pour l’instant en bon état et nous n’avons pas rencontré de problèmes techniques à l’usage. La zone de couverture est cependant trop limitée, puisqu’elle ne permet pas de terminer ou commencer un trajet hors de Paris. Enfin, le fait de devoir prendre en photo le scooter à la restitution est quelque peu contraignant.

  • Prix : 0,55 euro par minute sans pack prépayé, à partir de 0,20 euro par minute avec un pack prépayé de 89,90 euros ;
  • Avantages : prix, support smartphone, design « fun » ;
  • Inconvénients : pas de jupe, zone limitée à Paris, flotte réduite.

Troopy, le plus rapide

Troopy se distingue de la concurrence avec ses scooters déclinés en deux versions, à savoir un modèle équivalent 50 cc, ainsi qu’un autre équivalent 125 cc, permettant ainsi d’accéder aux voies rapides et d’atteindre une vitesse de pointe de 90 km/h. Ceux-ci remplacent en effet la flotte thermique de l’opérateur, composée jusqu’alors de scooters 125 cc Yamaha Tricity.

La nouvelle flotte est composée exclusivement de scooters électriques Yamaha, à savoir les NEO’s et les E01. Ils sont équipés d’une jupe, d’un support smartphone et d’un top-case, les classant parmi les meilleurs pour leur aspect pratique. De même, un deuxième casque est fourni lors de la location, permettant de se déplacer avec un passager. Par ailleurs, les scooters étant neufs, ils n’ont bien entendu pas de problème d’usure.

Les caractéristiques du Troopy E01 — Source : Troopy

Peu importe le modèle, les scooters à la livrée blanche, jupe noire, et inscriptions corail seront faciles à repérer. Les scooters se réservent, se déverrouillent et s’arrêtent depuis l’application dédiée, il faudra donc penser à avoir suffisamment de batterie. Enfin, le service venant de lancer, la quantité de scooters disponibles est pour l’instant très faible.

Les caractéristiques du Troopy NEO’s — Source : Troopy

Au niveau des tarifs, Troopy est assez cher, avec des trafis « Troopy Flex, » sans abonnement de 38 centimes par minute pour les 50cc et de 48 centimes pour les 125 cc. L’opérateur propose également des packs prépayés, valables un an : un pack « Troopy Booster » offre 9 euros de crédit pour 30 euros achetés, soit 30 % de crédit supplémentaire. De même, le pack « Troopy Jet » propose 24 euros de crédit offert pour 60 euros achetés, soit un bonus de 38 %.

Enfin, une offre « Troopy Zen » permet de bénéficier d’un abonnement à neuf euros par mois, donnant droit à une remise de 10 % sur tous les trajets, qu’ils soient effectués en 50 ou 125 cc. Cette offre est d’ailleurs proposée à un euro par mois pour les étudiants, les seniors de plus de 60 ans, les personnes en recherche d’emploi, les clubs sportifs et les associations.

  • Prix : 0,38 euro par minute pour un 50 cc et 48 centimes pour un 125 cc sans pack prépayé, à partir de 0,24 euro par minute pour un 50 cc et 30 centimes pour un 125 cc
  • Avantages : qualité des scooters, aspects pratiques, deuxième casque
  • Inconvénients : prix, disponibilité encore limitée

Conclusion

Il ne semble pas y avoir un seul et unique gagnant dans ce comparatif et il faudra considérer vos besoins et vos usages pour trouver le service qui y répondra le plus. Si le prix est le critère le plus important, Yego est de loin le plus intéressant, du moins pour des trajets occasionnels. En revanche, Cooltra se distingue grâce à ses pass illimités qui se révèlent pratiques pour un weekend par exemple.

Néanmoins, si vous comptez sortir de Paris ou cherchez simplement le scooter le plus proche de vous, Cityscoot semble être la solution qu’il vous faut.

Depuis 2020, la location de vélos mécaniques ou électriques en libre-service a littéralement explosé. Une pléthore d’agglomérations propose leur propre service en France et dans le monde : quelles applications faut-il connaître pour accéder facilement…
Lire la suite

 


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.