Geely : qui est ce constructeur automobile et sa voiture aux 1 000 km d’autonomie qui arrive en France

guili-guili

 

Geely : ce groupe chinois aux débuts modestes est devenu l'un des plus grands fabricants automobiles au monde en l'espace de seulement deux décennies. Intéressons-nous à son histoire, mais aussi à toutes les marques qui composent désormais ce grand à l'appétit énorme.

Geely Vision Starburst Concept // Source : Geely

Technologiquement compétitives, moins chères, vraiment ambitieuses… les voitures électriques chinoises arrivent. Les constructeurs chinois inquiètent l’industrie depuis des années, ils sont soudainement là.

NioXpeng ou encore BYD et MG. Si elles ne sont pour la plupart pas encore vendues en France, les marques chinoises commencent tout doucement leur invasion, alors qu’elles étaient très nombreuses au Mondial de l’auto. Parmi ces marques, Geely est partout. Prenons, justement, le temps de mieux connaître ce groupe qui semble avoir un appétit insatiable.

Qui est Geely et quelle est son histoire ?

Geely Automobile Holdings, ce nom ne vous dit sûrement rien, mais il s’agit pourtant d’un des plus grands constructeurs automobiles au monde. Contrôlé par le milliardaire Li Shufu, Geely fait partie des constructeurs automobiles chinois qui cherchent à dominer l’industrie automobile en surfant sur l’électrification et la conduite autonome.

Li Shufu

Le groupe n’a rien d’un groupe récent, il a été fondé 36 ans auparavant en Chine, à Taizhou (Zhejiang). Le véritable Geely a commencé en 1994, lorsque le fondateur, qui était un fabricant de réfrigérateurs qui souhaitait se lancer dans le secteur automobile, a acheté un fabricant de motos appartenant à l’État chinois.

En 2010, Geely ne vendait « que » 400 000 véhicules. Son ascension a débuté au début des années 2000, il s’est ensuivi de nombreuses acquisitions et prises de participation, mais également des exportations tout autour du monde.

Tout en se développant rapidement en Chine, Geely a par ailleurs misé sur une expansion internationale. Cependant, sa première acquisition est surprenante. En effet, en 2006, Geely a acquis une participation majoritaire dans Manganese Bronze Holdings, qui est l’une des principales entreprises qui produisent les taxis de grande renommée noirs de Londres.

Geely fait l’acquisition de Volvo Cars en 2010, la marque suédoise appartenait à Ford. En 2016, Geely a acquis 50 % de Proton, une marque malaisienne qui produit environ 500 000 voitures tous les ans, qui se trouvait aussi être copropriétaire de la marque Lotus. En 2017, d’ailleurs, Geely a pris une participation majoritaire dans Lotus.

Logo Geely

En 2018, après que Daimler AG refuse de vendre une participation de 5 % pour approximativement 4,5 milliards de dollars, le groupe chinois a augmenté sa participation à 6,6 % dans Kuwait Investment Authority et à 3,1 % de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi pour un montant de 9 milliards de dollars. Avec ces deux investissements, Geely Holding Group a pu obtenir 9,69 % du groupe Daimler AG, ce qui en a fait le principal actionnaire. Cette participation a ensuite engendré la création d’une coentreprise entre Geely et Daimler en 2019, autour de la marque Smart.

Plus récemment, le groupe chinois Geely a noué une collaboration avec le groupe Renault. Les deux groupes ont signé un accord autour du projet Horse. C’est à travers cette entité, une co-entreprise, que les deux groupes continueront à développer les moteurs à combustion. L’objectif de cette collaboration est de réduire les coûts de développement des moteurs à combustion pure et hybride. Renault aspire ainsi à devenir le fournisseur d’autres groupes qui choisissent d’abandonner le développement des moteurs thermiques. C’est également avec Renault que Geely co-développent des plateformes basées sur les solutions Snapdragon Digital Chassis.

