En lisant les commentaires et vos messages, nous nous sommes aperçus que Google Stadia n’était pas bien compris. Voici donc Google Stadia pour les nuls, avec 21 questions et leurs réponses.

Manette Google Stadia – Crédits : Numerama

Il y a de la confusion autour de Google Stadia, le cloud gaming de Google. Pour la sortie de la plate-forme, il est temps de répondre à quelques questions pour mieux appréhender ce que Google nous a préparé.

Qu’est-ce que le cloud gaming ?

Aujourd’hui, vous glissez un disque dans votre console de jeu ou vous téléchargez les fichiers d’un jeu sur sur votre appareil, et… il y a aussi la Nintendo Switch avec ses cartouches. En fonction des composants à l’intérieur de votre appareil, votre jeu sera plus ou moins beau et fluide.

Schéma récap du fonctionnement du cloud gaming

Avec le cloud gaming, cette « boîte de jeu » réside dans un centre de données rempli de serveurs, situés à des kilomètres de votre position. Vous jouez à des jeux, comme lorsque vous regardez une vidéo YouTube ou Netflix, sous la forme d’une série d’images vidéo compressées qui sont envoyées par les serveurs sur votre appareil. A la différence des vidéos, les jeux réagissent à vos entrées. Chaque fois que vous appuyez sur un bouton permettant à votre personnage de sauter, cette entrée est envoyée à un serveur distant, c’est interprété et le serveur vous envoie une nouvelle image. Multipliez par 30,  60 ou 144 images par seconde et vous obtenez une vidéo.

Quels sont les avantages du cloud gaming ?

Maintenant que vous savez comment ça marche théoriquement, voici les intérêts du cloud gaming :

  • Vous pouvez jouer sur n’importe quel écran : smartphone, tablette, TV, PC… et même un vieil ordinateur portable qui ne ferait tourner aucun jeu normalement ;
  • Vous bénéficiez de la puissance d’une machine de jeux dédiée, sans avoir à en monter une, ni à en acheter une ;
  • Vous n’avez pas de maintenance à effectuer ;
  • Il y a aucune attente de téléchargement (ou presque) ou de mises à jour des jeux ;
  • L’essai d’un jeu est aussi facile et simple que de lancer une série sur Netflix ;
  • Les temps de chargement sont généralement plus courts dans les jeux ;
  • La puissance est auto-évolutive, ce n’est pas à vous d’acheter une nouvelle carte graphique pour bénéficier de davantage de performances ;
  • Vous pouvez souscrire à une offre un mois pour tester un jeu que vous attendiez, puis arrêter l’abonnement quand avez terminé votre jeu ;
  • Certains jeux pourront bénéficier de nouvelles fonctionnalités permises par le cloud gaming (comme dans un réseau local, imaginez un monde virtuel avec des milliers de personnes connectées au même endroit) ;
  • La plupart des data centers sont efficients d’un point de vue énergétique, en d’autres mots : la consommation d’énergie est minimisée pour un service rendu identique ;
  • Le matériel utilisé dans les data centers (CPU, GPU, stockage, mémoire, câbles…) est optimisé et souvent recyclé en fin de vie.

Evidemment, ces avantages diffèrent en fonction des caractéristiques des offres, des data centers et des plate-formes.

Le cloud gaming et l’environnement : bon ou mauvais ?

Est-ce que le cloud gaming est bon pour l’environnement ? Cette question revient souvent. La réponse à cette question est loin d’être simple à donner.

D’un côté, les centre de données optimisent l’énergie utilisée. La plupart des centres de données utilisent de l’énergie renouvelable, ce qui n’est pas nécessairement le cas de l’énergie que vous avez chez vous. D’ailleurs la chaleur générée sert souvent à chauffer des habitations l’hiver par exemple. Enfin, ces centres de données vont également avoir tendance à mutualiser les ressources, comme les GPU, la mémoire… et à prévoir des programmes de recyclage lorsque le matériel est en fin de vie.

D’un autre côté, utiliser Internet pour jouer à des jeux solo qui pourraient tourner chez vous sans connexion, c’est également utiliser des ressources supplémentaires. Aujourd’hui, le streaming vidéo est la principale source de trafic Internet, avec 58 % du trafic. Netflix à lui seul représente 15 %. Le cloud gaming ne concerne pas uniquement l’électricité utilisée par les appareils chez vous, telles que la TV et la console, mais également l’électricité utilisée pour les serveurs, et l’ensemble de l’infrastructure réseau permettant de livrer un flux vidéo jusqu’à votre écran. Même en supprimant la demande en énergie de la console, le cloud gaming consomme beaucoup d’énergie. La demande en énergie des data centers, même si elle est optimisée et vient souvent d’une source renouvelable, est toutefois éclipsée par l’électricité utilisée par le réseau impliqué dans la livraison de nos données. Google ne contrôle pas ça, c’est le travail des fournisseurs d’accès internet et des autres acteurs en charge du transfert des données sur Internet.

