Huawei a beaucoup fait parler de lui… malgré lui – Bilan de 2019

Et le feuilleton n'est pas terminé

 

En 2019, le monde de la tech a été fortement agité par l'affaire opposant Huawei aux États-Unis. Alors que nous dressons le bilan de l'année qui vient de s'écouler, ce feuilleton méritait évidemment notre attention.

Huawei a de très grosses ambitions pour l’avenir et compte bien y mettre les moyens. En témoignent son projet d’écosystème, son concept de flagship store ou encore son incongru campus Ox Horn. Cependant, ce ne sont évidemment pas les premières choses que l’on retiendra de l’entreprise chinoise sur l’année 2019 qui vient de s’achever. Non, en 2019, Huawei aura surtout fait parler de lui — bien malgré lui — à cause des États-Unis.

Huawei s’est retrouvé empêtré dans un conflit géopolitique entre les deux superpuissances mondiales que sont la Chine et les États-Unis. Il s’agit là d’une histoire rocambolesque qui est rapidement devenue le feuilleton le plus passionnant à suivre durant les derniers mois. Passionnant par sa complexité, par ses retombées sur les utilisateurs et par sa durée. À l’heure de faire le bilan de 2019, nous ne pouvions pas passer à côté de cette histoire.

Affaire complexe

Depuis la fin du mois de mai, quand l’administration du président Donald Trump a décidé d’interdire toute entreprise américaine de collaborer avec le géant chinois, Huawei et sa filiale Honor ne peuvent plus préinstaller les services et applications Google sur leurs smartphones. Et depuis la fin du mois de mai, rares ont été les semaines qui se sont écoulées sans que cette affaire refasse surface.

Il faut dire que Huawei fait face à une situation inédite que l’entreprise aurait volontiers esquivée. Tentons de résumer brièvement. Alors qu’il est engagé dans une guerre commerciale avec Beijing, Washington s’est attaqué au champion incontestable de son adversaire.

Leader dans le secteur des télécommunications et numéro 2 régulier sur le marché des smartphones devant Apple, Huawei est évidemment l’une des figures de proue du rayonnement international chinois. Or, les États-Unis accusent la firme de vouloir utiliser son réseau d’antennes 5G afin d’espionner les citoyens américains pour le compte de la Chine.

Huawei a beau nier toutes ces accusations en bloc depuis le début de l’affaire, le feuilleton dure toujours en soufflant le chaud et le froid. En effet, la situation pointe tantôt vers une détente bienfaitrice, tantôt vers une aggravation du conflit. La plupart du temps, on a surtout l’impression que les négociations sont au point mort entre les parties impliquées.

L’impact sur les utilisateurs

En ce qui concerne la 5G, Huawei met tout en œuvre pour continuer à nouer des partenariats avec divers pays et opérateurs pour qu’ils adoptent ses infrastructures, et ce malgré les pressions des États-Unis sur ses alliés. C’est surtout du côté des smartphones que l’on peut dès à présent observer des conséquences sur les utilisateurs. Du moins, l’impact dans ce secteur se fait directement ressentir tandis qu’il faudra sans doute plus de temps pour faire l’état des lieux sur le marché des télécommunications.

Si l’affaire passionne encore aujourd’hui, c’est aussi parce que Huawei est bien décidé à ne pas perdre la bataille en Europe. Rappelons en effet que la marque n’a jamais vraiment réussi à s’insérer sur le marché américain tandis que ses utilisateurs en Chine sont habitués depuis des années à utiliser des appareils sans Play Store, sans services Google et sans plusieurs applications d’éditeurs américains. C’est donc sur le Vieux Continent qu’elle doit à tout prix sauver la face.

C’est ainsi qu’a été commercialisé en France le Huawei Mate 30 Pro. Un smartphone premium très convaincant sur le plan matériel… mais privé d’une flopée d’applications auxquelles nous sommes pourtant très habitués.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

La marque promet de plancher sur des alternatives viables et annonce des Huawei Mobile Services (HMS) complets et riches en service pour 2020 ainsi qu’un magasin d’applications AppGallery plus fourni et mieux adapté à chaque région. Aujourd’hui, réussir à vendre des smartphones sans services Google en Europe semble être pire qu’une mission impossible. Il serait toutefois bien présomptueux de notre part d’enterrer d’ores et déjà les ambitions de l’entreprise.

Et en 2020 ?

On a mentionné l’avenir de Huawei et bien malin sera celui qui devinera avec justesse l’issue de cette affaire. Ce qui est certain, c’est que le feuilleton ne se cantonne pas à l’année 2019. 2020 connaîtra très vraisemblablement son lot de retournements de situation et de décisions inattendues. En février déjà, nous saurons si le sursis accordé par les États-Unis aux entreprises américaines sera renouvelé ou non (il le sera sans doute).

Ensuite, on se donne rendez-vous à Paris fin mars pour la présentation des P40 afin de voir si l’abnégation de Huawei commencera à porter ses fruits ou non.

2020 sera aussi l’année où l’on pourra tirer de premières conclusions quant aux effets de cet embargo sur le long terme. Pour l’instant, la santé financière de Huawei reste très forte grâce essentiellement à un marché chinois où il est ultra dominant, mais la firme n’est pas pour autant à l’abri de retombées négatives.

L’entreprise chinoise profiterait d’un coup de publicité incroyable

Plus intéressant encore, il sera fascinant de voir si l’embargo des États-Unis représentera à jamais un obstacle pour le développement de Huawei ou si, dans une projection ultra optimiste, l’entreprise réussit à transformer cette sanction en formidable opportunité. Avec son système HarmonyOS et son expérience Android avec les HMS, la marque a peut-être les outils de créer une alternative solide aux univers de Google et d’Apple.

Si, dans les années à venir, l’écosystème de Huawei venait à prendre de l’ampleur malgré le double règne d’Android (avec les services Google) et d’iOS sur smartphones, l’entreprise chinoise profiterait d’un coup de publicité incroyable. Encore une fois, il s’agit d’un scénario extrêmement optimiste, mais il y a fort à parier que celui-ci se joue et se rejoue dans les esprits des dirigeants de Huawei.

Évidemment, la seule année 2020 ne sera probablement pas suffisante pour se faire une idée définitive sur la question. On imagine même plutôt que Huawei la passera à faire le dos rond en attendant que la tempête passe… pour finir sur un naufrage ou sur le retour du beau temps.

Les derniers articles