En 2021, dans le monde, le groupe Geely a vendu plus de 2,2 millions de voitures. Il s’agit du plus grand constructeur automobile privé chinois, et le constructeur automobile chinois vise désormais à ce que ses ventes à l’étranger représentent 20 % de ses ventes totales d’ici à 2025.

Quelles sont les marques du groupe Geely ?

Volvo

Première marque du groupe Geely, la marque suédoise Volvo. Dernièrement, on a pu découvrir l’EX90. Il s’agit d’un imposant SUV tout électrique qui commencera à être livré fin 2023. L’EX90 introduit une nouvelle architecture, et c’est une étape marquante dans l’électrification du groupe, ainsi qu’une toute nouvelle interface basée sur Android Automotive et propulsée par une puce Qualcomm Snapdragon pour l’infodivertissement.

Volvo EX90 // Source : Ulrich Rozier pour Frandroid

Volvo veut faire de son EX90 la voiture la plus sûre au monde, on retrouve donc de nombreux capteurs, comme le LiDAR à l’avant, sans oublier la puce Nvidia Drive Orin. En plus de fonctions de sécurité, cet ensemble permet d’alimenter la conduite autonome sur la prochaine génération de modèles Volvo.

Dans la pratique, la Volvo EX90 est dotée de la conduite autonome de niveau 2. Mais le LiDAR lui permettra de proposer une conduite autonome de niveau 3 dans le futur, lorsque la réglementation et la partie logicielle seront prêtes.

Volvo C40 // Source : Frandroid

On attend désormais des nouvelles de l’EX30, qui se situerait alors sous les actuels les XC40 et C40 Recharge dans la gamme, qui sera sans doute annoncé en 2023. En 2019, Volvo a annoncé son intention de produire uniquement des voitures électrifiées à partir de 2040 dans le monde. En France, c’est déjà le cas depuis septembre 2022. On devrait découvrir un nouveau modèle 100 % électrique tous les ans.

Polestar

Polestar était initialement la division performance de Volvo Cars Corporation. En 2017, Geely a décidé d’en faire une marque à part entière, spécialisée dans les véhicules électriques. Concrètement, il s’agit de voitures sur la base de modèles Volvo, elles partagent donc la plateforme, le châssis, la transmission, la direction, le moteur, les roues et même les freins.

Pour le moment, Polestar a produit deux voitures. La Polestar 1, qui est un coupé hybride rechargeable absolument canon, et par ailleurs la Polestar 2, la première voiture 100 % électrique du constructeur.

Polestar O2
Polestar 6 LA Concept edition // Source : Polestar

Le constructeur suédois prévoit de commercialiser au moins quatre nouveaux véhicules 100 % électriques : la Polestar 3 qui est un gros SUV, la Polestar 4 sous forme de SUV coupé, la Polestar 5, une berline luxueuse et sportive et enfin la Polestar 6, ce sublime coupé électrique.

Depuis 2020, Polestar avait l’interdiction de vendre sur le territoire français ses voitures avec le logo de la marque. Celui-ci a en effet été jugé trop proche de ceux de Citroën et DS. La marque sino-suédoise avait donc pris la décision d’abandonner le marché français. Il y a quelques semaines, on s’attendait au pire, puisque Citroën avait intenté une action en justice contre Polestar au niveau européen cette fois-ci.

Mais plus de peur que de mal finalement, parce que les deux entreprises sont parvenues à un accord, resté secret. On imagine que Polestar a dû sortir le chéquier et que Citroën a mis de l’eau dans son vin. Un porte-parole du constructeur français a précisé que « les plaintes ont été retirées. L’affaire est close ». Désormais, l’arrivée de Polestar en France est imminente.

Lynk & Co

Vous avez peut-être déjà croisé dans les rues de Paris. Le constructeur chinois Geely et sa filiale suédoise, Volvo, proposent des voitures sous forme d’une formule résiliable à tout moment et se présentent comme « le Netflix de l’automobile ». Tout se passe sous la marque Lynk & Co.