Enfin, il y a également le risque que l’empreinte énergétique du cloug gaming devienne invisible et nous incite à nous en soucier moins. Quand vous avez une grosse tour avec une grosse alimentation, vous avez généralement à quel point elle consomme et vous êtes donc conscients de l’impact que cela peut avoir sur vos factures d’électricité.

Qu’est-ce que Google Stadia ?

Avec Stadia, Google nous a expliqué, que les joueurs peuvent jouer à des titres AAA haute définition, sans avoir à acheter une console. Stadia est donc avant tout une technologie de cloud gaming développée par Google associée à une plate-forme de jeux développée également par Google. D’ailleurs, au départ nous ne connaissions pas la plate-forme, mais juste la technologie sous le nom de Project Stream, nous l’avions essayé à l’époque.

Google Stadia

Tout ce dont vous avez besoin est d’un navigateur Google Chrome et d’une connexion Internet. Bien entendu, vous pourrez jouer aux mêmes jeux sur n’importe quel écran, que ce soit un ordinateur de bureau, un ordinateur portable, une télévision, une tablette ou un téléphone portable. Supposons que vous jouez à Destiny 2 sur votre télévision, mais que vous devez rapidement partir de chez vous. Vous pouvez reprendre votre partie sur votre smartphone.

Mais c’est le Netflix du jeu vidéo ?

Alors, non pas du tout. Comme vous le verrez plus loin dans l’article, il y a une caractéristique très différente dans la conception des offres, mais l’analogie ne va pas très loin. Netflix et Stadia sont similaires par la manière dont les jeux vous sont livrés – pas par la bibliothèque de jeux que vous payez. Le service de jeu PlayStation Now de Sony ressemble un peu plus à Netflix, avec un catalogue important de plus de 750 jeux PS2, PS3 et PS4 que vous pouvez utiliser en streaming pour 9,99 euros par an. Vous payez cet abonnement tous les mois, et c’est tout.

Combien ça coûte Stadia ?

Google a présenté deux offres Stadia. La première est Stadia Base, elle est gratuite. Mais, cela ne signifie que vous pourrez jouer gratuitement. Il faudra acheter vos jeux comme sur Steam, sur votre PS4 ou votre Switch, et pas n’importe où : dans le catalogue proposé par Google. L’offre Stadia Pro propose la même chose, avec quelques jeux offerts dont Destiny 2: The Collection pour le lancement. La différence entre les deux offres est surtout la qualité d’expérience proposée : définition Full HD avec son stéréo sur l’offre de base contre 4K en son surround 5.1 sur l’offre Pro.

Tableau des offres Stadia

Vous n’avez pas nécessairement besoin d’un Chromecast Ultra pour jouer ou de la manette Stadia Controller, mais Google vend des packs pour faciliter l’installation de ses premiers joueurs.

Pays Founder's Edition Stadia Pro (mensuel) Stadia Controller
Pays Founder's Edition Stadia Pro (mensuel) Stadia Controller
US $129 $9.99 $69
Canada $169 $11.99 $89
Royaume-Uni £119 £8.99 £59
Irlande 129 euros 9,99 euros 69 euros
France 129 euros 9,99 euros 69 euros
Allemagne 129 euros 9,99 euros 69 euros
Italie 129 euros 9,99 euros 69 euros
Espagne 129 euros 9,99 euros 69 euros
Pays-Bas 129 euros 9,99 euros 69 euros
Belgique 129 euros 9,99 euros 69 euros
Finlande 129 euros 9,99 euros 69 euros
Danemark 999 DKK 69 DKK 549 DKK
Suède 1 399 SEK 99 couronnes 749 SEK
Norvège 1 299 NOK 99 NOK 699 NOK

Pour son lancement, Google a commercialisé deux éditions spéciales : le Founder’s Edition (Google a tout vendu) et le Premiere Edition. Ces packs intègrent une manette de jeux Stadia, un Chromecast Ultra et trois mois d’abonnement à Stadia Pro.

Il y a quoi dans le pack de démarrage Stadia ?

Nous avons déjà reçu un pack Founder Edition, Manuel a déballé tout ça en vidéo sur Twitter.

Comme nous l’avons déjà précisé, ce pack n’est pas nécessaire pour utiliser Stadia.

C’est disponible quand et dans quels pays Stadia ?

