L’avènement des smartphones pliables a été un pétard mouillé – Bilan de 2019

La révolution n'a pas eu lieu

 

En 2019, la première guerre des smartphones pliables a été annoncée. Arrivés à l'heure du bilan, nous sommes bien obligés de constater que l'explosion du marché... fut avant tout un pétard mouillé.

En 2018, après avoir observé les technologies d’écran pliable évoluer encore et encore au fil des ans, la guerre était annoncée. 2019 serait l’année de l’avènement des smartphones pliables, souvent considérés comme la prochaine étape d’évolution majeure pour nos produits.

Arrivés à la fin de l’année, et à l’heure de faire le bilan, nous sommes bien obligés de constater que les smartphones pliables sont loin d’avoir eu l’impact qu’on leur prêtait jusque là. Que s’est-il passé ? Il est temps de retracer les grands événements de 2019, à commencer par l’apparition de ces produits.

Pierre qui Royole n’amasse pas mousse

N’oublions pas que la disponibilité des smartphones pliables dans le monde n’a pas commencé par le Samsung Galaxy Fold. Bien au contraire : après avoir été officiellement dévoilé fin 2018, le Royole FlexPai est arrivé sur le marché début 2019 pour ravir la palme de premier smartphone pliable au monde.

Le FlexPai et sa charnière… étonnante

Le FlexPai et sa charnière… étonnante

L’appareil a surtout servi à prouver que l’intégration de cette nouvelle technologie n’allait pas être mince affaire. Si cela semblait déjà être le cas simplement en contemplant des visuels du produit, notre prise en main du Royole FlexPai lors du CES 2019 nous l’a définitivement prouvé.

Entre son format étrange, son optimisation logicielle aux abonnés absents et sa charnière mal finie, le FlexPai a gagné le droit d’être le premier smartphone pliable du marché qu’il était impossible de recommander. La leçon était là : il faut savoir prendre son temps pour la conception d’un tel produit.

Les rêves de Samsung se plient à la réalité

Si le Royole FlexPai restera comme une note en bas de page de l’histoire de la tech, le Samsung Galaxy Fold sera lui bien présenté comme le premier smartphone pliable sérieux du marché. Après des mois de rumeurs, c’est en février que Samsung officialisera la venue du Galaxy Fold, son premier smartphone pliable, qu’il a dévoilé en compagnie des nouveaux Galaxy S10, S10+ et S10e.

À l’époque de sa présentation, deux débats ont très vite remué la sphère tech mondiale : un appareil pliable a-t-il vraiment de l’intérêt, et un smartphone peut-il vraiment être vendu plus de 2000 euros ? Tous s’apprêtaient à répondre à ces deux questions… jusqu’à ce que la réalité ne rattrape Samsung.

Le Galaxy Fold v1 a connu de nombreux problèmes

Le Galaxy Fold v1 a connu de nombreux problèmes

Les premiers Samsung Galaxy Fold envoyés aux rédactions mondiales ont très vite connu des problèmes, faute d’une charnière qui laissait passer de nombreux débris sous l’écran et d’une protection d’écran obligatoire qui était bien trop simple à retirer. Le constructeur coréen a été forcé de rappeler l’appareil, le renvoyer en conception et a admis s’être précipité.

Le Huawei Mate X est passé par la case prison

Le duel d’envergure annoncé après le Mobile World Congress 2019 n’était autre que le sempiternel Samsung VS Huawei. Lors de l’événement barcelonais, le constructeur chinois a en effet présenté son propre smartphone pliable : le Huawei Mate X.

Face à la formule « tablette se refermant pour devenir un smartphone » de Samsung, Huawei a plutôt montré un smartphone pouvant se déplier pour devenir une tablette. Une formule qui a rencontré un peu plus la ferveur du public et qui a su nous convaincre en prise en main.

Cependant, l’exemple de Samsung a poussé Huawei à être un peu plus prévenant. Alors que son propre smartphone pliable n’était pas encore sorti sur le marché, le constructeur chinois a lui aussi repoussé sa sortie pour pouvoir en améliorer la solidité. Cette nouvelle version améliorée est enfin sortie en octobre… uniquement en Chine.

Très prometteur, mais hélas jamais sorti chez nous

Très prometteur, mais hélas jamais sorti chez nous

Pourquoi ? Tout simplement car les déboires de Huawei avec le gouvernement Trump ont commencé à s’appesantir sur la marque dès le mois d’août. Sur fond de guerre commerciale entre l’Amérique du Nord et la Chine, le constructeur a intégré l’Entity List qui a forcé les entreprises américaines à stopper toute interaction avec la marque. Parmi ces marques, on compte Google et Android : Huawei ne peut plus légalement utiliser le Play Store et les services Google associés.

La situation est encore en cours à l’heure où ces lignes sont écrites, et seul Microsoft a été relaxé pour continuer de travailler avec la marque chinoise. Côté Huawei, la marque a choisi de tenter sa chance en sortant le Mate 30 Pro en France, et le Mate X amélioré attendu au Mobile World Congress 2020 pourrait bien sortir également en Europe. Sans Google toutefois, ses chances de réussite sont limitées.

Xiaomi est passé à côté

À Samsung et Huawei s’ajoutait tout de même un autre constructeur chinois de renom : Xiaomi. La marque avait en effet commencé à présenter un prototype de smartphone pliable qui sortait du lot, se repliant sur lui-même sur deux côtés.

Dès fin janvier, le constructeur chinois montrait son prototype de smartphone pliable et laissait ainsi entendre qu’il serait lui aussi prêt à lutter contre ses adversaires premium du marché. Et puis… plus rien. La rumeur voulait qu’une présentation arrive entre avril et juin et que le smartphone soit beaucoup plus accessible que ses concurrents, mais il n’en a rien été.