La première voiture se nomme 01, la Lynk & Co 01, c’est un SUV hybride rechargeable qui devrait vous évoquer la Volvo XC40. Le SUV hybride rechargeable emprunte, en effet, la mécanique du Volvo XC40 T5 Recharge.

Source : Lynk & Co

On parle donc d’un 3-cylindres essence turbo de 180 chevaux et un moteur électrique, pour un total de 261 chevaux. En 100 % électrique, elle ne dépasse pas les 70 kilomètres d’autonomie. Comme on l’expliquait plus haut, vous pouvez la louer pour 550 euros par mois (contrat de 11 mois renouvelable) ou l’acheter pour 41 500 euros.

Lynk & Co 03

La 02 et la 03 sont déjà connues, mais le constructeur chinois n’a pas encore annoncé leur commercialisation. La Lynk & Co 03, par exemple, est une berline, produite en Belgique, qui utilise également la plateforme CMA ainsi que le châssis de la Volvo XC40. On sait encore peu de choses sur cette berline, à part qu’elle n’existe qu’en version hybride rechargeable comme le SUV 01.

Lotus

Lotus Cars est historiquement un constructeur automobile britannique spécialisé dans les voitures sportives. Pour la petite anecdote, le Tesla Roadster originel de 2008 a été conçu sur la base d’une Lotus Elise. Comme expliqué plus haut, Geely détient une participation 51 % des parts de Lotus Cars. Le constructeur sino-britannique se tourne progressivement vers l’électrique avec l’Evija, une hypercar zéro émission produite depuis 2020.

Lotus Eletre (2023) // Source : Eletre

On revient surtout sur le Lotus Eletre, un SUV 100 % électrique sportif qui n’a rien à envier à Tesla. En effet, ses performances annoncées sont impressionnantes, avec 600 ch minimum (et jusqu’à 900 ch), moins de 3 secondes de 0 à 100 km/h, 260 km/h en pointe et 600 kilomètres d’autonomie avec sa batterie de plus de 112 kWh et une architecture sous 800 volts. La charge maxi à 350 kW DC permettrait de regagner 400 km en juste 20 minutes. En courant alternatif, l’Eletre culmine à 22 kW.

Pour la conduite autonome, la Lotus Eletre est dotée d’un LiDAR rétractable (une première sur une voiture de série), permettant de se ranger à l’intérieur de la carrosserie lorsqu’il n’est pas utilisé. Ses tarifs vont de 96 890 euros à plus de 150 000 euros en France, avec des livraisons dès 2023.

Au-delà de ce SUV, trois nouveaux modèles électriques sont en cours de production. Lotus ne s’arrêtera pas de fabriquer des petites sportives, même électriques. Lotus a déjà annoncé l’arrivée de la Type 135, une sportive électrique qui fera son apparition en 2027.

Zeekr

Zeekr est une marque haut de gamme de Geely qui… arrive en Europe. La Zeekr 001 pourrait même arriver en Europe au cours de 2023. La Zeekr 001 est une grande berline électrique rivale des Tesla Model S et autres Mercedes EQS. Elle a été annoncée durant l’été 2022, elle a d’ailleurs fait sensation, puis qu’elle pourrait en théorie atteindre les 1 000 kilomètres d’autonomie grâce à sa batterie Qilin CTP 3.0 fournie par CATL.

Zeekr 001 // Source : Geely

Dans les faits, c’est tout de même un peu différent. En effet, cette valeur est indiquée selon le cycle chinois CLTC, auquel il faut retirer environ 15 % pour atteindre le WLTP européen. Soit tout de même environ 850 km.

Zeekr 009 // Source : Geely

La jeune marque chinoise Zeekr a également officialisé son 009, un van électrique haut de gamme déjà teasé il y a quelques semaine. Le van électrique est également doté de la conduite semi-autonome grâce à 12 radars à ultrasons ainsi que diverses caméras HD. Ainsi, le véhicule peut évoluer sur l’autoroute et opérer des changements de voie, comme le propose notamment Tesla avec son Autopilot et son système de conduite autonome FSD.

