Comment le Game Pass est devenu le nouveau centre du monde jeu vidéo pour Xbox

 

En quelques années, le Xbox Game Pass est devenu l’atout numéro un de la proposition gaming de Microsoft. Le service d’accès illimité à des jeux sur abonnement se décline sur console, PC et désormais en cloud. Ce dimanche dès 19h, lors du Xbox-Bethesda Showcase de l’E3 2021, le Game Pass devrait être à la fête et étaler sa toute-puissance en devenir.

Ce dimanche à 19h, Xbox tient sa traditionnelle conférence de l’E3, cette fois conjointement avec son nouvel acolyte de choc Bethesda, devenu l’un des Xbox Studios depuis le rachat de ZeniMax. Si les fiançailles des deux géants du secteur seront au cœur du Showcase, le Xbox Game Pass devrait prendre également la lumière, lui qui est devenu en quelques années un élément indispensable à la stratégie maison.

Avec l’arrivée de nouvelles consoles sur le marché, l’heure est à l’opération séduction pour les fabricants. Chez PlayStation, cela revient à vanter ses exclusivités telles que le tout dernier Ratchet & Clank : Rift Apart, véritable vitrine technologique de la PS5. Côté Xbox, le choix est tout autre.

18 millions de joueurs abonnés

La branche gaming de Microsoft a depuis quelques années fait de la diversité de ses contenus et de ses supports (console, PC et désormais smartphones et tablette grâce au cloud) le meilleur moyen de faire grossir sa communauté de joueurs. Et cela passe avant tout par un atout de choc : le Xbox Game Pass.

Lancé en 2017, le service de jeux en illimité sur abonnement a connu un démarrage timide avant de placer un coup d’accélérateur ces dernières années. En janvier dernier, Xbox annonçait même fièrement comptabiliser plus de 18 millions d’inscrits. Rapporté aux nombres de consoles vendues (50 millions de Xbox One et un peu plus de 5 millions de Xbox Series X|S), le ratio peut paraître élevé, mais c’est sans compter les utilisateurs PC Windows 10 qui sont peut-être majoritaires, personne du côté de la marque ne souhaitant répondre à cette question.

« Avec le Game Pass, nous avons véritablement redéfini la façon dont les jeux sont distribués, joués et partagés, » s’enthousiasme Satya Nadella, le patron de Microsoft. « C’est formidable de voir les progrès faits. J’ai hâte de voir comment nous allons continuer à investir dans le Game Pass pour ajouter plus de contenus et déployer le service à encore plus de zones géographiques. »

Car les projets sont grands chez Xbox. Et pas un seul ne semble se faire sans qu’on évoque le Game Pass. Une console payée en plusieurs mensualités et l’offre Xbox All Access inclut le Game Pass pour les nouveaux joueurs. Les nouveautés maison à venir, dans le Game Pass. Déployé sur les smartphones et tablettes Android, ainsi que désormais PC et appareils Apple via navigateur, le service Xbox Cloud Gaming repose sur une partie du catalogue Game Pass et sur son offre d’abonnement Ultimate (12,99 euros/mois). Pour le moment, sans cette dernière offre, point de jeu loin de sa console. Et il en sera visiblement pareil pour xCloud sur téléviseur connecté ou sur les mystérieux futurs appareils de jeu en streaming annoncés cette semaine.

De la méfiance à la gloutonnerie des joueurs

Devenu incontournable, le Game Pass revient pourtant de loin et peu y croyait vraiment lorsque, à son lancement, il s’appuyait plutôt sur des jeux plus ou moins anciens façon rétrocompatibilité parfois. « Le Game Pass était vraiment nouveau pour l’industrie et pour les joueurs . On était sûr de notre proposition, pas sûr que cela plairait pour autant,» rappelle à Frandroid Liz Hamren, responsable de l’expérience gaming et des plateformes chez Xbox. « Le succès est grandissant avec une adoption de plus en plus massive par les joueurs et les développeurs qui avaient beaucoup d’interrogations au début. Ils ont compris le potentiel en matière de propositions et de variété des jeux, de possibilité de jouer ensemble, de l’expérience et de l’engagement générés. »