Google Stadia est disponible aux premiers acheteurs depuis le 19 novembre 2019. Malheureusement, peu de joueurs peuvent jouer Day One car Google a prévu de prendre deux à trois semaines pour livrer ses premiers joueurs. En plus, vous devez attendre que le paquet contenant un Chromecast Ultra et la manette Stadia soient physiquement arrivés avant de pouvoir commencer à jouer. Google a annoncé qu’il prévoit d’expédier toutes les précommandes dans les deux semaines suivant son lancement. Vous pouvez toujours commander des packs Stadia Premiere Edition.

Pour jouer « gratuitement », il faudra patienter. L’offre Stadia Base sera disponible courant 2020.

Plusieurs pays sont concernés par Google Stadia, principalement en Europe occidental et en Amérique du Nord. Google peut compter sur ses nombreux data centers, et c’est un élément essentiel du cloud gaming. En effet, pour proposer une bonne expérience de jeu, vous ne devez pas être à plus de quelques centaines de kilomètres du centre de données où sont stockés les serveurs.

Quel catalogue de jeux pour Stadia ?

Avant de vous parler des jeux, évoquons les différents façons de jouer sur Stadia, il y en a 3 :

  • Vous payez 9,99 euros par mois pour un abonnement Stadia Pro avec une bibliothèque très limitée – seulement Destiny 2 pour commencer ;
  • Vous achetez des jeux Stadia à plein tarif (nous n’avons pas encore le prix des jeux, mais les tarifs devraient être proches de ceux que l’on trouve dans le commerce sur les autres plate-formes) ;
  • Vous vous inscrivez à des abonnements supplémentaires pour avoir accès à une variété de jeux différents, Ubisoft a promis de proposer son service UPlay+ sur Stadia, il faudra payer le service en plus pour accéder aux jeux de l’offre d’Ubisoft.

Pour le lancement, 22 jeux sont disponibles (10 ont été ajoutés).

  • Bungie: Destiny 2: The Collection (intégré dans l’offre Pro)
  • Drool : Thumper
  • Gwen Frey : Kine
  • Rockstar Games : Red Dead Redemption 2
  • SNK : Samurai Shodown
  • Square Enix : Tomb Raider Definitive Edition, Rise of the Tomb Raider, Shadow of the Tomb Raider Definitive Edition
  • Tequila Works : Gylt (exclusivité Google Stadia)
  • Ubisoft: Assassin’s Creed Odyssey, Just Dance 2020
  • Warner Bros.: Mortal Kombat 11

Google prévoit de consolider son catalogue à une vingtaine de jeux d’ici fin 2019 et de continuer à le compléter régulièrement. La liste est disponible ici.

Google a également officialisé Baldur’s Gate 3 (Larian Studios)Cyberpunk 2077 (CD Projekt Red) ou encore Doom Eternal, Doom 2016 et The Elder Scrolls Online du studio Bethesda. Mais nous ne connaissons pas encore les dates de disponibilité de ces jeux.

Quelles sont les exclusivités sur Google Stadia ?

Pour le moment, il y a une seule exclusivité prévue à la sortie de Stadia : Gylt. C’est le nouveau titre des créateurs de RiME. Dans ce jeu d’aventure en solo, votre but est d’aider une petite fille, nommée Sally, à voyager dans un monde surprenant et terrifiant à la recherche de sa cousine disparue, Emily.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Faut-il acheter ses jeux sur Google Stadia ?

Globalement, oui. L’offre Pro intègre un jeu offert, plusieurs autres jeux seront intégrés à l’avenir… mais la grande majorité du catalogue intégrera des jeux qu’il faudra acheter individuellement. Comme précisé plus haut, vous pourrez associer Stadia à d’autres abonnements, comme celui d’Ubisoft Uplay+. A ce moment là, il faudra payer votre abonnement UPlay+ en plus.

Sur quels appareils je peux jouer à Google Stadia ?

Pour le lancement, vous pourrez utiliser Stadia sur des ordinateurs portables ou des PC dotés d’un navigateur Chrome, que ce soit Windows 10 ou macOS, mais aussi sur les smartphones Pixel ainsi que le dongle Chromecast Ultra qui se connecte au port HDMI situé à l’arrière de votre téléviseur.

Plus tard, vous pourrez jouer sur n’importe quel smartphone, que ce soit un Android ou un iPhone, mais aussi sur tablettes Android et iPad. Evidemment, les Chromebooks aussi.

L'application Google Stadia donne accès au service de cloud gaming éponyme. Vous pouvez y retrouver votre catalogue, une boutique pour acheter...