Geely compte affronter Nio ou encore Tesla avec cette marque, le groupe chinois a par ailleurs annoncé que Zeekr collaborerait avec Waymo pour développer un véhicule autonome tout électrique pour les États-Unis. Pour la petite anecdote, le nom de la marque est composé de Génération Z et du terme geek.

Geometry

La marque Geometry conçoit des voitures 100 % électriques, elle a été fondée en 2019 par Geely. Si vous ne l’avez pas croisé en France, c’est logique. Cependant, son SUV Geometry C est très présent en Israël. Il s’est classé premier dans le segment des véhicules électriques 100 % électriques en Israël, avec une part de marché de 21,7 % au premier semestre 2022.

Geometry C // Source : Geely

Il s’agit d’un crossover électrique, une berline compacte 5 portes basée sur la plateforme BMA. Il s’agit en réalité d’un remaniement de la Geely Emgrand GSe (un modèle de 2016). Ce modèle C utilise un moteur de 150 kW / 310 Nm, avec une autonomie de 400 à 550 km entre les versions.

Dès 2023, Geely distribuera son Geometry C en Europe de l’Est, pour commencer. La Hongrie, la République Tchéque et la Slovaquie sont les marchés cibles. La marque Geometry prépare aussi une inédite citadine électrique baptisée Panda Mini.

Maple

En 2020, Geely a lancé (ou plutôt relancé) en Chine la marque Maple. Shanghai Maple Automobile, ou SMA, a été racheté par Geely en 2002. En 2010, Geely arrête d’utiliser la marque SMA ou Maple, remplacée par Englon, marque elle-même abandonnée par la suite. Début 2022, Geely s’est associé au groupe Lifan, ils ont ainsi dévoilé la Maple Leaf 60S. On sait encore peu de choses sur cette voiture 100 % électrique, c’est un véhicule qui sera utilisé principalement comme taxi, avec un système de changement de batteries.

Proton

Proton est un constructeur automobile malaisien qui a fortement intéressé Geely et PSA Peugeot Citroën, Renault et le japonais Suzuki Motors. Finalement, en juillet 2017, Geely a emporté le deal et a récupéré 49,9 % de Proton. Le groupe chinois partage le capital de Proton avec le conglomérat malaisien DRB-HICOM. Geely a beaucoup investi dans le développement d’une usine en Malaisie, tandis que les deux derniers SUV de la marque (les X50 et X70) sont des voitures Geely rebadgées.

Farizon

Farizon est la marque de Geely spécialisée dans les utilitaires légers électriques (VUL). On les verra sans doute circuler en Europe dès 2024, puisque geely a annoncé son intention de commercialiser le SuperVan, un fourgon personnalisable construit sur l’architecture GMA de Geely.

Smart

La marque allemande Smart n’est plus tout à fait allemande, elle est désormais gérée par nouvelle co-entreprise Smart Automobile Co Ltd. entre le constructeur allemand Mercedes-Benz et le chinois Geely. C’est le cas de la toute récente Smart #1, un SUV compact, dont le design a été dessiné par Mercedes mais qui utilise la plateforme SEA (qui équipe également le Zeekr 009) de Geely. Elle est même fabriquée en Chine par Geely.

Smart #1 // Source : Smart

Tout juste commercialisé en France, ce SUV urbain 100 % électrique intègre une batterie de 66 kWh avec une autonomie WLTP de 440 km. La version Brabus offre moins d’autonomie, avec elle utilise une transmission intégrale avec un moteur à l’avant et un moteur à l’arrière pour un total de 315 kW (428 ch) et 543 Nm. Ce combo permet d’abattre 0 à 100 en 3,9 secondes. Le Smart #1 démarre à 39 990 € hors bonus, compter 47 490 € pour la version Brabus.

Le SUV électrique Smart #1 devrait bientôt se décliner en une nouvelle version plus grande et un peu plus haut de gamme. Baptisé Smart #3, ce futur SUV coupé électrique devrait voir le jour dans le courant de l’année 2023.