Avec plus d’une centaine de jeux au catalogue pour un tarif démarrant à 9,99 euros mensuels (sur Xbox ou PC Windows 10), le Game Pass a su séduire. Chez Xbox, on reconnaît que l’ajout des exclusivités maison à leur sortie ou par la suite des jeux EA Play et Bethesda notamment ont été des étapes importantes dans l’évolution du service. « Le Game Pass est important et il nous semble important de mettre tous nos jeux dedans dès leur sortie, mais aussi des titres phares d’éditeurs tiers. Et les joueurs se disent ainsi : ‘Je ne peux pas croire que ce titre soit dans le Game Pass.’ Tout cela a changé la perception qu’ils pouvaient en avoir. »

40 % de jeux testés en plus

Des tournants dans la montée en puissance du Game Pass pour en faire un élément de communication tout aussi essentiel dans la « stratégie des 3 C » (Console, contenus, communauté) et modifier la vision des joueurs. « Auparavant, les joueurs devaient investir 60 dollars dans un jeu sans être sûrs qu’ils allaient l’aimer et s’amuser autant qu’espérer. Avec le Game Pass, ils ont découvert qu’ils pouvaient essayer autant de jeux qu’ils voulaient », rappelle Liz Hamren.

Liz Hamren, responsable des expériences services et plateformes chez Xbox

Liz Hamren, responsable des expériences services et plateformes chez Xbox // Source : Microsoft

Mais n’allez pas croire que les joueurs Game Pass mettent tout leur argent dans leur abonnement et c’est tout. Comme les titulaires d’abonnement cinéma ou musique en illimité, cela ne les empêche pas de dépenser à côté. Et parfois bien plus encore qu’un joueur lambda, martèle Liz Hamren : « Ce n’est pas vrai qu’un abonné ne dépense rien à côté. Si un jeu quitte le Game Pass et qu’il l’a adoré, il n’hésite pas à l’acheter pour le posséder définitivement. De même pour les DLC (qui ne sont pas compris avec les jeux dans le Game Pass, NDLR), les utilisateurs du service vont plus spontanément investir dans le contenu supplémentaire, car ils n’ont pas forcément l’impression d’avoir payé le jeu. »

À en croire Xbox, le Game Pass est autant un atout indéniable pour la voracité vidéoludique de ses utilisateurs qu’une aubaine pour les développeurs qui semblent ravir de la proposition, selon les dires de Microsoft. « Nous apportons de nouveaux joueurs à des franchises, des genres, des titres différents qu’ils n’auraient probablement pas essayés sans la facilité du Game Pass. Mais ils en ont eu la curiosité parce que c’était là », ajoute la responsable du service. « 90 % des abonnés disent qu’ils ont testé un jeu qu’ils n’auraient jamais essayé sinon. Ils jouent à 40 % plus de jeux et testent 30 % plus de genres différents de jeux que des joueurs qui ne profitent pas du service ».

Le Game Pass à toutes les sauces et partout

Liz Hamren s’amuse à présenter son poste et son équipe comme le liant entre le matériel, la plateforme et les jeux afin « de tout unifier pour créer une expérience Xbox forte d’un bout à l’autre ». Et au centre de tout cela, tel un cœur battant aux multiples artères, le Game Pass irrigue tout l’écosystème Xbox. Plus que de faire rentrer de l’argent chaque mois, il s’impose de plus en plus comme LE moteur de l’expérience.

Les exclusivités qui se font attendre ? Parlons plutôt Game Pass, a-t-on tendance à dire du côté de Redmond. Des nouveautés fortes ? Elles seront évidemment dans le Game Pass. Quid des 23 Xbox studios ? Ils vont venir gonfler l’offre du service avec leurs titres. Du contenu à gogo pour attirer les joueurs, mais pas seulement. « Nous cherchons toujours à ajouter de la valeur pour les joueurs, savoir ce qu’ils veulent, ce que nos partenaires veulent comme nos studios internes, et comment leur permettre de toucher encore plus de joueurs », résume Liz Hamren. « Alors nous étudions toutes les opportunités possibles ».