3 raisons de télécharger cette application

  • Donne accès à Google Stadia sur smartphone
  • Liste d'amis en ligne
  • Pas d'abonnement à payer (à partir de 2020)

Qu’est-ce que je peux configurer sur Google Stadia ?

Google Stadia est conçu comme du plug and play. Vous n’avez pas besoin de configurer quelque chose de plus qu’un compte Google, Google se charge d’envoyer le meilleur flux possible en fonction de votre appareil et de votre connexion. Comme vous le verrez au lancement, il y a également quelques options d’optimisations, mais c’est très limité en comparaison de ce que l’on a sur PC.

Quelle connexion pour jouer sur Google Stadia ?

Théoriquement, une connexion ADSL stable peut suffire. Evidemment, il y a un débit minimum requis (faites le test, Google évoque 10 Mbit/s pour jouer en Full HD), mais le plus important est la stabilité et la latence de la connexion. Vous pouvez d’ailleurs jouer en Wi-Fi, mais il faudra également veiller à ce que l’environnement de connexion ne soit pas dégradé (Wi-Fi instable, pertes régulières de paquets de données, latence importante). Nous vous recommandons tout de même au moins du VDSL et si possible de la fibre optique.

Pour le moment, Google a limité le fonctionnement de Stadia à une connexion fixe, mais on imagine qu’il sera possible de jouer en 4G ou en 5G plus tard.

Quelle latence sur Google Stadia ?

Comme nous l’expliquons plus haut, la latence est l’enjeu du cloud gaming. La latence (ou temps de latence, délai de transit, retard) est le délai de transmission d’une donnée d’un point A ou un point B. Mais quand on évoque la latence dans le cloud gaming, on parle également d’expérience de jeu. Cette latence peut ainsi être optimisée en fonction des technologies utilisées. Par exemple, Google utilise sa propre technologie pour compresser les images et les décompresser.

Google a promis que les normes ouvertes et les codecs de compression rendraient la latence non problématique sur Stadia. Google a également promis quelque chose d’encore mieux : la « latence négative ». Ce terme semble littéralement se traduire par « un voyage dans le temps », cette technologie permettrait de réduire la latence en appréhendant ce que les joueurs vont faire. C’est probablement une sorte de système prédictif qui devine les entrées de bouton du joueur de manière algorithmique (lorsque les conditions de streaming se dégradent) et envoie les images plus rapidement. C’est une technologie qui existe déjà, avec des applications qui peuvent être limitées. Attendons d’essayer Stadia pour évaluer l’efficacité d’un tel mécanisme.

On peut jouer avec quelles manettes sur Google Stadia ?

Sur Chrome, on peut jouer avec son clavier et sa souris. Google a également commercialisé une manette de jeu dédiée.

Pour le moment, ce sont les uniques moyens de jouer mais Google va également rendre compatible les principales manettes disponibles.

Quelles sont les fonctions promises par Google ?

Google a présenté une vision ambitieuse de Stadia, lors de la GDC en mars 2019, mais cette vision ne sera qu’en partie déployée au lancement. Plus tard, vous pourrez par exemple cliquer sur une publicité vidéo YouTube pour un jeu et commencer instantanément à y jouer, et Ghost Recon offrira un mode multijoueur en écran partagé avec des amis. Si vous êtes un YouTuber, vous pourrez diffuser vos parties de jeu et inviter vos fans à y participer en direct. Peu de fonctions sont disponibles dès le lancement, par contre, il est possible de prendre des captures d’écran mais aussi de réaliser de petites vidéos de quelques secondes, comme sur la plupart des plate-formes actuelles.

Faut-il craquer pour Google Stadia ?

Nous avons publié notre premier test de Google Stadia, basé sur la version disponible au 18 novembre 2019. Nous avons été impressionnés par la technologie derrière Stadia, mais beaucoup moins par le catalogue réduit et l’écart entre les fonctions promises et les fonctions disponibles au lancement. 

Certains testeurs ont poussé les tests techniques plus loin et ont rapidement mis le doigt sur l’optimisation de Google. Même en version Stadia Pro, les jeux ne tournent pas nécessairement en 4K 60 fps. On se rend compte qu’une Xbox One X propose un niveau de détails plus élevé que l’offre Stadia Pro sur certains jeux. Sur Destiny 2, par exemple, le jeu ne tourne pas nativement en 4K, il tourne en 1080p à 60 fps, le flux vidéo est ensuite upscalé par le Chromecast Ultra. On obtient donc un jeu à 60 fps contre 30 fps sur consoles, mais avec un niveau de détails moins élevé.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Quelles sont les limites de Google Stadia ?