Radar New Energy Automobile

Avec Radar, Geely veut s’attaquer à l’Américain Rivian avec une gamme de pick-up électriques. Lancée en juillet 2022, Radar Auto a déjà montré son Radar RD6. Toutes les données techniques ne sont pas encore connues, mais nous savons d’ores et déjà que le RD6 est équipé d’un moteur électrique de 200 kW (272 ch) et est doté d’une capacité de charge rapide maximale de 120 kW lui permettant de récupérer 120 km d’autonomie en 15 minutes. Le 0 à 100 km réclame environ sept secondes.

Radar RD6 // Source : Radar

Trois tailles de batteries seront proposées, même si elles n’ont pas été détaillées. Nous savons qu’il s’agira d’une batterie NCM (Ni55) qu’il y aura trois niveaux d’autonomie : 350 km pour la version de base, 550 km pour le modèle « standard range » et 610 km pour le dérivé « long range ». Ces autonomies ont été homologuées par le cycle chinois CLTC, l’équivalent moins strict de notre cycle mixte WLTP en Europe. Il convient donc de retirer environ 15 % d’autonomie pour retomber sur les valeurs européennes.

Le modèle est équipé de 12 aides à la conduite, dont le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertissement de collision avant et l’avertissement de collision arrière. Il y a également une charge bidirectionnelle V2L d’une puissance maximale de 6 kW lui permettant de recharger d’autres objets (vélos électriquestrottinettes électriques…).

Geely a certainement un rôle à jouer, celui de proposer un pickup électrique moins cher qu’un Ford F-150 Lightning ou qu’un Tesla Cybertruck.

Zhidou, Aston Martin, Jidu Auto, Geespace…

Geely possède une multitude de marques avec des positionnements précis. On peut citer, par exemple, Zhidou. Une énième coentreprise fondée par Geely Holding Group, XDY Machinery and Electronics Group et GSR Ventures. C’est une marque spécialisée dans les voitures électriques, elle a été fondée en 2005. Initialement porté sur l’Europe, Zhidou est présent en Italie avec de petits véhicules, les Zhidou D1, D2 et D3.

Il y a aussi la marque Jidu Auto, née de la collaboration entre Baidu et Geely. Dévoilée en juin dernier sous la forme d’un concept, la nouvelle Jidu Robo-01 est un SUV qui utilise la plateforme SEA de Geely.

Jidu Robo-01 // Source : Jidu

De son côté, Baidu se charge de la partie logicielle et conduite autonome, alors qu’elle développe depuis quelques quelques années le système Apollo qui atteint aujourd’hui le niveau 4 de conduite autonome. Équipé de 31 capteurs, dont 2 LiDAR, le SUV peut ainsi atteindre le niveau 3, le seul autorisé en Europe actuellement même si Mercedes vient de mettre en place le niveau 4 dans un parking d’aéroport.

L’emblématique constructeur automobile britannique, Aston Martin, est également lié à Geely. En effet, le chinois Zhejiang Geely Holding Group, ou plus simplement « Geely », est entré au capital d’Aston Martin Lagonda Global Holdings, à hauteur de 7,6 % en octobre 2022. Ce n’est pas la première fois que Geely tente de mettre un pied au capital d’Aston Martin. Geely a tenté plusieurs fois de rentrer au capital d’Aston Martins. La première Aston Martin 100 % électrique commence à se profiler, il s’agit d’un coupé sportif.

Enfin, terminons ce dossier en regardant vers les étoiles. En effet, Geely a lancé Geespace pour déployer une constellation de satellites. Cette stratégie ressemble à celle de SpaceX avec les satellites Starlink. Elon Musk prévoit de proposer une connexion satellite dans ses Tesla pour ne pas dépendre des opérateurs mobiles.

Le groupe chinois aspire à mettre en place une constellation en orbite basse de 240 satellites, pour la conduite autonome de ses marques automobiles. En juin 2022, un premier déploiement de 40 satellites a été effectué par une fusée Longue March 2C de l’agence spatiale chinoise (CNSA).


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.