Nous savons cependant que Xiaomi a continué à travailler sur un produit de la sorte par le biais des brevets que la marque a déposés sur l’année. On sait notamment que son smartphone pliable a bien changé d’aspect entre temps.

Ceci étant dit, ce dernier brevet nous a aiguillés quant à l’impact des recherches de Xiaomi sur ses produits. Pour cause ? La marque a présenté en fin d’année le Xiaomi Mi Mix Alpha, dont la particularité principale est d’avoir un écran s’enroulant sur la presque intégralité de la surface du téléphone, dos compris. Voilà qui semble être un produit né des recherches sur les écrans pliables.

Aux dernières nouvelles, le constructeur chinois réfléchirait à suivre une tendance lancée par un autre acteur…

Retour aux sources pour Motorola

Et celui-ci n’est autre que Motorola ! Comme à son habitude, la marque ne s’est pas tout de suite jetée sur la dernière tendance et a plutôt patienté quelques mois pour fournir sa propre version.

Cela s’est traduit par le Motorola Razr, un retour aux sources pour Motorola qui exploite ici une marque que l’on n’avait pas vue depuis l’âge d’or des téléphones à clapet. Et un retour logique, puisque cet appareil cherche à revenir sur ce design aujourd’hui d’un autre temps.

Plutôt que de chercher à transformer un smartphone en tablette et vice-versa, Motorola fait le pari culotté d’utiliser les écrans pliables pour remettre au goût du jour le clapet. Et du même temps, reviens à une des marques les plus populaires qu’il n’ait jamais créé.

Un pari qui n’est pas dénué de sens, et qui est aussi alléchant. Notre prise en main du Motorola Razr nous a donné envie d’en voir plus, mais encore une fois… ce ne sera pas un produit de 2019 pour nous autres français. Il faudra attendre le début de l’année 2020 pour le voir poindre le bout de son nez sur nos étagères.

Au moins sert-il en fin d’année à montrer que la route tablette/smartphone n’est pas la seule que la technologie peut employer. L’influence de Motorola risque d’ailleurs d’être pleinement ressentie en 2020.

Le vrai smartphone pliable de 2019

Retour donc au Samsung Galaxy Fold, le vrai premier smartphone pliable de 2019 qui, par la force des choses, est devenu plus ou moins… le seul smartphone pliable de 2019. Seul sur un champ de guerre fleuron encore bon la rosée du matin, et fort d’une révision poussée qui l’aura fait devenir plus résistant, il a brandi son épée pour asséner un coup puissant… dans l’eau.

Un smartphone précipité vers l’arène et vite recousu pour vaincre rapidement peut-il vraiment avoir ses chances ? Suite à notre test complet du Samsung Galaxy Fold, et malgré le fait qu’il soit devenu de facto le seul représentant de la révolution qui devait chambouler l’année, le constat est mitigé. Son problème n’est cependant pas totalement dû au fait qu’il est resté fragile.

D’un côté, le Galaxy Fold a montré que les espoirs de voir un jour un produit capable de remplir la place d’une tablette comme d’un smartphone n’étaient pas vains, et a commencé à prédire l’usage que l’on pourrait avoir d’une telle innovation. De l’autre, et c’est là qu’il paraît achevé dans la douleur, il n’arrive pas à remplir correctement la promesse de base d’aucun des deux produits.

Entre un smartphone à l’écran trop petit et trop allongé et une tablette dont l’écran s’entrecoupe d’une large encoche, le Galaxy Fold vendu extrêmement cher n’apparaît pas forcément premium. Il restera comme un tremplin pour ce que seront vraiment les smartphones pliables à l’avenir.

Les smartphones pliables, c’est pour 2020

Face aux nombreux travers qu’ont connus les smartphones pliables en 2019, que leur reste-t-il pour 2020 ? Pour être honnête : absolument tout. L’année n’a pas été aussi intense qu’annoncée, mais il ne s’agira finalement que de reculer pour mieux sauter du côté des constructeurs.

Les leçons qu’ils ont pu tirer des premiers retours du public et des essais des différents compétiteurs se ressentent déjà. Chez Samsung par exemple, un nouveau smartphone pliable a d’ores et déjà été annoncé, et prendra la forme d’un smartphone à clapet comme le Motorola Razr. Il n’est pas interdit qu’une tablette à écran pliable soit aussi prévue.

Côté logiciel, Android a pu également profiter de ce premier essai pour trouver les fonctionnalités et optimisations importantes pour son système. Il y a fort à parier qu’Android 11, qui devrait commencer à être dévoilé lors de la Google I/O 2020, insiste toujours plus sur cet aspect. Si Microsoft a présenté sa Surface Duo sans écran pliable, il y a fort à parier que l’acteur se prépare lui aussi à cette révolution.

Car 2020 sera potentiellement l’année où l’un des plus gros problèmes des smartphones pliables sera résolu : celui de la protection des écrans. Les premiers écrans en verre pliables commencent à faire parler d’eux, et seraient intégrés dès 2020 sur de nouveaux produits. Les capteurs photo commencent aussi à déménager sous l’écran du côté des smartphones traditionnels, une technologie qu’on espère adaptable ensuite aux écrans pliables.

Sans l’ombre d’un doute, 2019 fut au final une année sous forme de bêta pour les smartphones pliables. Avec un bon d’espoir, 2020 sera cette fois-ci la bonne, bien qu’il est impossible de déterminer actuellement dans quelle direction le marché partira vraiment.

Les derniers articles