Comme vous l’avez vu, Google Stadia est assez limité à son lancement : en fonctions mais aussi en jeux disponibles. Plus globalement, les développeurs s’inquiètent déjà de la pérennité de la plate-forme. Google a eu l’habitude de lancer beaucoup de produits, mais aussi d’en enterrer beaucoup. Qu’est-ce qui se passera si du jour au lendemain la plate-forme ferme… aurez-vous toujours accès aux jeux achetés ? Google a fait beaucoup de promesses, et c’est vrai que le lancement ressemble davantage à une bêta payante qu’à un lancement publique. Comme nous l’avons plus haut, le niveau de détails et les performances avec l’offre Stadia Pro peuvent s’avérer décevants pour les premiers joueurs.

Les autres limites de la plate-forme sont liées au cloud gaming, vous avez principalement besoin d’une connexion haut débit stable et ce n’est pas encore à la portée de tout le monde. Enfin, le succès de Stadia dépend beaucoup de son catalogue de jeux, Google va devoir convaincre de nombreux éditeurs de le suivre dans son aventure.

Quelles différences entre Shadow et Stadia ?

Il ne faut surtout pas confondre ces deux services. Shadow est à la fois du cloud computing et du cloud gaming. Les différentes offres de Shadow vous donnent accès à un PC complet sous Windows 10. Vous en faites ensuite ce que vous voulez, si vous voulez utiliser l’Epic Store, Steam, Battle.net, Origin… vous jouez à vos jeux, ceux que vous avez déjà achetés sur votre PC (ou ceux qui sont gratuits). Shadow a été conçu pour que l’expérience de jeu soit bonne, mais rien ne vous empêche de faire tourner Photoshop ou Word dessus.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Stadia est un pure-player du jeu vidéo, de plus vous ne pouvez jouer qu’aux jeux proposés par Google et ses partenaires. Etant donné que la plate-forme est dédiée aux jeux, l’expérience pourrait s’avérer meilleure pour les joueurs avec des jeux optimisés et des fonctionnalités spécifiques.

Shadow vs Google Stadia : catalogue, prix, performances et différences

Quelles différences entre Microsoft xCloud, Game Pass et Stadia ?

xCloud est une technologie de cloud-gaming conçue par Microsoft. Tout comme Stadia, il s’agit également d’une console de jeu dans le cloud. Microsoft a installé littéralement des consoles Xbox One S dans des data centers pour diffuser les jeux sur vos appareils, plutôt que de déployer des serveurs de jeu aussi costauds que ceux de Google. Cette technologie est au stade de bêta, et son lancement est prévu en 2020.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Par contre, Microsoft possède déjà un énorme catalogue de jeux dans son offre Game Pass, qui est littéralement un abonnement qui donne accès à plus d’une centaine de jeux. Vous payez l’abonnement et c’est tout. Pour le moment, vous pouvez y jouer sur PC et Xbox, mais plus tard, vous pourrez y jouer en cloud gaming via xCloud. xCloud associé à Game Pass ressemble donc bien plus à un Netflix du jeu vidéo. D’ailleurs, rien ne vous empêche d’utiliser Game Pass avec l’offre Shadow, ça marche également.

Quelles différences entre Nvidia GeForce Now et Google Stadia ?

Nvidia a été un des pré-curseurs à proposer une solution de cloud-gaming pour les jeux PC. Nous avions testé GeForce Now en août 2018 sur mobile, cette solution est toujours en bêta-test mais elle continue à être déployée plus globalement sur PC, macOS, Nvidia Shield (Android TV) et Android.

GeForce Now est philosophiquement plus proche de Shadow que de Google Stadia. Sous la forme d’un abonnement mensuel, GeForce Now est une plate-forme qui donne accès à une liste de jeux pré-installés depuis une interface unifiée.

Interface de Nvidia GeForce Now

Tous ces jeux ne sont pas disponibles gratuitement, vous devez les acheter ou les posséder sur les différentes plate-formes prises en charge par Nvidia (Steam, Battle.net…). Contrairement à Shadow, GeForce Now est dédié au jeu vidéo, vous ne pourrez pas l’utiliser pour autre chose que les jeux proposés dans son interface. Enfin, si vous avez acheté un jeu sur Uplay, Steam ou n’importe quelle plate-forme compatible, vous pourrez y jouer avec GeForce Now, ce qui n’est pas le cas sur Stadia.

On s’abonne où à Stadia ?

Le pack de démarrage et les informations sont sur le site officiel.

 

Ulrich Rozier, fondateur d’Humanoid, le groupe qui édite FrAndroid, est actionnaire minoritaire de Blade (l’entreprise derrière Shadow).