C’est pour cela que le Game Pass Ultimate a hérité du streaming avec xCloud pour permettre aux développeurs de toucher plus de monde et aux joueurs de jouer partout et à tout moment. De la puissance aussi pour transformer n’importe quel support en machine à jouer de haut vol. Le Xbox Cloud Gaming va d’ailleurs bientôt valoriser encore plus encore les titres du Game Pass en troquant les Xbox One S de ses serveurs contre des Xbox Series X. L’entrée dans une nouvelle ère technique pour le service dans le nuage et les jeux du Game Pass qui pourront profiter des dernières améliorations (FPS Boost, VRR, 4K, 120 FPS…), en attendant de voir les versions PC arriver, comme le promet Microsoft.

Nouveaux usages, nouveaux joueurs, nouveaux abonnements

L’avenir du Game Pass passe donc clairement par sa capacité à toucher de plus en plus de joueurs et à accroître la communauté. Avec le Game Pass sur TV, Microsoft va étendre sa puissance de frappe vers ceux qui n’ont pas forcément de Xbox One ou Series, ou qui voudront profiter du jeu en cloud partout. Mais le mobile reste aussi un réservoir important de joueurs à conquérir, notamment en Asie et en Afrique où le smartphone est roi, faute parfois de pouvoir s’équiper en console et PC.

« Les joueurs mobiles sont extrêmement importants, » reconnaît Liz Hamren. « Nous ne cachons pas vouloir toucher les trois milliards de joueurs à travers la planète et la majorité sont sur smartphones et tablettes. Pour les atteindre, il faut avoir une offre de jeu en streaming solide pour leur apporter la meilleure expérience Xbox possible. C’est pour cela que de plus en plus de jeux seront en haute résolution sur smartphone. »

La firme américaine assume que le cloud sera une priorité dans certaines régions du monde. « Il y a certains marchés où le streaming est le mécanisme principal ou bien la seule façon de jouer pour certains joueurs », reconnaît Liz Amren. Et cela va aussi nécessiter des adaptations d’abonnements pour répondre aux nouveaux usages, mais aussi aux réalités financières de certaines régions : « Il faut que nous interrogions sur le bon modèle pour chacun et comment trouver de nouveaux biais ou nouvelles offres pour attendre un maximum de joueurs. Et comment nous envisageons l’évolution des abonnements pour les personnes qui n’ont pas de matériel associé, avec le cloud en somme. »

L’offre Xbox Game Pass sur console, PC et mobile

L’offre Xbox Game Pass sur console, PC et mobile // Source : Microsoft

Aujourd’hui pour 12,99 euros par mois, il est possible de jouer sur trois types de supports (PC, console, mobile). Mais demain, si le cloud l’emporte, de nouveaux joueurs ne viendront plus que pour lui. Le Game Pass sera alors encore plus le moteur de croissance de Xbox en étant déployé absolument sur des milliards d’appareils supplémentaires.

« Le Game Pass est bon parce que les jeux qui sont dedans le sont. Nous devons travailler en ce sens pour faire grandir encore plus le service, la plateforme et ses outils. Il faut que les développeurs comprennent qu’ils ont là la possibilité de voir plus loin pour leurs jeux qui pourront être joués sur consoles, PC et en cloud avec le Game Pass », prédit Liz Hamren. « C’est pour cela que nous devons offrir aux jeux de quoi être encore plus immersifs, plus beaux graphiquement quand vous y jouez. » Renforcer l’aspect social de la plateforme est aussi une des priorités pour inciter encore plus de joueurs à venir pour jouer entre amis. L’avenir du Game Pass passe par tout ça, clame-t-on du côté de Seattle.

Evolution technique, catalogue voué à grossir avec l’ajout très certain de nouveaux studios partenaires et d’éditeurs tiers de plus en plus intéressés par la force de frappe du Game Pass en matière de nombre d’utilisateurs, le service vogue vers des cieux de plus en plus radieux. Certes, le Game Pass financièrement compense chaque mois les ventes de consoles sur lesquelles Microsoft a reconnu n’avoir jamais fait de bénéfices. Un succès qui n’empêchera pas Xbox de se voir reproché son manque d’exclusivités maison AAA. Mais à cela, le géant répond par la qualité de son service et sa variété de propositions, représentatives selon lui de la diversité des joueurs qu’il vise à travers le monde. Et toucher le plus grand nombre avec une offre où chacun y trouve son compte sur le fond et la forme, ça vaut bien plus que tous les blockbusters de la Terre. Au moins en chiffres.

Les derniers articles