Alors que Samsung devrait annoncer demain ses nouveaux Galaxy Note 10, le constructeur coréen comptera désormais sept smartphones premium à son actif, rien que pour cette année 2019. De quoi tuer ses gammes ? Rien n’est moins sûr.

Les Samsung Galaxy S10e, S10 et S10 Plus

Tous les ans c’est la même rengaine. À la fin du mois de février, ou au début du mois de mars, Samsung présente son nouveau smartphone de la gamme Galaxy S. Puis rebelote cinq mois plus tard avec le Galaxy Note. Un calendrier désormais bien établi pour le constructeur coréen, qui suit ainsi la même tendance que ses principaux concurrents. Huawei a ainsi pris le pli de Samsung avec le P en mars, et les Mate en novembre, quand OnePlus agit de même avec la version « T » annoncée six mois après son dernier modèle. Même Xiaomi n’est pas épargné, puisque le constructeur chinois propose le Mi et le Mi Mix à quelques mois d’écarts. Il en va de même pour Honor avec les Honor View 20 et Honor 20 en moins de six mois en 2019.

Des déclinaisons à n’en plus finir

Néanmoins, cette année 2019 a justement quelque chose de particulier. C’est l’année où la plupart des constructeurs se sont mis à multiplier les références, y compris sur le haut de gamme. On était habitué chez Samsung à avoir un Galaxy S et sa version Plus, comme le « Max » chez Apple ou le « Pro » chez Huawei. Mais cette année, le constructeur coréen a multiplié les références sur toutes ses gammes. Rien que pour le S10, on peut compter au moins quatre modèles : le Galaxy S10, le Galaxy S10 Plus, le Galaxy S10e et le Galaxy S10 5G. Mais ça ne s’arrête pas là.

Alors que Samsung avait pris l’habitude de ne proposer qu’une seule version de son Note, ça ne devrait plus être le cas cette année. En plus du Galaxy Note 10, la firme devrait aussi présenter une version « Plus ». Ça fait déjà six smartphones premium annoncés cette année. Sept même, si l’on compte le Galaxy Fold, annoncé en février et dont la sortie se fait toujours attendre.

Trop de références pour s’y retrouver ?

De quoi poser la question : est-ce que Samsung ne prend pas un risque en multipliant les références, quitte à perdre les consommateurs ? Pas nécessairement. Certes, il peut être compliqué de s’y repérer, mais c’est une nouvelle manière pour Samsung de tenter d’inonder le marché en proposant une multitude de smartphones à différents prix et pour différents usages. Le Galaxy S10e est résolument le moyen d’avoir accès à des fonctions haut de gamme pour un prix plus attractif. Le S10 est le smartphone équilibré de la marque. Le S10+ propose un plus grand écran. Le Note 10 y ajouterait un stylet. Le Note 10+ intègrerait un écran plus grand encore, de 6,8 pouces. Enfin, le Fold propose un design plus original avec son affichage pliable.

Néanmoins, cela pourrait aller encore plus loin. Depuis le début de l’année, Samsung a lancé sa nouvelle gamme Galaxy A. Loin des précédents modèles des années passées, il s’agit désormais pour le constructeur coréen d’adresser l’ensemble des segments de prix, de l’entrée de gamme au haut de gamme. Cela va du Samsung Galaxy A10, lancé à 160 euros, au Samsung Galaxy A80, proposé à 660 à son lancement.

Un flagship attendu sur le milieu de gamme

Surtout, le constructeur coréen ne compterait pas s’arrêter en si bon chemin. Certaines rumeurs évoquent l’arrivée prochaine d’un Samsung Galaxy A90. Celui-ci serait compatible 5G et proposerait surtout une puce Snapdragon 855, c’est à dire la plus puissante actuellement conçue par Qualcomm. C’est la même puce qui équipe déjà les Galaxy S10 et devrait être embarquée sur les Note 10 outre Atlantique. Il deviendra donc particulièrement compliqué de faire le distinguo entre le milieu et le haut de gamme de Samsung avec ce Galaxy A90 qui ne devrait avoir de milieu de gamme que le nom.

Le Samsung Galaxy A80 pour illustration

Néanmoins, cette multiplication des modèles premium semble poser un souci de taille au chaebol, celui de l’agenda. Comme tous les constructeurs, la firme sud-coréenne cherche à maîtriser au mieux sa communication et son marketing. À chaque période de l’année, la firme privilégie tel ou tel modèle. En février, c’était le Galaxy S10. En août et en septembre, ce sera le Galaxy Note 10. En mais et en juin, ce devait être le Galaxy Fold.

Un calendrier très serré pour Samsung

Néanmoins, le coup d’arrêt mis au Galaxy Fold semble poser des soucis de communication à Samsung. En effet, il ne semble plus y avoir de place dans l’agenda marketing du constructeur pour mettre en avant le smartphone. S’il devait sortir fin août, sa communication serait noyée avec celle du Galaxy Note 10. Il sortira donc en septembre, quitte à cannibaliser la mise en avant de la nouvelle phablette. Comme quoi un malheureux retard de un ou deux mois a pu finalement repousser la sortie du Galaxy Fold de plus de six mois, rien que pour assurer un lancement réussi.

Samsung Galaxy Fold

Samsung Galaxy Fold

La faute à un calendrier de sortie particulièrement chargé pour Samsung, plus encore que les années précédentes. Il faut dire que pour tous les constructeurs, les derniers mois de l’année sont parmi les plus importants en termes de ventes et qu’il ne faut absolument pas se rater sur la période des fêtes, sous peine de voir son bilan financier fortement handicapé. C’est pour ça que Samsung multiplie les références haut de gamme.